AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809840360
Éditeur : L'Archipel (07/01/2021)
4.13/5   55 notes
Résumé :
Irlande, début des années 1860. Keara Michaels ne quitterait pour rien au monde sa terre natale et ses deux sœurs. Mais le destin est parfois cruel... Enceinte et sans le sou, elle est contrainte de traverser les océans pour gagner l’Australie. Toute seule : le père de son futur enfant, qui est marié, ne l’accompagnera pas.

Dans le même temps, Mark Gibson, un chercheur d’or, doit fuir le Lancashire pour échapper à la vengeance de son beau-père. Et ten... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 55 notes
5
20 avis
4
21 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

jeunejane
  03 février 2021
Keara vit en Irlande dans une famille misérable avec ses deux soeurs, sa maman et leur père qui boit tout ce qu'il gagne et bat sa femme et ses filles.
Arla, l'épicière va prendre Keara sous son aile et la faire entrer comme femme de chambre de Lavinia Mullane, l' épouse du maître Théo.
Lavinia est névrosée et capricieuse. Elle ne supporte pas la vue de son mari qui veut pourtant un héritier.
Les Mullane passent leur vie entre l'Irlande et le Lancashire.
Keara prend le bateau pour l'Australie, enceinte d'un homme marié.
Elle rencontre Mark Gibson, un émigré anglais pour lequel elle travaille dans son restaurant et l'aide à élever sa fillette dont la maman est morte à la naissance.
La fin est heureuse et nous prévoyons qu'il y aura une suite pour que Lavinia puisse retrouver ses soeurs envoyées par un orphelinat irlandais pour travailler comme domestiques en Australie.
Nous sommes aux environs de 1860, au moment où les colons australiens s'installent.
J'avais lu la trilogie de Cassandra qui se déroule à la même époque et j'avais beaucoup apprécié.
L'auteure construit son roman sur la même trame que la trilogie précédente avec une situation différente.
Dans les deux histoires, on y retrouve la pauvreté, une méchante femme cruelle, de bonnes personnes qui mettent un peu de baume au coeur des plus démunis
En lisant le roman, j'ai plusieurs fois pensé à l'ambiance que créait Charles Dickens dans ses livres.
J'ai beaucoup apprécié le personnage de Keara, courageuse, généreuse avec sa mère et ses soeurs, assumant son état.
Dans la présentation, je croyais lire comme annoncé à la toute dernière page un tome qui s'appelait "Les pionniers" et le titre de volume 1 est en réalité "Les pionnières".
Quelques petites fautes sont à relever comme des lettres manquantes à un mot, un petit mot en trop dans une phrase, un infinitif à la place d'un participe passé. Tout s'est arrangé après le premier tiers du livre.
La traduction est pourtant de très bonne qualité.
Je n'avais jamais remarqué des défauts comme ceux-là aux éditions l'Archipel. Cela arrive chez d'autres éditeurs, assez rarement heureusement, et parfois des fautes de syntaxe. Je pensais que les livres étaient relus sérieusement même avant de sortir de l'impression finale. C'est bien sûr un défaut de mon métier car j'ai corrigé pas mal de travaux en français et autres.
Personnellement, je trouve ça dommage car cela représente quand même une petite somme quand on achète un livre nouvellement paru.
Cela ne m'a pas gâché le plaisir de lecture mais j'ai été très étonnée.
Globalement, une lecture attachante et pas ennuyeuse du tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
lenoute
  15 décembre 2020
J'ai été agréablement surprise par l'ambiance de ce roman. Avec l'aide de l'histoire, de l'écriture, des détails et des personnages, j'ai voyagé en Irlande et Australie au début des années 1860. Ce fut une belle immersion, deux histoires se déroulent simultanément. Celle de Keara Michael, une jeune fille et sa pauvre famille et l'histoire de Mark Gibson, un chercheur d'or qui fuit sa famille.
Anna Jacobs signe une nouvelle saga familiale qui traite des différente classes sociales, de la famille, de l'amour, de vengeance et de la découverte d'un nouveau monde. Bien que la quatrième de couverture nous donne à mon goût trop d'informations, et quelques longueurs dans le récit, J'ai aimé ce roman dont les personnages et leur condition m'ont beaucoup touchée.
Commenter  J’apprécie          380
coquinnette1974
  17 janvier 2021
Je remercie chaleureusement Mylène des éditions l'Archipel pour l'envoi, via net galley du roman Une place au soleil, premier tome de la série Les Pionnières de Anna Jacobs.
Irlande, début des années 1860. Keara Michaels ne quitterait pour rien au monde sa terre natale et ses deux soeurs. Mais le destin est parfois cruel... Et la jeune femme va se retrouver à l'autre bout du monde, contrainte et forcée..
Dans le même temps, Mark Gibson, un chercheur d'or, doit fuir le Lancashire pour échapper à la vengeance de son beau-père. Et tenter sa chance à l'autre bout du monde. C'est en Australie, à deux heures de route de Melbourne, qu'il ouvrira une auberge...
Je ne vais pas en dire plus, je trouve que le résumé officiel en dit trop.
Une place au soleil est un roman qui nous fait voyager puisque nous partons en Irlande, en Angleterre ainsi qu'en Australie en compagnie des personnages crées par Anna Jacobs.
Dans ce premier tome, nous découvrons surtout deux personnes : Keara, une jeune irlandaise, et Mark, un anglais ; même si de nombreux personnages gravitent autour d'eux, il faut bien suivre. Tous deux vont arriver en Australie suite à de nombreuses aventures. A cette époque, cette terre est pleine de promesses même si c'est aussi une terre pleine de dangers.
Les destins croisés de Keara et Mark sont très intéressants. J'ai aimé découvrir cette jeune fille dont l'histoire est assez triste. Elle n'aura vraiment pas la vie facile ! Il est vrai qu'être une jeune fille pauvre à cette époque n'est pas de tout repos.
Quand à Mark, c'est un homme de caractère, il est attachant lui aussi.
Leurs destins vont se croiser à un moment, évidemment je n'en dirais pas plus.
Il y a pas mal de surprises tout au long de ce premier tome, même s'il y a malgré tout quelques petites longueurs ici et là.
J'ai aimé ma lecture, l'ambiance qui se dégage de ce roman ; les personnages.
En ce moment, vu qu'on ne peut pas voyager, je vous avoue avoir apprécié de pouvoir partir loin rien qu'avec Une place au soleil. Car il m'a vraiment transporté entre autre en Australie tout en restant bien au chaud chez moi :)
Pas de coup de coeur mais une bonne surprise, je vous le recommande sans aucune hésitation. Je serais ravie de lire la suite quand elle sera publié.
Ma note : 4 étoiles.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
sylvaine
  16 décembre 2020
Les éditions de l' Archipel publient les Pionnières , une place au soleil d'Anna Jacobs, premier volume d'une trilogie The Irish Sisters.
Apprêtez vous à savourer une longue histoire où vous découvrirez l'histoire des 3 soeurs Michaels, Keara, Ismay et Mara la benjamine. En 1860 la vie est très dure en Irlande surtout si le père de famille dilapide ses maigres gains en alcool et n'hésite pas à frapper encore et encore. Keara, l'ainée, va s'enrôler à la grande maison chez les Mulane. Elle deviendra la femme de chambre de Mme Mulane, plus dirais-je son souffre douleur mais ses gages permettent à sa mère et à ses soeurs de survivre...du moins jusqu"à ce que..Si son épouse Lavinia est insupportable voir mauvaise, Théo le maitre de maison est très apprécié.Le voyage sera long pour gagner l'Australie. Je vous laisse le plaisir de découvrir le pourquoi du comment, de faire la connaissance de Mark Gibson arrivé lui aussi depuis peu.
J'ai pour ma part apprécié le côté "historique" du roman, moins les péripéties aventureuses des uns et des autres tellement prévisibles. Je reconnais ne pas être une adepte de ce genre de prose, je me lasse vite des redites , des accumulations de détails de peu d'intérêt nuisant à la fluidité et à la dynamique du récit. L'écriture d'Anna Jacobs m'a paru souvent assez terne et certaines maladresses dans la tournure des phrases me laissent perplexe. Je pense que le support que m'a fort gentiment offert Mylène des éditions de l'Archipel est une version non corrigée. Ismay et Mara devraient, j'imagine, venir très prochainement nous conter leur vie en Australie pour le plus grand bonheur des lectrices conquises.
Merci aux éditions de l'Archipel
#Lespionnièresuneplaceausoleil #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Valmyvoyou_lit
  14 février 2021
Keara vit avec sa mère, ses deux petites soeurs et son père violent et alcoolique. Afin d'aider sa famille, elle devient la femme de chambre de Lavinia Mullane. Sa patronne est capricieuse et tyrannique, seule Keara parvient à se faire accepter par elle. Théo Mullane, son époux, regrette son mariage, dans lequel il ne s'épanouit pas. Mais plus que tout, il désire un enfant. Hélas, Lavinia n'a encore mené aucune grossesse à terme. le couple partage sa résidence entre l'Irlande et l'Angleterre, ce qui oblige Keara à s'éloigner des siens, alors qu'elle s'inquiète pour eux. Des évènements provoqués par la jalousie la conduisent dans un bateau, en destination de l'Australie. Nous suivons, également, Mark, parti, lui aussi, en Australie, afin de fuir les conséquences de ses actes. Débrouillard et travailleur, il commence une nouvelle vie. Mais l'histoire se répète…

Je me suis beaucoup attachée à Keara. Elle est partagée entre son sens du devoir et son envie d'émancipation. Elle veut aider sa famille, mais supporte de moins en moins Lavinia. Elle veut être libre, mais elle n'abandonne jamais ceux qui ont besoin d'elle, au mépris de son bonheur. Elle subit certaines situations et, par moments, elle essaie de reprendre le contrôle de sa vie. Elle est pleine de contradictions, oscillant entre son besoin de s'affirmer et les contraintes imposées par sa condition. En effet, nous sommes dans les années 1860 : elle est une femme et vit dans la pauvreté. Aussi, ses désirs sont entravés par ces deux éléments. Mais lorsqu'il s'agit de se battre pour ceux qu'elle aime, sa force de caractère s'exprime : elle est prête à braver tous les dangers et à s'opposer aux injustices. Elle est aussi d'une grande patience avec Lavinia. Cette dernière est une femme exécrable, qui a, cependant, réussi à m'émouvoir. Elle est coincée dans une vie qui ne lui convient pas. Si les circonstances avaient été différentes, peut-être aurait-elle été moins méchante. Cependant, j'ai pris beaucoup de plaisir à la haïr.

Dans ce roman, les personnages principaux masculins sont ambivalents. Alors que certains de leurs actes m'ont révoltée, j'ai aimé Mark, ainsi que Théo, le mari de Lavinia. Ils ne se connaissent pas, mais ce sont des figures importantes de l'histoire[…]

La suite sur mon blog...

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   03 février 2021
Keara laissa échapper un rire amer.
- Mariée ? Moi ? Je ne me marierai jamais, mon père. Jamais de la vie ! J'ai vu ce que le mariage fait aux femmes et je ne laisserai jamais un homme détruire ma vie, ça c'est sûr !
Le prêtre laissa échapper un sourire dubitatif en la regardant s'éloigner.
Commenter  J’apprécie          200
brinvilliersbrinvilliers   21 janvier 2021
- Je ne trouverai pas le repos tant que je ne serais pas fixé sur le sort de Keara et des deux cadettes. Tu sais, je sens que j'ai pris la bonne décision, conclut-il en lançant un sourire radieux à Diarmind, le premier depuis des semaines.
Il sortit du bureau de l'intendant, regagna la maison, sonna Dick énergiquement et lui annonça sur-le-champ :
- Je pars pour l'Australie. Je ne serai bon à rien tant que je serais pas rassuré sur mon sort. Ensuite, je l'aiderai à retrouver ses soeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JangelisJangelis   05 janvier 2021
Keara ne se faisait aucune illusion sur son père, ni sur rien d'autre d'ailleurs, mais il lui restait malgré tout quelques rêves : avoir l'estomac plein, une maison avec des sols carrelés plutôt qu'en terre battue, et une chambre séparée pour que les enfants n'entendent pas les ébats de leurs parents. Elle baissa les yeux sur sa jupe rapiécée et ajouta un petit souhait à sa liste : des vêtements présentables.
Le père Cornelius disait qu'on devait se contenter de ce qu'on avait, car telle était la volonté du Seigneur. Mais jamais elle ne s'y résoudrait. Pourquoi certains avaient tout alors que sa famille et elle n'avaient rien ? C'était trop injuste !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jeunejanejeunejane   03 février 2021
Lavinia le regarda sortir de sa chambre, l'air maussade. Elle le détestait. Et elle détestait sa demeure irlandaise toute de guingois où les domestiques se montraient d'une insupportable familiarité, comme s'ils se considéraient comme vos égaux.
Commenter  J’apprécie          30
lyanealyanea   07 janvier 2021
Comment pouvait-on être malheureux quand on était grasse comme une oie, qu’on avait de belles toilettes et un grand domaine ? Cela les dépassait.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : australieVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Un acteur et un mot du titre du film, mais quel romancier ?

Jean-Paul Belmondo et un week-end

Antoine Blondin
Robert Merle
Romain Gary
Georges Simenon

20 questions
6 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

.. ..