AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pef (Illustrateur)
ISBN : 2253148113
Éditeur : Le Livre de Poche (01/03/2000)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 80 notes)
Résumé :
Non, il ne faut pas aller à l’école pour ingurgiter le programme, s’enterrer sous les devoirs et les leçons, entasser les diplômes !
Apprendre, c’est d’abord s’interroger. Formuler ses questions. Chercher les réponses. Critiquer ses propres raisonnements. Suivre son chemin. Apprendre, c’est développer en soi l’irrévérence, l’initiative, la liberté de l’esprit. C’est construire son intelligence.
Après l’immense succès de sa Petite Philosophie à l’usage ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
lilice_brocolis
  18 mars 2015
Tout d'abord, je suis d'accord avec la plupart des points abordés dans ce livre.
Enseignante à l'Université, j'apprécie énormément l'aspect "éducation de l'intelligence" de mon métier, dans le sens où je tache d'éveiller de nouveau principes de raisonnements chez mes étudiants, et qui j'espère ne leur serviront pas uniquement à avoir une bonne note au partiel. Évidemment mes étudiants sont déjà pas mal grands, et cette questions chez les plus jeunes me parait très générale et très inintéressante.
C'est principalement sur ce thème que se fait le chapitre introductif, et j'étais donc très enthousiaste après celui-ci. Malheureusement, la suite ne m'a pas convaincue.
Je ne sais pas si c'est parce que le livre date un peu (pas beaucoup non plus) ou une question de conviction personnelle mais certains "détails" présentés comme des vérités m'ont gênée : il est notamment mis en avant que l'homme est le seul être à évoluer d'avantage par sa culture que par ses gênes, qu'il est le seul à avoir conscience de soi et de sa place dans une société. Dans l'absolu, ce n'est pas une "erreur" bien grave mais quand le sujet est (au moins partiellement) de différencier vérité de croyance, preuves d'intuition, raisonnement de savoirs ça me gêne un peu. Un ou deux autres petits points me gênent pour les mêmes raisons : rien de franchement faux, mais des choses pas franchement juste présentée comme indiscutables. Certains parallèles sont fait sans discussion sur leur pertinence, avec laquelle je n'étais pas toujours d'accord. Ne soyons pas médisant, la distinction entre ce que l'on peut nier et ce qui est vrai est tout de même nettement mieux faite que dans la plupart des ouvrages de vulgarisation à ce niveau.
Parce que oui, on y retrouve une grosse partie vulgarisation présentant des raisonnements et leurs applications, principalement en maths/logique. de ce coté, je n'y ai rien appris, les exemples sont classiques mais c'est mon domaine. J'ai bien aimé la présentation par le raisonnement même si j'aurais aimé que les questions de "formation de l'esprit" soit encore d'avantage mis en avant.
J'ai eu plus de mal avec la partie grand débat. Une certaine neutralité est maintenue (ce livre vient d'échanges eu avec des scolaires) qui du coup dit un peu tout est rien et que je n'ai pas trouvé bien convainquant. Tous les sujets sont évoqués très rapidement et bien mis en contexte - du coup le coeur du sujet est trop court. Pour qui est vaguement à l'écoute de ce qui se passe autour de soi on y trouveras pas beaucoup de nouvelles pistes de réflexion. Et pourtant, je ne suis pas le meilleur exemple en la matière.
Les élèves sont rapidement évoqués et j'ai apprécié cette expérience du contact sur les mêmes sujets face à des publics variés. Mais là encore, rien de très développé.
Au final j'ai ressenti un certain creux dans ce livre, trop touche à tout pour éveiller des remises en questions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Belem
  10 mai 2013
Albert Jacquard fut souvent invité dans les écoles et les Lycées, afin de discuter de génétique avec les élèves. Mais, que ce soit en CM2 ou en Terminale, les questions débordaient souvent le cadre prévu par le professeur, et le célèbre généticien devait évoquer toute sortes de considérations autour de la science. Il dut donc mener lui-même une réflexion pédagogique : comment présenter la science à un jeune public plein d'interrogations, mais souvent aussi plein de réticences ?
Ce livre est le fruit de ces réflexions et de cette expérience.
Il y a pas mal de choses intéressantes dans ce livre, et l'engagement de l'auteur (en direction des sans-papiers, sans-logement et sans-travail) n'y est sûrement pas étranger. Albert Jacquard est un humaniste, un militant, notamment quand il détaille ses arguments scientifiques (il est généticien des populations), mais pas seulement, pour dénoncer le racisme.
Par contre, l'objet du livre – c'est le sous-titre – est de montrer que les sciences peuvent être abordées sous l'angle du plaisir et donc devenir accessibles à un large public, et là, je trouve qu'il rate sa cible. Car, nonobstant les affirmations et les propositions d'exercices d'Albert, les mathématiques ont du mal à se montrer autrement que rébarbatives pour les gens qui n'arrivent pas à entrer dans cet univers codifié.
Personnellement, je trouve donc que ce n'est pas très probant, et finalement assez désespérant, puisque même un polytechnicien, malgré son expérience et sa réflexion sur le sujet, ne parvient pas à présenter la science sous un aspect plaisant.
Il n'y a sûrement pas de solution miracle pour rendre la science plaisante à tous (pour des raisons sociales plutôt que de méthode), et sur ce plan là, comme sur d'autres, l'humanité à encore bien des progrès à faire. du coup, sa réflexion, issue de son expérience, semble anecdotique. L'idée force du livre, c'est plutôt que l'école doit être un lieu où les jeunes se forgent leurs outils de compréhension du monde, et non un lieu de bachotage où l'on apprend des réponses toutes prêtes à des questions entendues. Et que c'est également cette démarche qui peut faire des jeunes élèves de futurs citoyens du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Apikrus
  04 janvier 2013
Albert Jacquard, célèbre généticien également connu pour son engagement politique, relate ici quelques unes de ses expériences d'exposés ou de conférences devant des classes d'élèves, du Cours Moyen à la Terminale. Il explique les raisons de sa démarche, ce qu'il en a personnellement appris, l'espoir qu'il en a retiré et le sentiment d'injustice et de gaspillage qu'il a parfois ressenti devant ces élèves de niveaux scolaires et de classes sociales divers.
Même si cette mise en perspective est intéressante, j'ai beaucoup plus apprécié les quelques passages du livre dans lesquels l'auteur expose des expériences ou réflexions d'ordre scientifique.
Une lecture qui incite de manière simple à réfléchir sur notre société et notre système scolaire.
Commenter  J’apprécie          120
Marti94
  23 mars 2015
J'aime beaucoup ce livre car j'ai participé à sa création en direct. Enfin c'est mon fils ainé qui a eu la chance d'avoir une institutrice de CE2 qui était en contact avec Albert Jacquard. Les élèves ont travaillé toute l'année sur le thème des sciences et les parents ont été invités à discuter avec ce grand humaniste. Je me souviens parfaitement de son discours sur l'émulation et l'importance de lutter contre soi-même et non contre les autres (en opposant émulation à compétition) et du rôle de l'école pour l'épanouissement des enfants.
Basé sur la rencontre et l'écoute des jeunes, cet essai étudie le rôle de la science dans l'éducation et plus largement dans la formation des esprits.
Une lecture qui incite de manière simple à réfléchir sur notre société et notre système scolaire.
Commenter  J’apprécie          70
Pierrot
  29 août 2008
C'est frais, simple et intelligent. Son point de vue sur la société en tant que généticien m'a particulièrement intéressé. Suite à cette lecture, j'ai presque envie d'aller mettre la main à la pâte !
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
BelemBelem   10 mai 2013
« Si l'on avait annoncé aux paysans d'autrefois qu'un jour il faudrait cent fois moins d'heures d'efforts pour produire un quintal de blé, ils auraient souhaité la venue rapide de ce nouvel âge d'or et imaginé les multiples fêtes qui rythmeraient les saisons. Aujourd'hui, cette prédiction est réalisée, mais il n'y a plus de fêtes et les paysans ont dû quitter les villages pour venir s'entasser dans les banlieues des mégapoles. (…) Un jour viendra où il n'en faudra plus du tout [d'efforts] ; les machines remplaceront presque totalement l'homme. Nous devrions nous en réjouir. Or stupidement, par manque d'imagination devant des conditions nouvelles, nous le déplorons. Pour maintenir le système de répartition d'autrefois, certaines entreprises s'évertuent à produire des biens rigoureusement inutiles, les 'gadgets' qui envahissent notre quotidien, dont elles s'efforcent de persuader le public qu'ils sont nécessaires. Cela donne du travail à ceux qui les produisent, à ceux qui en font la publicité, à ceux qui en font la publicité, à ceux qui les vendent, à ceux qui les détruisent. Ce travail, finalement, n'est qu'une fatigue inutile et souvent destructrice des ressources non renouvelables de la planète. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
BelemBelem   10 mai 2013
« Les avancées scientifiques du siècle qui s'achève ont totalement bouleversé notre regard sur l'univers ; le cosmos que l'on croyait stable s'est révélé être en expansion ; les atomes insécables qui constituaient la matière sont devenus des agglomérats de particules évanescentes ; le temps défini comme une référence absolue permettant de mesurer la succession des événements a fait place à la relativité de durées variables selon le mouvement de l'observateur et selon la densité des masses voisines ; aucun des mots que nous utilisons pour décrire le monde réel n'a gardé un sens identique à celui qu'il avait il y a quelques décennies. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
line70line70   22 mars 2011
Récompenses et considérations devraient aller non à celui qui lève le doigt car il connaît la réponse à la question posée, mais à celui qui lève le doigt car il n'a pas vraiment compris l'explication donnée. Contrairement à l'opinion courante, celui-ci fait preuve d'intelligence, plus sans doute que ses camarades qui, eux, pensent avoir compris, ou n'osent pas avouer leur incompréhension. Car comprendre que l'on n'a pas compris est ce qui est le plus difficile à comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
BelemBelem   10 mai 2013
« L'évocation du racisme est aussi l'occasion d'une réflexion que les élèves ont rarement entendue, même en Terminale : le piège logique de l'opposition entre 'égalité' et 'hiérarchie'. Lorsque deux nombres ne sont pas égaux, il est vrai que l'un est supérieur à l'autre, une hiérarchie existe entre eux. Mais lorsque deux ensembles ne sont pas égaux, on peut affirmer qu'ils sont différents, mais affirmer que l'un est supérieur à l'autre nécessite de caractériser chacun par un seul nombre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BelemBelem   10 mai 2013
« Le rôle de la société est de fournir à tous une information rigoureuse et d'apporter des précisions scientifiques sur la réalité, tout en s'efforçant d'écarter les fantasmes forgés au cours de périodes obscurantistes où l'on ignorait l'essentiel des processus de la procréation. Dans ce domaine comme tant d'autres, la science ne fournit pas 'la' réponse à un problème moral ; elle permet du moins d'en énoncer objectivement les termes. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Albert Jacquard (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Albert Jacquard
"On est en train de sélectionner les gens les plus dangereux"
autres livres classés : système scolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Hommage à Albert Jacquard, décédé le 11/09/2013

Albert Jacquard est né à Lyon en ...

1915
1925
1935
1945

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Albert JacquardCréer un quiz sur ce livre