AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848653663
Éditeur : Sarbacane (02/05/2010)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :
"Mais t'inquiète, j'ai de la ressource, mon frère. Je viens d'une cité où, partout, jusque dans les endroits les plus obscurs, tout se crée et se recrée...
... à l'infini."

Banlieue-en-France, des années 70 à nos jours.
Elles sont quatre "moineaux de téci" : Fatou, Nadia, Marie-Jo et Katérina. Quatre filles racontant tour à tour leur histoire commune, des bancs de l'école à l'âge adulte. C'est la petite Marie-Jo qui espère que les mots p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Sharon
  16 juin 2018
Je me demande ce qui fait qu'un livre occupe une place prépondérante dans la littérature, ou qu'il sombre très vite dans l'oubli. Je n'ai trouvé qu'une critique de ce livre sur Babelio – contre 225 pour Sauveur et fils, tome 1. La première fois que ma route littéraire a croisé celle de Flo Jallier, c'était en 2011, à la parution de Les déchaînés, livre dont tout le monde, dans mon milieu professionnel, disait le plus grand bien, pour des raisons diverses et variées, raisons pour lesquelles je n'ai pas lu ce livre : si un livre ne m'attire pas, je ne me force pas, quel que soit le jugement donné sur lui.
Aujourd'hui, à la bibliothèque, je suis tombée sur Les filles ne mentent jamais. le sujet est très intéressant : le destin de quatre jeunes filles issues d'horizons différents, qui ont toutes les quatre grandi en banlieue. Y sont évoqués le poids de la religion, des grands frères, mais aussi l'excision. le lecteur peut voir comment Marie-Jo, Nadia, Fatou et Katérina s'en sortent – ou pas. Ce ne sont pas forcément celles qui ont tiré les meilleures cartes qui s'en sortent le mieux. Ces sujets, très forts, auraient-ils effrayé parents et professeurs – les premiers prescripteurs après tout ? Je ne crois pas. Je crois que, ce qui a dérangé, et a fait que j'ai failli très vite refermer le roman est le mode narratif choisi. L'auteure écrit comme l'on parle, apocope, aphérèse et élision comprises. Elle essaie de retranscrire le langage d'un enfant de huit ans, auquel s'ajoute celui d'une jeune immigrée ukrainienne. Ce n'est pas que c'est ardu à lire, c'est que c'est très pénible. Vous l'aurez compris, je n'ai pas vraiment apprécié ce parti pris, parce qu'il représente à mes yeux la manière dont l'auteur voit la transcription du langage d'un groupe d'enfants de huit ans. Je suis quasiment certaine que c'est ce parti-pris qui a écarté des lecteurs. A tort, à raison ? L'auteure a fait son choix, les lecteurs ont aussi le droit de faire le leur.
Du coup, à cause de la forme, on s'écarte du fond – le texte devient plus lisible quand les enfants sont devenus adultes, il redevient moins lisibles quand sont retranscrites les paroles de Katérina. Les autres enfants se moquaient de sa façon de parler, elle ne percevait pas vraiment leur ironie, et c'est avec sa voix que se conclut le roman. Elle aime les chevaux, elle est issue d'un autre milieu, elle qui partira dans une école d'équitation, que les filles de la « teci ».
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CelineCDI
  23 février 2013
Quatre filles d'une cité populaire racontent leur vie, des années 70 à aujourd'hui, de l'école à leur vie d'adulte. Ces filles sont toutes d'origine étrangère (antillaise, africaine, maghrébine et ukrainienne) et leurs parcours, évoqués tour à tour par chacune des filles, met en lumière leurs difficultés, leur amitié, leurs joies, leurs douleurs à se construire une vie...
Ce livre publié avec le concours d'Amnesty International m'a ramenée 35 ans en arrière, j'ai immédiatement pensé à certaines copines d'école, bien que je n'aie pas grandi dans une "téci", comme nos héroïnes... Les portraits sont très beaux sans tomber forcément dans le pathos et certains sont carrément poignants, mais le style ne leur rend pas toujours justice : le choix d'écrire avec le vocabulaire et le langage d'enfants pèse beaucoup et j'ai trouvé ça gênant dans la progression du roman. Sans compter que j'ai trouvé des incohérences dans ce parler, justement (je ne suis pas sûre que "j'hallucine" était bien dit dans les années 80...) ou alors je ne suis pas à la page. C'est dommage car sur le contenu, ce livre est très fort. L'excision, le poids de la religion et des grands frères sur l'éducation et la liberté des filles, la barrière de la langue, l'immigration, tous ces sujets sont très intéressants mais mal servis par l'écriture, très fatigante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SharonSharon   16 juin 2018
- On nous parque dans des HLM carrés, et quinze ans après on se demande pourquoi on se retrouve dans des états limites ? Mais qui limite qui ? Hein ?
Commenter  J’apprécie          40
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et auteurs chez PKJ (pocket jeunesse)

Qui est l'auteure de "Eleanor & Park" et "Carry on" ?

Cat Clarke
Marika Gallman
Rainbow Rowell
Jo Witek

20 questions
68 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature pour adolescents , jeune adulteCréer un quiz sur ce livre