AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782302020627
65 pages
Éditeur : Soleil (18/04/2012)
3.25/5   12 notes
Résumé :
Juin 1999.
À la fin du conflit au Kosovo, un magazine propose à Gani Jakupi – qui résidait alors en Espagne – de s’y rendre accompagné par un photographe, afin d’y faire un reportage sur son retour au pays. Une occasion inespérée pour lui de revoir ses proches.
Mais si son objectivité vis à vis de son pays natal sera constamment mise à l’épreuve, sa subjectivité, elle, maintiendra tous ses sens en éveil. N’étant pas journaliste professionnel (il n’a ex... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Librincanto
  28 janvier 2019
A l'occasion d'un reportage au Kosovo, en 1999, lors de la fin du conflit, l'auteur nous offre une belle réflexion sur le métier de journaliste, reporter et photographe.
Personnellement impliqué, les parents du journaliste vivent au Kosovo. Gani Jakupi s'est fait financer le déplacement, compliqué et coûteux au début des années 90, par une agence de presse. En contrepartie, il doit réaliser un reportage sur ses retrouvailles avec ses parents.
Arrivé sur le terrain, Gani Jakupi s'interroge sur la distanciation nécessaire à obtenir lors d'un reportage. Comment éviter le pathos, le sensationnalisme, l'émotionnel ?
Le journaliste raconte la course à l'information exclusive, la recherche de l'inédit, quitte à montrer l'horreur.
Si un journaliste peut se contenter de rapporter des faits et ne pas rapporter l'horreur, qu'en est-il du photographe de guerre ? L'image montre à elle seule l'atrocité, la peur, la souffrance, la douleur, la pauvreté, le désastre,.., tout ce qui nous touche émotionnellement.
Faut-il ne pas être impliqué personnellement pour avoir la distanciation nécessaire avec les événements rapportés ? Les journalistes sont-ils tous avides d'images et de reportages qui suscitent l'émotion ? Comment diffuser un reportage tout en restant subjectif ?
Ce sont autant de questions que soulève cette bande dessinée très enrichissante.
En bonus, à la fin de l'ouvrage, des interviews de journalistes et photographes qui donnent leur point de vue sur cette question de la distanciation.
Je conseille, et suis d'ailleurs surprise de ne voir que peu de critiques sur cet album.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mayim
  22 septembre 2019
En 1999, Gani Jakupi se voit offrir par un journal espagnol un billet pour le Kosovo dont il est originaire en échange d'un reportage sur ses retrouvailles avec ses parents. Il part donc pour son pays avec un photographe.
Il tire de ce voyage cette BD sensible et sincère à la belle atmosphère sépia. le récit est un peu décousu et la BD trouve son intérêt dans les réflexions que l'auteur fait sur le métier de journaliste. En effet, il se demande si son implication personnelle l'empêche d'être objectif et si sa position n'est pas intenable. En même temps, être impartial reviendrait parfois à être inhumain. Il questionne l'impact, la responsabilité et la déontologie du métier ainsi que la position bancale, entre pouvoir et impuissance, des journalistes. Il interroge le risque de surenchère par la lutte pour la publication et la recherche de l'originalité, du scoop et de l'émotion facile à tout prix, de plus en plus renforcées par notre consommation boulimique d'images. On ressent l'admiration qu'il a pour les photographes de guerre mais il n'épargne pas les conduites peu éthiques de ceux à l'ego surdimensionné qui s'accommodent des règles.
Ces réflexions passionnantes sont magnifiquement enrichies à la suite de la BD par les intéressantes interviews de photographes de guerre. Leurs réponses très personnelles à tous ces questionnements nous permettent d'envisager les multiples façons de penser et d'exercer ce métier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lalydo
  16 septembre 2013
Gani Jakupi est touche-à-tout : journaliste, dessinateur, jazzman… et ce sont ses talents combinés qui donnent un roman graphique tel que La dernière image. Ce voyage au Kosovo, organisé par un journal espagnol, avait pour origine d'être un article, mais l'auteur bouleversé par cette expérience en a finalement fait une bande dessinée.
Accompagné par un photographe de guerre, nommé Domingo pour préserver son anonymat, l'auteur part à la (re)découverte de ce monde qui lui fut familier, mais que la guerre a détruit. Sur place, à la recherche de ses parents exilés, il constate les horreurs provoquées par le conflit et est confronté de plein fouet par cette terrible réalité qui a touché ses proches.
Parallèlement, son collègue, toujours à la recherche de la meilleure photo qui fera le scoop, est prêt à tout pour l'obtenir au risque de ne pas avoir de scrupules pour le monde qui l'entoure. Cette situation, dérangeante pour Jakupi, amène une vraie réflexion sur la place des journalistes et photographes de guerre, et sur l'implication de chacun. Faut-il être partie prenante ou bien au contraire faire preuve d'une totale insensibilité pour exercer ce métier? C'est toute la complexité de cette profession qui est mise en lumière avec cette BD, au travers du personnage de Domingo mais également lors des nombreuses rencontres que l'auteur fait avec d'autres collègues.
L'album est agrémenté d'interviews de journalistes, photographes ou rédacteurs à la fin du livre, dans lesquelles chacun s'exprime sur sa vision du métier et sur les limites que chacun se met. Si j'ai trouvé le récit un peu brouillon dans son ensemble, c'est cette partie qui a pour moi éclairé l'ouvrage, apportant un vrai regard sur une profession finalement assez méconnue mais également sur le rôle que nous, lecteurs, avons dans cette recherche permanente du sensationnalisme.
La dernière image est une bande dessinée qui permet de soulever des questions essentielles sur notre consommation d'image. Une lecture qui s'impose dans notre monde qui gère souvent l'information comme un produit de consommation…
Lien : http://lalydo.com/2013/09/la..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yvan_T
  22 juillet 2012
C'est à la demande d'un magazine que Gani Jakupi retourne au Kosovo accompagné d'un photographe, afin d'y faire un reportage sur son retour au pays. Exerçant la profession de journaliste de manière occasionnelle, il revient dans son pays d'origine à la fin du conflit, au moment où les forces armées internationales (la KFOR) ont repris le contrôle.
Si cette traversée du Kosovo de l'après guerre est inévitablement accompagnée des horreurs que réserve toute guerre, comme en témoigne la découverte du charnier où la famille de l'auteur fut massacrée, l'essentiel de cet album se situe néanmoins ailleurs. Les conséquences dramatiques et les stigmates de la guerre sont certes encore bien visibles, mais Gani Jakupi se concentre néanmoins sur le rôle des correspondants de guerre et en particulier sur celui des reporters photographes.
Malgré la dimension très personnelle de cette mission de reportage, l'auteur parvient à conserver un recul nécessaire pour poser un regard critique sur le métier de journaliste. À travers son errance au sein d'un pays totalement dévasté par le conflit, il invite à réfléchir sur les ambiguïtés de l'information et sur la complexité de transmettre l'information en respectant les règles d'éthique et en évitant toute forme de sensationnalisme.
Si cette réflexion sur les devoirs des reporters est très utile et que le travail de Gani Jakupi mérite d'être souligné et partagé, j'ai par contre eu beaucoup de mal à accrocher à ce récit qui multiplie les rencontres et les faits, mais qui manque au final de liant et de fil narratif.
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (6)
Auracan   31 juillet 2012
Ici le dessin inspiré de documents précis transcrit les émotions de l'auteur comme sa caméra qu'il arrête sur telle ou telle scène, avec tout sa sensibilité. Son fin encrage s'adoucit encore par sa mise en couleur au café parfois rehaussé d'encres acryliques
Lire la critique sur le site : Auracan
Auracan   30 juillet 2012
Gani Jakupi livre dans ce roman graphique semblable à un carnet de voyages une réflexion intelligente sur le journalisme, et en particulier le choix des images qui illustrent l’actualité
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   19 juillet 2012
Loin de mettre tous les reporters dans un même panier, Gani Jakupi sait dans ses pages rendre hommage à ceux qui à son sens le méritent
Lire la critique sur le site : Sceneario
BulledEncre   17 juillet 2012
Une œuvre intimiste, sans aucun parti prix, qui ne peut pas laisser indifférent et qui pousse à la réflexion à bien des niveaux.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   27 juin 2012
Une bande dessinée brillante, à mettre en perspective avec les difficultés que rencontrent les médias à rendre compte de ce qui se passe actuellement en Syrie, mais aussi, pour appréhender au mieux les articles et les images qui nous parviennent de cette guerre civile.
Lire la critique sur le site : BDGest
Lexpress   23 mai 2012
En termes graphiques, cet album confirme l'exceptionnel talent de cet artiste réaliste qui sait saisir l'instantané des lieux comme des corps et leur donner, la couleur aidant, une force indéniable ; la découverte, c'est celle d'une conscience malheureuse, attachante.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
mayimmayim   22 septembre 2019
Les photographes. J'ai toujours été fasciné par leur talent pour résumer l'information en une seule image. Confronté à un thème qui me touche si viscéralement, je comprends mieux la dureté de leur travail. Un jour, j'ai interviewé un reporter d'un grand quotidien espagnol. Envoyé en Albanie dans un camp de réfugiés kosovars, il a jeté l'éponge au bout de trois jours. Il s'est rendu compte des limites de sa capacité à prendre sur lui, et a demandé un poste à la rédaction. Pour le photographe, l'option du bureau n'existe pas. Il doit regarder l'horreur dans le blanc des yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mayimmayim   22 septembre 2019
L'opinion publique préfère parfois rester dans l'ignorance. Mais l'information devrait être du domaine du service public, comme un dû de tout système démocratique. Si les médias s'acquittaient de leurs obligations professionnelles et éthiques, même le public rétif n'aurait d'autre choix que de savoir ce qui se passe dans le monde. Hélas, trop souvent, les intérêts économiques et politiques priment sur le droit à l'information.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mayimmayim   22 septembre 2019
Une photo troublante déclenche souvent une tendance à projeter la culpabilité provoquée, à vouloir tuer le messager. On essaie d'oublier l'image en nous concentrant sur celui qui l'a prise. La répulsion que nous provoque le contenu d'une photo nous fait oublier le rôle du photographe, car nous projetons inconsciemment sur lui notre incapacité à intervenir.
Commenter  J’apprécie          00
mayimmayim   22 septembre 2019
Une fois l'œil rivé au viseur, [le photographe] n'est plus vraiment conscient du monde qui l'entoure. L'objectif de l'appareil est un trou noir pour la raison.
Commenter  J’apprécie          00
mayimmayim   22 septembre 2019
Si on ne se laisse pas émouvoir par la réalité dont on informe, c'est que l'on ignore ce qui nous motive réellement pour nous consacrer à ce métier.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Gani Jakupi (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gani Jakupi
Il est une figure méconnue et néanmoins marquante de la révolution cubaine. Lui, c'est William Alexander Morgan, Américain devenu comandante du Segundo Frente, une seconde armée qui luttait contre le dictateur en même temps que celle de Fidel Castro. Étranger allié à la cause révolutionnaire, "Yankee" prenant parti pour les rebelles, il restera fidèle à son idéal démocratique jusqu'à son exécution.
Après des années de recherches et de contacts auprès d'anciens guérilléros, Gani Jakupi dévoile une tranche inédite du patrimoine cubain : un grand moment d'Histoire.
Feuilleter la BD ? bit.ly/ElComandanteYankee
+ Lire la suite
autres livres classés : kosovoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les romans graphiques incontournables

Quel héros de bande dessinée commence ses aventures par une ballade en mer salée?

Tintin
Corto Maltese
Mortimer
Peter Pan

7 questions
79 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman graphiqueCréer un quiz sur ce livre