AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Nicolas Jaillet (Autre)
EAN : 9782358876391
288 pages
La manufacture de livres (11/06/2020)
3.3/5   113 notes
Résumé :
Jeune institutrice, Julie mène une vie tranquille de célibataire sans histoire. La première surprise, c'est ce bébé dans son ventre, arrivé là mystérieusement et pourtant, elle sait bien qu'un enfant, ça ne se fait pas tout seul. La deuxième surprise, plus grande encore, c'est que cette grossesse développe chez elle d'étranges pouvoirs. Ne lui reste plus qu’à mener l’enquête pour comprendre ce qui lui arrive et régler ses comptes…
À mi-chemin entre Kill Bill ... >Voir plus
Que lire après Mauvaise graineVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
3,3

sur 113 notes
Ce matin-là, Julie, jeune institutrice, se réveille, toute habillée, avec un sacré mal de crâne... dans sa classe ! Confuse, elle peine à se rappeler les événements de la veille. Des bribes d'images... l'après-midi avec une mère d'élève, la soirée au resto avec les copines et leurs mecs, Kévin, le seul célibataire qui lui semblait tout destiné (merci les copines) et qui, un peu lourdingue, a fini la soirée avec une fourchette plantée dans la main et les deux flasques de gin bues dans sa voiture ! Elle comprend alors qu'elle est venue ici pour se cacher. Étonnamment, ses amies et collègues, Magali et Céline, ne font pas cas de son geste au resto et Kévin semble avoir disparu des écrans-radars. Quelques jours plus tard, ayant tenu parole de ne plus boire une goutte d'alcool, la jeune femme se sent nauséeuse. Si Magali lui demande si elle n'est pas enceinte, elle en rigole puisque ça fait des mois qu'elle est célibataire et que le dernier mec à l'avoir approchée est ce fameux Kévin. Sauf qu'elle se rend compte qu'elle a un mois de retard. Aussi, par prudence, décide-t-elle de faire un test de grossesse. Et quelle n'est pas sa surprise de découvrir qu'elle est enceinte ! Un bébé ne se faisant pas tout seul, elle n'a pourtant aucun souvenir d'avoir couché avec quelqu'un il y a quelques semaines...

♫♪ Elle a fait un bébé toute seule, elle a fait un bébé toute seule... ♪♪ Julie pourrait fredonner ou même chanter à tue-tête cette chanson tant elle semble s'appliquer à la perfection à son cas. Si, avec sa bonne copine, Magali, elle tente de mettre un visage sur l'éventuel géniteur, ses recherches vont l'amener vers un terrain inconnu mais surtout inimaginable et à se poser moult questions auxquelles elle semble plus que jamais déterminée à trouver des réponses. Et c'est avec très grand plaisir que l'on suit les (més)aventures de Julie, jeune trentenaire pimpante, drôle, dynamique, attachante et aux super-pouvoirs soudains et inattendus. Si le début du roman se teinte des couleurs feel-good, il prend un virage surprenant et n'en devient que plus original. Des rebondissements, des révélations, des dialogues percutants, des personnages rocambolesques... l'on ne s'ennuie pas un seul instant avec cette histoire un peu folle, jouissive, survoltée, empreinte de fraîcheur, à l'image de la plume de Nicolas Jaillet.

Commenter  J’apprécie          634
Mais quel délice que ce roman !

Et comme j'avais lu le tome 2 ( Fatal Baby ) avant ce tome 1, on peut dire qu'il partait avec un sérieux handicap : plus de surprise , je savais ce qu'il allait se passer. Et non, c'est tellement bien, tellement marrant, tellement tonique, survitaminé, tellement jubilatoire, que j'ai adoré !


Julie est instit' dans le Sud de la France. elle a des amies ( dont des collégues), elle sort souvent , mais elle est célibataire. Aussi se trouva -t-elle fort étonnée quand elle vit les deux traits bleus sur son test de grossesse. Oui, parce qu'il y a un problème : Julie ne se souvient absolument pas d'avoir couché avec qui que ce soit... Et un bébé ne se fait pas tout seul. A moins que...
D'ailleurs, ce n'est pas le seul truc bizarre dans sa vie, on dirait bien que cette grossesse lui donne de supers pouvoirs. du gentre Super Woman...
Alors qui ? Comment ? Pourquoi ? Ça , elle a bien l'intention de le découvrir et de nous amener avec elle, dans son espèce de road trip !


Et nous, on suit, à cent à l'heure, enchantés, se demandant ce qu' a prévu l'auteur, ce qu'il nous a concocté, si on est dans un roman fantastique, avec une super héroïne, ou dans un thriller... (La réponse , c'est : entre les deux, camarade.. .Et avec de l'humour, de la castagne, de la grande marrade ).

Ça se lit un peu comme une BD.
Survitaminé, intense, furieusement rock'n roll, drôle, inventif, frais, moderne .
Je me suis régalée...
Commenter  J’apprécie          534
Grosse surprise à la lecture de ce livre qui pour moi est original, surprenant, décalé. En bien en mal ? Ça c'est à vous de vous faire votre opinion mais moi je ne m'attendais pas à ce type de lecture, même si « Femme Actuelle », nous annonçait en 4ème de couverture : « l'auteur nous entraine avec jubilation dans un roman entre Kill bill et Bridget Jones » On a l'impression de partir au départ sur un roman feel good et puis on va prendre un virage à un moment où là on ne comprend plus dans quel univers on est, on y est pas préparé. Ce livre est un peu un mélange de genres. Julie est célibataire, institutrice, petite vie tranquille. Elle aime faire la fête et boit parfois un peu trop. Un jour, grosse surprise, elle est enceinte ! Petit soucis, c'est qu'elle boit tellement qu'elle ne sait absolument pas qui est le père car elle n'a aucun souvenir de relation. Elle va donc devoir mener l'enquête. Autre petit détail, cette grossesse développe chez elle des sortes d'étranges pouvoirs. Avec ce type de livre j'ai toujours un avis partagé, car la lecture me perturbe, mon coeur balance… je n'ai pas détesté mais ce n'est pas un coup de coeur aussi. Ca change, ça fait du bien d'être parfois surprise par sa lecture.
Commenter  J’apprécie          300
Quel rythme ! C'est dynamique, enlevé, de la veine de ces pageturners qui t'attrapent dès l'accroche et ne te relâchent qu'à la dernière page.

Un instant, j'ai craint le côté feelgood de cette enseignante qui se découvre enceinte, cherchant le père putatif dans sa bande de Friends… C'est là que Jaillet renverse la table et t'embarque chez Marvel en dotant sa Julie de super-pouvoirs pour lui permettre de lutter contre les super-vilains.

C'est gros ? Peut-être, mais ça fonctionne plutôt pas mal et permet au deuxième effet kiss-cool de Mauvaise graine de faire ses effets en t'entraînant dans des thématiques aussi diverses que la dualité, la manipulation, l'acceptation de la maternité, les frontières de l'amitié-amoureuse à moins que ce ne soient celles de l'amour-amical.

C'est barré, c'est bien écrit, c'est moderne, bref j'achète !
Commenter  J’apprécie          290
Et de la sombre production de romans noirs jaillit le nouveau Jaillet. Avec sa Mauvaise graine, il nous offre son grain de sel et de folie, sans se prendre au sérieux. Et que ça fait du bien !

Voilà bien le genre de roman inclassable, même si c'est bien un thriller. « À mi-chemin entre Kill Bill et Bridget Jones », dit l'accroche commerciale. Et bien, figurez vous que c'est bien vu. Nicolas Jaillet est un touche à tout, et cette caractéristique rend son livre aussi unique et détonnant.

L'histoire débute de manière très classique, mettant en scène une institutrice trentenaire, célibataire, bien ancrée dans sa vie, avec ses amis.

Bon, ça dérape un peu quand elle débute le récit au sortir d'une murge mémorable, après une soirée piquante (au sens premier). Et c'est étrange, les vomissements semblent vouloir durer.

Si on a déjà lu l'auteur, capable d'écrire du Noir comme des romans plus légers, on comprend vite que ses héroïnes ne sont pas des faire-valoir. Il aurait un côté féministe le Jaillet ? Non, je crois plutôt qu'il aime particulièrement ces personnages-là, la preuve sa nana se comporte parfois comme un mec. Même avant qu'elle devienne extraordinaire (et elle va l'être sacrément), Julie est une femme qui ne s'en laisse pas conter.

Alors qu'elle découvre être enceinte, bien qu'étant abstinente depuis quelques temps, on se dit que le miracle ne va pas prendre la forme qu'on imagine. Plus son ventre s'arrondit, plus des pouvoirs étranges apparaissent.

L'histoire est prenante, bourrée d'action, les chapitres sont courts, et rendent cette lecture addictive. Mais, clairement, ce qui fait la grande différence, c'est l'écriture.

Les dialogues sont percutants, les descriptions mordantes, la plume piquante et drôle. Un pur bonheur !

Julie n'a rien d'une super héroïne. Elle a du caractère, des valeurs, et l'envie de s'amuser. Mais, les circonstances et certaines personnes, vont faire voler en éclat le monde et les murs qu'elle a essayé de construire. Manque de bol, pour eux, son tempérament de feu se révèle à leur détriment.

Cette intrigue, diablement fun, est donc à prendre à différents degrés, comme un bonbon acide. Parce qu'un certain côté feelgood côtoie des thématiques plus sombre à travers un rythme effréné.

Certaines scènes, parfois chaudes d'autres fois remuantes, sont assez mémorables. C'est tout le talent de Jaillet d'ainsi donner du peps à ces passages.

Mais sous une certaine légèreté, il propose un chouette portrait de femme de notre temps, bien ancrée dans notre société, mais qui décide (ou se retrouve contrainte) de faire un pas de côté et de sortir du système. On y retrouve sa façon de parler de marginalité, de désillusion et de désenchantement.

Mauvaise graine est une histoire haute en couleurs, improbable mais tellement jouissive. Nicolas Jaillet sait rendre sa plume fantasque, drolatique mais aussi humainement touchante. Pour au final un moment de lecture décalé mais pleinement vivant.
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
Commenter  J’apprécie          171

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
En arrivant au restaurant, elle a tout de suite senti l'arnaque. D'abord, ça devait être un dîner de filles. On le lui avait vendu comme ça. Un dîner de filles. Et quand elle est arrivée, comme une fleur, un peu à la bourre, mais pas plus que d'habitude, elle a pu constater, ô surprise, que non seulement tout le monde était là, mais que tout le monde était en surnombre.
Les putes.
Elles avaient amené leurs mecs.
Toutes.
Trois filles, trois mecs. Céline et Samy; Magaly et Jigé ; Aurélie et Patrick.
Mais ce n'était pas tout. Cerise sur le gâteau, elles avaient apporté un gonze en plus.
Commenter  J’apprécie          170
Bon, les mecs ! Que les choses soient claires : ça reste un dîner de filles. Vous savez ce que ça veut dire.
- Faut qu'on mette des jupes ? demande Patrick.
(…)
- Nan. Ça veut dire qu'on est des putains de princesses. On fait ce qu'on veut. On rote, on pète, on se gratte les couilles...
- … comme des princesses, hasarde Samy.
Magali le fusille du regard. Elle n'a pas fini.
- Mais surtout... (…) surtout... (…) on a toujours RAISON !
Commenter  J’apprécie          210
Julie verse l'eau bouillante dans le mug et y trempe un sachet. Elle achéte encore ses tisanes au supermarché. Un jour, elle ira dans un de ces magasins de bien-être pour institutrices Télérama. Elle se fera les papilles sur de la bergamote premier cru, du jasmin de ouf, cueilli à la lune ascendante par des vierges nubiles , au Tadjikistan. Cent balles le gramme. Elle aura monté d'un cran, dans le bien-être. Elle se garde cette carte à jouer pour plus tard, quand le besoin se fera sentir de monter en gamme. La tisane, ça doit être comme l'héroïne, une fois qu'on est dedans, on en veut toujours plus.
Commenter  J’apprécie          140
-Un test de grossesse ? répète la pharmacienne en hurlant. Oui, bien sûr ! Vous avez une préférence ?
Une préférence. Julie observe la rouquine en espérant lui faire comprendre que sa question a peut-être un petit quelque chose de bizarre. Existe-t-il, selon elle, des gens qui consomment assez de tests de grossesse pour avoir leur marque préférée ?
Commenter  J’apprécie          220
Les petis connards qui l'ont gonflée depuis qu'elle est môme. Les trous du cul qui vont faire de grandes écoles et gagner plein de pognon, parce que leurs parents en avaient déjà, du pognon, et qu'ils peuvent leur payer des études, quels que soient leurs efforts et leurs talents. Elle, Julie, a eu son bac avec mention très bien, mais elle a dû se rabattre sur le truc qui payait, le plus vite possible. Professeure des écoles. Parce que sa mère à elle était seule , dépressive et fauchée. Promotion au mérite, mon cul.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Nicolas Jaillet (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Jaillet
Reprendre corps
Réécrire l'Histoire et les histoires, se réapproprier le corps du texte. Si le langage forme notre façon de penser, les légendes et mythes fondateurs façonnent notre perception du monde. Et si nous avons les mythes en commun, c'est bien pour les questionner, les interpréter et faire un lieu où l'imaginaire peut influencer le réel.
Animé par Willy Richert.
Avec les auteur·rice·s Estelle Faye (La Dernière Amazone, Rageot), Murielle Szac (L'Odyssée des femmes, L'Iconoclaste et L'Odyssée d'Homère, RMN), Stéphane Bientz (Le Goût du sel, Espaces 34) et Nicolas Jaillet (Frater, In8).
Avec la participation de Faustine Aynié-Yvinec et des élèves de 3eA du collège Valmy - Paris (75). Un grand merci à Eva Mouillaud, professeure.
Et la voix de Cécile Ribault Caillol pour Kibookin.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (208) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2784 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..