AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Lisa Rosenbaum (Traducteur)
ISBN : 225305156X
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1990)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 109 notes)
Résumé :
«Le cadavre aux mains coupées reposait au fond d'un canot à voile qui dérivait tout près de la côte du Suffolk. C'était le corps d'un homme entre deux âges, un petit cadavre pimpant.» Cet homme, c'est - ou plutôt c'était - Maurice Seton, un célèbre auteur de romans policiers. Pourquoi l'a-t-on assassiné ? Qui est l'auteur de cette macabre mise en scène? Adam Dalgliesh mène l'enquête, avec l'autorité et la subtilité que connaissent désormais les lecteurs de P.D. Jame... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LePamplemousse
  02 novembre 2016
Les écrivains sont prétentieux, imbus d'eux-mêmes, plein de petites manies, jaloux du succès des autres, aigris…bref, dans ce roman policier, les auteurs en prennent pour leur grade !
Le superintendant Adam Dalgliesh profite de quelques jours de congés pour faire un séjour chez sa tante, dans le Suffolk.
Celle-ci habite un village qui semble attirer les écrivains, en effet, plusieurs auteurs ont choisi ce petit coin tranquille comme résidence secondaire et se côtoient durant leurs week-ends, vantant leurs propres ouvrages et rabaissant ceux des autres, la critique étant visiblement le sport local.
Et l'un d'entre eux est justement retrouvé mort, le corps dérivant dans une barque, les mains tranchées.
Adam Dalgliesh va donc être un témoin de cette enquête, plus qu'un participant véritable, l'enquête étant bien entendue confiée à des policiers du coin.
Il ne sera pas simple de trouver le coupable, plusieurs personnes avaient des raisons de vouloir tuer Maurice Seton, c'est même étrange qu'il ne soit pas mort plus tôt tellement cet homme suscitait de critiques.
L'assassin sera bien évidemment démasqué mais j'ai trouvé la solution tirée par les cheveux et le mobile du crime ne tient pas vraiment la route, à ce compte-là, la moitié de la population mondiale aurait déjà été assassinée par l'autre moitié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
zabeth55
  01 novembre 2014
Et bien, pas mécontente d'avoir fini pour passer à autre chose.
Un surintendant de Scotland Yard, Adam Dalgliesh, va passer des vacances dans un village chez sa tante. Mais là, un cadavre aux mains coupées est découvert dans un canot. le voilà impliqué malgré lui dans l'enquête.
Des fourmillements de détails, beaucoup de verbiage, si bien qu'à la page 100, l'enquête n'a pas avancé d'un pouce. A la page 200, on n'en sait guère plus.
Un style et des personnages typiquement britanniques.
Je n'ai vraiment pas été captivée.
Commenter  J’apprécie          200
Lilou08
  28 août 2014
Bon, j'ai beaucoup de mal à résister aux auteurs que j'aime bien… Donc, depuis que j'ai découvert P.D. James, je suis devenue accro. Donc voilà, encore un bon polar de la dame… Bien écrit, bien ficelé, bonne intrigue qui ne donne sa solution qu'à la fin. En plus, de très belles descriptions d'un coin de Grande Bretagne. Que demander de plus ? Et puis, j'aime bien le caractère du superintendant Adam Dalgliesh, et je compatis car le pauvre était en vacances dans le Suffolk chez sa tante et il avait bien envie de se détendre…. Et voilà qu'à peine arrivé, un crime a lieu dans le cadre de la petite communauté assez isolée où vit sa tante. Bien malgré lui, il est mêlé à l'enquête…
Pour les amateurs de polars, à déguster dans modération.
Commenter  J’apprécie          90
DrJackal
  29 avril 2011
Un polar comme t'en d'autre, il commence simplement, un superflic en vacance chez ça tente dans un village habité exclusivement par des écrivains et autre critique littéraire (intéressant non?) un cadavre retrouver les mains coupé et un lot de suspect.
Bon le premier truc qui choc un peu c'est quand même de suspecté une mort naturel avec un gars qui a deux mains tranché mais bon...
Un roman dans la ligné de la très grande Agatha Christie plusieurs année plutôt, mais malheureusement PD James ne saura pas tenir le suspens et tenir les coupables secrets bien longtemps, et on se doute de tout beaucoup trop rapidement de la finalité pour que se livre rentre dans la catégorie des bons polar. il reste juste passable.
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Lilou08Lilou08   28 août 2014
Ils avaient atteint la cabane, Miss Dalgliesh s’apprêtait à franchir la première l’étroite porte quand Dalgliesh s’écria soudain :
« Non ! Attends ! »
L’instant d’avant, il marchait comme dans un rêve. Maintenant son cerveau comprit soudain les signes que ses sens exercés avaient inconsciemment notés : l’unique trace de pas masculins conduisant du sentier saupoudré de sable à l’entrée de l’observatoire, les douceâtres effluves apportés par le vent qui n’avaient rien à voir avec le parfum de la terre ou de l’herbe. Sa tante s’arrêta. Il se glissa devant elle et se tint sur le seuil de la hutte.
Bloquant presque toute la lumière de sa haute stature, il commença par sentir la mort avant même de la voir. Une puanteur de vomi, de sang et de diarrhée lui piqua les narines. On aurait dit que l’air de la petite hutte était saturé de mal et de corruption. C’était une odeur qu’il connaissait, mais, comme toujours, il dut lutter un bref instant contre une intolérable nausée. Puis il se pencha ; la lumière entra à flots derrière lui et il aperçut clairement le cadavre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lilou08Lilou08   28 août 2014
« Si c’est une sale bestiole qui sort de là et me saute dessus, je vous tue, L.J. Vous pouvez me croire. Je déteste les plaisanteries stupides. Quelle est cette odeur épouvantable ?
- Du formol. Allez-y. Ouvrez ».
De ses froids yeux gris. Luker scrutait la femme d’un air intéressé, presque amusé. Il lui avait fait peur maintenant. Pendant une seconde, leurs regards se croisèrent. Puis Lil recula de quelques pas et, tendant le bras, fit sauter le couvercle d’un brusque mouvement du poignet.
Une odeur douceâtre s’éleva du carton comme un anesthésique. Deux mains coupées reposaient sur un coussinet de coton hydrophile humide. Elles se recourbaient en une parodie de prière, les paumes se touchant en un seul point, le bout des doigts pressés l’un contre l’autre. La peau, ou du moins ce qu’il en restait, était d’une blancheur crayeuse, boursouflée et si fripée qu’on aurait dit une paire de vieux gants abîmés et l’ongle de l’index droit s’était détaché.
La femme regarda fixement les mains, à la fois, fascinée et dégoûtée. Puis elle saisit le couvercle et l’abattit violemment sur la boite. Le carton se gondola sous le choc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   28 août 2014
Comme s’il lisait dans ses pensées, Reckless déclara : « Rien ne prouve que la mort de Seton et la mutilation de son cadavre soient liées. Il est mort de mort naturelle. Tôt ou tard, nous découvrirons où. A ce moment, nous retrouverons la trace de la personne responsable des actes condamnables qui ont suivi : les mains tranchées, le coup de fil bidon de Digby Seton, si jamais il a été donné, les deux manuscrits envoyés à miss Kedge, s’ils ont été envoyés. Il y a un mauvais plaisant dans cette histoire, mais je ne pense pas qu’il soit un assassin.
- Selon vous, donc, tout cela ne serait qu’un canular très recherché ? Monté dans quel but ?
- Par pure méchanceté, Mr Dalgliesh. Méchanceté envers le mort ou envers les vivants. Dans l’espoir de faire soupçonner d’autres personnes. Pour leur créer des ennuis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   28 août 2014
Cela faisait près d’une heure que l’inspecteur Reckless et son adjoint étaient arrivés. Ils avaient très peu parlé tout comme Dalgliesh et sa tante. Les autres, par contre, s’étaient montrés très loquaces, avançant des propos souvent peu prudents. Reckless s’était installé sur une chaise assez haute, contre le mur. Il restait assis là, silencieux, massif, ses yeux sombres et vigilants éclairés par le feu. Malgré la chaleur qui régnait dans la pièce, il gardait son imperméable, une gabardine crasseuse qui paraissait presque trop fragile pour la panoplie de boutons et de boucles métalliques qu’elle supportait. Il tenait fermement une paire d’énormes gants à crispin et un feutre posés sur ses genoux comme s’il craignait que quelqu’un allait les lui arracher. On aurait dit un intrus : employé subalterne dont on tolère la présence ou simple agent qui n’ose pas boire un verre pendant les heures de service. A vrai dire, c’était exactement l’impression qu’il voulait donner. En bon policier, il était capable de camoufler sa personnalité à volonté, de devenir aussi inoffensif et banal qu’un meuble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08Lilou08   28 août 2014
Mais comment croire que l’écrivain avait simplement eu envie de faire la connaissance du neveu de Jane Dalgliesh ? Soudain, son hôte se tourna vers lui et dit lentement de sa voix profonde :
« Beaucoup de gens doivent vous demander pourquoi vous avez choisi d’être policier ?
- Oui, mais il y en a peu auxquels je réponds, répliqua Dalgliesh tranquillement. J’aime ce métier. Je l’exerce assez bien. Il me permet de satisfaire la curiosité que m’inspirent mes semblables et, dans l’ensemble, je ne m’ennuie pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de P.D. James (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de P.D. James
Breaking News | PD James, crime novelist, dies aged 94
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

P.D. James

Comment s'appelle-t-elle réellement ?

Phillys Dorothie James
Phyllis Dorothie James
Phillys Dorothy James
Phyllis Dorothy James

10 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : P.D. JamesCréer un quiz sur ce livre