AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Andrée Lück-Gaye (Traducteur)
EAN : 9782752911841
352 pages
Phébus (05/03/2020)
3/5   8 notes
Résumé :
Paru en 1978, La Fuite extraordinaire de Johannes Ott est le roman qui a rendu Drago Jancar célèbre. Devenu culte, traduit en plusieurs langues, il paraît pour la première fois en français.
Un mystérieux inconnu, Johannes Ott, sème le trouble dans une communauté agitée par les hérésies religieuses et menacée par une épidémie de peste toute proche. Rapidement, on finit par se convaincre que l’homme cache quelque chose. Arrêté, torturé, il avoue une emprise dém... >Voir plus
Que lire après La fuite extraordinaire de Johannes OttVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Il s'agit du deuxième roman de Drago Jančar, publié en 1978 et traduit dans la décennie qui a suivi dans de nombreux pays européens, mais pas en France. C'est le succès relatif de ses derniers romans, qui a permis cette sortie, une quarantaine d'année après la première publication du livre. Il vaut mieux en être conscient lors de la lecture ; c'est une des premières publications d'un jeune écrivain, dans un contexte politique d'avant les bouleversements politiques des années 80, dans la Yougoslavie d'avant l'éclatement, et toujours sous l'emprise de Tito. Il n'est donc pas possible à Drago Jančar d'évoquer l'histoire du XXe dans son pays, comme il le ferra dans ses derniers romans.

Nous sommes à une époque non clairement définie, sans doute à la fin du XVIe siècle, mais aucune date n'est donnée. Luther a déjà prêchée sa doctrine, il a des fidèles. L'inquisition sévit, les sorcières sont pourchassées. Nous sommes quelque part, sans doute en Slovénie. Un homme, Johannes Ott voyage. Son cheval est mort, un cordon sanitaire semble établi qui risque de l'empêcher d'aller plus loin. Il s'installe dans une maison d'un village. Mais il est hors cadre, en dehors de la communauté. Et il finit par être signalé comme sorcier, incarcéré par l'Inquisition qui le condamne. Une mystérieuse confrérie le fait évader, et il se retrouve négociant sur les routes. Mais des dangereuses liaisons le mettent de nouveau en fuite. Après avoir été vagabond, il se retrouve galérien. Lorsqu'il finit par s'échapper, c'est pour se retrouver en pleine épidémie meurtrière, de nouveau dans les lieux où son voyage débutait dans le livre.

Très métaphorique et symbolique, le livre semble viser à traduire le tragique de la condition humaine, entre violence du pouvoir politique, l'impuissance de l'individu, l'instinct du troupeau destructeur et incapable de faire changer les choses. L'impossible liberté, dans un univers où elle n'a pas de sens, dans lequel la nature semble aussi enfermante et angoissante que le cachot. Johannes Ott est une idée plus qu'un individu : il ne semble pas avoir de passé, ou tout au moins on ne ne sait rien de lui : quel genre de famille, d'enfance, de liens a-t-il pu connaître avant de s'engager dans cette fuite permanente, qui va de mal en pis. Il peut être tout le monde, mais au final il n'est personne. C'est un peu la limite du livre, ce personnage abstrait, ces situations qui sont des modèles plus que des exemples. La noirceur est absolue : aucune lueur d'espoir, de possibilité de desserrer la nasse, de trouver un havre.

Très bien écrit, décrivant un univers infernal et la faillite des hommes, un peu à la manière d'un tableau de Jérôme Bosch, le livre d'une grande densité, n'est pas forcément à conseiller à tout le monde, tant sa noirceur peut déranger, et son côté de parabole peut mettre à distance.
Commenter  J’apprécie          220
Connaissez-vous la Carniole ? C'est dans cette région historique de la Slovénie que se déroule en grande partie La fuite de Johannes Ott, le deuxième roman de Drago Jancar, paru en 1978 en Yougoslavie, mais non traduit en français avant cette année. Ce roman est censé se situer dans une Europe centrale médiévale, selon la quatrième de couverture des éditions Phébus. C'est exact pour la localisation mais faux pour la période historique puisque, même si aucune date précise n'est donnée par l'auteur, les pérégrinations du héros du livre (d'ailleurs presque toujours nommé Johan Ot) ont lieu après la guerre de Trente ans, qui s'est achevée en 1648 et durant le règne de l'empereur Léopold 1er de Habsbourg, soit donc dans la deuxième partie du XVIIe siècle. Cela dit, il est vrai que l'atmosphère de la fuite extraordinaire ... est assez "moyenâgeuse" avec épidémies de peste et procès en sorcellerie à l'appui. Sans oublier de longues pages sur la vie des galériens. Fourmillant de détails, réaliste, contemplatif, allégorique et flamboyant à la fois, le roman est impossible à lire autrement qu'à petites doses, de par sa densité et sa tendance à digresser avec et autour de son personnage principal. C'est un ouvrage qui dit beaucoup sur l'époque qu'il raconte mais dont la virtuosité littéraire, évidente, tend à étouffer le lecteur, pris au piège de descriptions multiples et surtout d'une noirceur constante. La fin du livre est comme une libération avec une envie presque irrépressible de passer à des lectures moins exigeantes et plus légères.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
Commenter  J’apprécie          182
Si la fuite de Johaness Ott fut extraordinaire, sa lecture ne le fut pas. Dès le début du roman, dans l'Europe centrale aux alentours de la guerre de trente ans, D.Jancar nous fait rencontrer un personnage déjà en fuite, dont on ne saura rien du passé même si l'on comprend qu'il a de bonnes raisons.

Dans un premier temps Ott est confronté aux hérésies religieuses et à ceux qui les pourchassent, avouant sous la torture des relations avec le diable il est miraculeusement libéré par une mystérieuse secte et reprend sa route avec des marchands qui lui procurent sérénité et moyens de faire de l'argent. Deuxième phase Ott en sursis s'abandonne au vin et aux femmes ce qui lui fait perdre toute prudence et finira par l'envoyer aux galères. Dernier stade de la fuite : une tempête le libère des fers mais pour foncer dans une région touchée par la peste.

Alégorie de la condition humaine dans des temps de tumulte, La fuite extraordinaire de Johaness Ott ressemble à un cauchemar où toutes les peurs de l'époque seraient rassemblées, où le lecteur n'a aucune certitude et doit ressentir l'angoisse du personnage et toutes ses douleurs. Certes l'époque est rendue avec soin, on pense à Bosch ou à Brueghel pour son monde de tavernes enfumées.
Le problème est que l'auteur joue toujours sur les mêmes leviers : fuite dans la nuit, maison abandonnée, réveil affolé, personnages troubles, trahisons, vols ... à force de vouloir déstabiliser le lecteur, l'auteur finit par le perdre
Commenter  J’apprécie          20
Je viens de commencer ce livre : ça ne choque personne que le nom du personnage principal soit différent sur la couverture et dans le livre ?? Sur la couv : Johannes Ott, dans le livre, Johan Ot... J'avoue que cela m'a mis dans une disposition plutôt négative.
Commenter  J’apprécie          00


Videos de Drago Jancar (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Drago Jancar
Drago Jancar - Six mois dans la vie de Ciril .Drago Jancar vous présente son ouvrage "Six mois dans la vie de Ciril". Parution le 25 août aux éditions Phébus. Rentrée littéraire 2016. Traduit par Andrée Lück-Gaye. Retrouvez le livre : Notes de Musique : Bach: Sonate pour violon seul No. 2, BWV 1003 & Partita pour violon. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature slovèneVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (29) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3244 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..