AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782738132529
210 pages
Éditeur : Odile Jacob (04/11/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Qu’est-ce qu’on oublie souvent quand on analyse la situation du monde ? Les ressources énergétiques. Elles sont non seulement le nerf de la guerre, mais aussi celui de l’économie et de l’écologie. La méconnaissance de leur importance cruciale a incité Jean-Marc Jancovici à exposer la face « énergétique » des grands thèmes qui font de façon récurrente la une de l’actualité.

Si vous pensez que l’extrémisme politique n’a aucun rapport avec notre addicti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
bobfutur
  24 décembre 2020
ESSENTIEL, n'importe quel militant de nos jours des "justes causes", qui n'aurait pas approché (je ne lui demande pas d'être d'accord, mais d'avoir lu ou écouté Jancovici, au moins une conférence, jusqu'au bout) ces thèses est automatiquement disqualifié pour toute appréciation globale sur nos sociétés "développées". Jancovici écrit comme il parle: ses conférences suffisent amplement pour l'appréhender, les livres servent à approfondir (et à le rétribuer !)
Commenter  J’apprécie          120
lionelBitume
  23 février 2021
Livre à lire pour tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin aux questions de croissance économique et d'écologie et donc de l'avenir de l'humanité (rien que ça). Il expose une thèse détaillée s'appuyant sur l'hypothèse de la finitude des ressources de la Terre, pour montrer qu'une croissance infinie n'est pas possible et mettrait en danger la survie de l'humanité.
Il explique au travers d'exemples et d'une richesse de données et de calculs, pourquoi et comment il faut absolument que les objectifs de l'humanité dévient de la croissance économique à tout prix et se tournent vers une décroissance contrôlée. Selon lui, nous avons le choix entre une décroissance contrôlée, vers un état stable, qui consiste à investir aux mieux nos ressources financières dans les outils qui permettent de réduire au maximum nos émissions de Co2 (nucléaire, sensibilisation à l'écologie, taxes, utilisation efficiente des marchés financiers et du progrès technique,..), ou une décroissance subie par un manque de ressources croissant. En effet, qui dit manque de ressources, dit moins de production et dit donc moins de PIB. Ainsi notre PIB est soumis aux lois de la physique et finira par décroître avec des ressources primaires de plus en plus difficiles d'accès et de plus en plus rare. le choix de la décroissance subie (voire effondrement) accompagnée de peu de préparation en amont semble donc bien plus difficile à gérer, tant sur le plan politique, social ou économique qu'une décroissance contrôlée, qui ne semble déjà pas être une partie de plaisir.
Il peut être intéressant de compléter cette lecture par des conférences de Jancovici (Cours de mines par exemple) où certaines idées peuvent être un peu plus creusées et surtout illustrées (graphique, etc.)
Par ailleurs, je trouve que le livre manque de références et de notes sur les chiffres que l'auteur donne. Il nous assomme parfois de chiffres sans qu'on puisse les vérifier par nous-mêmes puisqu'il n'indique pas à chaque fois d'où ces chiffres sont tirés, et bien que sa critique des énergies renouvelables est intéressante et très solide, sa défense de l'énergie nucléaire ne l'est pas tout autant créeant un contraste de rigueur entre les deux analyses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ged7fr
  10 février 2019
La thèse de Jancovici est convaincante et logique : l'économie ne devrait être qu'une branche de la physique : elle ne devrait pas être ce qu'elle est actuellement une humanité performative et normative.
Le positivisme est la philosophie qui a normé la révolution industrielle ; la science, la technique et le droit comme des moyens ordonné pour une finalité politique progressiste : « ordre et progrès », devise que l'on retrouve sur le drapeau brésilien. le tout sur la base qu'il n'y a pas de limites à la volonté.
C'etait vrai pendant plus de 150 ans, car la nature et les aspirations des hommes étaient immenses. Il y avait de la place pour croire que nos désirs étaient plus grands que la physique. En apparté, la série Star-Trek (dont je suis fan) est le point extrême du positivisme, révelé par sa devise paradoxale « l'espace, la dernière frontière ».
Désormais ce n'est plus le cas, et nous nous sommes piégé à la fois dans la finitude du monde et dans nos modes de pensées. C'est ce que ce livre révèle et démonte point par point.
Ce qui manque à notre monde désormais est une nouvelle philosophie normative pour construire un nouveau monde, compatible avec la finitude du monde et la mesure de nos désirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
uaeroffat
  13 décembre 2019
Jean-Marc Jancovici a le mérite de mettre les points sur les "i". Et ce n'est pas confortable, loin de là ! Ses analyses fouillées sur les questions énergétiques et de croissance économique ne sont guère rassurantes… Mais ce serait malhonnête que de refuser de les regarder en face, d'être dans le déni. On ressort de cette lecture avec la quasi-conviction que ce n'est vraiment pas le moment de renoncer au nucléaire, que le solaire et l'éolien sont décidément bien complexes à mettre en oeuvre, que l'exemple allemand est désastreux, et que le charbon a de beaux (et mauvais pour la planète) jours devant lui. Sa conclusion nous laisse en plan, sur le mode "il fallait bien s'arrêter un jour" (sic !) Si les débats sur le réchauffement climatique étaient moins polémiques, nul doute que ce spécialiste des questions énergétique saurait nous aider à hiérarchiser les mesures à prendre, les vraies urgences et les vraies priorités. Ce sera pour une autre fois, se dit-on en refermant ce livre, qui ne risque pas de nous faire dormir tranquilles, ainsi qu'ironise le titre – par ailleurs beaucoup trop long !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Rek950
  14 septembre 2016
L'auteur emploie une approche différente de celles employées usuellement pour analyser les relations entre les ressources énergétiques, l'économie et l'écologie. La démonstration est bien construite et permet de saisir quelques mécanismes qui régissent le monde qui nous entoure. L'auteur fait un réel effort de pédagogie pour permettre la compréhension de ces mécanismes.
Cependant, les relations entre croissance économique et consommation de pétrole ne sont pas suffisamment explicitées à mon goût. Ce qui explique la note de 4/5.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Matthieu31Matthieu31   07 novembre 2015
Dans un monde sans croissance, il va aussi falloir trouver un défi à relever qui motive suffisamment la population pour qu'elle ne focalise pas avant tout sur la perte d'un peu de son confort matériel, perte que le pouvoir politique aura la tâche de repartir de la manière la plus équitable possible.
Commenter  J’apprécie          20
Matthieu31Matthieu31   07 novembre 2015
En 2005, il s' est produit un phénomène dont la quasi-totalité des économistes n'a pas compris l'importance :la production mondiale de pétrole à quasiment cesser d'augmenter.
Commenter  J’apprécie          30
lionelBitumelionelBitume   01 janvier 2021
Comme CO2=PIB, préserver le climat revient ni plus ni moins à discuter de la meilleure manière de faire décroître le PIB en douceur.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Marc Jancovici (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marc Jancovici
Interview de Jean-Marc Jancovici, auteur de "C'est maintenant ! Trois ans pour sauver le monde" (1/5)
Source : Rue89
autres livres classés : décroissanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
141 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre