AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1094680095
Éditeur : Le Serpent à plumes (22/01/2016)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Tout a toujours souri à Jean-Jacques Vautier. Le député maire de Bezous-Sur-Seine, petite ville de grande banlieue, touche enfin son rêve du doigt. Il est qualifié pour le second tour de l'élection présidentielle avec des sondages extrêmement favorables. Mais un grain de sable de vingt ans à peine, va faire dérailler cette machine de guerre parfaitement huilée. Son nom : Abdelkrim ben Kader. Il est en garde à vue pour une banale affaire de trafic de cigarettes. Cont... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
magdesaveursetlecutres
27 février 2016
Nous sommes à une semaine du second tour des élections présidentielles de 2017. Jean-Jacques Vautier, député-maire de Bezous-sur-Seine, est largement donné favori pour gagner cette élection. Mais des secrets sur l'administration de sa commune pendant ses mandats de maire ainsi que les activités artistiques de son père commencent à lui faire de l'ombre. Un journaliste de Bézous essaie de faire la lumière sur toutes les magouilles qui ressortent et qui semblent en lien avec l'enquête policière sur les meurtres et les disparitions de plusieurs jeunes de la banlieue de Bézous. Tout cela a-t-il un lien avec Vautier ou est-ce un coup monté pour lui faire perdre l'élection ?
Je trouve que ce livre est plus conçu comme un livre enquête que comme un véritable roman. C'est une bonne idée de la part de l'auteur de nous faire avancer en égrenant les chapitres en fonction du décompte des jours avant le 2e tour et de finir par un épilogue le jour de l'élection. Cela permet de maintenir un certain rythme à l'intrigue et aux différents évènements qui jalonnent cette fin de campagne présidentielle. L'enquête de police ainsi que celle du journaliste sont assez bien menées et assez raccord avec la réalité. On y retrouve des flics ripoux et des journalistes véreux, un duo qui est parfait pour ce genre de roman avoisinant la réalité tout en étant une fiction. le vocabulaire et le style sont bien choisis et agrémentent la lecture.
Cela m'a permis de continuer alors qu'au départ, je ne pensais pas aller au bout de ma lecture. Il y a plusieurs raisons à cela.
Le début du roman est lent avec trop de personnages évoqués en peu de pages. du coup, je me suis perdue à plusieurs reprises pendant les 100 premières pages. Je ne savais plus si tel ou tel personnage était encore en vie ou si il était déjà mort. C'était déstabilisant.
J'ai eu beaucoup de mal avec le nom du journaliste… Nikos Aliagas… Pourquoi avoir appelé ce personnage ainsi ? C'est très perturbant, car j'ai passé mon temps à faire le parallèle avec le présentateur télé. Si c'était pour faire un peu d'humour par rapport à son nom et que toutes les personnes qui le rencontrent dans le roman en fassent aussi, je trouve qu'il y avait d'autres moyens d'y parvenir.
Ce roman est aussi que ce roman est rempli de clichés. le parti politique mis en cause et son candidat en prennent pour leur grade tout le long du roman : ils trafiquent les comptes, ils ont fait des choses que la morale réprouve pour arriver à ce niveau dans la hiérarchie politique, le candidat qui va devenir président couche avec toutes les filles qui le veulent bien. Clichés aussi pour les personnes qui sèment plus ou moins le chaos dans la ville de Bézous. Ce sont tous des enfants ou petits-enfants d'immigrés. Cela me gêne énormément, car, à si peu de mois avant la prochaine élection présidentielle, je ne suis pas sure que cela soit une bonne chose d'écrire ce genre de propos.
J'aurais plus apprécié ma lecture si l'intrigue s'était passée dans un pays dont je ne connais pas vraiment la politique ou dans un pays imaginaire. J'aurais moins facilement fait de liens avec ce qui se passe actuellement en France et ma lecture en aurait été que meilleure.
Mais c'est un excellent premier roman qui, une fois passés ces petits problèmes de lieux et de personnes et de clichés, devient un bon moment de lecture. Je suis contente d'avoir pu découvrir cet auteur et d'avoir lu un roman contemporain et/ou d'anticipation. Qui sait ?
Lien : http://saveursetlectures.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
imaginibus
11 mars 2017
C'est le titre "Moi, Président" qui m'a attiré, en ce qu'il évoquait un passé politique encore proche. Les derniers jours de l'entre-deux tours des présidentielles 2017 dans la commune de Bezous-sur-Seine fournissent le cadre de ce roman qui traite de la manière dont une mairie gère des quartiers difficiles en y suscitant des troubles pour justifier une politique sécuritaire. le maire de Bezous est favori du second tour (contre Hollande !). Les révélations à la police d'un délinquant vont-elles tout compromettre ? L'A. met alors en scène policiers, journalistes, délinquants, collaborateurs du maire etc... pendant 5 jours (J-5, J-4, J-3, etc.) autours d'événements dramatiques.
Cela se lit plutôt bien : un certain suspense, des dialogues. Mais on croit assez peu aux personnages. le portrait de Jean-Jacques Vautier, le maire-candidat, est traité à grands traits, un peu caricaturaux : on est peu convaincu par son ascension et sa stature politique. le journaliste alcoolique, les flics ripoux, le procureur complice, l'argent qui circule évoquent des clichés. L'A. - qui est journaliste - a sans doute eu tort de vouloir trop contextualiser son roman (par exemple en faisant de Vautier le gagnant de la primaire contre Fillon et Juppé !) et de ne pas opter pour une fiction totale. Il y a sans doute des clefs, mais je ne les ai pas cherchées.
Mais il n'en reste pas moins que c'est un roman plutôt bien construit et qui remplit sa fonction récréative.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marionf
05 février 2016
Jean-Jacques Vautier a coiffé au poteau François Fillon ( =( ) et Alain Juppé aux primaires des Républicains et se retrouve au second tour de l'élection présidentielle de 2017 face au président de la République sortant. Pour en arriver là, Jean-Jacques Vautier n'a pas lésiné sur les moyens, notamment en s'en remettant à des gros bras pour faire régner une politique ultra sécuritaire dans la ville de province dont il est maire. Tout souri au candidat jusqu'à ce que, à cinq jours de son sacre, un délinquant mette la police au courant des magouilles du politicien.
J'ai mis près de 40 pages à entrer dans l'histoire, il y avait beaucoup trop de personnages, comme s'il ne s'agissait pas d'une fiction mais d'un livre enquête. le découpage du récit a, en quelque sorte, sauvé ma lecture. Chaque jour précédant le scrutin est une partie du livre et chaque partie comprend de courts chapitres (65 chapitres, un prologue et un épilogue en 329 pages). Si bien que j'ai pu facilement adapter ma lecture à un emploi du temps assez compliqué en ce début d'année.
Malgré l'archi découpage le rythme est vraiment soutenu et emporte le lecteur dans les péripéties de Mohamed, Nikos et les autres sans peine. L'intrigue est si bien ficelée que l'on si croirait. À un peu plus d'un an de l'élection d'un (possible) nouveau président de la République Mathieu Janin nous propose une petite merveille.

--- PARTENARIAT AVEC LES ÉDITIONS LE SERPENT A PLUMES ET LA BIBLIOTHÈQUE COMMUNAUTAIRE BABELIO QUE JE REMERCIE ---
Lien : http://troisiemesansascenseu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Tomie
15 mars 2016
A quelques jours du 2ème tour des présidentielles de 2017, le maire d'une petite ville de province est donné favori. Pour réussir ainsi il a tout fait pour que sa ville soit la plus sûre possible. Mais avec quels moyens, quels magouilles ? Un petit délinquant menace de tout révéler.
J'ai eu vraiment du mal à entrer dans ce roman. Je pense avoir compris pourquoi :
- Les personnages, nombreux, sont désignés soit par leur nom, soit par leur prénom. Et au début du roman, je ne savais plus qui était qui !
- le sujet me semble trop inspiré de faits réels, et tout cet ensemble ne me parait même plus crédible. Je pense que certains faits ont déjà existé, et on dirait un règlement de comptes, surtout quand on sait que l'auteur est bien placé pour avoir vécu certaines scènes.
Le sujet est sérieux, je comprends bien depuis quelques années que jouer avec la peur de nos concitoyens est très utile aux ambitions de certains. Mais ce livre peut donner l'impression que c'est exagéré
Donc, pas assez de suspens pour moi, pas assez romancé. Ce livre ne m'a pas transportée….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Popolar45
18 février 2016
Ce livre m'a fait penser aux romans noirs italiens, entre Gomorra de Roberto Saviano et J'ai confiance en toi de Maximo Carlotto. Mais avec un humour corrosif réjouissant en plus et même un Nikos Aliagas dedans. Soit la plongée en immersion dans la corruption d'une baronnie de banlieue, et une course contre la montre pour flics, et même voyous attachants, qui veulent faire éclater la vérité alors qu'en face ça cherche à l'étouffer... et ça dessoude. Un polar foisonnant et choral, au ton mordant.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
marionfmarionf29 janvier 2016
- Certains journalistes sont déjà au courant. Le patron de l'Alhambra a activé ses réseaux. Tu penses bien que ça les intéresse, le père du futur président de la République qui chante Dalida en lamé dans son théâtre...
Commenter  J’apprécie          10
marionfmarionf30 janvier 2016
- On t'a laissé la place du mort. On s'est dit que l'humanité survivrait à la perte.
Commenter  J’apprécie          40
Popolar45Popolar4504 février 2016
Foued était mort sans crier gare, écrasé par un engin de chantier, un de ces jours de novembre où le ciel est si bas que la ville suffoque dans les odeurs putrides de l'usine d'éponges de Villeneuve-les-Bezous. Un médecin de l'hôpital lui avait expliqué que ces jours-là, les dépressifs, les angoissés, les suicidés en puissance de Bezous et des environs venaient engorger les urgences.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1157 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre