AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2859209948
Éditeur : Le Castor Astral (28/08/2014)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Fuyant son père et son passé, Samira a trouvé en Crète un lieu pour vivre, un univers qui, s'il demeure un peu étranger, est devenu profondément le sien, sublimé par la mer et les montagnes qui en forment les contours. Elle épouse là le bel Eleftheris et ouvre une petite cantine sur la plage de l'Akrotiri, mondialement célèbre depuis le succès du film Zorba le Grec.. Son bonheur n'est cependant pas sans ombres...Comment oublier qu'elle a trahi de vieux amis pour le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  07 septembre 2014
Le soleil, le sable, la mer, la montagne, un décor paradisiaque dont Samira est tombée amoureuse au premier regard. C'est là, à Stavros, dans la péninsule d'Akrotiri, qu'elle a choisi de commencer une nouvelle vie, loin de la France où elle a laissé de mauvais souvenirs. Dans ce cadre idyllique qui vit danser Zorba le Grec dans les années 60, elle a rencontré Eleftheris. Ils se sont aimés et se sont mariés. Pendant que son mari pêche, Samira cuisine pour les touristes dans sa petite cantine sur la plage. Ce pourrait être le bonheur si pour l'atteindre elle n'avait pas été obligée de trahir sa meilleure amie Claudie et son mari Fred. Cette trahison, elle l'a cachée au fond de son coeur avec ses remords et ce n'est pas là son seul secret. Témoin du meurtre d'Elios, un restaurateur voisin et ami, elle a gardé le silence. Pour préserver son rêve de bonheur, pour préserver son mari. Mais en Crète, comme partout ailleurs en Grèce, les Dieux aiment à tourmenter les hommes et la tragédie n'est jamais bien loin.

D'abord, il y a la Crète, personnage à part entière du roman. Encore préservée, mais menacée par les promoteurs immobiliers, la péninsule d'Akrotiri offre au regard ses eaux bleues et ses montagnes, une nature intacte avec laquelle Eleftheris et Samira vivent en harmonie. Quand il va mal, le crétois prend son bateau et se laisse ballotter par les flots, ou va errer dans la montagne, plus haut, plus proche des Dieux. S'il forme avec Samira le couple central, autour d'eux gravitent des personnages tout aussi forts. Walter, le chef-opérateur de Zorba le Grec, oscarisé à Hollywwood, allemand établi sur l'île, qui sert sinon de père, du moins de conseiller et d'ami à la française. Yannis, le frère aîné d'Eleftheris, un crétois l'ancienne, viscéralement attaché à son île et à ses traditions, abusant de son droit d'aînesse, violent, arrogant, détestant les touristes. Nadine, la belle belge, l'amie trahie qui évite la plage mais dont l'ombre plane sur le bonheur de Samira, Nadine qui rumine sa rancoeur et pourquoi pas sa vengeance...
Roman de la trahison, des remords mais aussi du pardon, On aurait dit une femme couchée sur le dos est aussi un hymne à La Crète et à la beauté de ses paysages, que l'on lit avec en fond sonore la musique de Mikis Theodorakis sous l'oeil bienveillant de Zorba. Racontée par le fils de Samira et Eleftheris, l'histoire de ses parents est surtout le roman de l'amour, doux, entier, parfois tragique. Une très belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
yv1
  25 octobre 2014
Cet enfant qui ne veut pas venir, c'est le narrateur, qui attend que Samira soit en paix avec ceux qu'elle est persuadée avoir trahis et avec elle-même. C'est lui qui raconte l'histoire de ses parents et des gens qui l'entourent, ce qui, au début est un peu déroutant, parce que l'on peut se perdre dans les personnages qui, en plus d'être nombreux sont nommés par leurs prénoms certes, mais aussi parfois par la future fonction qu'ils exerceront auprès du narrateur (père, mère, oncle, grand-père, ...) ; si l'on ajoute des flashbacks pas forcément clairement annoncés -mais on les repère en avançant dans le paragraphe-, on est dans un ouvrage qui demande un peu d'attention ; l'auteure demande un réel effort à ses lecteurs pour ne pas se perdre dans les tours et détours de son histoire. Et puis, le pli pris, on se dit que finalement, c'est pas mal une auteure qui se dit que les lecteurs sont intelligents (surtout quand on a réussi à s'y retrouver, sinon, on doit se dire qu'elle est trop compliquée) ! Je vous conseille donc de prendre un peu de temps à lire les premières pages, de ne pas les passer trop vite, pour pouvoir bien se repérer et apprécier à sa juste valeur cet ouvrage.
Corine Jamar dresse un beau portrait de Samira, cette femme particulièrement aimable avec la clientèle, toujours prête à rendre service, une femme forte aux yeux de tous qui fait tourner le restaurant. Mais Samira est avant tout une femme qui doute. D'elle, de la force de l'amour d'Eleftheris -sa jalousie n'en est que plus forte-, de l'amitié, de sa capacité à enfanter, de tout. Coupable de trahison, elle vit les épreuves qui suivent comme des sortes de réparations du mal qu'elle a commis. Malgré l'amitié qui la lie à Walter le vieux chef opérateur de Zorba le Grec, venu finir sa vie en Crète, malgré la reconnaissance par son travail apprécié de tous -la cantine ne désemplit plus-, malgré l'amour d'Eleftheris, Samira n'est pas en paix.

Au début du bouquin, j'avais un peu peur, ça me paraissait confus comme je le disais plus haut, et puis, les charmes de l'écriture et de la Crète sont venus et ne m'ont pas quitté jusqu'au bout, jusqu'à l'ultime phrase, simple et qui sonne comme la fin d'un conte philosophique, vous savez comme la célèbre "il faut cultiver son jardin", comme une philosophie de vie : "C'est drôle comme souvent dans la vie, on obtient ce qu'on veut au moment où ça nous occupe moins l'esprit, au moment où -comme aurait dit Claudie avec ses mots de psy- on lâche enfin prise." (p.212) Entre les deux, Corine Jamar donne à aimer ou au moins à découvrir la Crète, c'en est presque une incitation à y aller illico, mais attention, pas dans ces grands hôtels détestables dans lesquels on ne voit rien du pays et qui ont détruit une partie de la beauté des sites, non, chez les autochtones, les écouter parler de leurs pays, de leurs traditions. Elle parle beaucoup de la nature, de la mer, des montagnes, de la forte relation des Crétois avec leur environnement naturel : "C'est étrange, cette différence qu'il y a entre l'homme et la nature. Même quand la nature fait du mal aux hommes, que la mer les engloutit dans une tempête, que les arbres frappés par la foudre les écrasent, que la montagne les précipite dans un ravin, même quand elle se met en colère, la nature reste belle, et pas l'homme. La laideur qui déforme les traits du visage haineux du meurtrier est peut-être la punition que lui infligent les dieux. Une marque d'infamie." (p.101) Je rebondis sur cet extrait, parce que l'autre grand thème de ce livre est l'omniprésence des dieux grecs anciens qui guident les personnages ou expliquent les faits. Alors rassurez-vous rien de totalement mythologique là-dedans, j'avoue mon inculture crasse en la matière -et oui, encore une lacune, je vais finir (si ce n'est pas déjà fait) par passer pour un véritable crétin- si Corine Jamar invoque le nom des dieux, elle explique toujours leurs rôles et comment ils viennent en aide aujourd'hui à Samira et aux autres. Zorba est aussi un apport important : malgré la difficulté l'échec, il chante et il danse le sirtaki -d'ailleurs saviez-vous que cette danse fut créée pour ce film ?-, gardant ainsi une certaine folie, une fraîcheur, un lâcher prise et l'on rejoint ici le final du roman qui en plus d'inciter à voyager en Crète –à force je vais demander aux éditeurs de me payer des séjours dans les pays que décrivent leurs auteurs- donne envie de revoir le film.
Lien : http://lyvres.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lelivredapres
  09 septembre 2014
C'est dans un coin de Crète encore très sauvage, à l'aube des années 80, que Samira et un couple d'amis à elle, Fred et Claudie, s'installent avec leurs rêves, après avoir quitté la France, au volant d'une vielle voiture traînant une caravane rafistolée. La plage qu'ils choisissent est vierge. La caravane devient une cantine, ils préparent des repas pour les quelques habitués du coin et les rares touristes qui découvrent l'île.
Samira rencontre un jeune homme grec, Eleftheris, et l'épouse. Mais bientôt un événement, pourtant apparemment sans importance, marque la vie de la jeune femme pour de longues années. Samira suggère à Claudie et Fred de partir. La cantine ne suffisant pas à nourrir quatre bouches, elle veut désormais s'en occuper seule, avec son mari. Elle fait la cuisine, lui est l'autochtone qui a obtenu l'autorisation de s'installer sur cette plage : ils sont essentiels, pas les autres.
La culpabilité née de cette trahison ne quittera pas Samira, d'autant que ses amis ne rentrent pas en France comme elle s'y attendait, mais s'installent non loin de la plage. Un autre événement bien plus grave survient ensuite entre Samira et son beau-frère, Yannis, l'aîné de la famille qui fait régner sa loi sur la fratrie, comme le veulent les traditions du pays.
La vie n'est pas facile dans cet endroit magnifique. Heureusement, Samira a des amis, au premier rang desquels, Walter, ancien chef opérateur sur le tournage de « Zorba le Grec », film réalisé trente ans auparavant sur la plage voisine, mais qui n'en finit pas de faire parler de lui. Il y a aussi Nadine la Belge, Ruth, une vielle anglaise excentrique et alcoolique, la Française et sa fille venues échapper quelques temps encore à leur destin, Karin et Ivan, un couple de touristes parents de deux fillettes, dont une jeune autiste et le père de Samira qui a compris ses erreurs passées.
On aurait dit une femme couchée sur le dos est un très beau roman qui restitue à merveille l'atmosphère de cette péninsule crétoise. Tout y est, la végétation, la lumière, les plis de la montagne, le souffle du vent et la force des traditions de ce pays longtemps béni des dieux. Samira est une héroïne attachante, que les doutes et la culpabilité ne parviennent pas à anéantir. Elle est forte parce qu'elle pense aux autres, parce qu'elle aime et veut faire aimer aux touristes le pays qu'elle a choisi et surtout parce qu'elle vit une histoire d'amour avec Eleftheris.
Les dieux grecs ne sont jamais bien loin, ajoutant un peu de magie à l'atmosphère envoûtante de ce roman, dont le narrateur ne vient au monde qu'à la fin du roman, lorsque la menace qui planait sur Samira et Eleftheris disparait.
« Ma mère pensait qu'après le mariage un enfant naîtrait, aboutissement parfait, consécration ultime, mais je ne venais pas. J'étais prisonnier quelque part dans l'Ether, comme Thésée dans son labyrinthe. Ma mère suppliait la nymphe Akalida en cachette. A l'aube, juste avant l'arrivée de Walter, elle s'agenouillait dans le sable, joignait les mains et se mettait à prier pour que j'arrive ».
Corine Jamar est une auteure belge qui vit à Bruxelles et a déjà publié trois romans, des albums pour la jeunesse et des BD. On aurait dit une femme couchée sur le dos est une très belle découverte que je vous conseille.

On aurait dit une femme couchée sur le dos, Corine Jamar, Editions le castor astral, collection Escales des lettres, août 2014, 213p.

Lien : http://lelivredapres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
denisarnoud
  11 février 2015
Samira a tout pour être heureuse. Pour fuir un vie difficile auprès d'un père autoritaire qui voulait qu'elle prenne sa suite dans le restaurant familial, elle s'est exilée. Ella a pris son envol avec un couple d'amis, Fred et Claudie et leurs enfants, direction le soleil de la Crète. Elle est tombé aussitôt amoureuse de l'île, de cette nature encore sauvage, de la mer et de la plage protégée par cette montagne dont la forme rappelle celle d'une femme couchée sur le dos. Elle y a trouvé l'amour dans les bras d'Eleftheris, un fier pêcheur crétois. Les deux couples vont s'installer là, non loin de la plage sur laquelle a été tourné le film Zorba le Grec. Ils vont y installer une cantine, un petit restaurant de plage. Les débuts sont difficiles, les clients rares, Samira se voit dans l'obligation de demander à Claudie et Fred de partir, ils ne peuvent vivre tous de la cantine. Ce restaurant, elle en est la cuisinière, l'âme. Cette trahison la mine, l'empêche d'être complètement épanouie alors que les affaires s'améliorent. Un soir, elle est témoin d'un meurtre,qu'elle décide de taire pour ne pas blesser son mari. le couple vaque à ses occupations mais Samira est rongée de l'intérieur, elle ne peut pas être heureuse. Elle est soutenue par Walter un allemand installé sur l'île, ancien chef opérateur sur le film Zorba le Grec. Vieux sage bienveillant, il va prendre pour elle la figure du père.

le coeur de ce roman bat, vibre au rythme de celui de la Crète. L'île en est le décor, l'âme, un personnage à part entière. le roman se lit comme une tragédie grecque dans son déroulement. le lecteur est le témoin de la faute ( la trahison, le meurtre caché) et de ses conséquences. Samira est persuadée que tout ce qui lui arrive de négatif est lié à ses actes, que c'est une sorte de punition des dieux omniprésents sur cette terre mythique. On assiste à son long chemin vers une éventuelle rédemption. le décor de la Crète est primordial, ce soleil, la mer, la montagne, les éléments parfois rudes qui forgent le caractère, l'âme crétoise, sa fierté, son indépendance. Une Crète dont l'équilibre, comme celui de Samira est menacé, en passe de perdre son caractère sauvage sous les assauts des bétonnières des promoteurs.


On aurait dit une femme couchée sur le dos est un roman passionnant qui se lit d'une traite. Un roman qui traite des thèmes universels de la faute, de la culpabilité, de la rédemption dans le cadre même des tragédies antiques. Un roman dépaysant par les somptueux paysages décrits, entre mer et montagne. Les personnages sont touchants, portés par l'âme de l'île.Un roman à la construction originale puisque le narrateur en est le fils de Samira et d'Eleftheris, ce fils qui refuse de montrer le bout de son nez tant que Samira n'est pas en paix. Une belle découverte.

"C'est étrange cette différence qu'il y a entre l'homme et la nature. Même quand la nature fait du mal aux hommes, que la mer les engloutit dans une tempête, que les arbres frappés par la foudre les écrasent, que la montagne les précipite dans un ravin, même quand elle se met en colère, la nature reste belle, et pas l'homme. La laideur qui déforme les traits du visage haineux du meurtrier est peut-être la punition que lui infligent les dieux. Une marque d'infamie."
Lien : http://leslecturesduhibou.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nahe
  17 septembre 2014
La Crète : des paysages idylliques où Samira a choisi de s'installer avec ses amis Claudie et Fred, désireux tous les trois de se construire une nouvelle vie. Un destin incarné par une cantine sur la plage de l'Akrotiri et l'amour d'Eleftheris pour Samira. Par la fin de leur amitié également…
S'intégrant dans ce nouveau décor, devenant une hôtesse appréciée de tous, Samira sent peser le poids des remords et de la culpabilité ; le temps passe et le bonheur garde un goût âpre…
La famille d'Eleftheris, fortement marquée par des traditions qui semblent immuables, ajoute au malaise de Samira. L'amitié qu'elle noue avec Walter le chef opérateur de Zorba le Grec, ne suffit pas à lui redonner le sourire. Comment parvenir à goûter pleinement à cette existence simple et douce ?
Dans un paysage de carte postale, Corinne Jamar donne la parole à l'enfant de Samira et d'Eleftheris, celui que les dieux leur refusent pour leurs fautes anciennes : il raconte la vie de cette petite communauté de la péninsule d'Akrotiri, régie par les traditions et la nature. Il nous y décrit quelques caractères forts et fiers parmi les insulaires et des personnalités comme Walter, à la recherche de ciel bleu, d'oubli et de joies simples.

En marge de ces personnages attachants, la Crète joue un rôle non négligeable, mélange de nouveauté et de tradition, imposant sa loi à tous. Les mythes et tragédies grecs ne sont pas révolus : ils nous rappellent que rien n'est acquis et apportent une touche dramatique à ce récit dépaysant et sensible.

Lien : http://nahe-lit.blogspot.be/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
denisarnouddenisarnoud   11 février 2015
Tandis que dans le Nord la tristesse des vies se confond avec le gris du ciel, sous le soleil, au contraire, elle se démarque de façon nette, c'est tranché : l'ombre, la lumière.Le contraste entre ce qui se passe à l'intérieur de nous, dans nos coeurs, au tréfonds de nos âmes, et l'extérieur est plus violent que si on se mettait à pleurer sous la pluie.
Commenter  J’apprécie          40
yv1yv1   25 octobre 2014
C'est étrange, cette différence qu'il y a entre l'homme et la nature. Même quand la nature fait du mal aux hommes, que la mer les engloutit dans une tempête, que les arbres frappés par la foudre les écrasent, que la montagne les précipite dans un ravin, même quand elle se met en colère, la nature reste belle, et pas l'homme. La laideur qui déforme les traits du visage haineux du meurtrier est peut-être la punition que lui infligent les dieux. Une marque d'infamie. (p.101)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yv1yv1   25 octobre 2014
C'est drôle comme souvent dans la vie, on obtient ce qu'on veut au moment où ça nous occupe moins l'esprit, au moment où -comme aurait dit Claudie avec ses mots de psy- on lâche enfin prise. (p.212)
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Corine Jamar (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Corine Jamar
Concours terminé
Emplacement réservé - Corine Jamar
Résumé :
L'emplacement réservé, c'est ce rectangle de peinture blanche tracé à même le bitume, devant la maison. C'est l'unique concession de l'État au handicap dont souffre Emma, huit ans. C'est l'infime dédommagement conquis par la mère d'une blonde fillette que ses jambes ne portent pas et dont le QI n'est " pas testable ". Mais cette victoire sur l'administration cache de nouvelles batailles à mener, cette fois contre le reste du monde - conducteurs peu scrupuleux, amis négligents, famille désemparée, avocasseries, omerta médicale, bref, égoïsmes de tout poil -, et plus encore contre soi-même. Farouche, vital, l'humour court à travers les nouvelles de cette jeune mère en colère. ____________________________________________________________________
INSTAGRAM : http://instagram.com/lesbetisesdemanu LIVRADDICT : http://www.livraddict.com/profil/manuvdw/ FACEBOOK : https://www.facebook.com/lesbetisesdemanuyoutube TWITTER : @manuvdw13
CONTACT : lesbetisesdemanu@gmail.com
+ Lire la suite
autres livres classés : crèteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
316 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre