AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-France Girod (Traducteur)
EAN : 9782361070007
210 pages
Éditeur : Oh ! éditions (03/06/2010)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 144 notes)
Résumé :

Toutes deux cachent un inavouable secret. Quand elles le découvriront, leur amitié sera-t-elle plus forte que la vengeance ?

Alice est la fille la plus populaire du lycée. Katherine, la plus effacée. Et pourtant, ce sont les meilleures amies du monde. Grâce à Alice, Katherine reprend goût à la vie après le drame qu'elle a vécu l'année précédente : sa petite sœur adorée a été sauvagement assassinée par une bande d'ados, sous ses yeux.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Shan_Ze
  27 février 2016

J'ai été un peu agacée par le début avec les phrases mystérieuses de Katherine sur son passé et par les différents allers-retours entre passé, passé (numéro 2) et le futur. Mais finalement, j'ai été bien prise dans cette histoire de (fausse) amitié et surprise par la personnalité un peu folle d'Alice. Une histoire sympathique à lire, il m'a manqué un petit quelque chose pour totalement l'apprécier.
Commenter  J’apprécie          220
Yumiko
  30 juin 2013
Il y a des livres qui nous attirent dès leur parution et qui nous donnent envie de les lire immédiatement, celui-ci en fait partie. Il a rejoint ma PAL très peu de temps après sa sortie grâce à sa couverture, son titre et son résumé. Les avis positifs se sont succédés et ne m'ont donné que davantage envie de le lire. Cette découverte s'avère excellente car ce roman décapant nous emmène dans un récit effréné et hallucinant.
Katherine change de ville suite à la mort de sa soeur. Seulement, elle est mal dans sa peau car elle cache un lourd secret qui la ronge et l'empêche d'être heureuse. le jour où Alice commence à s'intéresser à elle alors que tout les opposent, Katherine n'en croit pas ses yeux. Une amitié infaillible va naître entre les deux filles et Katherine va recommencer de vivre. Oui mais voilà, Alice va s'avérer être bien plus mauvaise qu'il n'y paraît...
Ce livre commence très doucement, presque un peu trop, mais cela permet de poser le décor et les personnages. Les événements s'égrainent gentiment, permettant d'implanter le petite graine qui va germer et nous conduire vers des rebondissements en cascades, des angoisses, des doutes. Dès qu'Alice commence à se dévoiler, l'histoire prend un autre rythme et le récit devient palpitant, obsédant.
Le roman alterne entre présent et passé, nous permettant, tout en suivant le déroulement du récit, de découvrir ce qui s'est passé le fameux soir du drame. Cela permet de voir la vie de Katherine d'un autre point de vue et nous fait d'autant plus peur pour elle face à la folie d'Alice. Même si Katherine peine à ouvrir les yeux, elle va commencer à se rendre compte du poison qui ronge son amie, bien qu'elle n'en connaisse pas les raisons ni la profondeur.
L'auteur nous offre ici un roman hallucinant qui montre tout le machiavélisme dont un être humain est capable. La destruction est énorme et les conséquences désastreuses. de quoi faire peur et nous faire douter quant à la gentillesse de certaines personnes. Les émotions nous emportent et le stress nous gagne à tel point que l'on dévore le livre sans plus pouvoir s'arrêter!
En bref, ce roman est vraiment une perle du genre et même si son côté young adult ressort fortement, il n'en reste pas moins angoissant et sombre à souhait. Un vrai délice à déguster le plus rapidement possible!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
EnjoyBooks
  26 juillet 2013
La Beauté du Mal de Rebbeca James. (Genre : Jeunesse, Drame).
Editions : Pocket
Prix : 7,20€
Année de parution française : 2011
Année de parution originale : 2010
Titre version originale : Beautiful Malice.
.Résumé : Les contraires s'attirent, c'est bien connu. Au lycée à plus forte raison. Ainsi rien ne prédisposait Katherine, l'introverti traumatisée par un passé douloureux, à se rapprocher d'Alice. La populaire, sexy, l'incendiaire Alice, point de mire de tous les regards. Leur amitié étonne, détonne. Jusqu'à exploser. La fragilité de l'une nourrit la cruauté de l'autre. La torture psychologique ne fait que commencer, et ses racines s'insinuent au plus profond d'un âge qui n'a plus rien de « tendre »…
.Mon avis : Premièrement, c'est un livre qui me faisait beaucoup envie de part sa couverture intrigante. Et secondement, par son résumé très prometteur qui laissait transparaitre une histoire avec des secrets et des tourments psychologiques. Et bien ce livre, c'est tout à fait ça et je n'ai pas été déçu. C'est vraiment un bouquin qui vous rend curieux de l'histoire mise en place et il fait passer un excellent moment.
.Dès le début, dès la 1ère phrase, on ne peut que se poser des questions sur les relations entre les personnages. Pourquoi Katherine dit-elle qu'Alice lui a fait du mal ? Pourquoi n'assiste-t-elle pas à ses funérailles ? Katherine a-t-elle tué Alice ? Pourquoi deux supposés amies se détesteraient-elles ? Voilà ce qu'on pense dès le départ, et tout le long du roman, on ne cesse de se poser des questions. L'auteure mène très bien la barque de son roman et de son intrigue. Elle révèle petit à petit les éléments qui nous permettent que nos questions s'éteignent, mais tout en insufflant un souffle nouveau à son roman. C'est-à-dire que tout en mettant des mots sur nos questions, elle en crée de nouvelles…
.Le personnage de Katherine est un personnage qui m'a bouleversé. Et je pèse mes mots, ce qu'elle a enduré et ce qu'elle endure dans l'histoire… je ne sais pas si j'aurai pu faire face à tout cela. On ne peut que se prendre d'empathie pour elle. Avec tout ce qu'elle ressent c'est vraiment une jeune fille courageuse qui va évoluer tout au long du roman. Et son évolution m'a plu parce que petit à petit elle s'ouvre comme une fleur qui est en pleine croissance. Alice quant à elle, c'est un personnage qu'on n'arrive pas à cerner. Elle peut être adorable envers Katherine mais aussi exécrable. Alors on est en demi-teinte et on attend la révélation qui concerne sa mort pour savoir pourquoi !
.En ce qui concerne les personnages secondaires, ils sont essentiels au récit. Ils portent Katherine haut dans l'histoire. Que ce soit les personnages masculins (Robbie et Mick) ou alors les parents de Katherine, Philippa, Rachel ou encore Sarah. Ce sont des personnages auxquels on s'attache et qui ne sont pas là par hasard. le gros point fort du roman ce sont les personnages. Ils sont beaucoup travaillés, autant psychologiquement que dans leurs actes. On voit que l'auteure tire un maximum les ficelles de ce côté-là, pour nous donner envie de les connaître. Encore plus profondément, dans leurs moindres désirs.
.Le gros point fort aussi c'est qu'on a une triple intrigue… je m'explique. On suit Katherine juste avant l'accident de sa soeur Rachel. Ce qui permet de connaitre son secret dans les détails. On la suit aussi lors de l'intrigue principale avec Alice. Et on la suit aussi après la mort d'Alice, avec Sarah. Et c'est en ce sens qu'on voit l'évolution spectaculaire de Katherine. de jeune ado, elle deviendra femme. Et son évolution psychologique, ne passe pas inaperçue aux yeux du lecteur. Elle tire des leçons de ses expériences personnelles passées, et je dis chapeau !

.La style d'écriture de Rebecca James est intense et prenant. Ce roman est un page-turner à coup sur ! Cette histoire nous incite à toujours en connaître davantage. Que ce soit dans les relations entre les personnages, sur les petits secrets entre amie, sur la mort de Rachel, sur la mort d'Alice et sur encore bien d'autres choses… Ce roman a réussi à m'émouvoir au possible en me tirant des larmes, il m'a donné les frissons. Alors certes on ne ressent peut être pas une tension extrême comme un bon thriller psychologique. Mais il ne faut pas oublier que c'est un roman jeunesse. Et un très bon roman jeunesse ! Un personnage qui se dévoilera vers la fin du roman m'a ému à un point que je ne pensais même pas. En fait dans ce roman on se met à la place des personnages, de telle sorte qu'on ne peut qu'être touché par ce qui se passe.
.La fin de l'intrigue avec la soeur de Katherine est affreuse… la fin de l'intrigue avec Alice est triste au plus haut point. Et la fin de l'intrigue avec Sarah est la fin qu'on attendait et une fin qui m'a plu. Et puis vous savez quoi LA révélation du roman on ne la voit pas arriver ! Alors attendez-vous à être surpris… En tout cas je vous recommande ce roman, qui est prenant, et qui vous fera réfléchir sur les réactions que l'on peut avoir avec les personnes que l'on aime.
Lien : http://enjoybooksaddict.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LesMotsPourRever
  06 octobre 2016
Après avoir vécu un drame, Katie change non seulement de ville mais aussi de nom, et devient Katherine, lycéenne effacée qui ne cherche pas à se lier d'amitié avec les autres. S'il n'y avait que ce drame, peut-être aurait-elle pu se laisser aller à vivre pleinement et être heureuse à nouveau mais voilà, il y a aussi cette culpabilité qui la ronge et dont elle ne parvient pas à se défaire. Sa vie change brusquement lorsqu'Alice, la fille la plus populaire du lycée, l'invite à une fête et se met en tête de devenir son amie. Les deux filles apprennent à se connaître et deviennent rapidement très proches. Alice a des défauts, un comportement parfois étrange, mais grâce à elle Katherine sourit à nouveau donc elle ferme les yeux sur ces petites choses qui la mettent parfois mal à l'aise.
J'ai pioché La beauté du mal dans ma PAL sans savoir le moins du monde à quoi m'attendre. A vrai dire je ne me souvenais même plus qu'il y était. Les polar/thriller ne sont pas vraiment ma tasse de thé à la base, mis à part les Sherlock Holmes, Hercule Poirot et autres détectives du même acabit. Et ce n'est pas ce livre qui va me convaincre de m'y mettre !
L'intrigue est bien présente au début : pourquoi Katherine n'a-t-elle pas assisté aux funérailles d'Alice ? Qu'est-il arrivé à cette dernière ? Comment les deux amis ont-elles pu en arriver là ? Qu'est-il arrivé au père de sa fille ? Beaucoup de questionnements dès le début de cette histoire qui nous promet de nombreux rebondissements.
Le récit se fait à trois voix, ou plutôt à trois époques : nous suivons Katherine avant le drame et découvrons par petites touches ce qui lui est réellement arrivé ; nous avons quelques brefs moments de la vie de Katherine une fois devenue adulte mais surtout maman d'une petite Sarah ; et bien évidemment, le plus gros de l'histoire est centrée sur ses mésaventures avec Alice.
Mon enthousiasme initial est vite retombé lorsqu'on apprend que Katherine vit (presque) seule. Suite au drame qu'elle a vécu, elle a préféré quitter la ville mais aussi ne plus vivre avec ses parents, chose que je peux comprendre. Elle a donc emménagé chez sa tante qui est, comme c'est surprenant, toujours absente. Je ne sais pas pourquoi les auteurs s'arrangent toujours pour laisser leur héros/héroïne adolescent(e) sans figure d'autorité dans leur quotidien. Oui certains ados doivent apprendre à se débrouiller seuls mais par pitié, cessez de dégager les parents aussi facilement ! Parce que oui c'est une facilité, des personnages en moins à gérer. Katherine se retrouve donc seule dans un grand appartement et toutes ses dépenses sont prises en charge. de faux airs d'indépendance et de l'argent qui tombe du ciel, comme c'est pratique. Bref, passons.
Dès le début j'ai trouvé le comportement d'Alice relativement suspect. Je veux dire, pourquoi s'intéresse-t-elle aussi soudainement à Katherine ? Je veux bien qu'il y ait des amitiés qui se créer dans la seconde mais les choses ont vraiment été précipités. A peine les présentations sont-elles faites qu'Alice lui prête déjà ses robes. Je ne sais pas si l'auteur aurait dû être plus subtile ou Katherine plus méfiante, mais quelque chose m'a chagriné. Et quand ça m'arrive dès le début d'une histoire, généralement la suite se présente mal (du moins pour moi). Leur amitié se poursuit néanmoins, Alice présente Robbie à Katherine et le duo inséparable devient trio. Grâce à Robbie, Katherine en apprend plus sur Alice qui mine de rien reste très secrète, mais notre héroïne ne peut pas le lui reprocher puisque elle aussi a sa part de mystère. La beauté du mal suit son cours, je tourne mes pages, mais j'ai bien du mal à éprouver quoi que ce soit pour tout ce petit monde.
Je suis d'ailleurs mitigée sur les personnages secondaires. Robbie est extrêmement intéressant, j'ai totalement adhéré à cette fascination destructrice qu'il éprouve pour Alice, surtout lorsqu'on voit jusqu'où elle est prête à aller pour faire du mal aux autres. Philippa est une bouffé d'air frais dans cette atmosphère lourde. On peut facilement s'identifier à elle et ainsi devenir « celle qui a sauvé l'héroïne ». Pas sauver d'un grand danger, simplement de l'emprise d'Alice, mais c'est déjà beaucoup. Mick est … relativement fade. Il ne m'a pas donné l'impression d'avoir beaucoup de caractère et je ne me suis pas vraiment attachée à lui (ce qui lui arrive ne m'a donc pas tiré la moindre larme, ce qui fait que je suis passée malgré moi à côté du plus gros de l'émotion du livre). Sans oublier que sa relation avec Katherine va vraiment trop vite. Quant à Rachel … Aussi horrible que je puisse paraître à vos yeux, ce personnage ne m'a pas touché le moins du monde. Oui elle vit dans un monde un peu à part et n'a pas eu les mêmes expériences que les autres adolescents étant donné qu'elle passait beaucoup de temps sur son piano, mais je l'ai trouvé trop niaise, trop naïve. Plus exaspérante qu'autre chose, donc là non plus je n'ai pas réussi à m'attacher.
Le style est bon et les flash-back sont correctement utilisés (et surtout utiles) mais cela n'a pas suffit à me convaincre. Je reconnais que je ne suis pas réellement rentrée dans l'histoire : le début était déjà relativement suspect pour moi mais en plus il devient facile à un moment de recoller tous les morceaux pour comprendre où Rebecca James veut en venir. La folie d'Alice n'a été, à mon sens, pas assez poussé pour la rendre suffisamment intéressante. Il en va de même pour son côté machiavélique. La seule chose qui m'a véritablement surprise c'est l'identité du frère d'Alice. Ça je reconnais que je ne l'avais pas vu venir, et c'est pourtant sur cet élément que repose réellement toute l'histoire. Mais le reste ? Pas de vrai suspense, pas de moment haletant, pas d'angoisse, pas de tension. Pas le moindre soupçon de peur dans le pseudo harcèlement que va finir par orchestrer Alice et c'est vraiment dommage.
Lien : http://lesmotspourrever.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fee-tish
  16 août 2012
Lorsque la quatrième de couverture présente « Un thriller psychologique et sexy, (…) un page-turner brillamment construit » (The Wall Street Journal), je me sens tout de suite irrésistiblement attirée. Puis, quand une bloggeuse me le conseille, je me lance enfin dans cette lecture. Autant vous le dire, je ne suis pas déçue !
Katherine Patterson est une jeune fille de dix-sept ans qui tente de se reconstruire après avoir vécu un évènement traumatisant quelques années plus tôt. Solitaire et discrète, elle se fait un jour abordé par Alice, une adolescente populaire, extravertie, qui deviendra très rapidement son amie. Cette amitié va permettre à Katherine, à la fois de se détourner de ses souvenirs, mais aussi de s'amuser, là où elle avait définitivement renoncer à toutes relations sociales avec des individus de son âge.
Mais le lecteur comprend rapidement que cette amitié est loin d'être saine puisqu'Alice tente indéniablement d'avoir un ascendant psychologique sur notre héroïne, à tel point que cette dernière va chercher à la défendre quoiqu'il se passe ; au début du moins.
Le personnage de Katherine est construit de manière à ce qu'on s'y attache d'emblée. Elle est très fragile et détruite par le drame qui l'a frappé ; néanmoins elle cherche à s'en sortir avec les éléments qui passent à sa portée.
Le personnage d'Alice est certainement le plus intéressant, psychologiquement parlant. Elle est instable et d'un égocentrisme effrayant. Quelle blessure a pu créer un être cruel et machiavélique comme elle ?
En-dehors de l'histoire, je tiens à soulever l'intelligence de l'auteur dans la construction de son roman, qui suit un schéma très intéressant. En effet, trois degrés chronologiques sont présents :
- le présent : ce qu'est devenu Katherine à vingt-deux ans. Cette partie représente la plus courte.
- L'époque de la rencontre avec Alice et Robbie : la partie principale du roman, autour de laquelle tout s'articule.
- Et enfin des chapitres flashback qui dévoilent le choc qui a fait basculer sa vie.
Pour résumé, un roman savamment orchestré, une histoire intéressante et prenante avec un réel suspense. le seul bémol que je soulignerai, sans en dire trop, c'est l'accélération soudaine et assez peu réaliste de la relation entre Katherine et le jeune homme dont elle tombe amoureuse.
Sans cela, c'est vraiment bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
callinettecallinette   27 mai 2012
"Maman, t'es heureuse? demande t-elle au bout d'un moment, sans interrompre son jeu.
- Bien sûr, ma chèrie, dis-je, frappée par le ton sérieux de sa question.Je t'ai, Sarah, et ça fait de moi la maman la plus heureuse, la plus chanceuse du monde. Tu sais ça ?
- Oui, mais t'es triste parce que t'as pas de papa ?
- Voyons, ja'i un papa. Ton papi est mon papa."
Elle se tait, le front plissé, puis lève les yeux vers moi.
"Je veux dire un papa pour moi, dit-elle enfin. T'es triste parce que t'as pas un papa pour moi?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
callinettecallinette   23 mai 2012
Quand on voit ses parents dans cet état, on devient adulte, car on se rend compte que le monde est un endroit effrayant sur lequel ils n'ont pas de prise. Et si eux peuvent souffrir autant, s'ils ne maitrisent rien, quel espoir nous reste-t-il?
Commenter  J’apprécie          80
ALEXIAAALEXIAA   06 octobre 2012
J'ai du mal à comprendre pourquoi nous avons besoin de patauger dans cette réalité, d'y revenir sans cesse, de la scruter à nous crever les yeux, le coeur déchiré par l'horreur et une indicible tristesse.
Commenter  J’apprécie          40
Miss-HashMiss-Hash   05 septembre 2011
Et j'ai cessé de croire qu'il existait un moyen de faire face au deuil. Il faut simplement se coltiner sa douleur, ce fardeau permanent, et parler ne l'allège pas, ne le soulage pas.
Commenter  J’apprécie          40
Miss-HashMiss-Hash   05 septembre 2011
Tout le monde n'est pas aussi terrifié que moi dans la vie. Tout le monde n'a pas été marqué au fer rouge.
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2052 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre