AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226436160
352 pages
Éditeur : Albin Michel (02/05/2018)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Qui se méfierait de Luce et de Chirine, deux vieilles dames aux airs de respectables grands-mères ? Pourtant, à 80 ans, elles viennent de commettre un meurtre, l'air de rien... Mais pourquoi ? Pour qui ?
Tandis que Chirine se retranche dans le mystère, Luce déroule ses mille vies, comme si elle avait attendu ce moment depuis des années...
Une comédie sensible et attachante, où Nicole Jamet, co-scénariste entre autres, de la série Dolmen, dénonce la cr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
alapagedesuzie
  02 juillet 2018
Très sincèrement, lorsque j'ai regardé la couverture de ce bouquin ainsi que le synopsis, je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre. Par conséquent, je n'avais pas d'attentes particulières vis-à-vis le récit... eh bien, l'auteure m'a réellement surprise!
Notre protagoniste est assez déconcertante. Tuer un homme alors qu'elle est âgée de plus de quatre-vingts ans, avouez que c'est tout un numéro notre Luce! Mais là ne réside pas vraiment la surprise. C'est plutôt le parcours de sa vie qui m'a touchée.
À partir du moment où elle se retrouve au commissariat, Luce retourne sur les pas de son enfance, de son adolescence, de sa vie en fait. Et c'est là que la magie opère et que l'on savoure la plume de l'auteure. Luce nous délivre ses secrets, ses moments de terreur et d'abandon, mais aussi d'amour et de bonheur.
Au travers de ces événements qui ont marqué la vie de Luce, notre protagoniste nous donne également de jolies leçons de vie qui nous font réfléchir. Autant elle aura laissé sa marque dans le coeur des policiers du commissariat, autant elle aura laissé une petite marque à la lectrice que je suis.
Ne vous attendez pas à lire un thriller qui va vous tenir en haleine du début jusqu'à la fin. Ce n'est pas parce qu'il y a eu mort d'homme que c'est le cas! Ce récit est plutôt léger, fluide et nous fait passer un moment agréable. Il peut y avoir quelques longueurs, mais Luce revient nous chercher avec petits moments du passé qui nous touchent. Il n'y a pas de grandes révélations, juste une protagoniste qui nous touche et nous fait sourire.
Lien : http://alapagedesuzie.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lolomito
  04 juin 2019
Je ne serais probablement pas allée spontanément vers ce livre sans les conseils avisés de Cathy, ma copine de lecture.
En effet, je n'étais, de prime abord, pas vraiment attirée ni par la couverture ni par le résumé et il aurait été vraiment dommage que je passe à côté de ce livre que j'ai beaucoup aimé.
Je me suis régalée au côté de Luce, cette vieille dame de 80 ans, qui, « l'air de rien » , vient de commettre un homicide et se livre d'elle-même au commissariat.
Pourquoi tient-elle absolument à se faire incarcérer et comment en est elle arrivée là ?
Vous le découvrirez en remontant avec elle le fil de ses souvenirs.
Alors, n'hésitez pas à embarquer avec Luce et sa copine Chirine pour quelques belles heures de lecture.
Surtout n'espérez pas lire un polar car ce n'en est pas un.
Les quatrièmes de couvertures sont parfois trompeuses ...
vous allez lire un livre sur les relations amoureuses, familiales et maternelles, un livre sur la résilience et la solidarité.
Le style est agréable, émouvant et parfois même teinté d'humour.
C'est que c'est un sacré personnage notre mamie Luce !
Vraiment un très bon moment de lecture pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Capucine214
  23 juillet 2018
Tout d'abord, j'ai choisi ce livre car il m'a tappé dans l'oeil alors qu'il était dans la vitrine du libraire. J'ai adoré ces deux mamies, assisent sur le banc, qui attendent... mais qui attendent qui ou quoi ?
Luce est une personne âgée de 80 ans qui a connu l'abandon, la guerre, le couvent-orphelinat et puis l'amour avec un grand A et la trahison. Bref, rien ne lui sera épargné. Mais cela justifie t il le fait qu'elle tue à main nue un homme, parfaitement inconnu pour elle. Luce se retrouve au commissariat face à des policiers incrédules. Pourquoi a t elle fait cela ? Et Luce égrenne petit à petit sa vie, ses souvenirs. Et Chirine.. Qui est cette femme qui accompagne partout et tout le temps Luce, qui a partagé sa vie passée et présente.
Jamais livre n'a aussi bien porté son titre. L'air de rien, ce livre nous envoute, nous délivre au fil des pages des trésors d'émotions, de réflexion et de questionnement. L'air de rien, nous plongeons dans la vie de Luce et Chirine qui semble à première vue banale mais à la dernière page, nous nous rendons compte que l'on aurait bien prolongé ce moment d'émerveillement.
Bien entendu, ne prenez pas ce livre pour un polar qui monte en puissance. Même si la cause de ce crime nous est révélé à la fin, ce n'est pas le thème central de cette histoire. C'est une vie qui défile aux fil des pages, qui nous prend aux trippes par sa simplicité et pourtant, on ne peut décrocher, on ne peut rompre le charme en fermant le livre. C'est un portrait de femme, voir de femmes, qui vit pleinement sa vie avec ses joies, ses malheurs et ses bouleversements. C'est aussi un portrait de la vieillesse, sur le temps qui passe, tout en douceur, tout en pudeur sans a priori ni sentimentalisme. Nous ne ressortons pas triste de cette lecture, au contraire, les bons mots de Luce nous arrachent des petits sourires et des "bien fait pour lui". Toutes les femmes que nous croisons au cours de ce récit ont un point commun : vivre, être indépendantes et survivre à l'évolution du monde, faire face à la cruauté qui jalonne leurs routes.
C'est frais, c'est distrayant et l'on imagine sans aucun problème le téléfilm qui pourrait naître de cette lecture. Pas compliqué puisque l'auteure est aussi co-scénariste. Un petit bijou pour cet été.
Lien : https://jelisquoi.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Stelda
  02 mai 2019
Un livre qui laisse une impression mitigée quand on le referme. On remonte la vie d'une drôle de vieille dame. L'écriture est un peu étrange, à la fois fluide et maladroite, il manque un je ne sais quoi pour rendre le personnage central tout à fait attachant. Mais comme j'ai lu le livre d'une traite, difficile de dire qu'il est mauvais, n'est-ce pas ?
Commenter  J’apprécie          10
mylene76
  17 octobre 2019
Nicole Jamet nous offre un récit tendre et émouvant.
C'est fou ce que l'on s'attache à Luce, petite dame de plus de 80 ans qui vient de commettre un meurtre avec son amie Chirine.
Ce roman nous offre au fil des pages les souvenirs de sa vie passée et les clés pour comprendre comment elle a pu en arriver à devenir apprentie meurtrière.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
alapagedesuziealapagedesuzie   02 juillet 2018
La mort était la seule certitude dont on héritait à la naissance, il fallait plutôt la considérer comme un point de départ qui donnait à l'existence toute sa valeur. Il fallait l'accepter pour vivre pleinement le temps qui nous est offert. Il passe si vite, seuls les moments parfaits peuvent arrêter les chronomètres, des instants de bonheur si forts qu'ils suspendent ce mouvement. Ces petits bouts d'éternité volée perdurent dans le souvenir, dans les mémoires, il n'y a qu'après cela qu'il vaille de courir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
domdu84domdu84   19 mai 2018
Tous les êtres sont en partie imaginaires. À peine rencontrés, on les habille de nos illusions, de nos attentes, de nos fantasmes, de nos angoisses. On les façonne pour qu’ils nous conviennent le mieux possible, qu’ils se juxtaposent à nos désirs, nos haines ou nos peurs, à nos besoins conscients ou pas. Et inversement, on se déguise aussi pour plaire, pour ressembler à l’image idéale de ce qu’on voudrait être. Ou à ce qu’on imagine des attentes de l’autre. Les jeux de séduction sont de jolis mensonges qui se tissent presque seuls, et le jour où les idéaux réciproques sont déçus, on est rarement capable de s’accepter déshabillés de nos rêves, nus et crus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   16 mai 2018
Tous les êtres sont en partie imaginaires. À peine rencontrés, on les habille de nos illusions, de nos attentes, de nos fantasmes, de nos angoisses. On les façonne pour qu’ils nous conviennent le mieux possible, qu’ils se juxtaposent à nos désirs, nos haines ou nos peurs, à nos besoins conscients ou pas. Et inversement, on se déguise aussi pour plaire, pour ressembler à l’image idéale de ce qu’on voudrait être. Ou à ce qu’on imagine des attentes de l’autre. Les jeux de séduction sont de jolis mensonges qui se tissent presque seuls, et le jour où les idéaux réciproques sont déçus, on est rarement capable de s’accepter déshabillés de nos rêves, nus et crus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 mai 2018
Après tout, se disait-elle, on fixe sur les étoiles qu’on voit à peine des noms d’ourse et de chariot, à l’église on parle de personnages terribles qui font des choses impossibles, elle pouvait bien avec Chirine, les soirs de peur, s’endormir en se racontant des mamans imaginaires qui venaient les rejoindre, les embrassaient en les serrant contre elles. À force d’y penser, Luce avait parfois senti comme une caresse sur ses cheveux, la tiédeur d’un souffle, ce devait être ça un baiser. Apaisée uniquement par ses rêves, Luce avait compris que ses propres inventions étaient sa seule manière de survivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 mai 2018
Dans un monde atroce qu’elle ne comprenait pas. C’était une douleur physique, aiguë, un vide incandescent d’injustice, irradiant sa gorge, sa poitrine, tordant son ventre. Elle qui avait toujours accepté son sort, si sûre de laisser derrière elle le pire et d’aller vers une vie exaltante, elle avait tout perdu, son alter ego, l’extraordinaire liberté de ces jours avant les avions, l’ignorance des tueries humaines et son aptitude à espérer. Elle se haïssait d’avoir rogné les ailes des volailles pour les empêcher de partir, elle comprenait maintenant la souffrance de ne plus pouvoir s’envoler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : contemporainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox