AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les enquêtes de Adam Dalgliesh tome 1 sur 14

Denise Meunier (Traducteur)
EAN : 9782253060321
250 pages
Le Livre de Poche (01/05/1992)
  Existe en édition audio
3.37/5   215 notes
Résumé :
À Martingale, la belle demeure des Maxie dans la campagne anglaise, on est assez tolérant pour admettre une domestique mère célibataire, et qui ne veut pas être séparée de son enfant. Mais rien ne va plus lorsque celle-ci arbore la même robe que la fille de la maison... et annonce ses fiançailles avec le « jeune maître ».
Un meurtre est commis le soir même chez les Maxie. Et le policier Dalgliesh, spécialement mandaté par Scotland Yard, va entrer dans une des... >Voir plus
Que lire après A visage couvertVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,37

sur 215 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
9 avis
2
4 avis
1
2 avis
Ne commencez surtout pas à découvrir cet auteur par ce roman, il est sans aucun intérêt.
Sally, la petite bonne fille-mère que la famille Maxie a recueillie a été assassinée la nuit qui a suivi son annonce de mariage avec le fils de la famille.
L'intrigue policière est classique et le policier semble ici n'avoir aucun charisme. Il se contente d'interroger tous les suspects les uns à la suite des autres, encore et encore, jusqu'à ce que l'un d'entre eux finisse par avouer le meurtre. C'est long et très peu crédible.
Je me suis profondément ennuyée avec ce roman alors que d'autres de cette série sont passionnants, comme « Une mort esthétique » qui se déroule dans une clinique esthétique « La salle des meurtres » qui a lieu dans un musée londonien ou « Meurtre en soutane » dont l'action se déroule dans un monastère par exemple.
Commenter  J’apprécie          323
Je me suis offert le plaisir de relire le premier livre de P.D. James. Je voulais en quelque sorte redécouvrir le personnage d'Adam Dalgliesh sous un nouvel éclairage, celui que donne la maturité. Est-il déjà là, sorti tout cuirassé de l'imagination de sa créatrice ?
Martingale, une propriété cossue dans la campagne anglaise, non loin de Londres. Les Maxie portent beau, mais leur situation financière est délicate. Eleanor Maxie fait tout pour conserver un semblant d'aisance, mais la maladie de son époux grabataire a épuisé les faibles ressources de la famille. Son fils, Stephen Maxie deviendra sans doute un brillant chirurgien, cependant il ne gagne pas encore correctement sa vie pour prendre en charge financièrement ce qui reste du domaine de Martingale. Quant à sa fille Deborah, elle est revenue vivre au manoir après un veuvage prématuré qui l'a rendue amère et cynique, et sa liaison avec Felix Hearne, l'éditeur, n'est sans doute qu'un pis-aller. Alors Mrs Maxie se résout à embaucher Sally Jupp, une fille-mère du refuge St Mary, pour seconder son employée de maison.
Sally Jupp a du caractère, des ambitions, et du plaisir à saupoudrer de grains de sable le quotidien lisse des Maxie. Pourquoi, sous des airs d'employée vertueuse, se mêle-t-elle de tout ? Pourquoi va-t-elle voir à Londres Stephen Maxie ? Pourquoi celui-ci annonce-t-il ses fiançailles avec elle la veille de la kermesse annuelle de Martingale, sous les yeux médusés de sa maîtresse, Catherine Bowers ? Pourquoi enfin Sally met-elle la même robe que Deborah pour parader dans les jardins de Martingale le jour de la fête ?
Quand les hôtes de Martingale et leurs invités découvrent Sally étranglée dans son lit, le lendemain de la kermesse, nombreux sont ceux qui ont des raisons de lui en vouloir. Depuis sa famille d'accueil – elle avait été recueillie à la mort de ses parents par son oncle et sa tante – jusqu'à Miss Liddell, la directrice de St Mary qui l'avait recommandée aux Maxie, en passant par Eleanor et Deborah Maxie, horrifiées par une mésalliance qui risquait de compromettre la survie du domaine, mais aussi Catherine Bowers, subitement privée de son amoureux.
L'inspecteur principal Dalgliesh est chargé de l'enquête avec le brigadier-chef Martin. Il est jeune, assez bel homme (le teint brun) et semble cassant, guindé, peu enclin au bavardage et aux politesses raffinées. Sa compassion n'effleure qu'à de rares moments : « Non, le corps d'abord. Les vivants peuvent attendre. » déclare-t-il en arrivant au manoir. Il ne s'agit pas ici d'efficacité, mais d'un rang de priorité accordé aux victimes. Devant le corps de Sally Jupp, il n'éprouve ni pitié ni colère, mais « il savait que cela pourrait venir plus tard, et qu'il lui faudrait résister ». Il ne s'embarrasse pas de fioritures et tait le drame qui l'a frappé quand on lui reproche son insensibilité.
P.D. James ne décrit pas Adam Dalgliesh, ne lui donne presque aucune couleur psychologique, comme si elle le tenait encore à distance, attendant qu'il fasse ses preuves. Il les fera de façon magistrale.
Commenter  J’apprécie          80
Dans la campagne anglaise se trouve La Martingale : une belle demeure ou vivent depuis 3 siècles des aristocrates désargentés : les "Maxie" !
Simon : le père se meurt, il est soigné par Catherine Bowers et le docteur Epps.
La mère Eléanor vit en famille avec leur fille Deborah veuve Riscoe et leur fils Stephen médecin comme ses ancêtres, mais qui travaille à l'hôpital de Londres..sans oublier Martha à qui Miss Liddell a envoyé une jeune femme de son institution " le refuge " pour l'aider dans ses tâches ménagères.
Catherine se voit déja la fiancée du docteur, et Deborah "flirte " avec son ami Hearne mais, elle hait d'emblée la nouvelle bonne Sally, mère célibataire qui semble plaire à son frère !
Par provocation : un soir, Sally va annoncer son mariage avec Stephen et.......
Elle va être retrouvée au petit matin droguée et étranglée dans sa chambre !
L'enquête va être confiée à l'inspecteur principal Dalgliesh de Scotland Yard aidé par George Martin.
" Beaucoup de bruit pour rien " ( sans vouloir parodier le titre de la comédie de Shakespeare ! ) car PD James tente de nous donner des pistes mais dans ce milieu feutré et très british : il y a beaucoup de suppositions, de murmures, d 'hypothèses qui s'écroulent au fur et à mesure pour finalement déboucher sur l'évidence ! Un polar aux pâles reflets d'Agatha Christie et donc sans intérêt !
Commenter  J’apprécie          90
Un polar à l'anglaise entre Agatha Christie et une partie de Cluedo. L'ambiance est feutrée, l'extérieur toujours inexpressif car toute la violence est à l'intérieur.

Quand la nouvelle employée de maison, jeune mère-fille, est retrouvée morte dans sa chambre fermée de l'intérieur, le mystère apparaît et toute la maisonnée est alors suspecte.

L'enquête est menée par Adam Dalgliesh avec flegme et détermination. Ne se laissant jamais influencé, il va creuser la vie de la jeune décédée et par là même les rapports sociaux et de domination de cette Angleterre des années 1960. de jalousie en ressentiment les âmes sont mises à jour. Mais finalement cette petite bonne n'était-elle pas un brin affabulatrice en cherchant à vivre au dessus de sa condition ?

On attendra donc la fin pour que la lumière soit. Dalgliesh, tel un Hercule Poirot, réunissant tous les protagonistes dans la salle à manger du manoir.

Ambiance anglaise assurée.
Lien : http://animallecteur.canalbl..
Commenter  J’apprécie          150
Je découvre l'autrice avec ce roman policier de 1962 (si je ne me trompe pas) et je vous le dis j'ai vraiment apprécié ma lecture.

L'atmosphère est celle d'un huis clos dans l'Angleterre de la bonne société avec ses domestiques et ces femmes "filles-mères" qu'on place pour les aider tout en les méprisant.

Sally Jupp n'échappe pas à la règle. Ayant fui le foyer de son oncle et sa tante, elle trouve refuge à Sainte Marie après avoir travaillé 3 ans sur Londres. Elle est enceinte et refuse de donner l identité du père.
Il faut dire que Sally a du caractère : c'est une semeuse de troubles qui cultive le goût du secret. Elle est jolie et intelligente mais ne verra pas le danger arriver.

Alors qu'elle est placée comme employée de maison avec son fils, jimmy, elle annonce fièrement être fiancée au fils de la maison, chirurgien, futur héritier.

Le fils ne dément pas. L'annonce qui a surpris semble retombée mais le lendemain, Sally est retrouvée morte dans sa chambre dont la porte était verrouillée de l'intérieur.

Adam Dagliesh se rend sur les lieux pour mener l'enquête.

Personnellement, j'ai retrouvé le style de roman de l'époque Agatha Christie, et j'ai vraiment aimé. Tout se passe au travers d'interrogatoire, les suspects sont nombreux, les fausses pistes aussi, les mensonges, les secrets...

Une très bonne lecture. Je vais tenter de me procurer d'autres romans de cette autrice et si possible retrouver notre policier Dagliesh
Commenter  J’apprécie          71

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Installé à Chadfleet depuis trente ans, il connaissait assez la plupart de ses malades pour savoir exactement s'ils allaient vivre ou mourir. Au reste, il était persuadé que le médecin ne pouvait pas faire grand-chose pour influer sur la décision, qu'il était sage de savoir quand mourir en provoquant le minimum de dérangement pour les autres et de détresse pour soi-même, et que nombre de progrès en médecine ne servaient a prolonger la vie pendant quelques mois pénibles que pour la gloire au gloire du praticien.
Commenter  J’apprécie          20
Installé à Chadfleet depuis trente ans, il connaissait assez la tête plupart de ses malades pour savoir exactement s'ils allaient vivre ou mourir. Au reste, il était persuadé que le médecin ne pouvait pas faire grand-chose pour influer sur la décision, qu'il était sage de savoir quand mourir en provoquant le minimum de dérangement pour les autres et de détresse pour soi-même, et que nombre des progrès en médecine ne servaient à prolonger la vie pendant quelques mois pénibles que pour la gloire du praticien.
Commenter  J’apprécie          20
Il [Le Select Book Club] méritait bien son nom, s'adressant à la catégorie de lecteurs qui aiment une histoire solidement ficelée sans beaucoup se soucier de celui qui l'a écrite, préfèrent s'éviter la tâche fastidieuse du choix personnel et pensent qu'une bibliothèque de volumes de mêmes dimensions dans des reliures de même couleur donne de la classe à n'importe quelle pièce.
Commenter  J’apprécie          10
"La famille est réunie dans le salon, dit Manning. J'ai laissé un homme avec eux. Vous voulez les voir maintenant ?
- Non, le corps d'abord. Les vivants peuvent attendre."
Commenter  J’apprécie          30
En plus, j’ai l’impression que le week-end sera intéressant. Une maison pleine de gens qui se détestent tous ne peut être qu’explosive.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de P.D. James (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de P.D. James
PD James interview
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (899) Voir plus



Quiz Voir plus

P.D. James

Comment s'appelle-t-elle réellement ?

Phillys Dorothie James
Phyllis Dorothie James
Phillys Dorothy James
Phyllis Dorothy James

10 questions
64 lecteurs ont répondu
Thème : P.D. JamesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..