AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 287097020X
Éditeur : Blake et Mortimer (07/06/1996)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 210 notes)
Résumé :
Le piège diabolique où comment se retrouver piégé dans le temps...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Pavlik
  24 juin 2014
Le Piège Diabolique est clairement un épisode à part dans la série des Blake et Mortimer. Initialement paru dans le journal de Tintin, en 1960, il fera l'objet d'une publication en album en 1962, aux éditions du Lombard. Il a été interdit d'importation et de diffusion en France, par une décision de juin 1962, suite à un avis défavorable de la Commission de surveillance et de contrôle de la presse enfantine, en application de l'article 13 de la loi du 16 juillet 1949, « en raison des nombreuses violences qu'il comporte et de la hideur des images illustrant ce récit d'anticipation ». Evidemment ce jugement apparaît comme largement désuet aujourd'hui et n'a pas empêcher cette histoire de s'imposer comme un grand cru de la série, adaptée en feuilleton radiophonique et, par la suite, en dessin animé et en jeux vidéo.
Le scénario met en avant le professeur Mortimer qui hérite d'une invention du redoutable Miloch, le chronoscaphe qui, comme son nom l'indique, est une machine à voyager dans le temps. Mut par sa curiosité de scientifique, notre héros ne voit pas le piège diabolique se refermer sur lui et se retrouve perdu dans les méandres du flux temporel. Comme indiqué ci-dessus cette aventure est originale à plus d'un titre. D'abord parce qu'il conviendrait mieux de la nommer une aventure de Mortimer, tant le capitaine Blake y apparaît peu (dans les deux premières et deux dernières pages). Ensuite il s'agit du seul album où Olrik, l'ennemi intime de nos deux héros, n'est pas présent, remplacé par Miloch, un savant maléfique, apparut dans l'épisode précédent, SOS Météores. Par ailleurs, ce récit peut être sans conteste classé dans le genre de la science-fiction, il n'est point question ici d'enquête policière (il est donc logique que Blake n'y soit que très peu présent). Enfin, pour la première fois dans l'oeuvre de Jacobs un rôle secondaire est tenu par une femme, en la personne de Demoiselle Agnès.
L'auteur trouve dans ce récit l'occasion de rendre un hommage appuyé à l'un de ses modèles, HG Wells, qui écrivit en son temps la Machine à Explorer le Temps. Mais on peut également y voir la volonté de Jacobs de s'inscrire dans la filiation des grands précurseurs de la science-fiction que furent Jules Vernes, Wells et Burroughs et des auteurs de "romans scientifiques" en général, qui furent légion lors de la première moitié du XX siècle. L'histoire lui permet également d'adresser une critique à la communauté scientifique, car c'est bien cette inclinaison à toucher les limites du compréhensible qui pousse Mortimer dans le piège diabolique. Pour autant c'est aussi son ingéniosité qui l'en fait sortir, Jacobs nous indiquant ainsi que, si la science n'est pas mauvaise en soi, ce n'est pas systématiquement le cas de l'usage que l'on en fait (Miloch étant l'incarnation du mauvais usage). le Piège Diabolique est donc un excellent récit de science-fiction, teinté d'une certaine réflexion et, personnellement, une de mes nombreuses madeleine de Proust.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
CDemassieux
  25 août 2016
« Au moment où va s'engager cette nouvelle histoire », on doit avoir bien en tête qu'Edgar P. Jacobs a autrefois illustré La Guerre des mondes, d'H.G. Wells. Il était donc naturel, voire inévitable, qu'il propose une interprétation – très libre – d'un des romans majeurs de l'écrivain britannique, à savoir La Machine à explorer le temps.
Tout se passe en France, précisément dans l'un des lieux les plus exceptionnels de la Région parisienne, La Roche-Guyon. Et, encore de nos jours, dans le château – où se déroule principalement l'intrigue – ayant notamment appartenu à la famille La Rochefoucauld, on peut constater qu'aucune « déflagration [n'a mis] en pièces le chronoscaphe », contrairement à ce que raconte Jacobs ! Les connaisseurs sauront de quoi je parle !
Ce chronoscaphe fera voir au professeur Mortimer – cette fois sans son acolyte, Francis Blake – des dinosaures turbulents, des Français « moyenâgeux » qui l'ont pris pour un espion anglais et un futur apocalyptique, sans doute l'épisode le plus sombre de l'album car d'un pessimisme évident sur l'avenir de l'humanité.
Toujours avec le souci du détail, Jacobs nous offre à la fois un dessin méticuleux et une aventure aussi mouvementée que passionnante où son héros opère un voyage temporel qui va de 150 millions d'années en arrière jusqu'à l'année 5060, avec un arrêt au XIVe siècle. Ce qui fait une sacrée route !
Cette aventure, en réalité une tentative de vengeance du professeur Miloch – un vieil ennemi – est donc une nouvelle démonstration du sens de la narration d'un des piliers de la bande dessinée.
Mais le Piège diabolique est aussi l'album le plus fataliste de Jacobs, même si Mortimer, dans son lit d'hôpital, conclut par un : « ami lecteur […] ne vous plaignez pas outre mesure de notre damnée époque car elle a de bons côtés ! » Au regard de l'avenir qu'il a nous a montré, on ne peut qu'être d'accord…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Dionysos89
  20 juin 2012
Une de mes histoires préférées parmi les aventures de Blake et Mortimer, le fond tout du moins. Cet album fait partie, selon moi, d'une trilogie d' "aventures de Blake et Mortimer en France" avec S.O.S. Météores et L'Affaire du Collier.
Avec le Piège Diabolique, Edgar P. Jacobs tente beaucoup de choses en nous laissant espérer énormément, mais en réussit peu totalement, au fond. La principale est bien sûr qu'il s'attaque à un thème de science-fiction éculé, mais avec des problématiques sans fin : la machine à explorer le temps. le point de vue de l'historien est ici mis à rude épreuve entre les incohérences scientifiques possibles si on y fait bien attention et les difficultés de suivre parfois de manière logique une telle trame de fond.
Ensuite, Edgar P. Jacobs a la bonne idée de faire revenir un méchant intéressant, qui nous permet de souffler par rapport à l'omniprésence d'Olrik dans toutes les autres aventures du duo britannique. Et surtout il nous offre encore et toujours de magnifiques planches, surtout celles qui prennent des pages entières, le tout dans une aventure qui donne parfaitement son lot de péripéties et de coups de théâtre.
Toutefois, en guise de conclusion, l'auteur abuse une fois de trop de la séparation de l'intrigue entre Mortimer qui agit et Blake qui doit suivre de loin, et qui d'ailleurs ici ne sert visiblement à rien. La version en dessin animé de cet album est de ce point de vue bien meilleur car l'intrigue est complétée par la coopération des deux héros, ce qui change tout en matière de narration et de valeur ajoutée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
oblo
  24 juillet 2016
Quand Moloch, l'adversaire scientifique et diabolique de Mortimer, invite ce dernier dans le petit village de la Roche-Guyon, il est naturel que le professeur anglais se méfie. Mais, poussé par la curiosité et plein d'impatience, il n'attend pas le retour du capitaine Blake et s'offre un tour en campagne ... qui s'avérera plus long que prévu.
Car l'excitante et terrifiante machine conçue par Moloch n'est autre qu'une machine à voyager dans le temps. Un thème récurrent pour les auteurs de science-fiction, ce que n'était pas E. P. Jacobs, mais quand on connaît le lien évident de la science avec la série du natif de Bruxelles, on ne peut s'étonner, qu'enfin, le voyage dans le temps soit devenu le centre d'un des albums.
Evidemment, ce cadeau scientifique est, selon le titre, un piège diabolique visant à faire de Mortimer la victime, au choix, de dinosaures ou de paysans révoltés du Moyen Âge. C'est enfin au 51ème siècle que Mortimer fera montre aussi bien de sang froid que de talent tacticien, endossant le rôle du messie aussi bien que celui du guerrier.
Il va sans dire que cet album, qui explore (presque) toutes les époques, est un condensé de décors historiques et futuristes, préhistoriques et dystopiques. Centré sur le personnage de Mortimer, que l'on découvre sous de nouveaux jours - explorateur, stratège, chevalier blanc -, l'album cependant semble parfois traîner en longueur et la morale finale, un peu simpliste, peine à faire de celui-ci l'un des phares de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bigmammy
  30 octobre 2011
Edgar P. Jacobs s'exprime ainsi dans son livre « Un opéra de papier », à propos de son album « le piège diabolique » : « bénéficiant des expériences astronautiques modernes, j'ai pu - contrairement à H. G. Wells dont l'engin n'était qu'un simple siège non caréné et dont le voyage dans le temps fût programmé en l'année 802701 - imaginer une cellule plus conforme aux normes d'un engin franchissant le gouffre du temps à la vitesse de la lumière. Il fallait, entre autres, prévoir pour le véhicule la possibilité de rouler, de culbuter, d'encaisser les chocs sans trop de dommages ni pour lui-même ni pour son passager. C'est pourquoi j'ai adopté cette forme sphérique qui donne à l'appareil, quelque soit sa position, non seulement les meilleurs garanties de sécurité, mais lui assure en outre une résistance maximale aux pressions extérieures. Dans les anneaux cerclant la capsule centrale sont noyés des circuits dans lequels circule l'énergie nécessaire au fonctionnement. Afin de respecter les règles traditionnelles de la science fiction transtemporelle qui veut que les différents "transferts" se passent tous dans un site topographiquement immuable, il me fallait trouver un endroit de grande ampleur, présentant un intérêt géographique, statégique et historique se prêtant à l'évocation d'événement passés ou futurs. »
Voici donc un épisode encore moins vraisemblable des aventures de Blake et Mortimer que les précédents, une expérience à la quelle Philip Mortimer se livre seul – Francis Blake n'intervient que lors des deux premières et dernières pages, et surtout, le seul album où le traitre absolu, Olrik, n'apparaît pas. Ici, le méchant est feu le professeur Miloch, dont nous avons fait la connaissance dans « SOS Météores », archétype, comme le professeur Septimus (La Marque jaune) du savant fou.
Le piège diabolique est donc un voyage dans le temps, du crétacé au 51ème siècle, avec un bref passage au moyen-âge, pendant la révolte des Jacques. le Professeur Miloch, ravagé par les radiations après ses expériences maléfiques, vient de mourir. Il a légué au Professeur Mortimer, son ex-adversaire, son ultime découverte : la machine à remonter le temps ou chronoscaphe. Mais voilà, il en a saboté les commandes et Mortimer se retrouve prisonnier dans l'infini des temps. A tâtons, utilisant ses compétences de physicien, il va se débrouiller avec l'appareil pour, en trois étapes, rejoindre le temps présent tout en risquant mille fois d'y laisser la peau, et en combattant aux côtés des faibles, veuves et orphelins du passé comme de l'avenir.
Il s'agit d'une histoire totalement science-fictionnesque, recouvrant une réflexion plus profonde sur le monde avenir que E.P. Jacobs envisage très sombre. A noter que lors de l'édition en album, en 1962, l'oeuvre fut interdite à l'importation en France, « en raison de nombreuses violences et de la hideur des moyens illustrant ce récit d'anticipation. » Cependant, les décors dans lesquels évolue Mortimer sont d'une beauté et d'une précision fantastiques, images d'un cataclysme post nucléaire (et orthographique) d'une criante mais sans doute faible vérité.
Et le voyage à travers le temps est un genre classique en littérature : je ne citerai que « Mickey à travers les siècles » qui enchenta mon enfance, et plus près de nous le thème identique choisi par l'écrivain cuzornais Thierry Delrieu dans sa trilogie « Les voyageurs du temps ».

Lien : http://www.bigmammy.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
lechristophelechristophe   26 août 2015
- Technicien : Maître ! J'ai trouvé !.. Voyez ce que dit ce texte du milieu du XXIIe siècle !..
Quoi qu'il en soit, il est clair que ce Mortimer a laissé une trace profonde non seulement dans l'histoire scientifique de la fin du XXe siècle mais aussi dans l'imagination populaire. En effet, si ses exploits réels sont relativement bien connus, la légende lui a fait par la suite une réputation bizarre, le présentant comme un second docteur Faust ! Il aurait ainsi exploré, dans des circonstances assez obscures, la pyramide de Chéops, aurait inventé un appareil mal décrit, le Télécéphaloscope et aurait retrouvé l'antique Atlantide. On prétend même qu'il aurait expérimenté un chronoscaphe ou machine à voyager dans le temps !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DomichelDomichel   01 octobre 2013
- Mon cher confrère,
lorsque vous lirez cette lettre, j'aurai quitté sans regret cette maudite planète, mais je laisse après moi une invention que je puis qualifier, sans fausse modestie, de FANTASTIQUE !.
Vous fûtes mon ennemi, certes, mais un ennemi loyal. Votre caractère, qui m'a plu ainsi que vos connaissances, qui sont grandes, vous font dignes de recueillir mon héritage.
Mais comme il s'agit d'un événement scientifique d'une portée INCALCULABLE, je suis tenu à la plus grande circonspection. C'est pourquoi vous trufferez mes instructions détaillées dans l'enveloppe ci-jointe.
Si toutefois vous n'étiez pas disposé à recueillir mon legs, aux conditions prescrites, ladite enveloppe serait détruite par maître Lesage.
Votre tout dévoué,
MILOCH.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MusardiseMusardise   02 février 2015
Les jambes molles, Mortimer se laisse glisser à terre ! Mais il pousse aussitôt un cri d'effroi !... Coincé tout de guingois contre un arbre providentiel, l'appareil surplombe dangereusement une immense lagune aux eux stagnantes d'où monte une violente odeur d'humus et de pourriture...
Commenter  J’apprécie          80
Didier_TrDidier_Tr   05 février 2017
Décidément, nos ancêtres étaient plus sages ! Leur vie paisible et ordonnée les mettait à l'abri de pareilles aventures.... C’ÉTAIT LE BON TEMPS !...
Allons donc ! Obscurantisme et tyrannie, voilà ce qu'était "VOTRE BON TEMPS!"
Commenter  J’apprécie          70
Didier_TrDidier_Tr   07 février 2017
- Bonjour, docteur, comment va-t-il ?
- Très bien... Il vient justement de réclamer une pipe !
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Edgar Pierre Jacobs (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edgar Pierre Jacobs
Le 26/09 le 9ème Art va fêter l'anniversaire des deux gentlemen les plus célèbres de la bande dessinée : Blake et Mortimer ! Pour célébrer la parution de leur première aventure signée Edgar P. Jacobs dans le Journal de Tintin, nous vous proposons une bande annonce avec tous les objets cultes du mythe... BON ANNIVERSAIRE BLAKE & MORTIMER ! http://www.blakeetmortimer.com/
autres livres classés : voyage dans le tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Blake et Mortimer : la BD culte d'après guerre par Edgar P. Jacobs. Connaissez-vous ses personnages ?

La série des albums relatant les aventures de Blake et Mortimer a été éditée en de nombreux albums. En comptant ceux qui ont été écrits et dessinés par E.P. Jacobs et ceux conçus par d'autres illustrateurs et scénaristes, combien sont-ils à ce jour ?

17
18
19
20

12 questions
58 lecteurs ont répondu
Thème : Edgar Pierre JacobsCréer un quiz sur ce livre