AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081416819
Éditeur : Flammarion (31/05/2017)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 19 notes)
Résumé :
"L'Aventure, l'Ennui et le Sérieux sont trois manières dissemblables de considérer le temps. Ce qui est vécu, et passionnément espéré dans l'aventure, c'est le surgissement de l'avenir. L'ennui, par contre, est plutôt vécu au présent : dans cette maladie l'avenir déprécie rétroactivement l'heure présente, alors qu'il devrait l'éclairer de sa lumière. Quant au sérieux, il est une certaine façon raisonnable et générale non pas de vivre le temps, mais de l'envisager da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Charybde2
  24 octobre 2018
Trois notions entrelacées qui gouvernent à bien des égards le sens même de la vie – et de la littérature.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2018/10/24/note-de-lecture-laventure-lennui-le-serieux-vladimir-jankelevitch/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Telerama   21 juin 2017
Un « petit livre », selon les mots du philosophe, mais aux grands effets.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   24 octobre 2018
La temporalité privilégiée qu’à la suite du grand philosophe Georg Simmel nous voudrions décrire n’est pas à proprement parler, celle de l’aventurier, mais celle de l’aventureux. Car la temporalité aventureuse et la temporalité aventurière font deux… L’homme aventureux représente un véritable style de vie, au lieu que l’aventurier est un professionnel des aventures ; pour ce dernier, l’essentiel n’est pas de courir des aventures, mais de gagner de l’argent ; et s’il savait un moyen de gagner de l’argent sans aventures, il choisirait ce moyen ; il tient bazar d’aventures, et affronte des risques comme l’épicier vend sa moutarde. En somme l’aventurier est plutôt en marge des scrupules qu’en marge de la vie prosaïque. L’aventurier est simplement un bourgeois qui triche au jeu bourgeois, qui dérange le jeu des bourgeois, qui joue en marge des règles, comme on fait du marché noir ; car de même que le marché noir est une variété marginale, illicite et clandestine du marché, et la Bourse noire une variété inavouable de la Bourse, de même l’aventure de l’aventurier est une entreprise noire, en marge de la légalité. Pour l’entrepreneur de cette entreprise, pour ce professionnel égoïste et utilitaire, le nomadisme est devenu une spécialité, le vagabondage un métier, l’ « exceptionnalité » une habitude, l’ « asystématisme » un système de vie. L’aventure, dans l’aventurisme, est tout simplement un moyen en vue d’une fin ; au plus, un mal nécessaire. Il n’y a rien ici qui mérite de retenir notre attention ; rien que sordidité et mesquinerie. Les basses aventures aventurières ne sont qu’une caricature de l’aventure aventureuse. C’est un style de vie que nous voulons décrire, et non pas un système d’existence : car une vie entreprenante n’a rien de commun avec le métier d’entrepreneur. Dans une continuation aventurière, le chevalier d’industrie s’installe bourgeoisement ; dans l’aventure innocente et désintéressée l’aventureux est toujours un débutant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Charybde2Charybde2   24 octobre 2018
L’Aventure, l’Ennui et le Sérieux sont trois manières dissemblables de considérer le temps. Ce qui est vécu, et passionnément espéré dans l’aventure, c’est le surgissement de l’avenir. L’ennui, par contre, est vécu plutôt au présent : certes l’ennui se réduit souvent à la crainte de s’ennuyer, et cette appréhension, qui fait tout notre ennui, est incontestablement braquée vers le futur ; néanmoins le temps privilégié de l’ennui est bien ce présent de l’expectative qu’un avenir trop éloigné, trop impatiemment attendu a vidé par avance de toute sa valeur : dans cette maladie l’avenir déprécie rétroactivement l’heure présente, alors qu’il devrait l’éclairer de sa lumière. Quant au sérieux, il est une certaine façon raisonnable et générale non pas de vivre le temps, mais de l’envisager dans son ensemble, de prendre en considération la plus longue durée possible. C’est assez dire que si l’aventure se place surtout au point de vue de l’instant, l’ennui et le sérieux considèrent le devenir surtout comme intervalle : c’est le commencement qui est aventureux, mais c’est la continuation qui est, selon les cas, sérieuse ou ennuyeuse. Il s’ensuit naturellement que l’aventure n’est jamais « sérieuse » et qu’elle est a fortiori recherchée comme un antidote de l’ennui. Dans le désert informe, dans l’éternité boursouflée de l’ennui, l’aventure circonscrit ses oasis enchantées et ses jardins clos ; mais elle oppose aussi à la durée totale du sérieux le principe de l’instant. Redevenir sérieux, n’est-ce pas quitter pour la prose amorphe de la vie quotidienne ces épisodes intenses, ces condensations de durée qui forment le laps de temps aventureux ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   24 octobre 2018
Comme la vie vécue qui, sur le moment, paraît informe et, après la mort, devient une biographie, c’est-à-dire acquiert un sens organique et une finalité rétrospective, l’aventure qui, sur le moment et dans l’esprit de l’aventureux, pourrait finir tragiquement, cette aventure acquiert après coup et a posteriori un sens esthétique : la terminaison, comme dans les sonates et les contes, éclaire rétroactivement l’œuvre d’art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
karkarotkarkarot   16 mars 2020
il en es du presto comme de la mode, cette bougeotte du gout: les brefs engouements et les voltes face convulsives, et le décousu des styles, et les caprices de la vogue, toutes ces complications ne cessent de se multiplier par elles même et nous éloignent chaque jour un peu plus de la simplicité allègre du temps vrai. Le versatile, parmi ses tristes amusements n'arrive pas à faire peau neuve.
Commenter  J’apprécie          40
FuribondeFuribonde   29 juillet 2018
On s'ennuie par excès d'intelligence, mais aussi par trop de vie intérieure ; la pratique de l'introspection, la νόησις νόησεως et l'entretien avec soi développent une tristesse pénétrante qui n'est pas tellement due au monologue égoïste où ils nous confinent qu'à la détresse de la conscience en général.
Commenter  J’apprécie          42

Lire un extrait
Videos de Vladimir Jankélévitch (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vladimir Jankélévitch
EN LIBRAIRIE LE 5 MARS
Le football passionne autant qu'il exaspère. La majorité le vit comme la parenthèse chronique d'une passion festive et s'interroge : pourquoi le football ? Dans ces pages superbes, Stéphane Floccari renvoie dos à dos les bavardages quotidiens et les commentaires autorisés, les diatribes moralisatrices comme les discours savants.
Le temps d'un match improbable, il fait jouer Platini et Jankélévitch, Juninho et Newton, Pelé et Pasolini, van Basten et Merleau-Ponty, Cantona et Cioran. Pour le plus grand plaisir de son lecteur, qui s'y verra conter une histoire philosophique et populaire de cette communion sans équivalent entre les hommes qu'est le foot.
+ Lire la suite
autres livres classés : tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
341 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre