AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Odile Demange (Traducteur)
ISBN : 2213628335
Éditeur : Fayard (03/05/2006)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 205 notes)
Résumé :
Au large de la Cornouailles anglaise, Combe Island abrite une Fondation destinée à permettre à des personnalités éminentes de venir jouir de la quiétude de ce lieu coupé du monde et se ressourcer à l'iode marin.
Outre les résidents permanents - Emily Holcombe, dernière héritière des propriétaires de l'île, Rupert Maycroft, l'administrateur de la Fondation, Adrian Boyde, le comptable, Dan Padgett, le factotum, etc., Nathan Oliver, un écrivain de réputation mon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  05 février 2017
Cette enquête est beaucoup plus qu'une intrigue policière, c'est une quête d'identité pour plusieurs personnages clé.
Chaque protagoniste a une raison bien particulière pour avoir choisi de venir vivre sur cette île isolée, certains cachent des secrets, d'autres sont perdus, certains se cherchent quand d'autres encore ne sont pas certains de vouloir accepter ce qu'ils sont.
Cet endroit à l'écart du monde sert de refuge pour des personnalités fatiguées à cause de leurs responsabilités.
Ces vacanciers d'un genre particulier sont donc triés sur le volet, mais cela n'empêche toutefois pas le meurtre d'un romancier célèbre, alors qu'il passait quelques jours sur l'île, accompagné de sa fille et de son secrétaire.
Le commandant Dalgliesh, ainsi que deux membres de son unité spéciale sont donc envoyés sur place pour élucider discrètement l'affaire.
Cette enquête en vase clos est passionnante et il se dégage de ces pages un charme indéniable dû à une profonde mélancolie qui baigne tout le roman.
Loin d'être pessimiste, ce roman nous permet de nous interroger sur nos choix de vie et leurs conséquences et de passer quelques heures dans un endroit véritablement calme, seulement balayé par les vents, un endroit idéal pour se ressourcer et prendre du temps pour soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Colchik
  26 novembre 2017
Il me paraît difficile d'affirmer comme le Daily Mail le faisait que « PD James (is) at her finest ». le Phare n'est pas un mauvais roman, mais il n'est pas non plus un bon roman de cet auteur que j'apprécie beaucoup.
Une île des Cornouailles, Combe Island, offre un séjour discret aux célébrités surmenées de notre monde moderne. Alors que l'île s'apprête à recevoir un sommet de chefs d'État, on découvre le cadavre d'un écrivain pendu à la plate-forme du phare. le commandant Dalgliesh est dépêché sur place avec son équipe restreinte, l'inspecteur Kate Miskin et le sergent Francis Benton-Smith, pour élucider si cette mort violente est un suicide ou un crime. En effet, un crime compromettrait la tenue d'une réunion de la plus haute importance sur l'île.
Bien entendu, il s'agit d'un crime et, n'en déplaise aux fervents lecteurs de P.D. James, n'importe quel policier aurait pu s'en rendre compte au premier coup d'oeil. Nous nous retrouvons avec le huis clos classique, un lieu isolé et une douzaine de coupables potentiels. Pour corser un peu les choses, on assassine un diplomate allemand en retraite, le Dr Raimund Speidel et enfin Boyde, un prêtre défroqué, secrétaire de Rupert Maycroft, l'administrateur de l'île.
Bien sûr, plusieurs pistes se dessinent. Nathan Oliver était un écrivain mondialement connu, mais aussi un homme égoïste et vindicatif. Son entourage comme certains pensionnaires de l'île aurait pu souhaiter sa mort. Mais le passé de l'île comporte aussi des épisodes troubles, notamment la disparition de trois jeunes officiers allemands pendant la seconde guerre mondiale. Enfin, le personnel de l'île a aussi ses secrets et ses failles qui peuvent conduire au crime.
L'intérêt du roman de P.D. James se trouve comme toujours dans la peinture des caractères. L'un de mes préférés ici est celui de Miranda Oliver, fille d'écrivain écrasée par la figure paternelle, mais suffisamment imprégnée de la vanité de son père pour hériter de ce trait de caractère après sa disparition. le personnage de Rupert Maycroft est aussi finement dessiné, entre la fuite et la résignation. La jeune Millie Tranter dont les dix-huit ans oscillent entre la rébellion et le besoin de modèles adultes apporte un peu de fraîcheur dans un monde sclérosé par l'éloignement de la réalité.
Ce qui me semble moins réussi, et j'y verrai presque la patte d'un éditeur soucieux des ventes, c'est l'intrusion d'un certain sentimentalisme dans la vie privée des enquêteurs (Kate Miskin et son ancien collègue Piers Tarrant ; Adam Dalgliesh et son Emma), l'intention de pimenter l'intrigue en faisant intervenir un fléau moderne (le SRAS, temps de grippe aviaire oblige), et le ressort dramatique utilisé avec la maladie de Dalgliesh. Pourquoi user des techniques du thriller à l'américaine que l'on nous assène dans beaucoup de productions commerciales et qui sont assez loin du who done it à l'anglaise ?
Et la résolution du crime dans tout cela ? Comme d'habitude, ce n'est pas l'essentiel chez P.D. James.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Goupilpm
  06 juillet 2018
Alors qu'il devait passer le week-end avec son amie, le commandant Dalgliesh est mandé par le préfet de police adjoint. A son arrivée il constate avec étonnement la présence d'un membre des Affaires Étrangère, et celle d'un membre de la Sûreté Intérieure. le préfet adjoint lui annonce qu'il doit partir pour l'île de Combe avec une équipe réduite pour enquêter sur une mort suspecte et que l'enquête doit rester confidentielle var le Premier Ministre prévoit un sommet sur cette île.
Toujours dans le prologue après avoir annoncer le lieu de l'enquête l'auteure nous fait découvrir les trois policiers en nous détaillant un peu les relations entre les différents membres de l'équipe et rapidement quelques tranches de leur vie quotidienne.
Puis elle nous projette sur l'île, avant l'arrivée de la police, pour nous faire découvrir les résidentes permanents c'est à dire le personnel et Miss Holcombe le dernier membre de la famille à qui appartenait l'île. Après avoir fait connaissance avec le personnel elle nous fait également découvrir les visiteurs c'est à dire ceux ou celles qui viennent se ressourcer dans cet havre de quiétude. Elle nous expose les relations quelque peu houleuses entre le personnel, miss Holcombe et le mort, Nathan Oliver, un écrivain à succès né sur l'île.
Ce n'est qu'après treize chapitres que le lecteur découvre l'identité du mort et les circonstances dans lesquelles le corps a été découvert.
Le Phare nous plonge dans un policier anglais avec un huis clos tout ce qu'il y a de plus classique à la manière d'Agatha Christie.
Les décors et l'atmosphère qui se dégage de l'île sont particulièrement bien rendus et les personnages sont soignés. On émettra toutefois pour ces derniers un tout petit bémol concernant deux des policiers. En effet l'on retombe quelque peu dans les travers habituels avec un Dalgliesh torturé dans la vie et une inspectrice-chef qui a eu une enfance particulièrement difficile. Heureusement pour le lecteur l'auteure n'insiste pas sur ces points comme c'est trop souvent le cas dans les romans du genre, ce qui n'influe pas suer le déroulement de l'histoire.
Si le déroulement de l'enquête est dans l'ensemble bien huilé et que les différentes pièces du puzzle s'imbriquent de manière parfaite, il est tout de même à noter vers le milieu du roman un ralentissement de la dynamique de lecture.
L'histoire est remarquablement servie par une très belle plume bien supérieure à ce que l'on trouve habituellement dans les romans du genre, les rebondissements ne manquent pas ce qui permet de maintenir un suspense de qualité tout au long de l'enquête.
Le Phare est un roman policier, certes classique, où tous les éléments sont réunis pour faire passer au lecteur un excellent moment de lecture.

Lien : http://imaginaire-chronique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
VampCruci
  07 septembre 2015
Seul P.D. James que j'ai lu pour l'instant, je ne peux pas trop dire si cet opus de la série est un réchauffé et un moins bon que les précédents. Faute de comparaison, je n'attaquerai pas sur ce point là. Cependant, je trouve qu'il y a pas mal de redondance, dans l'énonciation des faits, et dans les spéculations des protagonistes.
J'ai personnellement du mal avec les prologues et les épilogues à rallonge, en plusieurs chapitres, je ne vois pas bien l'utilité de les distancier de l'histoire en elle-même. Un peu comme si on voulait parler de la vie privée des protagonistes avant et après l'enquête, dans leur trin-trin, pour ne pas en parler pendant "l'histoire", comme un rappel des épisodes précédents d'une série télé, ou suite au prochain épisode. Sauf qu'ici on fait encore référence à leur vie privée, donc finalement à quoi bon épiloguer ou gloser en amont?
La sensation que c'est parfois un peu longuet, une histoire somme toute classique, mais qui se lit et tient plutôt la route. de toute façon la victime, elle ne méritait rien de moins, voilà!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
py314159
  24 septembre 2017
Diverses personnalités séjournent sur Combe Island, dans un lieu coupé du monde, au large de la Cornouailles. le Commandant Dalgliesh est chargé d'enquêter sur l'île suite à la mort suspecte d'un habitant. PD James signe une huis clos prenant dans la lignée d'Agatha Christie.
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
WictorianeWictoriane   27 septembre 2008
Elle doit avoir 80 ans et des poussières. Elle enseignait l'histoire, je crois. Votre discipline Adam, n'est-ce pas ? Mais vous étiez à Cambridge vous, si je ne me trompe. Elle sera soit une alliée soit une enquiquineuse. D'après ce que je sais des femmes universitaires, je pencherais pour la seconde option.
Commenter  J’apprécie          120
Lilou08Lilou08   11 juillet 2014
Il s’approcha au bord de la falaise, s’arc-bouta des pieds et se pencha en arrière dans le vide. C’était la toute première étape, et elle s’accompagna du mélange de terreur et d’euphorie qui hantait encore sa mémoire. Si le point d’ancrage ne tenait pas, c’était un plongeon de vingt-cinq mètres vers la mort. Mais la corde se tendit et résista. Pendant une seconde, presque à l’horizontale, il leva les yeux vers le ciel. Les nuages filaient à toute allure dans un tourbillon de blanc et de bleu pâle et au-dessous de lui, la mer, avec un bruit mat, heurtait la façade rocheuse en vagues sonores et implacables qu’il lui semblait entendre pour la première fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   11 juillet 2014
Mrs Burbridge prit alors la parole : « Nous ne sommes certainement pas ici pour nous fournir mutuellement des alibis. Il n’y en a pas besoin pour un suicide ».
Jago intervint : « On n’envoie pas non plus un grand ponte de la Met par hélicoptère pour un suicide. Il y a un problème avec la police de Cornouailles ? J’aurais cru qu’elle était assez compétente pour enquêter sur un suicide ». Il s’interrompit avant d’ajouter : »Ou sur un meurtre, aussi bien ».
Tous les regards se tournèrent vers Dalgliesh. « Personne ne doute de la compétence des services de police locaux, observa-t-il. Je suis ici avec l’accord de la gendarmerie de Cornouailles. Ils sont surchargés de travail, comme presque toutes les forces de police. Et cette affaire doit être réglée le plus rapidement possible, dans la plus grande discrétion. Pour le moment, j’enquête sur une mort suspecte, c’est tout ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08Lilou08   11 juillet 2014
Le moment venu, ils quittèrent les communs d’un pas rapide et silencieux et traversèrent furtivement la lande comme deux conspirateurs. La porte du Puffin Cottage était verrouillée, mais le trousseau de clés que Maycroft leur avait remis était soigneusement étiqueté. Refermant la porte et tournant la clé calmement derrière eux, Kate éprouva une impression familière de malaise, presque des scrupules. Elle n’avait jamais aimé cette partie de son travail. Elle avait mené un grand nombre de perquisitions au fil des ans, dans des taudis puants aussi bien que dans de luxueux appartements impeccablement tenus, et avait toujours éprouvé un pincement de culpabilité irrationnelle, comme si c’était sur elle que pesaient les soupçons. Elle détestait plus que tout violier l’intimité des victimes, fouiller comme un prédateur lubrique dans les vestiges souvent pathétiques des morts. Mais ce matin-là, ce sentiment de gène fut fugace, éclipsé par l’euphorie de la colère et de l’espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VampCruciVampCruci   07 septembre 2015
- Elle pensait sans doute agir pour leur bien, remarqua Kate. L'excuse habituelle. C'est avec les meilleures intentions du monde que les gens font le pire.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de P.D. James (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de P.D. James
Breaking News | PD James, crime novelist, dies aged 94
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

P.D. James

Comment s'appelle-t-elle réellement ?

Phillys Dorothie James
Phyllis Dorothie James
Phillys Dorothy James
Phyllis Dorothy James

10 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : P.D. JamesCréer un quiz sur ce livre
.. ..