AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2845637667
Éditeur : Xo Editions (29/01/2015)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Le prince Setna, fils cadet de Ramsès II, doit se rendre à la capitale pour questionner son père sur la disparition du vase scellé d'Osiris, un vase unique qui contient le secret de la vie et de la mort. Mais le chemin pour le retrouver est criblé de dangers et rien n'indique que Pharaon acceptera de lui confier la vérité. Setna a pourtant une mission à accomplir : se procurer le livre de Thot, le livre interdit, qui seul pourrait arrêter le voleur, un mage noir aux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Kassuatheth
04 octobre 2015
Dans le deuxième tome, Setna est devenu un scribe ritualiste et Sekhet, une prêtresse de Sekhmet, déesse à tête de lionne. Les deux héros possèdent des pouvoirs encore plus puissants. Ces pouvoirs les aideront à sortir de nouveaux traquenards.
En passant, il serait intéressant de noter que les policiers spéciaux charges de trouver les conspirateurs sont des émules d'Asterix et Obelix. "Cette fois, on n'élabore aucune stratégie, on fonce et on dévaste tout" est leur méthode préférée.
Setna doit s'emparer du livre de Thot au risque de sa vie. Seul les enseignements de ce livre peuvent protéger l'Égypte des attaques du mage noir. de son côté, Sekhet doit déployer tous ses talents pour fuir son propres père et en même temps, se protéger des avances du général Ramesou qui veut à tout prix en faire son épouse.
Les rebondissements continuent de plus belle et à la fin du 2ème tome, les jeux ne sont pas encore fait.
Commenter  J’apprécie          160
DameOdessa
10 juin 2017
J'ai un sentiment plus que mitigé à la lecture de ce deuxième tome...
Bien sur je veux connaitre la suite des aventures de Setna et Sekhet, découvrir la fin (qui semble plus que prévisible...) mais quelque part il y a un air de déjà-vu qui ôte une grande partie du charme de cette lecture.
Peut-être l'aurais-je plus appréciée si je n'avais pas déjà lu des ouvrages de Christian Jacq?
L'auteur utilise toujours les mêmes schémas redondants, les mêmes ficelles et on a réellement l'impression de lire la même histoire avec des personnages différents. En sus, ce tome est... plat. le scénario stagne et quand on l'analyse on se rend compte que les scènes se succèdent sans grande cohérence comme si l'auteur avait voulu les mettre bout à bout sans trouver suffisamment d'inspiration pour les lier les unes aux autres. En outre certains passages sont risibles (l'intervention du Sphinx), utilisés comme des raccourcis scénaristiques et vite expédiés.
Pour ce qui est des protagonistes au final je me suis plus prise d'affection pour les personnages secondaires (Ched et son commando ainsi que le Vieux) que pour les héros (D'ailleurs pourquoi avoir appelé cette série "Les Enquêtes de Setna" alors que c'est plutôt Ched et ses hommes qui mènent l'enquête et prennent la plupart des risques?). Quant au grand méchant... Sans relief et stéréotypé, ses objectifs (le Mal pour le Mal) ne lui octroient pas le moindre début de charisme.
Quand je vois l'épaisseur des quatre tomes et la progression du scénario, je me demande juste pourquoi ne pas avoir regroupé les quatre volumes en un seul livre?
J'espère que ce sentiment de déception s'effacera à la lecture des deux derniers tomes et que l'auteur saura me surprendre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leinavaleski
07 août 2016
Je n'étais déjà pas très satisfaite par la lecture du premier tome et ce fut encore pire pour le deuxième.
J'avais trouvé ridicule que le méchant se dévoile aussi vite, le suspense à propos de son identité aurait pu durer bien plus longtemps. Et mon appréciation au niveau des ennemis de Setna ne s'arrange pas : alors qu'ils auraient tous pu avoir une cause commune sans être liés ou se lier seulement au cours du récit, ils ont tous été contacté par les mêmes personnes et agissent plus sur ordre que par conviction. Je n'ai rien contre les réseaux mais là, ça manque tellement de subtilité que je n'ai pas réussi à apprécier. D'ailleurs c'est le manque de subtilité qui me gêne le plus dans l'ensemble du roman.
*D'abord, au niveau des dialogues : ils sont expédiés à une vitesse hallucinante, chacun se contentant de phrases courtes, qui révèlent tout immédiatement, et sans indications sur les pensées ou réactions des personnages. Il en ressort que chacun fait confiance à n'importe qui (et même les plus "sages" se laissent manipuler en trois phrases) mais aussi que les plans des personnages nous sont connus à chaque instant sans qu'on ait à faire le moindre effort.
*Ensuite au niveau des événements : aucune tension n'apparaît car toute péripétie est résolue dans la page qui suit. Chaque fois qu'un personnage affronte un danger ou tente de résoudre une énigme, c'est terminé en deux ou trois paragraphes.
*Et enfin, parlons des personnages. Hormis le Vieux qui est sympathique, aucun n'a réussi à me toucher. Surement parce qu'ils sont très clichés, le pire étant Ramésou qui est bête et méchant ou Kékou qui veut le pouvoir pour dominer le monde (non mais sérieusement...). Les autres et les relations qu'ils entretiennent sont tellement peu développés que je n'ai pas compris pourquoi je devrais m'intéresser à ce qu'ils vivent.
J'ai déjà lu plusieurs livres de Christian Jacq et je les avais tous trouvés géniaux. Mais là, rien ne m'a séduit et si j'ai terminé le livre c'est parce que ça se lisait très rapidement. Sinon, je n'aurais pas réussi car aucun élément ne m'a donné envie de connaître la suite de l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Domichel
19 octobre 2015
Comme à son habitude, Christian Jacq, aime à faire durer ses histoires. Non que ce soit un défaut, ses romans recèlent de nombreux détails sur la vie quotidienne des anciens égyptiens, mais quelquefois c'est un peu au détriment du concentré de l'intrigue.
Dans ce deuxième tome, les protagonistes suivent leur chemin de prédilection. Ramesou, un peu jaloux de son frère ne rêve que de combats pour éblouir son père.
Setna, à l'inverse préfère enrichir son “bâ” pour accéder à davantage de spiritualité.
Sékhet est obligée de fuir pour continuer à exercer son art, au coeur d'un village perdu, tandis que le mage noir, renseigné sur les décisions de Pharaon grâce au bracelet envoûté, n'a de cesse de nuire au souverain.
L'histoire paraîtrait véritablement très sombre si l'auteur ne se livrait de temps en temps à de petits clins d'oeil prêtant à sourire, quand il glisse dans son histoire une reprise des dialogues des ”Tontons Flingueurs“. (comme dans les enquêtes de Higgins !).
À suivre…
Commenter  J’apprécie          50
emeralda
05 octobre 2016
J'ai lu pas mal de titres de Christian Jacq et si j'ai été presque fan, j'avoue qu'aujourd'hui je ne lis plus aussi assidûment ses romans car je trouve qu'en général l'intrigue ainsi que l'écriture sont assez similaires d'un opus à l'autre. du coup, j'espace mes lectures pour ne pas me lasser et éprouver au contraire les plaisirs simples des retrouvailles avec un genre et un style très familier.
Et c'est d'autant plus facile que la lecture de ce second tome débute par un petit résumé de l'épisode précédent. Idéal pour se rafraîchir la mémoire et ainsi replonger pleinement dans la narration.
J'ai retrouvé presque tout le monde tout de suite car le style de Christian Jacq, c'est aussi pas mal de redites, parfois pédagogiques (descriptions des lieux, des rituels, des traditions etc...). Très vite aussi l'action a repris. Les événements s'enchaînent en un rythme qui se veut régulier : souvent, il y a une petite accalmie avant un nouveau déchaînement des éléments.
L'ensemble est peut-être un peu trop prévisible ou tout blanc, tout noir, sans vraiment de nuances de gris, mais on tourne encore et encore les pages. La mécanique est tellement bien huilée. On se laisse porter.
Et puis, il y a la sagesse de l'Egypte Antique que l'on découvre dans les paroles des illustres protagonistes. Cette vision de l'équilibre parfait à maintenir.
On déniche aussi ici ou là des pans de la vie quotidienne dans l'Egypte pharaonique. J'aime bien ces passages. On a aussi des illustrations à la fin de chaque chapitre avec une légende donnant les indications nécessaire pour bien la comprendre et la remettre dans son contexte.
Le coeur de l'intrigue se dilue un peu trop parfois dans d'autres. Christian Jacq écrit toujours ou presque des sagas en plusieurs volumes. Avec les répétitions, on frise le remplissage, mais pour les personnes lisant peu ou par tout petits morceaux, cela permet d'être toujours remis sur les rails.
Et puis, enfin, on a de l'action et on avance vraiment dans l'intrigue. Une fois la machinerie lancée, c'est le plaisir du lecteur qui prend le dessus.
En bref, voilà un livre très agréable pour des vacances, le soir quand on est fatigué... On se détend, on enquête avec Setna et ses amis, on se dépayse, on voyage aussi dans le temps.
Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
tonpdgtonpdg01 octobre 2015
La reine invoqua la déesse Isis, dont les larmes déclencheraient la crue ; et le roi jeta les offrandes au Nil, en priant sa force vitale, Hâpy, d’animer le flot.
Un profond silence s’établit. La prière des souverains serait-elle entendue ?
Abry et les millions d’autres spectateurs commencèrent à douter ; Ramsès ne bénéficiait-il plus de la faveur des dieux ?
L’œil vif, Dik fut le premier à noter la modification de la couleur du fleuve, adoptant une teinte brunâtre, et l’accélération de son rythme.
— La crue, s’exclama-t-il, voici la crue ! Longue vie au couple royal !
Toutes les poitrines reprirent en chœur ce souhait. Lentement, le cortège retourna au palais où se déroulerait la présentation des cadeaux du nouvel an au pharaon, afin qu’il inonde son peuple de richesses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DomichelDomichel19 octobre 2015
Gisant au fond des roches en fusion, se nourrissant du feu souterrain, elle n’était pas réapparue depuis la fin de la Guerre des Clans, préludant à l’avènement du premier roi, Ménès, et à la naissance de l’État pharaonique. Lors de son incarnation humaine, elle s’appelait Fleur et avait été la maîtresse du roi Scorpion, le plus puissant des guerriers. Après sa disparition physique, les dieux l’avaient emprisonnée aux Enfers.
Force de destruction impérissable, elle nourrissait l’immense serpent des ténèbres qui, chaque nuit, tentait d’assécher le fleuve céleste et de détruire la barque du soleil. Jusqu’à présent, la magie divine avait été victorieuse, mais les puissances obscures ignoraient le découragement et sauraient profiter de la moindre faute de l’adversaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KassuathethKassuatheth29 septembre 2015
Si le sacrifice d'un seul nous procure la victoire, reculer serait la lâcheté suprême.
Page 79

Êtes-vous d'accord?
Commenter  J’apprécie          120
NEOAFRICAINNEOAFRICAIN31 juillet 2016
1) "Quand le mensonge prend la route, il s'égare et voyage mal ; qui croit s'enrichir en mentant deviendra stérile."

2) "Si la situation empirait, la prochaine génération ne boirait que de l'eau! Et ce n'était pas avec ça qu'on avait construit des pyramides."

3) "...ne pars pas à l'aventure si tu ne t'es pas préoccupé de l'endroit où ton âme reposera en paix."

4) "La mort mourra, la vie restera prééminente."

5) "Lis ce livre, relis-le, consulte-le, perçois son enseignement, et entreprends le combat suprême."

6) "...les deux femmes contemplèrent un coucher de soleil d'une splendeur particulière ; l'or du ciel et l'argenté du Nil s'unissaient pour apaiser les âmes et nourrir le vieux soleil, à l'orée des ténèbres."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DomichelDomichel19 octobre 2015
L’ânier tapa sur l’épaule du Vieux.
- S’adapter, c’est la sagesse ! Moi c’est pareil.
T’aurais pas soif ?
- Ma foi…
L’ânier exhiba une outre contenant de l’alcool de dattes
- Je te préviens, c’est du brutal.
Le vieux accepta l’épreuve.
- Tu as raison, c’est une boisson d’hommes.
L’ânier s’offrit une belle goulée
- En cette période de grosses chaleurs, ça désinfecte.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Christian Jacq (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Jacq
Christian Jacq P2
autres livres classés : egypte ancienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
915 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .