AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Raphaëlle Dedourge (Traducteur)
ISBN : 2266158732
Éditeur : Pocket (10/05/2007)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 362 notes)
Résumé :
Lorsqu'il se réveille six pieds sous terre dans un cercueil avec du whisky, une lampe de poche, une revue érotique et un sérieux mal de crâne, Michael Harrison pense à une mauvaise blague. Très vite, il se remémore la soirée arrosée de la veille avec ses copains pour son enterrement de vie de garçon. Seulement les heures passent et personne ne vient le chercher...

A la surface, sa fiancée s'inquiète. A trois jours des noces, elle signale la dispariti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (76) Voir plus Ajouter une critique
Hugo
  01 septembre 2016
Moral en berne, tristesse au soleil, ça fait le yoyo dans ma drôle de tête, lasse et fatigué je demande grâce à ce bonheur qui me fuit ces derniers temps comme un nuage gris un jour de canicule… t'as pas trouvé les billes pour te ressaisir, c'est la journée à la con ou tu vas en chier, tu végètes ta solitude au taf, t'as pas la putain d'idée qui ferait de toi un homme comblé alors tu te laisses te morfondre sur un manque de sommeil certain supprimant toute objectivité positive sur ton état de merde…
Ok je vais aller jeter un oeil ou deux à la misère du monde pour me rassurer et redonner à mon sourire un peu d'entrain, voir les autres en chier d'une manière plutôt convaincante devrait m'aider à passer outre ce manque de gaité qui devient une obsession malsaine à force d'y végéter, mais sans trouver la bonne formule pour y remédier…
Solution plus basique mais somme toute redoutable, liquider une bonne bouteille dans un espace de temps très court, l'oublie est euphorique mais la gerbe acide, surtout que selon la quantité qui s'ingurgite à ton ivresse, tu vas certainement te spasmer jusqu'à plus soif, et la réalité trouble et fastidieuse reviendra à ton bon souvenir, bien vérifier avant toute biture qu'il reste un doliprane ou deux dans la boite vide qui squatte ton placard depuis des mois, persuadé d'une issue plus favorable, la déception de ton mal de crâne en deviendrait larmoyant et pathétique, trainant des pattes jusqu'à la cuisine la gerbe aux lèvres, ouvrir le placard comme un paumé de la joie de vivre pour découvrir que la délivrance restera la douleur… Mauvaise idée.
Troisième piste, relativiser qui revient un peu au même que la première, t'as la belle vie toi, c'est quoi ton putain de problème ? Pourquoi tu ne te dis pas tout simplement que le Coué était un bon gars, mais certainement très malheureux pour en arriver à essayer de se convaincre tout seul par la répétition ? Mais merde quoi, tout va bien dans les grandes priorités de la vie, la santé toussa toussa, le reste est un peu partie en sucette, t'obligeant à consommer du Sopalin en grande quantité prétextant un rhume des couilles… mais bon faudrait penser un peu se bécoter l'éclate, se branler l'égoïsme histoire de se remonter l'estime, arrêter de briser les burnes à ton moral qui voudrait bien retrouver l'extase des jours passés…

C'est chiant à en crever les jours comme ça, t'as la raison aussi dérisoire soit-elle, mais tu te plombes quand même, tout seul dans ton coin, ce n'est pas sérieux putain, regarde le malheur des autres, ouvre les yeux un peu, bouge toi le rictus, essaie de penser à un truc bien bandant…
Alors je ferme les yeux 5 minutes, me voilà dans le noir absolu de mes pensées, je me balade, je connais les lieux par coeur, je recherche un peu de nudité, je trouve des femmes nues, elles me regardent sans grande conviction, sans envie, sans désir, j'ai pas envie de parler, j'ai pas envie de bander, j'ai pas envie de baiser, alors je trace ma route plus loin, j'y trouve ma fille, une petit blonde aux cheveux ondulés, un sourire espiègle au bord des lèvres, elle me regarde, je la regarde, je lui souris toujours :
-Tu veux papa ?
- Quoi mon ange ?
- Tu veux ça, elle me tend sa main pleine de terre et de caillou
- C'est caca ça
- Allez papa tu veux ?
Je lui prends la main, elle colle sa petit bouille à mes jambes, alors je la soulève pour la serrer dans mes bras :
-Câlin à papa
-Oui ma chérie
Et elle me fait le bisou qui claque de son innocence, de toute son amour, et elle me serre fort comme je la serre moi aussi, elle pose sa tête dans le creux de mon épaule et je la berce, parce que je suis bien, parce qu'elle est là dans mes bras… La voilà la solution
Pour le livre Bof, j'avais trouvé la fin avant la fin, c'est souvent ça d'ailleurs...Forcément c'est moins le panard...
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          534
Sachenka
  17 septembre 2017
Le célèbre scénariste Peter James (qui a contribué à plusieurs films et séries policières télévisées) s'est lancé dans une nouvelle série, littéraire cette fois-ci, mais toujours dans le même genre. Il faut croire que ça lui connaît, les histoires de crimes et d'enquêtes. Bienvenue commissaire Roy Grace. le premier tome de cette série, Dead Simple (traduit en français par le titre approprié Comme une tombe) m'a plu mais n'est pas le grand roman noir auquel je m'attendais.
On reconnaît l'influence des scénarios de séries télévisées. Des chapitres courts, se terminant par un cliffhanger. Angoisse, suspense, tout est là pour accrocher le lecteur et le maintenir ainsi. Bref, l'intrigue fonctionne à merveille. Et elle est originale : un homme piégé dans un cercueil, abandonné pendant son bachelor parrty par ses quatre amis qui veulent lui jouer un tour. Un vrai enterrement de vie de garçon ! le problème, c'est qu'ils meurent dans un accident de la route avant d'avoir sorti le futur marié de sa prison improvisée. Qui n'accrocherait pas ? Puis, vers le milieu du roman, l'intrigue se complexifie, allant dans une direction tut à fait inattendue. Inutilement, j'ai d'abord cru, puis je me suis ravisé. Après tout, il s'agit d'un roman policier avec une enquête, ça ne pouvait être que l'histoire d'un policier qui recherche un disparu, même si sa vie est en danger. Il fallait davantage. Au final, c'est une course contre la montre plutôt réussie.
Toutefois, c'est tout le reste qui m'a moins plu. D'abord, j'aurais aimé un peu plus de descriptions de lieux, question de m'aider à m'y retrouver, à me situer. Mes connaissances en géographie anglaise sont assez limitées et, pour ce qui est de l'ambiance, j'ai déjà vu mieux. Ensuite, après quelques centaines de pages, je n'ai pas l'impression de beaucoup connaître Roy Grace. On sait peu sur son passé et pareillement sur son présent. Quelques unes de ses mauvaises habitudes sont bien mentionnées et j'ai apprécié l'épisode des deux vieilles soeurs qui l'a troublé quand il était plus jeune mais, à part cela, bof. Je ne peux pas dire que c'est le coup de foudre entre lui et moi. Pour être totalement franc, après avoir lu tous les romans de maitres tels Mankell et Indridason, sans oublier Doyle et Christie, je suis devenu un lecteur difficile à satisfaire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Syl
  12 octobre 2012
Bières, vodkas, tournée de pubs, des copains ivres, une vie de garçon à enterrer et la nuit qui nappe la campagne… « Enterrer une vie de garçon »… Et si, pour se venger de tous les canulars subis, le futur marié se faisait vraiment enterrer ? L'idée a germé bien avant leur virée, elle a été calculée et avalisée par les cinq potaches de la bande. Oui… quelle bonne rigolade !
Michael Harrison, vingt-huit ans, « chef » du clan, le plus inventif en blagues, va se marier à Ashley, une délicieuse jeune femme dont il est follement amoureux. Dans la fourgonnette qui les mène de verre en verre, Robbo est au volant. Les passagers sont Luke, Pete, Josh et Michael. Seul Mark, le sixième de cette meute, est absent, retenu par le brouillard de Leeds. L'ambiance est éméchée, joyeuse.
Que font-ils ? Michael le demande en riant. Pourquoi ils s'arrêtent là ? Pourquoi ils le prennent par les épaules et les jambes ? Il se laisse un peu faire, c'est de bonne guerre ! Il leur avait dit… pas de stripteaseuse ! Ashley serait folle furieuse et il l'aime son Ashley !
« - Qu'est-ce qu'elle aime, chez toi, Ashley ? demanda Josh.
– Ma bite.
– Tu crois pas que c'est ton fric, ton look, ton charme ?
– Ca aussi, Josh, mais surtout ma bite. »
(…)
« - T'es putain de lourd ! s'écria Luke. »
Le corps est déposé dans un cocon de satin. Michael se sent à l'étroit. Il se débat mais il est aussitôt paralysé par ses amis hilares. On lui insère un tuyau en caoutchouc entre les lèvres, on lui met entre les mains une revue pornographique, on lui dit qu'il a une lampe torche, un talkie-walkie pour communiquer, une bouteille de whisky pour la fête et on lui rabat immédiatement une chape au dessus de lui.
Michael ne comprend rien. Hébété, il se demande si ses copains de toujours vont vraiment le laisser dans ce cercueil durant quelques heures ! Il est claustrophobe, il est saoul, et déjà des renvois d'alcool lui chatouillent le gosier.
A l'air libre, les lurons vissent les bois, rabattent la terre sur la tombe, se congratulent, lancent quelques mots à Michael par le talkie-walkie et partent. Ils reviendront le chercher dans deux heures, après avoir bien trinqué à sa santé.
Le drame qui se produit quelques minutes après n'était pas prévu. Robbo perd le contrôle du véhicule pour éviter un camion et l'accident tue les quatre fossoyeurs amateurs.
« Il appuya sur le bouton talk.
- Allô ?
Seuls des grésillements lui parvinrent.
- Allô ? Eh, les gars !… »
Mark, face à la baie vitrée de son appartement, écoute les appels inquiets qui défilent sur la messagerie vocale de son téléphone ; ceux de la mère de Michael et ceux d'Ashley. Il laisse courir le flot et s'absorbe dans la contemplation de la nuit. Il se retrouve seul. Des six, il est seul.
Michael voit les heures passer avec la torche. Son corps s'engourdit, le sommeil le ravit.
Roy Grace est commissaire de police judiciaire. L'affaire qui l'occupe ne se présente pas bien. Au tribunal, il est tourné en ridicule car il a fait intervenir un médium lors de sa dernière enquête. Les sciences occultes, les sciences dites alternatives, ne sont pas bien vues, même si elles ont permis l'arrestation d'un meurtrier. Pour s'évader un peu de son marasme, il accepte la requête d'un ami. Un homme a disparu la veille de son mariage et les seuls témoins sont morts.
Pour Grace, les disparitions inexpliquées sont un terrain miné. Sandy, sa femme, avait un jour pris son sac et était partie sans revenir. Neuf années à chercher, pister et ne rien trouver. Cet abcès ne guérit pas et sa vie est en équilibre, ni dans le passé, ni dans l'avenir. Il est en suspension.
Michael ne sait plus, ne se sent plus. Une voix le réveille, celle d'un garçon. Il s'appelle Davey. Il a pris en cachette de son père le talkie-walkie qui était près de la voiture accidentée que son père remorquait. C'est chouette ! Davey découvre un nouveau copain avec ce téléphone, mais il ne comprend pas ce qu'il lui dit… puis il doit partir, il n'a pas le temps de l'écouter…
Alors que Grace commence l'enquête avec aucun indice, Michael se pose une question.
« Combien de temps peut-on survivre dans un cercueil ? »
.
.
Combien de temps ? Je me suis posée la question tout au long du livre. Etant claustrophobe, je n'ai pu m'empêcher de me téléporter dans le sarcophage et de le vivre difficilement. Cette lecture est un cauchemar ! Les premières pages sont dures car sous un élan bon-enfant, la situation est violente. Passé ce cap, après avoir maîtrisé ma respiration et massé les crampes de ventre… je me suis passionnée pour l'histoire. L'auteur s'amuse à passer d'un personnage à l'autre pour nous rendre un scénario très dynamique. Grace, Michael, Davey, Ashley, Mark, on lit leurs instants de vie et leurs comportements. Il n'y a point de hasard. Dès la page 240 (sur les 532), un voile se lève, mais le doute s'insère car le livre n'est qu'à sa moitié. Bien souvent je disais tout haut… Mais c'est dégueulasse !… car l'immoralité est reine ! Imaginez, un voile qui s'ouvre sur un autre voile, ou des poupées russes qui s'emboîtent, et vous aurez la trame de l'intrigue.
L'inspecteur Grace est un homme charmant, humain et fort intelligent. Il a été un peu mon oxygène, l'air qui me manquait lorsque je lisais les tortures de Michael. Les tortures… certes, car elles ne seront pas que psychologiques !!!
Un très bon thriller, que je m'empresse de vous conseiller.
Peter James est né à Brighton, dans le comté de West Sussex. Il est un écrivain et un producteur de cinéma. Avec ce livre, il a eu le premier prix du polar de Cognac en 2006.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Audreyy
  02 juin 2015
Peter James est un auteur que j'avais très envie de découvrir. J'ai pu constater que certains de ses romans contenaient du fantastique. Comme une tombe, en revanche, ne contient aucun éléments surnaturels. C'est une histoire que je qualifierai d'étonnante, de passionnante et surtout d'oppressante.
Au début de l'histoire, on découvre Michael, futur marié qui fête avec ses meilleurs amis son enterrement de vie de garçons. Seulement, Michael a toujours été quelqu'un de joueur et aime faire des farces à ses amis alors cette nuit là, ses copains décident de se venger en lui faisant à leur tour une farce. Farce qui va virer au cauchemar car après avoir enfermé et enterré leur copain dans un cercueil, ils se tuent tous sur la route. Personne ne peut revenir chercher Michael.. et personne ne sait où il se trouve..
Je me suis demandée combien de temps on pouvait rester vivant dans un cercueil enterré.. Je peux vous assurer que les chapitres de Michael étaient oppressants et pas évidents à lire surtout si l'on s'imagine à sa place. Quoique c'est un peu le but du lecteur aussi, de s'imaginer à la place du personnage: )
L'enquête est très bien menée d'un bout à l'autre malgré quelques longueurs qui essoufflent par moment. Heureusement, l'auteur arrive à surprendre par moment.
Comme une tombe est un thriller réussi malgré une fin un peu trop prévisible à mon goût. Je ne me suis pas prise la claque que j'espérais. Cela dit, c'est une première découverte satisfaisante
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
caro64
  14 septembre 2010
Si vous voulez passer un bon moment sans "prise de tête", lisez Comme une tombe, de Peter James. Lu en à peine 2 jours, ce polar tient en haleine jusqu'à la fin.
Michael Harrison est un homme comblé : des amis, de l'argent et le futur mari de la femme la plus merveilleuse du monde. Mais Michael est un sacré farceur et il va le payer cher. En effet, ses amis lui ont préparé un enterrement de vie de garçon des plus particuliers. Pendant qu'ils font la tournée des pubs, ils l'enferment dans un cercueil, au milieu de nulle part, où il doit attendre plusieurs heures. Malheureusement, la blague tourne mal : les quatre amis meurent dans un accident de voiture et Michael se retrouve piégé dans le cercueil. Roy Grace, inspecteur divisionnaire – un homme hanté par la disparition de sa femme – est contacté par la superbe fiancée de Michael, Ashley Harper, folle d'angoisse. Il se lance alors dans une course contre la montre, pour essayer par tous les moyens de retrouver Michael.
Si le roman ne révolutionne pas l'histoire du polar, il s'avère un très bon divertissement. L'intrigue est originale, le style efficace et les personnages attachants. Un roman qui se dévore, malgré une fin que j'ai trouvé un peu bâclée. Impossible de décrocher !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   05 janvier 2013
Avec de la patience, en plaçant bien ses pions, tôt ou tard, on finit toujours par avoir de la chance. Les meilleurs prédateurs sont les plus patients.

Mark n'avait jamais oublié ce documentaire animalier, filmé dans une grotte à chauve-souris, en Amérique du Sud. De minuscules micro-organismes se nourrissaient des excréments des chauves-souris, un asticot mangeait ces micro-organismes, un scarabée mangeait l'asticot, une araignée mangeait le scarabée et la chauve-souris mangeait l'araignée. La chaîne alimentaire était parfaite. La chauve-souris était maligne : tout ce qu'elle avait à faire, c'était déféquer - et attendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rohaertrohaert   26 novembre 2012
Sous les racines les pissenlits. Les mauvais amis sont ceux qui vous enterrent vivant, ivre et endormi, pour vous faire une blague.
Les mauvais amis sont ceux qui trouvent le moyen de mourrir dans l'heure qui suit. L'inspecteur Roy Grace, luttant contre le temps et la raréfaction de l'oxygène est, en la circonstance, votre seul ami. Six pieds sous terre, essayant de maitriser votre panique, vous ignorez qu'il remue ciel...et terre...pour vous sortir de la tombe. Il faut tenir le coup, pour la belle Ashley qui doit etre morte d'inquiétude ou pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
RoggyRoggy   24 juillet 2013
Dix-neuf ans dans la police lui avaient appris à ne jamais sous-estimer la dinguerie du genre humain. Mais il ne se passait pas un jour sans qu'il ait l'impression que cette dinguerie s'aggravait.
Commenter  J’apprécie          50
namelessnameless   05 janvier 2013
Branson remarqua une vieille reproduction du cottage d'Anne Hathaway et une citation encadrée qui disait : "Une fois que l'esprit a pris de l'ampleur, il ne peut plus revenir à ses dimensions d'origine".
Commenter  J’apprécie          40
namelessnameless   05 janvier 2013
Du magma émergeait une citation, sous verre : "Nous ne nous élevons pas au niveau de nos aptitudes, nous nous abaissons à celui de nos excuses."
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Peter James (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter James
Des enfants trop parfaits, de Peter James chez Fleuve Éditions
Naomi et John ont perdu leur fils unique, emporté par une maladie génétique rare à l'âge de 4 ans. Aujourd'hui, des années plus tard, ils se sentent enfi n prêts à refonder la famille dont ils ont toujours rêvé. Lorsqu'ils entendent parler du docteur Dettore, généticien visionnaire, ils voient en lui l'homme providentiel. Dettore connaît une méthode infaillible pour que leur prochain enfant ne soit pas atteint de la même pathologie. Comment résister à la promesse d'un bébé en bonne santé ? Ils auraient pourtant dû être alertés par la liste qu'on leur a remise : choix de la couleur des yeux, de la taille, des traits de caractère, des aptitudes sportives... Trop tard pour faire marche arrière. Naomi est enceinte, et déjà quelque chose ne tourne pas rond.
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1389 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .