AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,65

sur 13 notes
5
2 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
saezien
  29 août 2021
“L'oublier je ne pouvais plus. Il avait été trop loin. Je le lui dis. "Et puis j'en sais déjà trop n'est ce pas, j'en ai trop vu, vous m'en avez trop montré, non ?" Il prit ces mots pour une menace. C'était cela, je voulais le dénoncer à mon tour. J'étais comme les autres. Pour la première fois? je vis couler des larmes lentement le long de ses joues. "Vous n'avez pas compris que tous ces gens, tous ceux que nous avons rencontrés cette nuit-là, n'existent plus depuis longtemps, même ceux qui ont survécu à la guerre. Nous ne sommes plus dans les années soixante; vous ne les croiserez plus dans les rues de Montparnasse. Ananda Devi n'appartient plus à ce monde. Vous et moi, nous avons simplement partagé un rêve; ce n'était qu'un accident nocturne.”
Christophe Jamin synthétise, ici, à la fin de son ouvrage, pages 131-132, la philosophie modianesque: faire revivre le passé sans traumatiser, faire parler notre imaginaire, nous montrer l'impact du passé sur nous, notre famille, notre monde.
Un texte court et abouti dans lequel Jamin revient sur sa jeunesse parisienne dans cet énigmatique studio du Passage de l'Union. Ce premier roman porte la noble volonté de dire la vérité d'une histoire, celle du narrateur avec la présence et l'aide d'un mystérieux écrivain jamais nommé mais figure centrale du livre, Patrick Modiano. Au-delà de dire la vérité sur sa propre histoire, l'auteur découvre le mystère familial qui pesait sur ses frêles épaules, grâce à la puissance d'imagination de l'écriture modianesque. Ouvrage efficace, forme d'hommage et de remerciement de l'auteur à Patrick Modiano, le livre s'inscrit dans la continuité de la chanson de Vincent Delerm, le baiser Modiano, autre moyen de saluer l'une des plus grandes oeuvres littéraires contemporaines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MarcelP
  04 novembre 2021
Un jeune avocat croise sporadiquement le dégingandé Patrick Modiano... Coïncidence ? Cette présence irréelle contamine soudain l'univers du narrateur : son histoire personnelle, elle aussi, semble plonger ses racines dans le terreau nauséabond de la France occupée.

Discrète obole venant s'ajouter au culte d'un écrivain chéri (mais jamais cité dans le roman), Passage de l'Union a le mérite de ne pas chercher à imiter la sobriété brumeuse et poétique de son modèle. Disséminer dans son texte les titres de Modiano* -babiole oulipienne- ; réveiller les fantômes de Dora Bruder, Corinne Luchaire ou Joseph Joanovici ; saupoudrer sa prose d'expressions modianesques** ou arpenter un Paris vert-de-gris familier au lecteur du prix Nobel ne suffisent cependant pas à faire oeuvre.

Christophe Jamin s'est amusé -et on le devine sincère et enthousiaste- mais l'exercice d'admiration reste vain. Maladroit, peu subtil, l'opuscule fait long feu.

Des souvenirs (en)dormants.

* 18 occurrences ! ** "pente douce" à deux reprises, par exemple.
Lien : http://lavieerrante.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Alexmotamots
  03 septembre 2021
A la manière de… l'auteur nous fait découvrir le narrateur à trois étapes de sa vie. A chacune de ces trois étapes, il croise un célèbre écrivain, dont le nom ne sera jamais cité, mais aisément reconnaissable.

Un écrivain avec lequel il discute du temps présent, et du temps de l'occupation.

Le narrateur, avocat, doit également défendre un prévenu accusé de meurtre dont le frère est lié à la fois à lui et à l'écrivain.

Leur lien : l'appartement passage de l'union.

Chaque chapitre a pour titre un livre du célèbre écrivain, et parfois, dans le récit, se glisse également certains titres emblématiques.

J'ai aimé cette question de l'auteur : sommes-nous ici pour payer la dette de la génération précédente ?

J'ai aimé son passage dans le rêve, et cette fille disparue : France ? Dora ? Est-ce elle qui réapparait dans la vie du narrateur ?

Un très bel hommage au célèbre écrivain qui emprunte ses codes d'écriture et ses questionnements.

L'image que je retiendrai :

Celle de nos vies écrites à l'encre sympathique.
Lien : https://alexmotamots.fr/pass..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Medulla
  16 février 2022
Peut-on échapper à son histoire familiale et aux secrets que celle-ci dissimule? le narrateur, jeune étudiant devenant brillant avocat, semble le penser. Les rencontres successives avec un étrange écrivain, un malfrat dont il prépare sa défense et une jolie journaliste à différents moments clés de sa vie lui démontreront que le passé même très ancien est voué à resurgir et éclabousser le présent. L'histoire petite et grande est écrite par les vivants et les vainqueurs et dissimulent parfois subtilement sa part d'horreur souvent recouvertes par le quotidien et ses banalités.
Un roman subtil dont il m'a parfois manqué des clés pour combler certaines elipses.
Commenter  J’apprécie          30
DOMS
  04 décembre 2021
Alors qu'il est étudiant, le narrateur réside passage de l'union à Paris. Un jour il rencontre Patrick Modiano, cet écrivain si talentueux qui a pourtant tant de mal à s'exprimer à l'oral. Ils auront quelques échanges très limités.

Quelques années plus tard il est devenu avocat et, à l'instar de l'auteur, va régulièrement déposer une rose sur la tombe de Floriot, un célèbre pénaliste qu'il admire. le jour où il doit défendre un criminel, il croise à nouveau Modiano lors du procès. Il faut dire que le prévenu a un parcours singulier, sa soeur aurait disparu dans les mêmes conditions que Dora Bruder, l'héroïne du roman de Modiano.

À partir de là, les routes des deux hommes se rejoignent à plusieurs reprises. Les mots, le pouvoir de l'écriture, les entraînent vers un univers parallèle dès qu'il s'engouffrent dans une station de métro, plongeant dans un passé récent jusqu'à la seconde guerre mondiale, la résistance, l'occupation de Paris.

Le narrateur met alors ses pas dans ceux de l'auteur devenu personnage de son roman, et part à la rencontre d'un monde bien plus vivable que celui dans lequel il évolue. Sur les traces d'un passé révolu mais qui parfois affleure à sa conscience, il rencontre ses propres personnages. Car eux aussi passent d'un monde à l'autre. La question est alors de savoir qui de François Yoannivitch ou de monsieur Joseph a le plus de réalité, le présent ou les protagonistes des romans de Modiano ? Grâce à l'écriture, à sa compréhension de certains situations, il peut enfin supporter la violence et le mal-être du présent.

lire la chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2021/11/25/passage-de-lunion-christophe-jamin/
Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mhfasquel
  29 septembre 2021
Un premier roman très court, des plus originaux, qui nous entraîne dans une recherche de sens. La quête du lecteur est complexe comme celle du protagoniste :
"Ces gens, qui étaient-ils ? Je veux dire pour de vrai. L'auteur ne nous le disait jamais ; il semblait même prendre un malin plaisir à ne jamais l'écrire. C'était comme un jeu de piste. À nous de nous en sortir, de résoudre l'énigme à partir d'un mince faisceau d'indices. Il jouait avec nos nerfs, mettait notre patience à l'épreuve, j'en étais sûr."
L'auteur joue avec nous, nous donne les règles du jeu, car c'en est un.
Un ouvrage surprenant, à découvrir.
Commenter  J’apprécie          30
mybaebooks
  22 mai 2022
Un lieu peut garder les traces du passé et renferme de nombreux secrets. le narrateur va le découvrir à ses dépends. Un procès et une rencontre avec un écrivain ressemblant étrangement à Patrick Modiano vont y contribuer. Que s'est-il passé au Passage de l'Union dans les années 40 ? le passé ne garde-t-il pas des énigmes irrésolues ?
Dans ce court texte, Christophe Jamin nous emmène dans les pérégrinations du narrateur. La limite entre la réalité et la fiction se brouille. L'écriture dynamique donne sans cesse envie de savoir le fin mot de cette histoire. Une ode à la littérature et aux rencontres !
Commenter  J’apprécie          10
lenante
  05 juillet 2021
En écrivant, simplement mais élégamment, à la première personne du singulier, Christophe Jamin nous invite à nous identifier à cet avocat en quête d'une vérité plus intime qu'il ne le pense: on découvre, comprend et s'interroge en même temps que le personnage. Et si la rencontre entre cet avocat, son client et un écrivain n'était pas un hasard?
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Christophe Jamin (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2582 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre