AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266308557
400 pages
Éditeur : Pocket (13/02/2020)
3.67/5   288 notes
Résumé :
Le déménagement dans ce manoir charmant, en haut de la colline, devait être le point de départ pour une nouvelle vie. Après des années passées dans la banlieue de Brighton, Ollie Harcourt ne pouvait rêver mieux qu’une existence paisible à la campagne. Le reste de la famille suit d’un pas hésitant, mais ne rechigne pas pour autant à cette nouvelle aventure.
Cependant, peu après leur installation, des scènes étranges se déroulent dans la maison.
Des ombr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (114) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 288 notes

iris29
  13 mai 2019
Je suis Peter James depuis son premier roman (policier) et je dois dire qu'avec ce dernier , il m'a surprise. Je m'attendais à une énième aventure du commissaire Grace, (que j'adore ), mais Mr James nous embarque dans une histoire de maison hantée , d'où l'on ne sort jamais … car , le manoir de Cold Hill, on l'achète, on veut le rénover mais on ne voit jamais la fin des travaux : on meurt avant..
"JAMAIS VOUS NE QUITEREZ MA MAISON ."
Ollie y a cru , lui qui voulait une demeure de prestige, où habiter avec sa femme Caro et sa fille Jade. Hélas, dés le début, des phénomènes inexplicables se produisent. Une " chose" le prévient, il ferait mieux de partir. Mais Ollie, a mis toutes ses économies dans cette demeure prestigieuse , pour lui, et Caro : pas question de céder , leur budget ne le permet pas . Alors, il cache des petites choses à sa femme et celle-ci fait pareil de son côté. Et puis on minimise:
" Un fantôme, c'est juste de l' air coloré, pas vrai ? "
" On va s'en sortir, affirma-t-il d'un ton catégorique. je te le promets. (…)
DANS TES REVES ,OUAIS "
C'est un roman que j'ai eu envie de fuir à toutes jambes… Peter James, ne fait pas de cadeaux, on sent , on sait que ça s'est mal terminé pour certains… On espère, mais on "flippe" !
L'auteur a choisi de nous placer du côté humain, dans la tête des familles qui aménagent. Pas une seule fois , on saura ce que pense les fantômes.
On aura tout de même une explication, Ollie enquêtera gentiment. On saura pourquoi, le fantôme veut reprendre possession des lieux et éjecter les nouveaux arrivants. Aucun échange digne de ce nom entre eux.
Peter James préfère orienter son récit du côté de la science. Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas, qu'on entend pas quelque chose, qu' elle n'existe pas..
Méditez braves humains ,et en attendant si vous tombez sur une petite annonce du genre : " Vend immense propriété , style Georgien, manoir à rénover "etc...Passez votre chemin , je vous assure que ce sera mieux pour votre santé mentale, vos chakras, votre couple , votre petite famille , tout ça , tout ça …

Challenge Mauvais Genres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          554
LePamplemousse
  18 décembre 2019
Une chouette famille va acheter une énorme maison et s'en mordre les doigts. Tout comme les précédents propriétaires d'ailleurs...
Bon, déjà, rien que le fait de devoir investir jusqu'à son dernier centime dans une maison immense qui tombe littéralement en ruine ne semblait pas l'idée du siècle, surtout que l'argent ne coule que rarement à flot, même si on se croit à l'abri du besoin.
La maison est évidemment isolée, les soucis vont bien sur s'accumuler très rapidement, entre les travaux beaucoup plus nombreux et plus chers que prévus, quelques tensions dues à l'argent qui va rapidement manquer, la belle-famille qui semble hostile à cette installation, des ennuis au travail, une ado qui ne s'habitue pas à sa nouvelle école, et plein de petites impressions fugaces très désagréables.
La vie au sein de cette immense maison va rapidement devenir difficile, l'ambiance est lourde, malsaine, et la peur va s'insinuer peu à peu car il se passe des choses inexpliquées dans ce lieu que les habitants du coin jugent "maudit".
Le fait de mêler les soucis matériels et financiers aux phénomènes paranormaux est bien vu car on ne sait pas trop ce qui est réel ou pas.
Moi qui adore les romans avec des maisons hantées, j'ai passé un très bon moment avec celui-ci, même si l'horreur n'est pas poussée très loin.
Ici, ce qui prime, c'est la tension qui monte du début à la fin, les soucis qui s'accumulent au point qu'il devient impossible de faire machine arrière, la peur qui grandit peu à peu, au fur et à mesure qu'on prend conscience de ce qui se passe vraiment dans cette maison.
La cause de tous ces phénomènes n'a rien de révolutionnaire pour un roman de ce genre, mais l'intrigue est bien menée, le lecteur se sent très mal à l'aise lui aussi au sein de cette demeure et ne sait pas trop comment cette famille pourra s'en sortir et si elle pourra seulement s'en sortir vivante. L'écriture est simple, sans fioriture, mais cela coule tout seul.
Un très bon moment pour qui aime se faire un petit peu peur, mais sans que ça soit sanglant ou véritablement terrifiant non plus.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Julitlesmots
  02 avril 2020
Qui n'aimerait pas s'installer dans un charmant manoir, le retaper pour gagner en qualité de vie ? On aimerait tous vivre une nouvelle aventure… J'aimerais me trouver un charmant cottage… Y vivre paisiblement… Ollie, ne se doutait pas que l'arrivée de sa famille, dans leur nouvelle maison, allait complètement chambouler leur vie. Ollie ne se doutait pas que cette maison était déjà habitée et que leur présence allait être aussi problématique. Cette famille pensait prendre un nouveau départ, pourtant leur vie va basculer dans l'horreur…
Je lis peu de livres ayant pour thème les maisons hantées, pourtant, j'en suis friande. En même temps, il y a peu de romans qui abordent ce thème, plein de frissons. J'aime bien avoir le coeur qui s'emballe face à la description de scènes d'horreurs, c'est d'ailleurs pour ça que j'apprécie particulièrement les films d'horreur ! Mes enfants me prennent pour une folle, quand je rigole en plein milieu d'une scène bien glauque !
Je ne connaissais pas la plume de l'auteur, que j'ai découverte avec « la maison hantée », mais je dois dire que l'alliance du nom, de la couverture et de la quatrième me laissait présager un bon moment de plaisir, et je n'ai pas été déçue !
On y trouve aussi bien du frisson, que l'atmosphère des campagnes anglaises. La plume est très visuelle, ce qui permet de s'immerger totalement aux côtés de cette famille qui sombre, peu à peu dans l'horreur.
Sur la carte postale, tout semblait parfait : quitter la ville pour une vie plus calme à la campagne, une maison avec du caractère, même si elle est dans un état de délabrement avancé, qu'à cela ne tienne, Ollie est prêt à toutes les rénovations pour construire son paradis. Mais l'aventure va tourner court, l'ambiance devenant étouffante au fil des pages, avec événements inexpliqués qui viennent ternir le tableau, et le moral des troupes…
On ne peut pas dire que l'auteur nous entraîne dans un récit glauque et surnaturel, c'est plus une ambiance sombre qui s'installe peu à peu, sans jamais tomber dans l'improbable. C'est justement cet aspect qui donne une certaine crédibilité à l'intrigue. L'auteur n'en fait ni trop, ni pas assez, il a la juste mesure, distillant le froid dans le dos au fil des pages, sans tomber dans l'invraisemblable. Et c'est cet aspect qui donne une certaine réalité, même si on est content de savoir que nous ne sommes pas personnellement la cible des phénomènes paranormaux.
Ces bruits, ces déplacements, ces apparitions inexplicables, le voile entre les morts et les vivants est bien ténu, offrant un ambiance glaçante pleine de réalisme.
Lien : https://julitlesmots.com/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
LightandSmell
  02 mai 2019
S'installer à la campagne dans un charmant manoir, loin du tumulte de la ville... Voilà le rêve d'Ollie Harcourt qui n'a pas hésité à embarquer toute sa famille dans cette aventure. Certes, le manoir sur lequel il a jeté son dévolu a besoin de travaux, mais peu importe, Ollie le sent, lui, sa femme Caroline, et leur fille Jade seront heureux dans leur nouvelle demeure. Pourtant, au fil des jours, le rêve se transforme en cauchemar. le manoir ne semble pas si accueillant que cela entre travaux urgents à réaliser et phénomènes étranges et inquiétants… Une présence malfaisante semble, en effet, rôder et prête à tout pour déloger cette famille qui n'est définitivement pas la bienvenue. Mais jusqu'où cette menace invisible est-elle prête à aller pour obtenir satisfaction ?
Peter James nous offre ici une histoire délicieusement horrifique qui m'a renvoyée à cette lointaine époque où je regardais les films d'horreur comme j'aurais mangé des bonbons, c'est-à-dire toujours avec plaisir et gourmandise. Adulte, je me suis éloignée de tout ce qui était horreur avant d'y remettre les pieds avec ce thriller horrifique qui m'a conquise. Dans le sillage des films du genre, l'auteur reprend leurs codes qui se révèlent toujours aussi efficaces, du moins sur moi : étranges phénomènes, bruits inquiétants, apparitions fantasmagoriques, animaux domestiques qui perçoivent des choses et qui le manifestent bruyamment, individus énigmatiques dont certains semblent en savoir bien plus qu'ils ne le disent, disparitions brutales, les doutes et cette impression de sombrer lentement mais sûrement dans la folie, angoisse qui monte crescendo…
Rien de nouveau donc, mais Peter James arrive à rendre le tout prenant, intense, palpitant, angoissant et tellement addictif ! Alors que je n'avais qu'une envie, me planquer sous ma couette la lumière allumée, impossible pour moi de lâcher ce roman que j'ai lu en deux soirées. Deux soirées pleines de frissons ! D'ailleurs, merci à Monsieur de sa présence rassurante (je vous avais dit que j'étais courageuse mais pas téméraire), et pas merci à Hardy qui, en bon chat, ne s'est pas gêné pour fixer son regard dans le vide ou faire des bruits à des moments inopportuns (ou opportuns s'il voulait me faire peur).
La trame du roman est donc plutôt classique et ne devrait pas surprendre les amateurs d'horreur. Pour ma part, cela ne m'a pas dérangée, car d'une part, qui dit classique, ne dit pas cliché, et d'autre part, l'auteur a vraiment quelque chose dans la plume pour poser le décor et instaurer une ambiance qui vous angoisse, vous étreint le coeur et vous prend aux tripes ! J'ai ainsi complètement vécu l'histoire aux côtés des personnages sentant, comme eux, la peur en moi s'immiscer jusqu'à me mettre complètement sur les nerfs. Il faut dire que plus on progresse dans le récit, plus l'ambiance s'assombrit, devient lourde, voire étouffante. On finit par avoir ce sentiment oppressant qu'il est trop tard et que le pire va arriver…
Pressentiment ou pessimisme, vous le découvrirez si vous vous laissez tenter par le roman, mais je peux vous dire que l'auteur ne fait pas dans la dentelle. Il n'y a pas de l'hémoglobine à chaque page ni des morts à chaque chapitre, mais il n'empêche, il se dégage une telle malveillance de cette maison que l'on a qu'une envie, s'en éloigner le plus loin possible et ne pas se retourner. C'est peut-être la raison qui m'a parfois fait douter du bon sens de certains personnages qui assistent à des phénomènes à vous faire dresser les cheveux sur la tête, mais qui semblent osciller entre, « mais non, c'est dans ma tête » pour le patriarche, et « cool des fantômes » pour la fille. Personnellement, j'aurais déjà déménagé à l'autre bout de la planète.
Un déni de la réalité de la part d'Ollie qui, bien qu'il m'ait laissée parfois perplexe, s'explique par la dure réalité : plus ou moins acculé par des problèmes d'argent, cette maison étant un gouffre financier, cet homme ne trouve simplement pas d'échappatoires. Il y a les factures à régler, le prêt à rembourser, les charges courantes… Tout autant de raisons qui le poussent parfois à faire preuve d'une naïveté qui serait presque touchante si elle ne mettait pas en péril lui et sa famille. Et puis un malheur n'arrivant jamais seul, son entreprise florissante est menacée par d'étranges phénomènes informatiques le rendant encore plus captif de sa maison de la peur. Peter James apporte un peu de sang frais et d'originalité à son récit avec cette technologie qui vient hanter à son tour la famille : des SMS menaçants qui disparaissent une fois lus et dont on ne connaît pas l'expéditeur, des mails envoyés comme par magie de la part d'Ollie sans qu'il y soit pour grand-chose…
De nouveaux mystères qui viennent s'ajouter à tous ceux qui entourent cette maison maudite dont la famille aurait bien fait de ne jamais croiser la route. À défaut de l'avoir fait avant, Ollie finit par se lancer dans une enquête afin de retracer l'histoire de cet endroit qui semble avoir été le témoin, si ce n'est l'acteur, de bien sombres événements. Une enquête qui apporte une certaine tension et du suspense et dont on appréhende l'issue autant qu'on l'espère ! On finit, en effet, par se demander si découvrir les drames qui ont jalonné la vie de la bâtisse offrira vraiment à la famille un moyen de se délivrer de cette entité malveillante qui hante ses murs.
L'étau se resserre autour d'Ollie, de sa femme au bord de la crise de nerfs et de Jade qui, quant à elle, semble vivre la situation avec une certaine insouciance. Je dois d'ailleurs dire que si dans l'ensemble, Ollie et sa femme sont des personnages nuancés et réalistes, partagés entre la peur et les contingences de la vie quotidienne, leur fille semble un peu moins crédible. Je doute, en effet, qu'à 12 ans, on prenne avec recul et sérénité la visite de fantômes dans sa chambre tout comme je doute que des parents attentionnés laissent leur fille dormir seule alors que rôde le danger…
Mais c'est finalement un point de détail, l'ambiance étouffante, construite page après page, rendant la lecture tellement haletante qu'on pardonnera facilement ces petites faiblesses d'autant que la fin est soignée et perturbante à souhait. Seule petite source de frustration, cette impression que toutes nos questions n'ont pas obtenu de réponse. Mais n'est-ce pas là un bon moyen pour l'auteur de prolonger notre angoisse bien au-delà de notre lecture ?
En conclusion, d'une plume très visuelle et d'une redoutable efficacité, Peter James nous offre une plongée immersive et totale dans la vie d'une famille dont le rêve se transforme en cauchemar. Digne d'un scénario de films d'horreur dont l'auteur a repris les principaux codes, La maison des oubliés est un roman qui tient en haleine jusqu'à la dernière page et qu'il s'avère difficile, si ce n'est impossible, de lâcher avant de connaître le sort réservé aux personnages. Amateurs de frissons, d'ambiance angoissante et de fantômes, ce livre est fait pour vous !
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Latulu
  07 janvier 2021
Ca démarre fort ! Et tient presque le rythme sur 400 pages.
Des landes isolées, une magnifique mais très ancienne bâtisse, un couple et leur enfant qui viennent s'y installer… Rien de très original pour un roman de maison hantée. Et pourtant…
L'écriture fluide et agréable de Peter James nous emmène petit à petit vers l'horreur dans un suspense crescendo.
J'ai beaucoup aimé voir le couple se rendre compte qu'une force surnaturelle les dominait et refuser pour autant d'y accorder plus de prudence que cela. L'époque moderne peut tour résoudre pensent cette avocate et ce jeune créatif. Et de modernité il en est question puisque l''auteur s'amuse avec son fantôme lui prêtant la capacité de hanter les réseaux sociaux et l'internet en général ce qui est plutôt original.
Pour autant, et comme souvent dans ce genre d'aventures, la fin m'a déçue. le premier chapitre laissait présager un rythme très soutenu mais j'ai trouvé beaucoup de longueurs par moment surtout lorsque le couple à l'évidence non réfractaire au surnaturel tente de trouver des solutions pour se débarrasser de cette entité. Les moyens utilisés restent classiques. La fin se devine bien avant celle du roman et la conclusion est assez attendue.
Les personnages secondaires sont peu développés et manquent de substance. En revanche, le couple et sa fille sont bien pensés. L'auteur a su jouer avec l'adolescente amatrice des réseaux sociaux et un fantôme qui y trouve également son content. Ils sont très crédibles et font souffler un air de modernité sur un thème éculé.
Un bon récit de maison hantée teinté d'humour noir sans tomber dans l'absurde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   13 mai 2019
Nous, les êtres humains, sommes au début de notre évolution. Et je ne suis pas sûr que nous soyons suffisamment intelligents pour évoluer avant de nous autodétruire. Mais si nous y arrivons, il y a tout plein de trucs qui nous attendent dans l'avenir. Tout plein de niveaux d'existence auxquels nous ne savons pas encore comment y accéder. Prends l'exemple simple du sifflet à ultrasons. Les chiens peuvent l'entendre, mais pas nous. Qu'est-ce qu'il y a d'autre, autour de nous, dont nous ne sommes pas conscients ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   12 mai 2019
Cette maison était "too much". Ils étaient d'ailleurs tombés d'accord là-dessus. Beaucoup trop grande. Beaucoup trop chère. Beaucoup trop isolée. Beaucoup trop abîmée. Beaucoup trop éloignée. Des amis, de la famille, des magasins. Elle était loin de tout, en fait. Les travaux allaient être interminables - (…)
--- Elle est magnifique, mais vous êtes tombés sur la tête, avait déclaré sa mère quand elle avait découvert la demeure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
iris29iris29   12 mai 2019
Les esprits. Les fantômes. Je suis désolée, mais je ne crois pas à tout... ça.
Elle faillit dire " toutes ces bêtises", mais se ravisa.
(…)
- Vos sentiments sont nobles, bien -sûr ! Mais vous êtes vous déjà demandé ceci : et si les fantômes n'en avaient rien à faire que vous croyiez en eux ou pas ? Et s'ils croyaient en vous ?
Commenter  J’apprécie          192
CarosandCarosand   10 avril 2020
"Elle désigna une parcelle plantée de grands tournesols.
- Ils me font toujours sourire, les tournesols !
- Je crois qu'ils plaisent à tout le monde, dit Ollie.
- Ils suivent bêtement le soleil. Ils sont bêtes, mais heureux. Et on a tous besoin de ça dans nos vies, vous ne pensez pas ?"
Commenter  J’apprécie          60
meknes56meknes56   09 juillet 2019
- Il y a des gens morts, ici, maman ? demanda Daisy
- Oui, ma chérie, c'est un cimetière, répondit- elle en jetant un coup d’œil au muret.

Daisy écrasa son visage contre la vitre.
- C'est là qu'on ira quand on sera mort ?

Leur fille était obsédée par la mort. L'année précédente, alors qu'ils étaient allés pêcher en Irlande, Daisy, 6 ans, avait adoré la visite d'un cimetière où, dans certains tombeaux, les squelettes étaient visibles.

Page 12
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Peter James (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter James
Des enfants trop parfaits, de Peter James chez Fleuve Éditions
Naomi et John ont perdu leur fils unique, emporté par une maladie génétique rare à l'âge de 4 ans. Aujourd'hui, des années plus tard, ils se sentent enfi n prêts à refonder la famille dont ils ont toujours rêvé. Lorsqu'ils entendent parler du docteur Dettore, généticien visionnaire, ils voient en lui l'homme providentiel. Dettore connaît une méthode infaillible pour que leur prochain enfant ne soit pas atteint de la même pathologie. Comment résister à la promesse d'un bébé en bonne santé ? Ils auraient pourtant dû être alertés par la liste qu'on leur a remise : choix de la couleur des yeux, de la taille, des traits de caractère, des aptitudes sportives... Trop tard pour faire marche arrière. Naomi est enceinte, et déjà quelque chose ne tourne pas rond.
+ Lire la suite
autres livres classés : maison hantéeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
726 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

.. ..