AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9789061536673
224 pages
Éditeur : Fonds Mercator (23/03/2013)
4.6/5   5 notes
Résumé :
Depuis la rétrospective présentée à l'Ecole des beaux-arts en 1899, un an après le décès de l'artiste, aucune institution culturelle parisienne n'avait consacré d'exposition aux peintures d'Eugène Boudin (1824-1898). En réunissant 65 de ses oeuvres, le Musée Jacquemart-André a choisi de mettre à nouveau à l'honneur cette figure majeure de la scène artistique de la deuxième moitié du XIXe siècle. Etabli par Laurent Manoeuvre, commissaire général de l'exposition et gr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
jvermeer
  15 février 2020
******
« Devant la nature, c'est à méditer qu'il faut s'exercer. de grands ciels puissants, profonds, vaporeux, légers, et, là-dessous, un morceau de la terre ou des bateaux, mais que ce soit grand, idéalisé, comme je l'entrevois. » - Eugène Boudin
« Sans connaître l'homme, je l'avais en grippe ». C'est ce que pensait Claude Monet à 17 ans en voyant la peinture d'Eugène Boudin, son aîné, âgé de 34 ans, un normand comme lui.
Depuis plusieurs années déjà, Monet dessine, la plupart du temps des personnages qu'il affuble de figures grotesques. En fait, il caricature ! Il s'amuse beaucoup et, talentueux, il vend : 15 ou 20 francs suivant la tête du client. le succès, si jeune, le grise.
En 1858, c'est la rencontre.
Au Havre, le papetier encadreur Gravier exposait conjointement dans sa boutique, les caricatures de Monet dont le talent faisait s'esclaffer toute la ville, et les paysages de Boudin. Il voulait organiser une rencontre entre les deux artistes.
Boudin entre dans la boutique ou Monet examinait des toiles. Aussitôt l'encadreur fait les présentations. Boudin complimente le jeune Monet :
- Quel coup de crayon ! Je regarde toujours avec plaisir vos croquis. Vous êtes doués. C'est enlevé, leste. Bravo ! J'espère que vous n'en resterez pas là. Apprenez à voir et à peindre, dessinez, faites du paysage.
Devant l'obstination de Boudin, Monet, peu convaincu, accepte de venir peindre en plein air aux alentours du Havre, en bordure de mer. Des années plus tard, il racontera : « Quelle révélation ! Je fus illuminé. La lumière venait de jaillir. ». Il avait fait connaissance avec la peinture de l'instantanéité, de la fugacité des choses, de la brièveté du temps.
« Si je suis devenu un peintre, c'est à Eugène Boudin que je le dois » reconnaîtra Monet.
Toute sa vie, Eugène Boudin restera le peintre des bords de mer. En face de la mer et du ciel, il étudie la traduction au plus juste des deux éléments.
« Nager en plein ciel, arriver aux tendresses des nuages, suspendre des nappes, au fond bien lointaines dans la brume grise, faire éclater l'azur ».
Un jour, Corot, le peintre des paysages vaporeux, regarde longuement les marines de Boudin et lui dit : « Boudin, vous êtes le roi des ciels ».
Outre Corot et Claude Monet, curieusement, ce peintre de marines peu connu, va être encensé par deux artistes célèbres du moment :
Un peintre, Gustave Courbet : Toujours au Havre, en 1859, comme avec Monet un an auparavant, Courbet découvre chez un marchand les marines de Boudin. Séduit, il demande à le rencontrer. Et le grand Courbet, le peintre de « Bonjour, monsieur Courbet » ou « Un enterrement à Ornans », va se lier d'amitié avec l'humble croqueur de nuages et de ports. Ils vont peindre ensemble sur le littoral des vues de la Manche. Courbet, enthousiaste, s'exclame : « Nom de Dieu ! Boudin, vous êtes un séraphin, il n'y a que vous qui connaissiez le ciel ! ».
Un poète, Charles Baudelaire : Baudelaire est le scandaleux auteur des « Fleurs du mal » qui a été condamné à une amende pour outrage à la morale publique et aux bonnes moeurs. Rien que ça… Ami de Courbet et virulent critique d'art, il va apprécier, au Salon de 1859, les marines pastellés de Boudin : « A la fin tous ces nuages aux formes fantastiques et lumineuses, ces ténèbres chaotiques, […] ces fournaises béantes, ces firmaments de satin noir ou violet, fripé, roulé ou déchiré, […] toutes ces profondeurs, toutes ces splendeurs me montèrent au cerveau comme une boisson capiteuse… »
Même Emile Zola reconnaissait en Boudin « son originalité exquise ».
« Scène de plage à Trouville, 1869 » : Eugène Boudin s'essaye à un nouveau genre : les plages de Trouville, Deauville, en front de mer, avec des élégantes en crinoline, assises sur le sable, s'abritant du soleil sous leurs ombrelles, discutant sur la plage. « On aime beaucoup mes petites dames sur la plage disait-il en riant. »

« Entrée du port du Havre, 1883 » : Lorsqu'il ne peint pas les plages, Boudin aime représenter les ports avec leurs ciels houleux et changeants accompagnant de superbes navires toutes voiles dehors.
« Pêcheuses sur la plage de Berck, 1881 » : Boudin s'intéresse à la vie des gens simples : paysans, pêcheurs, lavandières. Dans leur vie quotidienne, il retrouvait ses origines modestes de fils de marin de Honfleur.
1874 : La grande révolution de la peinture impressionniste va naître à l'occasion d'une banale exposition de peintres indépendants, quasi inconnus, organisée dans les locaux du photographe Nadar, boulevard des capucines à Paris. Cette année-là, Eugène Boudin, plus âgé, est invité par Claude Monet à exposer dans le groupe. Ses couleurs n'ont pas la vivacité de ses jeunes confrères. Ses marines sont peints dans une gamme de gris. Par la suite, il veillera à rester « indépendant », ne relevant pas d'écoles consacrées. Il tracera son sillon en solitaire.
« J'aurai peut-être eu aussi ma petite part d'influence dans le mouvement qui porte la peinture vers l'étude de la grande lumière, du plein air, de la sincérité dans la reproduction des effets du ciel. »
***

Lien : http://www.httpsilartetaitco..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          258
tynn
  24 juin 2013
Que j'aime Eugène Boudin, ses ciels normands incomparables, ses scènes de plage avec petites dames aux crinolines volant au vent, sa peinture de bord de mer et de ports!
Dans une autre vie, je pourrais peut être avoir un "petit Boudin" sur le mur de mon salon!
En sortant de la très belle exposition parisienne que le musée Jacquemart-André a consacrée à ce peintre, je ne pouvais que craquer pour le livre dédié.
Ce fut un complément idéal après une visite précédente au musée Malraux du Havre, riche d'une grande collection de peintures de E.Boudin
Commenter  J’apprécie          131

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PasoaPasoa   24 juillet 2018
Les progrès qu'on rêve, hélas, toute sa vie sans jamais les atteindre - ombre qui s'évade aussitôt qu'on veut la saisir !... Néanmoins, c'est peut-être toute l'espérance du peintre de courir après cette chose fugitive qui lui fait recommencer constamment la même course sans jamais se décourager.

p. 26 (lettre d'Eugène Boudin à Pieter Van der Velde, le 17 novembre 1889)
Commenter  J’apprécie          60
jvermeerjvermeer   04 mai 2020
******

Ne jamais ternir la couleur, c’est une fleur. Si l’on y passe et repasse le doigt, il n’y a plus de velouté, plus de charme, plus de coquetterie. Et puis, ces tons ternes et plombés, il faut les bannir à tout jamais.

***
Commenter  J’apprécie          70

Video de Musée Jacquemart-André (1) Voir plusAjouter une vidéo

René Huyghe
- René HUYGHE : les ouvrages qu'il a écrits sur l'art et en particulier sur l'histoire de l'art contemporain. Lui-même a peu peint. Maintenant dirige le Musée JACQUEMART ANDRE. Evoque André MALRAUX qu'il a connu dans la Résistance. La relève du réel par l'imaginaire. Comment il a préparé et réalisé l'évacuation des oeuvres du Louvre en 1940. Ses origines, sa famille et ses études ;...
autres livres classés : eugene boudinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
807 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre