AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782379351006
Éditeur : Leduc.S Editions (27/05/2020)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
D’où vient le terme « intelligence artificielle » ? Peut-on vraiment parler d’« intelligence artificielle » ? Qu’est-ce que le Big Data, le deep learning ou le machine learning ? L’intelligence artificielle est-elle nouvelle ? Que va-t-elle réellement changer dans nos vies ? Faut-il en avoir peur ?

En ce début de xxie siècle, l’intelligence artificielle semble être de tous les débats et alimenter tous les catastrophismes. On nous explique qu’elle pour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Christw
  27 juillet 2020
Ce livre édité en 2020 brosse un panorama objectif et actuel des développements de l'intelligence artificielle (IA), incluant ceux que la crise du coronavirus accélère. Contrairement à ce que l'on peut attendre, l'aspect technique n'est pas très poussé, il s'agit plutôt d'un ouvrage d'intérêt général, vraiment exhaustif, qui met l'accent sur les possibilités actuelles et futures de ces techniques informatiques, ainsi que sur les dangers de dérives et abus. Les auteurs, père et fils Jakobowicz, se gardent de prendre position, mais ce qui doit être dit l'est sans ambages.
Après une première partie qui brosse l'historique et signale les déceptions et hibernations du secteur, la seconde aborde davantage l'aspect technique. On note que les programmes d'intelligence artificielle, grâce aux performances élevées des machines actuelles, ne sont jamais «que» des algorithmes relativement simples, exécutés très rapidement, qu'on applique à un très grand nombre de données. Dans les requêtes plus complexes, les algorithmes sont superposés en couches successives. L'acquisition de grands volumes de données est la base indispensable aux systèmes d'IA. Tous les moyens sont bons pour les récolter, depuis les cookies qui mémorisent nos activités et nos goûts jusqu'aux "CAPTCHA" : on apprend que lorsque l'on clique sur ces images, l'on travaille gratuitement pour Google, car ceci permet de gonfler le stock d'informations pour la reconnaissance d'images en IA.
Apprentissage : les expressions "machine learning", "deep learning" et "transfer learning" sont succinctement expliqués. Ainsi, en reconnaissance visuelle, la machine ne «voit» pas, elle mémorise les caractéristiques des pixels d'un tas d'images représentant tel sujet, un chat par exemple, afin d'apprendre à détecter l'animal sur n'importe quelle image. Il ressort surtout de ces techniques que si la machine est capable d'apprentissage, l'explication des processus déterminant une décision est insatisfaisante : "Ceux qui prônent une adoption massive de l'intelligence artificielle ont tendance aujourd'hui à mettre en avant des arguments visant à accepter cet inconnu lié aux algorithmes plutôt qu'à parier sur une meilleure explicabilité de ces derniers. L'un des arguments évoqués est la difficile explication de nos décisions humaines." Oui, mais on demandera quand même à un médecin d'exposer les symptômes qui lui ont permis de déceler une maladie !
Pour ma part, au plan plus technique, j'ai été intéressé par le système "Hadoop" (p 65) qui permet d'accélérer la recherche d'informations sur d'immenses bases de données en les répartissant sur plusieurs serveurs. Par exemple, un assureur veut connaître toutes les transactions de ses clients en rapport avec l'un de ses produits : la recherche ne s'effectuera pas sur l'ensemble des données en ordre séquentiel, mais en parallèle sur chaque serveur qui en contient une partie, divisant le temps de requête par le nombre de serveurs. Pour certains systèmes, en effet, la vitesse d'accès aux informations est vitale : chez "Amazon", une minute de blocage coûte 6000 commandes et un gros manque à gagner...
On remarque également qu'un système de données distribuées implique une augmentation du nombre de serveurs consommateurs d'énergie. Saviez-vous que l'énergie nécessaire à l'envoi d'un simple courriel avec pièce jointe est comparable à celle d'une ampoule électrique pendant une heure ? (p 207)
Dans la troisième partie, sont exposés les différents types d'IA, de l'assistant personnel qui gère un agenda à la voiture autonome, en passant par les applications dans le domaine de la santé et de l'armée. du robot qui aide à la consultation médicale au drone tueur, on découvre le tableau étonnant d'innovations qui relevaient hier encore de la science-fiction. Les auteurs ne manquent pas de souligner les dangers et problèmes qu'occasionnent ces applications, tant au niveau de la sphère privée que par l'excessive emprise de grandes sociétés (GAFAM) et d'États totalitaires sur la population (Chine).
S'il fallait absolument lire une partie de cet ouvrage, la quatrième "Quel avenir pour l'Intelligence Artificielle ?" m'a paru la plus significative. Les auteurs s'y montrent circonspects. Certains métiers sont menacés par le développement de l'IA et j'ai été surpris d'apprendre que les programmeurs et les juges sont impactés. Car se développe rapidement aujourd'hui une IA permettant de transformer une description des fonctionnalités d'un programme en code informatique. de même, il existe désormais aux États-Unis des systèmes capables d'automatiser des décisions de justice : "Cet outil reste aujourd'hui une aide à la décision (le juge décide toujours), mais il peut l'influencer, et on imagine bien que ce type de mécanisme peut assez facilement se passer de validation humaine". Les biais de la «boîte noire» des algorithmes évoqués plus haut (explicabilité) peuvent affecter gravement ces dernières décisions.
Au rang des opportunités, le développement de l'IA permet une plus grande spécialisation des métiers, davantage d'emplois dans la gestion humaine, une baisse de la pénibilité et la valorisation de compétences transverses (relationnel, créativité, ...).
Les auteurs ne croient guère à la prise de contrôle de la société par la machine (cf "Skynet/ Terminator") et pensent que l'IA telle qu'on la connaît aujourd'hui, malgré d'énormes avancées, souffre de son incapacité à créer une représentation du monde. La recherche en IA est confrontée à l'absence de toute théorie scientifique concernant l'intelligence humaine, de sorte qu'elle avance sans direction précise. (p 216)
Pour conclure, retenons d'abord que "même s'il existe des risques de dérives, presque aucune invention n'a été abandonnée à cause de critères moraux". L'arrivée de l'intelligence artificielle dans nos vies peut être très utile et implique des enjeux et des risques que ce livre nous aide à comprendre avec les bonnes clés.
Merci à Babelio et aux éditions Leduc.s (opération Masse Critique).

Lien : https://christianwery.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
FeyGirl
  11 juillet 2020
Je remercie Babelio et les éditions Alisio pour l'envoi de ce livre.
Les deux auteurs (père et fils) connaissent bien l'intelligence artificielle grâce à leurs activités professionnelles. Cet ouvrage a pour objectif d'expliquer au grand public ce qu'est, et surtout ce que n'est pas, l'intelligence artificielle.
Pari réussi !
J'avais souvent songé que le terme « intelligence artificielle » était une formule marketing, et que la technologie d'aujourd'hui est encore très éloignée des robots de science-fiction qui ont une conscience autonome… comme un être humain. Ce livre le confirme, sans exclure l'idée que dans le futur un robot « pensant » et concurrençant l'humain serait possible, mais certains chercheurs n'y croient pas.
Il est intéressant de voir retracer l'histoire des sciences qui ont amené aux technologies actuelles. C'est très instructif pour tous les amateurs d'Histoire.
Surtout, les auteurs prennent le temps de décrire simplement comment fonctionnent les technologies existantes : les algorithmes, le big data, le machine learning et les modes d'apprentissage plus récents… Enfin des explications claires sur des processus qui envahissent nos vies quotidiennes, et qui vont bouleverser des secteurs entiers de l'économie… mais aussi la sécurité et l'armée. Les implications éthiques sont vertigineuses.
Les auteurs n'éludent pas les dérives possibles, en listant précisément certaines orientations envisagées, voire testées. Des exemples concrets d'événements récents (moins de 10 ans) prouvent que les modifications profondes des sociétés sont réelles.
Même nous sommes encore très loin des machines pensantes, il est perturbant de constater que l'intelligence artificielle se transforme parfois en boîte noire y compris pour les spécialistes, quand ils ont des difficultés à comprendre pourquoi un programme arrive à une conclusion inattendue.
Un essai utile, et à recommander à tous ceux qui s'intéressent au sujet et qui aimeraient avoir une information complète sur l'état actuel des recherches et leurs implications. Terminator n'est pas pour demain, cependant les possibilités offertes aux gouvernements ou aux entreprises privées sont inquiétantes.

Lien : https://feygirl.home.blog/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Salix_alba
  15 juillet 2020
Tout d'abord, un grand merci aux éditions ALISIO Sciences et Babelio, pour m'avoir permis de découvrir ce document.
Pour sortir des thèmes habituels de lecture ; voici un essai sur un sujet éminemment d'actualité : la position et l'interprétation de l'Intelligence Artificielle – IA- dans le devenir de l'être humain!
Le XXIe siècle, s'avère déjà un monde de l'information, un monde où la collecte des données, à travers, notamment des sites sociaux, se stockent dans des data centers, qui eux-mêmes enrichissent les GAFAM et leur permet ainsi de générer d'immenses profits, à l'appui de nos profils.
Deep learning (apprentissage profond), machine learning (apprentissage automatique), algorithme (suite finie et non ambiguë d'opérations afin de résoudre un problème) ; termes qui recouvrent une utilisation de nos données personnelles, via l'IA et dans bien des cas, insidieuses ; et, bien sûr aux bénéfices des entreprises !
Les débats sur les bienfaits et les méfaits de l'IA, ne sont pas prêts de s'arrêter. En effet, l'IA est utilisée tous les jours (smartphones, voitures, maisons, travail, achats en ligne, etc…). Ainsi durant ces dernières décennies, des applications bénéfiques à la société sont apparues. Nulle ne peut en contester leurs nécessités…
Cependant, le corollaire, à ces avantages, ne laisse pas d'inquiéter le genre humain, avec une dérive totalitaire d'une surveillance automatisée, sophistiquée, où l'individu n'aurait plus son mot à dire, l'apparition d'un chômage important, d'une manipulation de masse où l'on ne discernerait plus notre propre réalité ! Bref, une liberté disparue…Alors faut-il jouer les Cassandre ? Et ne voir qu'une dystopie anxiogène ?
Bref, pour le devenir, des améliorations potentielles face à une « prise de pouvoir » des machines, que nous aurions ainsi nous-mêmes créer. Et ne pas oublier le fabuliste Esope - Où la langue peut-être la meilleure ou la pire des choses -.
A charge pour notre société d'établir une éthique de l'intelligence artificielle.

Lien : https://bookslaurent.home.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ChristwChristw   27 juillet 2020
Grâce au logiciel d'apprentissage automatique, nous sommes en train d'assister à une révolution dans le domaine des marchés financiers. En effet, en fonction de l'évolution des titres, les machines croisent à une vitesse jusque-là inégalée les données des différentes bases de données auxquelles elles ont accès, et sont capables de déterminer des tendances, ce qui leur permet d'effectuer des prévisions. Sur la base de ces prévisions quasi instantanées, des machines autonomes prennent la décision d'acheter ou vendre des titres.
Non seulement ces systèmes, qui fonctionnent à la manière d'une boîte noire, sont totalement incontrôlables, mais ils prennent des décisions à titre individuel sans intervention humaine, ce qui pose le problème de la responsabilité juridique de leurs actes. Nous en sommes arrivés au stade où la machine intelligente est en mesure de signer des contrats de vente et d'achat.
En cas de déroute financière, il est fort possible que les clients mécontents se retournent contre les entreprises de courtage. Mais ces dernières sont-elles responsables de ces transactions financières ? Ou bien sont-ce les créateurs des algorithmes utilisés qui devront dédommager les clients qui ont perdu de l'argent ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FeyGirlFeyGirl   10 juillet 2020
Si vous oubliez de payer une facture ou que vous êtes impoli dans un lieu public, si vous avez promené votre chien en oubliant sa laisse, toutes ces petites infractions auront un impact important sur votre score social. C'est ainsi que près de 23 millions de Chinois ont été empêchés d'acheter un billet d'avion ou de train en raison de leur faible score social.
Commenter  J’apprécie          70
FeyGirlFeyGirl   10 juillet 2020
Ceux qui prônent une adoption massive de l'intelligence artificielle ont tendance aujourd'hui à mettre en avant des arguments visant à accepter cet inconnu lié aux algorithmes plutôt qu'à parier sur une meilleure explication de ces derniers. L'un des arguments invoqués est la difficile explication de nos décisions humaines. En effet, un être humain prend une décision en utilisant un grand nombre de paramètres, et l'explication de toutes les raisons qui l'ont poussé à faire une action n'est pas aisée. La machine procéderait de la même façon. Néanmoins, si l'on revient au domaine médical, on demandera tout de même au médecin les symptômes qui lui ont permis de déceler une maladie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FeyGirlFeyGirl   10 juillet 2020
Lorsque l'on demande à la machine de reconnaître un objet, un visage ou un animal, elle est totalement incapable de le faire si on ne lui a pas fait découvrir auparavant, à travers des milliers, voire des millions d'images, à quoi ressemble cet objet, ce visage ou cet animal. Pour elle, toutes ces images ne sont que des points colorés mis côte à côte qu'elle essaiera de retrouver pour peu qu'ils se présentent dans les millions d'images qui lui ont été soumises. A titre de comparaison, il suffit à un enfant de voir un chat deux ou trois fois pour reconnaître cette espèce animale, et ceci peu importe l'environnement dans lequel le chat se trouve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FeyGirlFeyGirl   10 juillet 2020
Une société (Cambridge Analytica) avait pour objectif d'influencer des choix importants dans différents pays (élection présidentielle aux Etats-Unis et Brexit en Grande-Bretagne). Dans ce but, les données de Facebook ont été utilisées en exploitant une faille du système qui permettait de récupérer les caractéristiques de millions de comptes. A partir de là, la société a réussi à établir des algorithmes qui ont abreuvé les profils "à risque" de contenus anxiogènes afin d'influencer le résultat des élections.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31

autres livres classés : intelligence artificielleVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Emmanuel Jakobowicz (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1126 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre