AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Leiris (Préfacier, etc.)Étienne Alain Hubert (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070304370
277 pages
Éditeur : Gallimard (02/10/2003)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Un recueil de 1923 qui symbolise le chef-d' oeuvre d'un poète génial et définitivement inspiré.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
michfred
  31 mai 2015
"Un coup de dés jamais n'abolira le hasard" disait , sentencieux, Mallarmé..Malicieusement Max Jacob lui jette dans les dents son "Cornet à Dés" plein de surprises cocasses ou tragiques...
Ma préférence va à ces coups de dés féroces et joyeux qui sont la marque de son humour...mais selon notre humeur on peut aussi jeter pêle-mêle sur le tapis vert des combinaisons plus angoissantes ou plus déchirantes- l'humour étant la politesse du désespoir, comme chacun sait!
Commenter  J’apprécie          210
TiriNoiret
  05 septembre 2018
Coup de tonnerre dans ma vie littéraire pourtant mouvementée. J'avais passé dans ma jeunesse plusieurs mois, que dis-je des années autour de l'avant-garde de l'avant-guerre 91914-18) et il; me semblait avoir fait le tour du mot AVANT, qu'Apollinaire, Cendrars, Picasso, Delaunay et autres Larbeau n'avaient plus de secrets pour moi. J'avais raté Max Jacob ! Comment avais-je pu passer outre, à côté, vivre sans ?
Lecture foudroyante donc. Ces poèmes en prose n'ont rien de ce que Rimbaud ou Reverdy auront pondu. Ils n'ont, non plus, le lyrisme rêveur de la génération suivante. Je dirais même que Jacob a le surréalisme direct, précis, concis, incontournable avant la lettre. Ses associations sont tellement puissantes qu'il est inutile de parler d'images, d'allégories, de métaphores. Elles sont présentes, vraies, prennent vie devant nous.
Le Cornet à dés est indispensable à tout qui veut connaître la signification du mot poésie.
Commenter  J’apprécie          120
vincentf
  22 août 2010
Poésie ou prose? Question à la fois inutile et nécessaire. Petits récits bizarres, jeux avec les mots et les références (pas toujours transparentes), humour subtil, ce cornet à dés retient parfois l'attention, et souvent, et c'est pour ça que c'est de la poésie, le sentiment que le petit objet qu'on a sous les yeux nous cache son secret, qu'il faudra mille lectures pour le trouver. L'expérience de la lecture de la poésie (j'ai tranché la question : c'est de la poésie), c'est celle du seuil de sens. Un poème est un objet magique qui a besoin, pour fonctionner, que le lecteur soit charmé, ce qui souvent n'est pas le cas, car le lecteur n'est pas poète à temps plein. Comme pour chaque lecture de recueil de poésie, quand on n'a pas encore pris la peine de s'y replonger pour pêcher la perle, on ne garde que ce qui a frappé, les éclairs de mots que l'on veut retenir, garder dans sa caboche parce qu'on a l'impression qu'ils disent une vérité inédite. Un seul exemple? "Brouillard, étoile d'araignée".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
ProseS
  16 janvier 2016
Bon.
J'ai voulu lire pour ma culture... C'est fait. L'art ne se discute pas. Et c'est tant mieux, je n'ai rien à en dire. Et je n'en retiendrai rien. Sinon ce rien.
Sauf ! Cet extrait : " le pauvre examine le manteau de saint Martin et dit "pas de poches ?" Sans doute très connu, mais, dans mon ignorance, je ne connaissais pas... Cela m'a beaucoup amusée, et un bon moment. J'en ai bien profité, pour compenser les 250 pages de... rien. Rien saisi, rien ressenti, rien apprécié.
Ce qui ne veut rien dire. A vous de lire pour en dire quelque chose, car quelque chose, quelle que soit cette chose, est mieux que rien !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   22 novembre 2016
            PREMIÈRE PARTIE
            FAUSSES NOUVELLES !
             FOSSES NOUVELLES !


 À une représentation de Pour la Couronne, à l'Opéra,
quand Desdémone chante « Mon père est à Goritz et
mon cœur à Paris », on a entendu un coup de feu dans
une loge de cinquième galerie, puis un second aux fau-
teuils et instantanément des échelles de cordes se sont
déroulées ; un homme a voulu descendre des combles :
une balle l'a arrêté à la hauteur du balcon. Tous les spec-
tateurs étaient armés et il s'est trouvé que la salle n'était
pleine que de... et de... Alors, il y a eu des assassinats
du voisin, des jets de pétrole enflammé. Il y a eu des
sièges de loges, le siège de la scène, le siège d'un stra-
pontin et cette bataille a duré dix-huit jours. On a peut-
être ravitaillé les deux camps, je ne sais, mais ce que
je sais fort bien c'est que les journalistes sont venus
pour un si horrible spectacle, que l'un d'eux étant souf-
frant, y a envoyé madame sa mère et que celle-ci a été
beaucoup intéressée par le sang-froid d'une jeune gentil-
homme français qui a tenu dix-huit jours dans une
avant-scène sans rien prendre qu'un peu de bouillon.
Cet épisode de la guerre des Balcons a beaucoup fait
pour les engagements volontaires en province. Et je
sais, au bord de ma rivière, sous mes arbres, trois frères
en uniformes tout neufs qui se sont embrassés les yeux
secs, tandis que leurs familles cherchaient des tricots
dans les armoires des mansardes.

p.30-31
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
coco4649coco4649   20 novembre 2016
DEUXIÈME PARTIE
GÉNÉROSITÉ ESPAGNOLE


 Par un Espagnol de mes amis, le roi d'Espagne m'a
fait donner trois gros diamants sur une chemise, une
collerette de dentelle sur une veste de toréador, un
portefeuille contenant des recommandations sur la
conduite de la vie. Voitures ! boulevards, visites chez
des amis : la bonne couchera-t-elle avec moi ? M. S. L. a
tendu la main à G. A. qui la lui a refusée sans motifs.
Je suis raccommodé avec les Y... Or, voici qu'à la Biblio-
thèque nationale je m'aperçois que je suis surveillé.
Quatre employés s'avancent vers moi avec une épée de
poupée chaque fois que je cherche à lire certains livres.
Enfin un tout jeune groom s'avance : « Venez ! » me dit-il.
Il me montre un puits caché derrière les livres ; il me
montre une roue de planches qui a l'air d'un instrument
de supplices : « Vous lisez des livres sur l'Inquisition,
vous êtes condamné à mort ! » et je vis que sur ma manche
on avait brodé une tête de mort : « Combien ? dis-je. —
Combien pouvez-vous donner ? — Quinze francs. —
C'est trop, dit le groom. — Je vous les donnerai lundi. »
La générosité du roi d'Espagne avait attiré l'attention
de l'Inquisition.

p.170
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TiriNoiretTiriNoiret   21 août 2018
Mon cheval a buté dans les doubles croches! Les notes éclaboussent jusqu'au ciel vert de mon âme : le huitième Ciel!

Apollon fut docteur et moi je suis pianiste de cœur, sinon de fait. Il faudrait, avec les bémols et les groupes de barres, décharger des steamers griffonnés, ramasser les étendards minuscules pour composer des cantiques.

Le minuscule, c’est l’énorme! celui qui a conçu Napoléon comme un insecte entre deux branches d’arbre, qui lui a peint un nez trop grand à l’aquarelle, qui a figuré sa cour avec des couleurs trop tendres, n’était-il pas plus grand que Napoléon lui-même, ô Ataman Praiapati!

Le minuscule, c’est la note!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
coco4649coco4649   21 novembre 2016
Première partie
POÈME DE LA LUNE


 Il y a sur la nuit trois champignons qui sont la lune.
Aussi brusquement que chante le coucou d'une hor-
loge, ils se disposent autrement à minuit chaque mois.
Il y a dans le jardin des fleurs rares qui sont de petits
hommes couchés, cent, c'est les reflets d'un miroir.
Il y a dans ma chambre obscure une navette lumineuse
qui rôde, puis deux… des aérostats phosphorescents,
c'est les reflets d'un miroir. Il y a dans ma tête une abeille
qui parle.

p.76
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
tamara29tamara29   14 juillet 2019
On a beaucoup écrit sur le cas de Latude, on n’a pas écrit la vérité. C’est pour se défendre contre son propre cœur que Mme de Pompadour, ce gracieux Napoléon de l’amour, fit enfermer à la Bastille le petit officier bleu et blanc.
Latude s’évade ! Où va-t-il ? Au pays de Spinoza. Mais il comprit que le goût de la méditation ne se satisfait que dans les tours et il revint à son écrin d’amour.

LATUDE- L’ETUDE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Max Jacob (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Max Jacob
Jeanne Cherhal est chanteuse, compositrice à part. Elle aime réconcilier le bal musette et le rock'n'roll par la vertu de son piano. Également comédienne, elle est montée sur les planches du théâtre pour interpréter "Le monologue du vagin". Après six albums qui sont des pépites d'humour et d'engagement, le confinement a interrompu sa tournée à travers la France. 
Son premier livre "À cinq ans, je suis devenue terre à terre" publié chez Points est une façon de se raconter très personnel à travers un glossaire humoristique, de pudeur et de retenu. On y découvre qu'avant de devenir chanteuse, l'auteure a obtenu une maitrise de philosophie sur le thème : les poèmes en prose de Max Jacob.

Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pourvu que ça dure !

Secondes : Rompre avec sa vie conjugale au bout du rouleau et comment y parvenir ? !... Gabriel a trouvé une idée originale : une station de RER dans la proche banlieue parisienne pour un rendez-vous hypothétique fatal. Lui sur le quai, et Sandrine dans la troisième voiture. Si elle est là, elle descendra, ils s'embrasseront et tout recommencera. Sinon... Tout pourrait donc se jouer dans les quelques secondes qui séparent l'ouverture des portes de leur fermeture...

Dix-neuf secondes (Pierre Charras)
19 secondes 83 centièmes (Pierre-Louis Basse)
Neuf secondes et demie (Alexis Clairmont)
178 Secondes (Katia Canciani)

8 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : temps qui passe , temps , durée , humourCréer un quiz sur ce livre