AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265117145
Éditeur : Fleuve Editions (07/03/2019)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Le déménagement dans ce manoir charmant, en haut de la colline, devait être le point de départ pour une nouvelle vie. Après des années passées dans la banlieue de Brighton, Ollie Harcourt ne pouvait rêver mieux qu’une existence paisible à la campagne. Le reste de la famille suit d’un pas hésitant, mais ne rechigne pas pour autant à cette nouvelle aventure.
Cependant, peu après leur installation, des scènes étranges se déroulent dans la maison.
Des ombr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  13 mai 2019
Je suis Peter James depuis son premier roman (policier) et je dois dire qu'avec ce dernier , il m'a surprise. Je m'attendais à une énième aventure du commissaire Grace, (que j'adore ), mais Mr James nous embarque dans une histoire de maison hantée , d'où l'on ne sort jamais … car , le manoir de Cold Hill, on l'achète, on veut le rénover mais on ne voit jamais la fin des travaux : on meurt avant..
"JAMAIS VOUS NE QUITEREZ MA MAISON ."
Ollie y a cru , lui qui voulait une demeure de prestige, où habiter avec sa femme Caro et sa fille Jade. Hélas, dés le début, des phénomènes inexplicables se produisent. Une " chose" le prévient, il ferait mieux de partir. Mais Ollie, a mis toutes ses économies dans cette demeure prestigieuse , pour lui, et Caro : pas question de céder , leur budget ne le permet pas . Alors, il cache des petites choses à sa femme et celle-ci fait pareil de son côté. Et puis on minimise:
" Un fantôme, c'est juste de l' air coloré, pas vrai ? "
" On va s'en sortir, affirma-t-il d'un ton catégorique. je te le promets. (…)
DANS TES REVES ,OUAIS "
C'est un roman que j'ai eu envie de fuir à toutes jambes… Peter James, ne fait pas de cadeaux, on sent , on sait que ça s'est mal terminé pour certains… On espère, mais on "flippe" !
L'auteur a choisi de nous placer du côté humain, dans la tête des familles qui aménagent. Pas une seule fois , on saura ce que pense les fantômes.
On aura tout de même une explication, Ollie enquêtera gentiment. On saura pourquoi, le fantôme veut reprendre possession des lieux et éjecter les nouveaux arrivants. Aucun échange digne de ce nom entre eux.
Peter James préfère orienter son récit du côté de la science. Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas, qu'on entend pas quelque chose, qu'il n'existe pas..
Méditez braves humains et en attendant si vous tombez sur une petite annonce du genre : "vend immense propriété , style Georgien, manoir à rénover "etc..., Passez votre chemin , je vous assure que ce sera mieux pour votre santé mentale, vos chakras, votre couple , tout ça , tout ça …

Challenge Mauvais Genres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
LightandSmell
  02 mai 2019
S'installer à la campagne dans un charmant manoir, loin du tumulte de la ville... Voilà le rêve d'Ollie Harcourt qui n'a pas hésité à embarquer toute sa famille dans cette aventure. Certes, le manoir sur lequel il a jeté son dévolu a besoin de travaux, mais peu importe, Ollie le sent, lui, sa femme Caroline, et leur fille Jade seront heureux dans leur nouvelle demeure. Pourtant, au fil des jours, le rêve se transforme en cauchemar. le manoir ne semble pas si accueillant que cela entre travaux urgents à réaliser et phénomènes étranges et inquiétants… Une présence malfaisante semble, en effet, rôder et prête à tout pour déloger cette famille qui n'est définitivement pas la bienvenue. Mais jusqu'où cette menace invisible est-elle prête à aller pour obtenir satisfaction ?
Peter James nous offre ici une histoire délicieusement horrifique qui m'a renvoyée à cette lointaine époque où je regardais les films d'horreur comme j'aurais mangé des bonbons, c'est-à-dire toujours avec plaisir et gourmandise. Adulte, je me suis éloignée de tout ce qui était horreur avant d'y remettre les pieds avec ce thriller horrifique qui m'a conquise. Dans le sillage des films du genre, l'auteur reprend leurs codes qui se révèlent toujours aussi efficaces, du moins sur moi : étranges phénomènes, bruits inquiétants, apparitions fantasmagoriques, animaux domestiques qui perçoivent des choses et qui le manifestent bruyamment, individus énigmatiques dont certains semblent en savoir bien plus qu'ils ne le disent, disparitions brutales, les doutes et cette impression de sombrer lentement mais sûrement dans la folie, angoisse qui monte crescendo…
Rien de nouveau donc, mais Peter James arrive à rendre le tout prenant, intense, palpitant, angoissant et tellement addictif ! Alors que je n'avais qu'une envie, me planquer sous ma couette la lumière allumée, impossible pour moi de lâcher ce roman que j'ai lu en deux soirées. Deux soirées pleines de frissons ! D'ailleurs, merci à Monsieur de sa présence rassurante (je vous avais dit que j'étais courageuse mais pas téméraire), et pas merci à Hardy qui, en bon chat, ne s'est pas gêné pour fixer son regard dans le vide ou faire des bruits à des moments inopportuns (ou opportuns s'il voulait me faire peur).
La trame du roman est donc plutôt classique et ne devrait pas surprendre les amateurs d'horreur. Pour ma part, cela ne m'a pas dérangée, car d'une part, qui dit classique, ne dit pas cliché, et d'autre part, l'auteur a vraiment quelque chose dans la plume pour poser le décor et instaurer une ambiance qui vous angoisse, vous étreint le coeur et vous prend aux tripes ! J'ai ainsi complètement vécu l'histoire aux côtés des personnages sentant, comme eux, la peur en moi s'immiscer jusqu'à me mettre complètement sur les nerfs. Il faut dire que plus on progresse dans le récit, plus l'ambiance s'assombrit, devient lourde, voire étouffante. On finit par avoir ce sentiment oppressant qu'il est trop tard et que le pire va arriver…
Pressentiment ou pessimisme, vous le découvrirez si vous vous laissez tenter par le roman, mais je peux vous dire que l'auteur ne fait pas dans la dentelle. Il n'y a pas de l'hémoglobine à chaque page ni des morts à chaque chapitre, mais il n'empêche, il se dégage une telle malveillance de cette maison que l'on a qu'une envie, s'en éloigner le plus loin possible et ne pas se retourner. C'est peut-être la raison qui m'a parfois fait douter du bon sens de certains personnages qui assistent à des phénomènes à vous faire dresser les cheveux sur la tête, mais qui semblent osciller entre, « mais non, c'est dans ma tête » pour le patriarche, et « cool des fantômes » pour la fille. Personnellement, j'aurais déjà déménagé à l'autre bout de la planète.
Un déni de la réalité de la part d'Ollie qui, bien qu'il m'ait laissée parfois perplexe, s'explique par la dure réalité : plus ou moins acculé par des problèmes d'argent, cette maison étant un gouffre financier, cet homme ne trouve simplement pas d'échappatoires. Il y a les factures à régler, le prêt à rembourser, les charges courantes… Tout autant de raisons qui le poussent parfois à faire preuve d'une naïveté qui serait presque touchante si elle ne mettait pas en péril lui et sa famille. Et puis un malheur n'arrivant jamais seul, son entreprise florissante est menacée par d'étranges phénomènes informatiques le rendant encore plus captif de sa maison de la peur. Peter James apporte un peu de sang frais et d'originalité à son récit avec cette technologie qui vient hanter à son tour la famille : des SMS menaçants qui disparaissent une fois lus et dont on ne connaît pas l'expéditeur, des mails envoyés comme par magie de la part d'Ollie sans qu'il y soit pour grand-chose…
De nouveaux mystères qui viennent s'ajouter à tous ceux qui entourent cette maison maudite dont la famille aurait bien fait de ne jamais croiser la route. À défaut de l'avoir fait avant, Ollie finit par se lancer dans une enquête afin de retracer l'histoire de cet endroit qui semble avoir été le témoin, si ce n'est l'acteur, de bien sombres événements. Une enquête qui apporte une certaine tension et du suspense et dont on appréhende l'issue autant qu'on l'espère ! On finit, en effet, par se demander si découvrir les drames qui ont jalonné la vie de la bâtisse offrira vraiment à la famille un moyen de se délivrer de cette entité malveillante qui hante ses murs.
L'étau se resserre autour d'Ollie, de sa femme au bord de la crise de nerfs et de Jade qui, quant à elle, semble vivre la situation avec une certaine insouciance. Je dois d'ailleurs dire que si dans l'ensemble, Ollie et sa femme sont des personnages nuancés et réalistes, partagés entre la peur et les contingences de la vie quotidienne, leur fille semble un peu moins crédible. Je doute, en effet, qu'à 12 ans, on prenne avec recul et sérénité la visite de fantômes dans sa chambre tout comme je doute que des parents attentionnés laissent leur fille dormir seule alors que rôde le danger…
Mais c'est finalement un point de détail, l'ambiance étouffante, construite page après page, rendant la lecture tellement haletante qu'on pardonnera facilement ces petites faiblesses d'autant que la fin est soignée et perturbante à souhait. Seule petite source de frustration, cette impression que toutes nos questions n'ont pas obtenu de réponse. Mais n'est-ce pas là un bon moyen pour l'auteur de prolonger notre angoisse bien au-delà de notre lecture ?
En conclusion, d'une plume très visuelle et d'une redoutable efficacité, Peter James nous offre une plongée immersive et totale dans la vie d'une famille dont le rêve se transforme en cauchemar. Digne d'un scénario de films d'horreur dont l'auteur a repris les principaux codes, La maison des oubliés est un roman qui tient en haleine jusqu'à la dernière page et qu'il s'avère difficile, si ce n'est impossible, de lâcher avant de connaître le sort réservé aux personnages. Amateurs de frissons, d'ambiance angoissante et de fantômes, ce livre est fait pour vous !
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
mimo26
  16 avril 2019
Bienvenue à Cold Hill
Quand Ollie, Caro et leur fille Jade emménagent dans le manoir de Cold Hill, ils savent très bien ce qui les attend. Des mois et des années de travaux pour tout remettre à neuf et transformer cette immense maison lugubre en joli cocon. Ils ont mis toutes leurs économies dans cette maison et ont fait le pari d'un nouvel avenir loin du tumulte de la ville.
Nous rentrons vite dans l'ambiance de cette lugubre demeure. L'auteur distille tout au long des pages des événements de plus en plus mystérieux et angoissants qui vous feront tourner les pages avec frénésie. Très vite on se demande comment quelqu'un peut être assez fou pour investir dans une ruine pareille. Si ce n'est la surface impressionnante de la maison, tout tombe en ruines. Les murs transpirent l'humidité, les installations électriques sont dangereusement hors normes, les canalisations usées de bout en bout de la maison. A peine les cartons posés, l'angoisse de la montagne de travaux à venir submerge les personnages. Mais ils veulent pourtant y croire (enfin surtout Ollie puisque c'est lui qui a tout fait pour convaincre Caro qu'ils auraient une belle vie dans cette demeure).
Mais si seulement il n'y avait que les murs pour les angoisser… Très vite les choses vont tourner au vinaigre. L'atrium, pièce centrale de la maison, va rapidement leur montrer ce que recèle véritablement Cold Hill. Tour à tour, ils seront confrontés à une présence étrange, une vieille dame, une « Lady » (une vieille dame avec une horrible expression sur le visage, habillée d'une crinoline de soie bleue) qui traverse les murs et cherche vraisemblablement à les effrayer. Les événements fantastiques s'enchaîneront crescendo au fil du récit. Les rares habitants de ce village de campagne semblent savoir de quoi il retourne, mais la peur les empêche de parler. Qui est cette vieille dame en bleue qui hante les murs, quel est le passé de cette bicoque en ruine ?
L'ambiance est superbement retranscrite. L'auteur a eu la très bonne idée de mettre au début du roman un dessin du plan de la maison. Ce qui permet de se situer dans les lieux tout au long de la lecture. L'écriture est très agréable et le rythme des événements très bien et nous donne envie de poursuivre la lecture et de tourner les pages sans prendre le temps de s'arrêter.
L'histoire est maîtrisé, l'ambiance macabre à souhait et les personnages attachants, en ce qui concerne la fin personnellement j'ai aimé même si je m'attendais à ce qu'ils trouvent une solution pour l'avenir, cette famille le méritait je me suis beaucoup attachée à eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
culturevsnews
  08 mars 2019
L'auteur Peter James est surtout connu pour ses romans policiers, mais d'une manière ou d'une autre ils m'avaient échappé et je n'avais donc aucune attente quand j'ai commencé cette histoire de fantômes, indépendante et autonome. Maintenant, je sais que je dois retourner en arrière et explorer le travail précédent de cet auteur, car ce livre délicieusement effrayant m'a tenu en haleine.
Oliver Harcout vient tout juste de lancer sa propre entreprise sur le Web, lorsqu'il emménage à Cold Hill House avec son épouse avocate, Caro, et sa fille de douze ans, Jade. Ils ont jeté tout leur argent dans cette maison de rêve, qui est restée vide depuis trop longtemps et qui, selon eux, a tout simplement besoin d'être entretenue et rénovée avec tendresse pour en faire la maison de campagne dont ils ont rêvé. Caro doit encore faire la navette, mais la maison a facilement la place pour qu'Ollie puisse avoir un bureau à la maison et Jade, bien que triste de quitter ses amis, est encouragée par la possibilité d'avoir un chien de compagnie et peut-être même un poney.
Cependant, les choses prennent rapidement une tournure inquiétante. James utilise intelligemment les deux traditionnellement effrayant (avec des chats qui s'enfuient à l'extérieur, des courants d'air froid et des événements sinistres) ainsi que le très moderne (impliquant des ordinateurs et des téléphones portables) pour rendre ce scénario de la maison de rêve qui devient un cauchemar semble trop crédible. Ollie et Caro entendent des rumeurs étranges et reçoivent des avertissements de personnes qu'ils rencontrent, mais quitter la maison ne semble pas être une option avec leur engagement financier envers la propriété.
Certains lecteurs diront sans doute que ce n'était pas assez effrayant ou ne leur a pas fait peur, mais j'ai trouvé que c'était une histoire merveilleusement atmosphérique et aussi intéressante, plutôt qu'une série d'événements horribles. La prise de conscience d'Ollie que les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être, que les couples sentent que les maisons hantées n'existent tout simplement pas et qu'ils sont idiots, en plus de leur malaise d'être dans leur nouvelle maison est si bien que c'est plutôt effrayant. Ajoutez à cela le meilleur début d'un livre que j'ai lu depuis un certain temps, qui met la scène en scène brillamment, et quelques grands personnages périphériques et vous avez une histoire de fantômes vraiment sinistre, juste pour les prochaines soirées......
Note : 9,5/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
leschroniquesdeminuit
  30 avril 2019
« Personne ne quitte votre maison. Ils restent tous. » p.99
Cela fait quelques années maintenant et notamment avec l'émergence des réseaux sociaux qu'un art photographique a fait son apparition. Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, je suis émerveillée par l'« Urbex ». Des photos volées dans des lieux insolites et à l'abandon, ça me fait rêver. Pour avoir été visiter clandestinement un certain nombre de bâtiments désaffectés depuis longtemps, je peux garantir qu'il faut une petite dose de courage pour investir la place, car l'ambiance est souvent bien éloignée de l'image de calme et de solitude des clichés. Impressions fugaces, anxiété due à l'isolement, j'ai souvent eu l'impression de ressentir des présences, de ne pas être seule, bref, un petit frisson qui m'a parfois poussée à faire demi tour.
Depuis toutes ces années où je lis du noir, j'ai fréquenté toutes sortes de bouquins, du polar à énigme au thriller réaliste et violent. Mes souvenirs les plus tenaces ont été générés par le fantastique. Attention, je suis allergique à la science fiction, aux extra-terrestres et à la plupart de l'héroïque Fantasy. Mais les histoires de revenants…
« Il entendit Jade dire, du bout du lit, d'une voix paniquée :
- Il y a quelqu'un dans ma chambre » p. 72
Cette histoire se passe en 2015. Oliver Harcourt et sa famille emménagent à Cold Hill, dans la campagne près de Brighton, en Angleterre. C'est un projet immobilier ambitieux qui les anime, la bâtisse est vieille, le terrain magnifique. Il leur faut rénover le manoir au potentiel énorme dans le but éventuel de le revendre dans quelques années. Fous de maisons de caractère, le web designer et son épouse Caroline, avocate, y ont investi toutes leurs économies. Mais dès leur arrivée sur place des manifestations étranges les font douter de leur acquisition. Chacun à leur tour ils sont victimes d'hallucinations inquiétantes mettant en scène une vieille dame à l'air sombre, à commencer par Jade, leur fille de 12 ans. Les animaux aussi semblent très effrayés. Les ennuis ne font que commencer pour eux, les travaux s'annoncent compliqués, bien plus importants que prévu, et rapidement les incidents s'accumulent. Ollie et Caroline, cartésiens et peu enclins à être impressionnés par quoi que ce soit, finissent par envisager qu'une entité malveillante pourrait être attachée aux lieux et leur vouloir du mal.
Les événements se précipitent et les mises en garde de l'entourage commencent à affluer. Contraints de rester sur place, ne pouvant quitter la maison si vite après leur arrivée, le couple s'intéresse de plus près à l'histoire des lieux et aux anciens propriétaires, ce qui ne sera pas pour les rassurer…
« Il est mort sur votre propriété, d'ailleurs. Il y a malheureusement eu plusieurs tragédies chez vous, au fil des années.» p. 111
Je vais résumer mon sentiment sur cette lecture de manière très simple, j'ai eu peur.
Ce roman est vraiment angoissant, Peter James, à travers son écriture fluide et simple m'a fait ressentir très clairement l'oppression vécue par ses personnages. Les voir rester sur place nuit après nuit a généré chez moi un gros malaise, j'aurais pour ma part détalé comme un lapin dès les premiers signes inquiétants.
C'est le premier écrit du genre signé de cet auteur qui est un habitué du polar et on sent qu'il est coutumier des intrigues bien amenées. L'action débute de manière tonitruante dès la première scène et ne s'arrête à aucun moment tout au long du récit, le suspense est omniprésent, je ne me suis pas ennuyée un instant. Les personnages sont attachants, on subit leur bouleversement, leur remise en question, leur angoisse qui les fait petit à petit basculer vers une sorte de folie car le doute est là, tout le temps. Paranormal ou hallucinations? Réel ou imaginaire? La question subsiste jusqu'à la toute dernière page.
« Qu'est-ce que tu comprends? Tu sais ce que ça représente d'être paniquée dans sa propre maison? Tu n'as pas peur, toi? Qu'est-ce qui va se passer ce soir? Et demain? C'est comme si quelque chose ne voulait pas de nous. » p. 193
L'histoire n'est pas d'une originalité extraordinaire mais tout réside dans la manière dont elle est écrite. Peter James est habitué à balader ses lecteurs, il crée une confusion dont on a dû mal à sortir de la même manière que ses personnages.
Tout au long de cette lecture j'ai été perturbée, j'en ai fait des rêves, j'ai entendu des bruits seule dans ma maison, j'ai ressenti des présences. Maintenant que j'ai lu l'épilogue je me dis, va savoir… On a tous un petit grain de folie non?

Lien : https://leschroniquesdeminui..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   12 mai 2019
Cette maison était "too much". Ils étaient d'ailleurs tombés d'accord là-dessus. Beaucoup trop grande. Beaucoup trop chère. Beaucoup trop isolée. Beaucoup trop abîmée. Beaucoup trop éloignée. Des amis, de la famille, des magasins. Elle était loin de tout, en fait. Les travaux allaient être interminables - (…)
--- Elle est magnifique, mais vous êtes tombés sur la tête, avait déclaré sa mère quand elle avait découvert la demeure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   13 mai 2019
Nous, les êtres humains, sommes au début de notre évolution. Et je ne suis pas sûr que nous soyons suffisamment intelligents pour évoluer avant de nous autodétruire. Mais si nous y arrivons, il y a tout plein de trucs qui nous attendent dans l'avenir. Tout plein de niveaux d'existence auxquels nous ne savons pas encore comment y accéder. Prends l'exemple simple du sifflet à ultrasons. Les chiens peuvent l'entendre, mais pas nous. Qu'est-ce qu'il y a d'autre, autour de nous, dont nous ne sommes pas conscients ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   12 mai 2019
Les esprits. Les fantômes. Je suis désolée, mais je ne crois pas à tout... ça.
Elle faillit dire " toutes ces bêtises", mais se ravisa.
(…)
- Vos sentiments sont nobles, bien -sûr ! Mais vous êtes vous déjà demandé ceci : et si les fantômes n'en avaient rien à faire que vous croyiez en eux ou pas ? Et s'ils croyaient en vous ?
Commenter  J’apprécie          172
iris29iris29   13 mai 2019
Souvenez- vous : la lumière ne peut briller que dans le noir.
Commenter  J’apprécie          190
LalitoteLalitote   18 mars 2019
Ils passèrent un panneau « COLD HILL – ralentir » flanqué de deux signaux de limitations de vitesse à 40 km/h, de part et d’autre de la route. La voiture rebondit sur un des dos d’âne. Ils remarquèrent un terrain de cricket sur la gauche et une vielle église normande, perchée au sommet d’une colline sur la droite. Le cimetière était joli, avec son muret en silex et ses rangées de pierres tombales patinées par le temps, certaines penchées, d’autres cachées par les banches d’un grand if.
Il y a des gens morts, ici maman ? demanda Daisy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Peter James (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter James
Des enfants trop parfaits, de Peter James chez Fleuve Éditions
Naomi et John ont perdu leur fils unique, emporté par une maladie génétique rare à l'âge de 4 ans. Aujourd'hui, des années plus tard, ils se sentent enfi n prêts à refonder la famille dont ils ont toujours rêvé. Lorsqu'ils entendent parler du docteur Dettore, généticien visionnaire, ils voient en lui l'homme providentiel. Dettore connaît une méthode infaillible pour que leur prochain enfant ne soit pas atteint de la même pathologie. Comment résister à la promesse d'un bébé en bonne santé ? Ils auraient pourtant dû être alertés par la liste qu'on leur a remise : choix de la couleur des yeux, de la taille, des traits de caractère, des aptitudes sportives... Trop tard pour faire marche arrière. Naomi est enceinte, et déjà quelque chose ne tourne pas rond.
+ Lire la suite
autres livres classés : maison hantéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1644 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..