AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Karen Martinet (Traducteur)André Martinet (Traducteur) Dominique A. (Préfacier, etc.)
EAN : 9782742782307
376 pages
Éditeur : Actes Sud (30/03/2009)
3.63/5   23 notes
Résumé :
Un grand roman de passion et de transgression, un personnage de femme exaltée, une Carmen des pays nordiques.
Du jour où Monsieur Paul, le nouveau pasteur, débarque dans le petit port de Thornshaw, au cœur des Féroé, toute la ville retient son souffle. Parce qu’à celui-là aussi – on l’imagine, on le pressent – la belle Barbara va tourner la tête. Or elle ne sait aimer longtemps sans trahir…
Barbara est un livre envoûtant, audacieux, magnifiquement prov... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
5Arabella
  14 décembre 2016
Les îles Féroé au XVIIIe siècle sous la couronne danoise. Une jeune femme, Barbara, défraie la chronique. Veuve de deux pasteurs, elle semble jeter son dévolu sur un troisième, frais émoulu de théologie et qui arrive dans les îles. Charmante, charmeuse, impulsive, d'une sensualité à fleur de peau, elle fascine les hommes, et n'écoute que ses désirs.

Un bien beau voyage dans ces îles septentrionales, que je ne connaissais que de nom (il existe une saga islandaise qui s'y passe). Les descriptions de la nature, des paysages, des coutumes, avec en arrière fond les institutions, l'organisation sociale, sont fascinants. J'ai eu l'impression de vivre dans ce petit morceau du monde, de côtoyer ses habitants, de m'éclairer à la chandelle et de traverses des terrains marécageux.

La construction du roman est terriblement efficace et prenante, la découverte des personnages, du contexte, puis une action qui surprend, qui est même haletante par moments (le voyage de Monsieur Paul par exemple). L'humour et un petit côté second degré toujours présent, allègent le récit, lui donnent une légèreté et un grand charme. le livre dégage une vraie sensualité, aussi bien dans l'écriture, que dans les descriptions des personnages, des scènes.

Enfin, les personnages sont dans l'ensemble finement caractérisés. Barbara servant en quelque sorte de révélateur à ce petit monde, les obligeant à se positionner, remettant en cause les conventions et hypocrisies de chacun. Elle-même est plus d'une certaine façon une force vitale plus qu'une personne. Femme fatale et petite fille, irrésistible, manipulatrice et en même temps innocente, elle est une sorte d'archétype.

Il s'agit vraiment d'une très belle lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Melopee
  11 juin 2011
Barbara est ce que l'on peut appeler une Carmen des temps modernes. Séductrice et envoutante, elle fascine de par son audace, sa grâce, sa sensualité. A 28 ans, elle a déjà été mariée à deux pasteurs, le troisième à pris la poudre d'escampette avant que l'infortune se répète à nouveau : celle du mari délaissé qui sombre peu à peu dans la folie.
Un nouveau pasteur arrive à Tórshavn, il vient de Copenhague et s'occupera de Vagø, loin de l'effervescence du Port de Tórshavn. Libre d'esprit, intellectuel et indépendant, c'est donc un conquérant gagne les ïles. Dans la population locale tous entrevoient ce qu'il va se passer une nouvelle fois. Barbara, au charme ravageur va jeter son dévolu sur lui.
Tous complotent et craignent la suite des événements à commencer par Gabriel, le cousin de Barbara, qui préférerait qu'elle prenne mari dans le cercle familial (eh oui, cette brute pourrait bel et bien avoir le béguin pour sa cousine). Il y a aussi les parents de Barbara qui assistent impuissants à toute cette débauche de sentiments. Car la jeune femme enchaine les relations sans jamais se fixer. Dépendante de ses instincts amoureux, elle papillonne de l'un à l'autre, flirte légèrement puis revient vers une semi raison avant de retomber totalement dans une passion destructrice.
Ce nouveau pasteur, Monsieur Paul, est donc la cible idéal puisque c'est un parfait étranger et qu'il diffère de Barbara en cela qu'il se met en devoir d'exercer sa fonction consciencieusement, laissant une place plus réduite à l'amour. Enfin, dans les faits c'est effectivement le cas. le nouveau pasteur parcourt les ïles pour prodiguer voeux et cérémonies, quant à Barbara, elle attend de son côté son heure avec une docilité inhabituelle. le temps passe, le couple est maintenant loin du Port, des festivités et de la vie culturelle et villageoise qui plait tant à Barbara.
Inutile de vous dire que Barbara est une inconstante. Parfois portée par de violents élans amoureux, elle peut virer d'une minute à l'autre à l'indifférence. Et le pasteur dans tout ça a bien du mal à comprendre ce qui les anime tous deux.
La grande interrogation c'est que Barbara n'y connait rien à la religion et a même l'air de s'en moquer éperdument. Pourquoi met-elle alors un point d'honneur à n'envoûter que les pasteurs?
Rien ne sert de dévoiler la suite, même si pour moi Barbara a été un personnage particulièrement horripilant. Tour à tour enjôleuse puis sérieuse, elle frise l'indécence avec ses manières de petite fille aussi intouchable qu'offerte à tous. Elle pourrait volontiers être une rivale si elle sortait du roman car son unique raison de vivre est d'aguicher les hommes les moins enclins à succomber à ses avances.
Mais c'est justement dans ce jeu dangereux qu'on se dit que Jacobsen a été très fort. Il réussit à nous faire détester son héroïne et, en quelques pages, à la fin du roman, à exulter de bonheur sur son sort (et il n'est pas ce que vous croyez). Quoi, j'en ai trop dit? Non point assez car ce roman suit les évolutions tumultueuses de sentiments contradictoires jamais tout à fait domptés. On est à flot et la brise est pour l'instant légère !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
christinebeausson
  23 novembre 2015
Dès le début, je m'énerve, j'ai besoin de me situer ....
Midvaggur, sur l'île de Vagar, madame Google a des faiblesses et refuse de m'aider.
Heureusement, madame WikiPedia peut prendre la relève.
Miðvágur est une ville des Îles Féroé, située sur la côte sud de l'île de Vágar.
Pour l'anecdote, cette ville est connue pour être le meilleur endroit de l'archipel pour chasser la baleine, (exemple, en 1989, les chasseurs ont tué 1 300 !).
On découvre Kálvalíđ, la plus vieille maison du village et peut-être de toutes les Îles Féroe. Elle est devenue un musée. C'était surtout la maison de Beinta ou de Barbara ?
Merci Dominique A, je me sens un peu moins seule. Avec sa préface, il me montre le chemin de cette découverte littéraire.
Jørgen Frantz Jacobsen, l'Écrivain des Îles Féroé !
Dépaysement....
On va commencer par les noms, Catherine-dans-la-cave, Samuel Tape-cul, Pou-de-varech !
Pour donner une idée de l'ambiance : qu'une femme entre dans un commerce, ose venir essayer de récupérer un peu de mélasse, en dérangeant une conversation d'homme ... Elle voit son entrée juste signalée par le tir de crachats des hommes un peu allongé !
Très compliqué, nous ne sommes pas en Islande et pourtant la description des lieux y fait très souvent penser.
Nous sommes au Danemark, seule référence à la civilisation, mais nous sommes bien loin de Copenhague. Une grande ville, si éloignée, de l'autre côté de l'océan.
La vie sur ces iles, dans un passé intemporel, c'était juste hier ou avant hier, une vie âpre, rugueuse, liée aux éléments incontrôlés et incontrôlables alors on vit avec sans se plaindre.
Le rêve de l'amour, le grand amour, un portrait de femme séductrice,
Des portraits d'hommes vivant hors du temps, petite société centrée sur elle qui se protège comme elle peut,
Une communauté d'hommes d'église, fragile, enfermée sur elle même, peut être juste pour survivre, les histoires de bon dieu servent seulement de prétextes.
On doit baptiser, marier, bénir les cercueils. Il faut respecter les traditions.
Mais les gens se moquent de ce bon dieu et même les hommes d'église se contentent de remplir leur rôle avec modération.
L'écriture, souple, fluide, jamais désuète, nous trace le portrait d'une légende, de son amoureuse, de ses rêves.
En conclusion, ce n'était pas la peine de s'énerver, la carte situant le lieu de l'intrigue, avec tous les détails, se trouve à la fin du bouquin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
barbabou
  14 septembre 2012
"Dis quand reviendras-tu" nous disait Barbara, la dame en noir. Cette Barbara, de ce livre-ci, ne prononcera sûrement jamais ces mots. Barbara, étymologique, ça signifie l'étrangère. Et même si notre Barbara est née dans son pays, elle y demeure étrangère, libre comme la nature, énigmatique également, elle s'attire la jalousie des femmes, le désir des hommes. Alors qu'elle donne son nom au roman, elle est davantage le centre gravitationnel que le personnage principal. En effet, nous suivons des hommes, trois principalement, épris, chacun à leur façon de Barbara, chacun la possédant, ou non, à tour de rôle.
C'est un roman étrange... Si je ne m'appelais pas Barbara, je ne l'aurais jamais découvert. Et ç'aurait été dommage. Il est beau, les images défilent dans nos têtes, il est bien écrit (bien que je me permet de penser que la traduction laisse à désirer, retrouvant le terme "comique" à tout bout de champ...). Il laisse un goût de néant dans la bouche cependant. On se demande ce qu'on va en retenir, s'il y'a quelque chose à en retenir. Et puis c'est toujours difficile de lire un livre avec presque un siècle de retard. Cependant, je crois que c'est un livre que je n'oublierais pas et que je me plairais à conseiller à quiconque crie "adôrer" le romantique, et qui ne connaîtrait pas Barbara...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
art-bsurdeart-bsurde   02 septembre 2014
Les hommes, qui interrogeaient le ciel plein d'étoiles, estimaient que le beau temps allait certainement tenir toute la journée, et tiraient les rames avec vigueur. Des deux côtés ils voyaient défiler sous leur yeux la côte découpée, dont les sombres rochers étaient couverts de givre. Quand ils atteignirent l'embouchure du fjord, ils distinguèrent à la faible lueur des étoiles la lointaine silhouette de Myggenaes dont le cimes neigeuses surgissaient solitaires dans l'immensité de l'Océan. Sur les côtes noires et abruptes, la neige n'avait pas de prise.
Peu après, les étoiles commencèrent à pâlir et quand la barque eut atteint la pleine mer, le jour se leva. Vers l'avant, en un spectacle grandiose et terrifiant, la silhouette de Myggenaes grossissait à chaque instant, découpant ses rochers sauvages sur les lueurs rouges de ce matin d'hiver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
art-bsurdeart-bsurde   07 octobre 2014
- Je ne sais que vous dire. Notre pauvre raison est bien notre unique recours, et c'est justement pour cela qu'on lit Holberg, Bayle et Locke. Mais si, dans mon ignorance, je me permet de critiquer un peu ces auteurs, c'est uniquement en ce qu'ils oublient avec tous leurs raisonnements que l'homme est foncièrement déraisonnable et ne peut pas vivre hors de l'égarement. Je ne suis pas très loin de croire, comme mon frère, au pêché originel !
- Au pêché originel ?
- Oui, ou si vous voulez à la déraison originelle. Pêché et folie ne sont au fond que deux noms pour désigner la même chose. Cette folie irrite cruellement mon frère Wenzel. Il l'appelle pêché. Il se livre sur ce chapitre à de longues jérémiades et prend le ciel à témoin de la profonde misère de son cœur. Je ne me sens pas, croyez-moi, meilleur que lui d'un cheveu, et me considère comme un malheureux égaré. Tout bien considéré, mon cher Monsieur Aggerso, que sommes-nous d'autre que des bêtes perpétuellement possédées par la rancœur, la cupidité, le désir et la vanité – oui, surtout par la vanité? Il secouait la tête en riant. Hélas ! Telle est notre nature, que ce soit du diable ou de quiconque que nous tenions cette âme de singe stupide.
Vous avez raison, dit Monsieur Paul, que ne serions-nous pas si Dieu, dans son amour, ne nous avait donné la grâce qui nous lave de tous nos pêchés ?
La grâce, dit le juge, peuh ! La grâce. Pardon. Qu'est-ce donc que la grâce, sinon une cassolette qu'on respire quand la puanteur du pêché devient trop âcre ?
[...]
- Voyez-vous, dit Johan-Hendrik, le démon, nous ne le chassons jamais de notre cœur, que nous soyons chrétien ou athée. Avez-vous lu Pascal ? Non. Mon frère Wenzel non plus ne l'a pas lu. Mais il a lu Kingo, et dit volontiers avec lui : « O monde d’ici-bas, je t'ai longtemps servi, mais je suis triste et las. » Il n'est bien entendu ni triste ni las, il n'est qu'un pauvre diable comme nous tous. Moi, je ne sais vraiment pas comment le Seigneur arrive à faire entre nous la différence. Ma pauvre petite raison m'a bien conduit jusqu'à connaître ma folie, mais jamais jusqu'à vouloir améliorer mon cœur indocile. Cette raison ne m'a pas aidé plus que la grâce. Je ne crois pas pouvoir honorer Dieu autrement qu'en utilisant la lumière qu'il m'a donnée, en dépistant le mal en moi, en tachant de me rendre utile dans la sphère où j'ai été placé. Dans ma condition, il y a peu à apprendre et moins encore à faire. Mais vous, mon ami, vous devez savoir que les hommes qui rencontrent la véritable grâce sont justement ceux-là dont se joue le Destin, à condition, bien entendu, qu'ils daignent en tirer une leçon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
art-bsurdeart-bsurde   03 septembre 2014
Chacun gardait le silence. On savait qu'il serait téméraire de rebrousser chemin, et qu'il ne s'agissait plus désormais que d'essayer de progresser lentement contre le vent, en longeant la côte aussi près que possible, et en gardant l'espoir de pouvoir aborder à Velbestad. Encore trois milles jusque-là. Il y avait maintenant trois bonnes heures qu'ils ramaient. Sur leurs têtes, l'immense rocher de « la Tête de Femme » surgit tout à coup des nuages, tel un cri qui se serait fait pierre. Les lambeaux de brume, qui passaient rapidement devant la montagne, cachaient, puis dévoilaient les gigantesques silhouettes rocheuses, les enveloppaient comme d'une cape pour les engloutir à nouveau, dansaient et s'envolaient comme de la fumée.On eût dit, le long des ravins humides et des failles obscures, quelque orgue gigantesque qui eût joué une musique de silence faite de formes sauvages et tourmentées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MelopeeMelopee   11 juin 2011
Elle lui tendit la feuile. Les grandes lettres désordonnées dansaient le long des lignes qui montaient vers le coin droit du papier. L'orthographe était douteuse, mais malgré tout c'était lisible. Soudain, cessant de lire, il s'exclame douloureusement :
- Jésus !
Barbara ne comprit pas tout de suite ce qu'il voulait dire. Puis tout à coup, elle rougit violemment.
Barbara, tu ne sais même pas écrire Jésus ! [...]
Elle lui arracha prestement la feuille, s'assit de nouveau et, la langue entre les lèvres, la plume éclaboussante, elle raya violemment son "Gésu" et écrivit au-dessus, sans fautes cette fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DandylionDandylion   18 avril 2020
— Elle est si gracieuse, dit Anne-Sophie.
— C'est une femme dangereuse, dit l'Intendant Royal avec beaucoup de dignité.
— Oui, déclara Monsieur Wenzel, comme le dit le psaume : "Et les plus belles fleurs distillent le poison." Que Barbara soit gracieuse, cela n'empêche pas que les bons chrétiens doivent se garder de ses pompes et de ses œuvres.
Commenter  J’apprécie          10

>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature norvégienne (218)
autres livres classés : îles féroéVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
127 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre