AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Odile Demange (Traducteur)
ISBN : 2253101141
Éditeur : Le Livre de Poche (17/11/2005)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 109 notes)
Résumé :
Cette nouvelle intrigue concoctée par P.D. James se déroule dans le huis clos d'un petit musée londonien, le Dupayne, dédié aux années de l'entre-deux-guerres, véritable enclave de verdure et de calme située à la lisière du parc de Hampstead Heath. Administrée par les trois enfants de son fondateur Max Dupayne, cette institution rencontre des difficultés financières, et l'un des fils, Neville, psychiatre de son état, hésite à donner une nouvelle fois son aval à la r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  23 août 2016
Envie d'un roman typiquement anglais dans lesquels les protagonistes ont recours à la fameuse tasse de thé au moindre problème ?
Dans ce roman, on retrouve tout ce qui fait le charme des romans policiers à la mode « british », une intrigue policière qui prend son temps pour démarrer, une ambiance cosy, des personnages dont la psychologie est décortiquée minutieusement, un meurtre évidemment, mais aussi le climat froid, humide et venteux de Londres, son brouillard et sa circulation.
L'auteur nous invite à découvrir un petit musée peu connu, consacré aux années de l'entre deux guerres et géré par trois frères et soeurs.
J'ai adoré me promener dans les différentes salles, dont la fameuse « salle des meurtres » consacrées aux meurtres célèbres, mais j'ai également eu grand plaisir à arpenter la bibliothèque, les salles dédiées à la peinture et j'ai été ravie de découvrir les coulisses à savoir les appartements personnels de certains membres du personnel.
Cette salle des meurtres est un très bon cru de cet auteur prolifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Aline1102
  14 novembre 2016
C'est un fait : je ne me lasserai jamais des polars de P.D. James. Il faut dire qu'ils se caractérisent tous par une très grande qualité, non seulement du point de vue de l'intrigue, mais aussi du point de vue de l'écriture.
Adam Dalgliesh et son équipe sont ici confrontés à une mort suspecte assez atroce. Neville Dupayne est brûlé vif dans sa Jaguar quelque jours après que deux événements majeurs se soient produits dans sa vie : il a refusé de signer la reconduction du bail de l'immeuble abritant le musée familial et la femme d'un de ses patients (Neville est psychiatre) s'est suicidée, ne supportant plus la maladie de son époux. Neville a-t-il été tué à cause de son refus de signer le bail ? S'est-il lui aussi suicidé car il s'est senti responsable de la mort d'une femme ? Mystère...
Une fois encore, l'auteure nous offre un portrait extrêmement complet de tous ses personnages avant de "tuer" l'un d'entre eux. Il faut donc attendre une bonne centaine de pages avant d'entrer dans le vif du sujet, mais je peux vous dire qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde, tant les différents personnages sont intéressants. Chacun semble avoir quelque chose à cacher. Pas forcément un meurtre, mais au moins un secret peu reluisant...
Et c'est à Dalgliesh, ce gentleman parmi les policiers qu'il appartient une fois de plus de résoudre ce mystère. J'apprécie de plus en plus la personnalité assez atypique de cet enquêteur qui réfléchit beaucoup mais parle peu. J'aime la façon dont il parvient à gérer les antagonismes et les tensions au sein de son équipe (il affirme d'ailleurs préférer des enquêteurs qui sont parfois en désaccord plutôt que des policiers qui s'entendent merveilleusement bien) mais aussi son talent pour gérer les ego des personnes interrogées (pas facile de se retrouver face à Caroline Dupayne de mauvaise humeur... mais AD - comme le qualifient ses subordonnés - s'en tire haut la main).
Au niveau de l'intrigue, je l'ai personnellement trouvée totalement insoluble. Impossible de deviner l'identité du coupable et son mobile avant la fin du récit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
pandaroux
  08 mai 2015
Le musée Dupayne est en danger, il est menacé de fermeture par l'un de ses administrateurs. Beaucoup de personnes ont à perdre si le musée venait à disparaitre.
Un meurtre surgit : celui de la personne qui justement posé problème. Quelle étrange coincidence ? le meutre ressemble à celui commis dans les années 30, meurtre qui est justement illustrée dans la salle des meurtres au sein du musée.
Dalgliesh se charge de l'affaire. Ou tout cela va t il le mener?
Décidéement j'aime les policers anglais, l'atmosphère, l'attachement aux personnages, tout y est. L'intrigue est palpitante, on se laisse guider par les indices, je dirai que c'est précis et propre.
Seul bémol j'avais trouvé qui était l'assassin.
A découvrir.
Commenter  J’apprécie          40
BiblioMariclo
  16 juin 2018
Il n'est pas impossible qu'une personne tue pour sauver une chose à laquelle elle consacre tout son temps et son énergie depuis longtemps, mais aussi qu'un employé dévoué risquant de perdre son travail puisse tuer qui est susceptible de mettre son emploie en péril. Une autre personne sur le point de devoir quitter la maison à laquelle elle est très attachée peut aussi passer à l'acte. Ils sont nombreux ceux dont l'univers risque de s'effondrer suite à la décision qui sera prise lors d'un conseil d'administration. Il n'est donc pas étonnant que Adam Dalgliesh doive encore une fois mener une longue enquête pour trouver le coupable car nombreux sont ceux qui avaient des raisons de tuer.
Commenter  J’apprécie          30
Lecteur_75015
  08 avril 2018
Encore un roman de P.D James que j'ai lu avec grand plaisir ! Après le séminaire, le centre de repos sur une île anglaise et la clinique privée, nous voici dans un petit musée londonien consacré aux années trente.
L'atmosphère so british est toujours un point très positif, le style est toujours aussi soigné, les personnages toujours aussi bien développés.
En revanche, le mobile est connu dès le départ : le troisième héritier aurait pu faire fermer le musée s'il n'avait pas été assassiné. Malgré tout, je n'ai pas deviné l'identité du meurtrier avant la fin.
C'est un roman que je recommande aux amateurs de polar british !
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
gorjussgorjuss   20 décembre 2015
Passant lentement devant des paysages de Paul et John Nash,
il songea que le cataclysme de sang et de mort de 1914-1918
avait engendré une aspiration nostalgique à une Angleterre baignée de calme bucolique.

Il contemplait une campagne d'avant le désastre,
recréée dans la tranquillité et peinte dans un style qui,
malgré toute sa diversité et son originalité,
trahissait un traditionalisme accusé.

C'était un paysage sans personnages ;
les bûches soigneusement empilées contre les murs des fermes,
les champs cultivés sous des cieux cléments,
la bande de plage déserte,
étaient autant de rappels poignants d'une génération disparue.

On aurait dit que ces hommes avaient abattu leur besogne quotidienne,
rangé leurs outils et, doucement, pris congé de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gorjussgorjuss   20 décembre 2015
Une fille rencontre un garçon.
Ils se plaisent.
Ils couchent ensemble, tôt ou tard, parfois après leur premier rendez-vous.
Ça marche et ils forment un couple attitré, ou ça ne marche pas.

Dans certains cas, ça ne dure qu'une nuit.
Le lendemain matin, il suffit à la fille de voir l'état de la salle de bains,
le mal qu'il a à sortir du lit pour aller bosser,
et le naturel avec lequel il s'attende à ce que ce soit elle qui presse les oranges
et fasse le café,
pour que ce soit terminé.

Si ça marche, il finit par s'installer chez elle.
[...]
Là encore, ça marche ou ça ne marche pas.
Mais la rupture est évidemment plus compliquée, plus coûteuse et forcément amère.
Généralement, ça foire parce que l'un des deux veut que l'autre s'engage
plus qu'il n'est prêt à le faire.
Ou ça marche.

Ils décident d'officialiser leur situation et de se marier,
généralement parce que la femme a envie d'avoir un enfant.
La mère commence à préparer le mariage,
le père calcule ce que ça va lui coûter,
tantine s'achète un nouveau chapeau.

Soulagement générale.
Nouvelle bataille remportée contre le désordre moral et social.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gorjussgorjuss   20 décembre 2015
La cérémonie avait tout du rituel nostalgique et paisible.

Les tasses délicates aux anses méticuleusement alignées,
les fines tranches de pain bis beurrées,
les sandwiches au concombre découpés à la taille d'une bouchée,
les biscuits de Savoie et les cakes maison
surgissaient en temps voulu, apportés par une domestique d'un certain âge,
qui aurait fait le bonheur d'un agent à la recherche d'acteurs
pour une série télévisée 1900.

Les visiteurs les plus âgés se sentaient transportés dans le passé,
en un temps où l'on savait encore vivre,
et tous cédaient à l'illusion éphémère que le monde dangereux dans lequel ils vivaient
était susceptible de capituler devant l'ordre, la raison, le confort et la paix
qui régnaient dans cet intérieur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gorjussgorjuss   24 décembre 2015
Elle considérait sa mère comme une codétenue,
mais leur infortune commune n'avait engendré ni sympathie ni compassion.

Il y avait tant de choses qu'il était préférable de taire,
tant de silences qui, s'ils étaient brisés, pouvaient avoir,
elles le savaient l'une comme l'autre,
des conséquences catastrophiques.

Chacune gardait son malheur délicatement enfermé entre ses mains,
chacune conservait ses distances
comme si elle craignait d'être contaminée par les obscurs délits de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gorjussgorjuss   20 décembre 2015
Dalgliesh prit l'exemplaire de mai 1922.
Le sommaire annonçait des récits de P.G. Wodehouse, Gilbert Frankau
et E. Phillips Oppenheim, et un article spécial d'Arnold Bennett.

Mais c'étaient les premières pages, consacrées aux réclames,
qui restituaient le mieux la vie des années 1920.

Les cigarettes à cinq shillings et six pence le cent,
la chambre à coucher que l'on pouvait meubler pour 36 £ et le mari,
manifestement préoccupé par le manque d'ardeur de son épouse,
la rendant à ses bonnes dispositions coutumières
en versant discrètement quelques gouttes de l'élixir du docteur Bach
dans son thé du matin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de P.D. James (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de P.D. James
Breaking News | PD James, crime novelist, dies aged 94
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

P.D. James

Comment s'appelle-t-elle réellement ?

Phillys Dorothie James
Phyllis Dorothie James
Phillys Dorothy James
Phyllis Dorothy James

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : P.D. JamesCréer un quiz sur ce livre
.. ..