AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226465276
304 pages
Albin Michel (18/08/2021)
3.46/5   82 notes
Résumé :
Tandis que la nuit tombe, neuf femmes attendent l'arrivée d'un passeur qui doit les mener sur une île au large de la Bretagne. Toutes ont payé le prix pour suivre un programme leur promettant de retrouver leurs vingt ans. Seule l'une d'entre elles, invitée, s'est juré de résister à la tentation. Mais le séjour et le mystère grandissant qui l'entoure, tout autant que le trouble suscité par le docteur Faust, vont lui révéler la difficulté de refuser ce pacte diaboliqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 82 notes
5
3 avis
4
18 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

dvall
  26 septembre 2021
J'aime cette première de couverture qui m'évoque le personnage de salammbô, puissante figure féminine de la littérature classique. Mais c'est surtout le thème prometteur de ce roman qui m'a séduit : une revisite moderne et iconoclaste du mythe de Faust.
Quelle déception… Tous les ingrédients étaient pourtant là pour me séduire : une réflexion sur le temps qui passe, les illusions et les avanies de l'existence, la féminité et le désir de création, sur l'immortalité et la damnation même. le récit débute en baie de Douarnenez, où neuf femmes attendent le passeur qui doit les mener sur l'île du docteur Faust avec la promesse de retrouver leurs vingt ans. Toutes ont payé le prix exigé, sauf une qui est ici en tant que journaliste invitée. Et elle compte bien profiter de cette aubaine pour écrire son prochain roman.
J'espérais une ambiance anxiogène, une dimension philosophique forte, mais je n'ai rien trouvé de tout cela. Peut-être attendais-je trop de ce roman qui m'a paru bien plat, tant en termes de style que de réflexion. « Faust en femme, une île avec des sexagénaires en cure de rajeunissement, c'est grotesque » dit l'une des protagonistes de l'histoire. Non, le thème au contraire me paraissait très alléchant, casse-gueule mais engageant. C'est son traitement qui m'a paru complètement burlesque. Ne vous méprenez pas, ce n'est pas l'irruption du fantastique qui me déplaît, mais le ton trivial avec lequel il est abordé, son manque de crédibilité et la façon dont il est gobé pourtant par la narratrice. Ce qui aurait pu être une réflexion profonde sur l'âge, les désillusions et le sens de la vie devient à mon sens une galerie de portraits stéréotypés et superficiels.
J'avoue qu'il y a sans doute eu une erreur de casting entre ce roman et moi. Mea culpa. C'est un roman écrit par une femme, avec des femmes, pour des femmes (certaines, pas toutes), sur un ton léger mâtiné de misandrie. J'attendais quelque chose de plus universel, de plus profond. Alors si vous plongez dans ce roman, sachez quoi en attendre pour ne pas être déçu.e : de la légèreté et du second degré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
MemoartdAdrien
  04 février 2022
La nuit est tombée. le passeur attend depuis 292 pages que je monte dans sa barque afin de rejoindre L'île du docteur Faust, au large de la Bretagne. Mais c'est au-delà de mes forces. Je n'ai jamais réussi à rentrer dans la barque. Je rentre chez moi, laissant le passeur confus et las d'avoir attendu si longtemps pour rien.
L'objectif de cet article est de vous expliquer pourquoi je n'ai pas aimé le dernier roman de Stéphanie Janicot. Néanmoins, les mêmes raisons pour lesquelles je n'ai jamais réussi à rentrer dans le livre peuvent être celles qui vous convaincront de l'acheter et de le lire. Je ne prétends donc pas que le roman soit mauvais. Mais je ne compte pas non plus me dérober en taisant ce qui m'a déplu.
Le roman relate le récit de huit femmes qui se rendent sur une île du large de la Bretagne afin d'y suivre un programme leur ayant promis de retrouver leurs vingt ans. Seule la narratrice, une romancière invitée pour accompagner les autres patientes, décide de résister à la tentation du pacte faustien.
Le roman s'articule autour du récit de la vie des différentes patientes ayant accepté de suivre le programme, et de conversations entre la narratrice et les différents personnages du roman : les autres patientes, le docteur Faust, son assistante, et le personnel de l'île.
UN STYLE ÉPURÉ ET MODERNISTE
La forme d'écriture choisie par l'auteure m'a déplu et a été un obstacle tout au long des trois centaines de pages pour que je rentre pleinement dans le récit. L'usage des dialogues est abusif. Il y en a beaucoup trop. En dehors des dialogues, le livre est écrit à la première personne, du point de vue de la narratrice. C'est une écriture qui se rapproche beaucoup trop du langage parlé, parfois excessivement familier et nous offrant des expressions désagréables à la lecture. J'ai par exemple retenu à la page 20 : "Je pouvais imaginer Notre-Dame des Naufragés nous narguer depuis la pointe du Raz" ou encore, page 29, "nous étions trop peu intimes pour partager des plats sucrés. Nous nous donnions bonne contenance".
Paradoxalement, l'importance des dialogues et du langage parlé dans le roman ne rendent pas les dialogues plus réalistes. On a parfois du mal à y croire, à les imaginer crédibles dans une conversation. Trop d'informations données dans une réplique. Trop peu de décalage entre le ton de la narration et celui du dialogue.
C'est un aspect du roman qui m'a profondément gêné. J'ai besoin de moments de pause, de moments où le narrateur semble prendre son envol afin de laisser de la distance vis à vis de l'action et de ses personnages, de moments où il en profite pour décrire le cadre, le contexte, la psychologie de ses personnages. Cela favorise l'immersion du lecteur. C'est la différence que je fais entre un roman et un script ou un scénario.
Roman rime avec temps. Malheureusement, de moins en moins de romanciers profitent de ce temps lent et favorisent la vitesse et l'efficacité du récit. Cela n'a pas que des défauts, néanmoins. le livre de Stéphanie Janicot se lit de manière très facile, fluide. La lecture n'est globalement pas désagréable, et l'on suit de manière très claire l'évolution du récit.
UNE RÉINTERPRÉTATION AMBITIEUSE DU MYTHE DE FAUST
Le mythe de Faust remonte au XVIème siècle et raconte l'histoire d'un savant qui, déçu par sa discipline, conclue un pacte avec le diable qui lui offre, en échange de son âme, la possibilité de bénéficier d'une seconde vie, tournée vers les plaisirs sensibles. Rendu célèbre par Goethe, ce conte a été réinterprété à de très nombreuses reprises dans la littérature (Balzac, Valéry, Giono...), le cinéma (Méliès, René Char), ou la musique (Wagner, Berlioz, Schumann). le roman de Stéphanie Janicot reprend ce mythe, et d'autres légendes celtes (en dehors du cadre breton, on ne comprendra jamais l'apport des légendes celtes dans ce que veut raconter le roman), au service d'interrogations sur le temps, l'amour, la création, la jeunesse éternelle, la toute puissance, l'illusion, la féminité et la force du désir (toutes ces promesses sont écrites dans la quatrième de couverture).
La particularité de ce roman est de choisir un personnage central qui refuse de pactiser avec le diable, qui refuse le programme promettant de retrouver sa jeunesse. L'objet du livre sera d'essayer, à travers les autres femmes qui, elles, ont accepté, de la faire céder à la tentation, en lui montrant toutes les vies qu'elle aurait pu avoir. C'est un roman sur la vie qui aurait pu être la sienne. L'idée est originale, mais cela ne fonctionne pas.
Là où le bât blesse, c'est qu'il y a beaucoup trop de personnages, et que l'auteure ne prend pas suffisamment le temps de montrer au lecteur le lien entre la vie d'une des femmes et le profil de la narratrice. D'ailleurs, il y a des personnages qui n'ont vraiment aucun intérêt pour le récit, et l'on se demande si leur présence est vraiment utile.
Le temps. Voilà un autre sujet essentiel du roman. Dès la page 78, la narratrice annonce la couleur : "Maîtriser le temps, accomplir nos rêves les plus sacrés, l'amour, la création, la gloire, avoir accès à l'Autre monde, tous nos grands fantasmes étaient réunis dans cette aventure". Qu'en ressort-il ? Pas grand chose, hélas ! Tous ces thèmes sont trop brièvement abordés, noyés dans une cascade de dialogues sans fin, et même la conclusion pas inintéressante de l'intrigue ne parvient pas à compenser la déception qui fut mienne au vu des ambitions affichées par le roman.
C'est un livre qui semble vouloir se rapprocher d'un conte philosophique mais qui ne parvient pas à l'être. Peut-être est-ce ce décalage entre ce que j'espérais et ce que je découvris qui me déçoit ainsi. Les réflexions de certains personnages sont parfois creuses, et empêchent le lecteur de suivre les interrogations proposées : "Admettez-le, Sydney, le plaisir que nous avons éprouvé, n'est-ce pas la seule chose qui nous appartienne pour toujours ?" (p. 130), "Pour moi, la différence ne se joue pas entre un et cinq enfants mais plutôt entre zéro et un. Entre devenir mère ou pas". Une exception cependant, page 136, lorsque la narratrice se défend d'être toujours insatisfaite, en prétendant que sans insatisfaction, l'humanité n'aurait jamais progressé. Un chapitre très intéressant, malheureusement trop rare.
En conclusion, L'île du docteur Faust n'est pas un mauvais roman. L'écriture est fluide, trop pour moi, mais le livre se lit facilement et on ne s'y ennuie pas. Les thématiques abordées sont intéressantes, mais je suis ressorti frustré car les conversations sont restées à la surface des problèmes posés. le livre ne prend pas le temps d'aller en profondeur de thèmes aussi complexes. Pour cela, il aurait fallu un roman plus long, des personnages moins nombreux, et une écriture plus psychologique, moins moderniste. Il n'en demeure pas moins que le livre est cohérent, que sa conclusion, surprenante, vaut la peine de lire le livre en entier, et que Stéphanie Janicot a eu l'immense courage de s'attaquer au mythe de Faust. On ne peut que respecter un effort aussi louable !
Pour aller plus loin avec le mythe de Faust
Dans le sculpteur, Scott McCloud manie très bien le conte de Faust à l'époque moderne, de manière subtile et très profonde à la fois, par l'entremise d'un artiste qui, pactisant avec le diable, parvient à sculpter tout ce qu'il veut. le propos est très bien utilisé. L'intrigue est excellente. Et le mythe faustien est abordé en profondeur, et interroge sur l'ubris de la toute-puissance et du prix à payer. Un excellent roman graphique que je vous recommande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
livreclem
  07 septembre 2021
Je retrouve avec délice la plume de l'auteure que j'adore. ici on embarque sur une île bretonne inconnue où huit femmes sont attendues par le docteur Faust pour 6 mois de traitement rajeunissant.
Chacune d'elles a ses raisons. Une d'entre elle, la narratrice, est invitée et se place en tant qu'auteure et journaliste. Elle va alors comprendre que cette île et ses habitants peu nombreux ne sont pas comme tout le monde.
Sur la frontière du fantastique, j'ai aimé plongée dans la vie de ces femmes et dans les pensées de la journaliste.
Un bon roman dans cette rentrée littéraire foisonnante.
Commenter  J’apprécie          230
Queque72
  18 mai 2022

Retrouver sa jeunesse, son élan, l'insouciance, avoir la vie devant soi : cette invitation alléchante proposée par le Docteur Faust attire sur une île bretonne huit femmes, dont la narratrice, Sydney, romancière et journaliste qui est invitée en tant que telle. 
Acceptera-t-elle de signer le contrat comme l'ont fait avec enthousiasme ses nouvelles comparses ? C'est l'objectif avoué du Docteur Faust. Sidney lutte car le danger n'est-il pas de donner en échange son âme au diable, selon le mythe du Docteur Faust ?
Six mois de cure de jouvence, vingt-quatre années de liberté, et puis après ? 
Chacune des curistes a ses raisons propres de vouloir rajeunir, chacune a reçu une invitation et un prix d'inscription différents.  Aucune ne se doute qu'elle signe un pacte qui la lie à vie, certaines sont moins naïves mais croient trop au miracle du rajeunissement. 
Beaucoup de questions taraudent Sydney, au fur et à mesure qu'elle voit ses congénères rajeunir spectaculairement. 
L'étrangeté des quelques insulaires, tous dédiés à la mission du Docteur Faust la mettent mal à l'aise. L'atmosphère d'isolement de l'île, sur laquelle aucun touriste n'accoste ne la rassure pas. 
Heureusement, son oisiveté forcée est interrompue par Zoyad, vieille dame de l'île, connaissant tous ses secrets, ses habitants, elles se lient d'amitié mais cette vieille dame est aussi très étrange et délivre des informations parcellaires en incitant Sydney à se questionner. 
Ses discussions avec le Docteur Faust la laissent perplexe et inquiète pour ses compagnes de voyage.
Elle sent que quelque chose d'explosif se prépare et aura des conséquences irréversibles. 
Je vous laisse découvrir ce roman captivant, en savourer l'atmosphère électrique, déroutante à plus d'un titre, en outre, l'autrice nous réserve pas mal de surprises. 
Pendant la lecture, je n'ai pas manqué de m'interroger sur ce nouvel aspect de l'inégalité entre les hommes et les femmes face au vieillissement. À partir de cinquante ans, la femme devient invisible. "Dans la vie réelle, elle existe bien sûr, nous le savons, nous en croisons tous les jours. Mais à l'image, rien. À moins qu'elle ne soit déjà une star, il n'y a plus de place pour sa silhouette, pour son visage."
L'autrice est douée pour soulever des questions qui continuent à alimenter nos réflexions après la fermeture du livre. 
Le seul bémol selon moi est qu'il m'a fallu du temps pour mémoriser et relier les prénoms aux huit histoires des curistes mais ça n'a rien enlevé au plaisir de la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Emilie77400
  22 août 2021
Je découvre l'auteure avec ce livre de la rentrée littéraire d'Albin Michel et je dois dire que j'ai eu envie d'en savoir plus sur elle, tant l'univers entre mythe et réalité dans lequel elle nous entraine m'a interpellé.
L'histoire est celle de 8 femmes partant sur une île mystérieuse au large de la Bretagne pour suivre une cure de 6 mois leur permettant de retrouver leur jeunesse perdue. Sur cette île, elle seront prises en charge par le Docteur Faust et son équipe. Toutes ont payé le prix fort à l'exception de notre narratrice, seule invitée qui en tant que journaliste, est chargée d'observer et d'écrire un article sur cette cure miracle.
Je dois bien dire que c'est assez bien amené, ainsi l'histoire flirtant avec des mythes comme celui de Faust, de Narcisse... nous guide tout naturellement vers une réflexion sur le temps qui passe, sur les traces qu'il laisse sur nos corps et nos esprits et sur la quête de jeunesse éternelle qu'entreprennent certaines (et certains d'ailleurs!). J'ai été assez sensible aux histoires de ces femmes, toutes très différentes et je pense d'ailleurs que cette hétérogénéité dans les profils vous permettra de vous retrouver un peu dans l'une ou l'autre surtout si comme moi, vous avez atteint l'âge ou les signes de l'âge commencent à se faire sentir ^^ Aussi j'avoue m'être demandée si ce livre pourrait toucher un public plus jeune...
Et vous, si vous pouviez, en échange de votre âme, récupérer vos 20 ans et ainsi la possibilité de vivre une seconde vie, que feriez-vous? ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161


critiques presse (4)
Lexpress   11 octobre 2021
Réflexion sur l'écriture et le temps qui passe, variations sur le diktat des apparences, cette fiction troublante aux accents singuliers sonne juste et fort.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaCroix   27 septembre 2021
Revisitant avec délicatesse le mythe de Faust et d’autres légendes littéraires, Stéphanie Janicot ausculte le fantasme de l’éternelle jeunesse et les modulations du temps.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Psychologies   13 septembre 2021
Un roman diablement malin.
Lire la critique sur le site : Psychologies
LaLibreBelgique   24 août 2021
Stéphanie Janicot s’interroge sur les morsures du temps dans un roman féministe et philosophique.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
IzzyReadeuseIzzyReadeuse   08 février 2022
[...]Les femmes, les gardiennes de la terre. Les hommes, eux, s’étaient approprié le monde, on voyait ce qu’ils en avaient fait, un vaste dépotoir surpeuplé de gamins fabriqués à leur gloire. En désespoir de cause, ils nous ont appelées à la rescousse, pas tant pour nous confier le pouvoir, surtout pas, mais pour tenter de colmater les brèches. Et nous, gentiment tombions dans le panneau. Mangeons bio, vegan, protégeons la nature, comme si nos petites mains et petits estomacs pouvaient changer quoi que ce soit à l’appétit féroce des mastodontes de la prédation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
IzzyReadeuseIzzyReadeuse   08 février 2022
Tout en possédant ce que j’avais souhaité, je désirais ardemment la liberté. Pourquoi ? Qu’en sais-je ? Je ne dois pas exclure mon fort instinct d’autodestruction. N’avez-vous pas remarqué, vous qui connaissez si bien l’humanité, à quel point l’humain s’acharne souvent à agir contre ses intérêts ? Le diable est bien peu de chose en comparaison.
Commenter  J’apprécie          20
SkoubidooSkoubidoo   01 janvier 2022
- [...] Tu crois que le cerveau est lié au malheur ? C'est tout le contraire. Penser te libère. Je ne dis pas penser à quelque chose. Je dis penser tout court, sans rien derrière. Si tu penses au monde tel qu'il est, tu as peur, si tu penses à la mort inéluctable, tu es triste, si tu penses à ce qui t'attend ou qui ne t'attend pas, tu es inquiète. Mais si tu penses avec le monde créateur, avec le ciel et la terre, avec le vent et le soleil, avec la vie qui t'es offerte, tu t'apaises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
julie_et_ses_lecturesjulie_et_ses_lectures   16 septembre 2021
Je connaissais le pacte faustien : il ne s’agissait pas d’échapper à la mort, ni même d’allonger la vie, seulement de retrouver vingt-quatre année de pleine jeunesse du corps et de l’esprit au terme desquelles l’âme tomberait dans l’escarcelle du diable. Page 91
Commenter  J’apprécie          20
ElbyElby   23 août 2021
Car il est bien connu que nous courrons vers ce que nous craignons. Ce temps dont je redoutais depuis l'enfance qu'il ne soit trop court, j'avais pris plaisir à la dilapider, à le gâcher par des occupations superficielles souvent nuisibles : jouer, fumer, boire, déprimer. Pour quelques pépites de temps bien occupé, combien d'heures pouvais-je ainsi jeter à la décharge de l'oubli ?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Stéphanie Janicot (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphanie Janicot
Stéphanie Janicot, Emilie Papatheodorou, Céline Laurens, Éric Garandeau, Clélia Renucci, Matthieu Falcone et Stephane Hoffmann vous racontent comment ils sont devenus écrivains, ce qu'ils ont ressenti lorsqu'ils on été publiés pour la première fois, ou encore leurs rituels d'écriture...
Pour découvrir la playlist rassemblant tous les épisodes, c'est ici: https://www.youtube.com/watch?v=CgNaS...
Activez la cloche pour être informé des nouvelles vidéos et abonnez vous : https://fanlink.to/AlbinMichel-YT
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalb... Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbi... Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel Linkedin : https://www.linkedin.com/company/albi...
+ Lire la suite
autres livres classés : faustVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1295 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre