AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020228947
Éditeur : Seuil (15/09/1995)

Note moyenne : 2.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Milton John est le fils naturel d'un richissime américain et d'une souffleuse de la Comédie française. Héritier d'une fortune colossale, il peut tout se permettre. Et il ne s'en prive pas. Amoureux fous de sa "fleur de Bahia", le voilà propulsé dans des aventures délirantes - pastiche de James Bond - où il affronte un mystérieux maniaque, l'Albagore, baron de la drogue, comte du marché noir, marquis de l'économie souterraine, prince du film d'horreur tourné en "liv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
cicou45
  03 juillet 2011
L'histoire nous conte celle de Milton John qui se retrouve orphelin à l'âge de 12 ans et se voit hériter de la colossale fortune de son père. N'ayant jamais compris la réelle valeur de l'argent et n'ayant jamais du travailler pour pouvoir subvenir à ses besoins existentiels, Milton John, en grandissant, continue à sa parfaire dans cette vie d'oisiveté en vivant sur les économies de son père. Il est cependant un "oisif surmené" (je trouve cette oxymore extraordinaire) puisqu'il a sa maîtresse, la jeune Anita qu'il surnomme sa "fleur de Bahia" à entretenir et sans cesse entraîné dans des histoires les plus loufoques qui soient.
Je garde un bon souvenir de ce livre, très bien écrit et agréable à condition que l'on aime l'humour noir...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   26 mars 2018
Force m’est d’ouvrir ici une parenthèse. J’ai fait lire le présent manuscrit à mes conseils juridiques. Le risque serait grand de citer les demoiselles victimes de l’Albagore, sauf à vouloir leur céder quelque argent de manière détournée. En effet sévit aux États-Unis une paranoïa procédurière. Pour une cigarette fumée en public – par bonheur, moi je ne fume pas –, une pasionaria de la ligue antitabac vous extorque facilement, via les tribunaux, un ou deux millions de dollars. Vous n’essuyez pas vos pieds sur le paillasson, le Syndicat des gens de maison vous attaque. Vous les essuyez, et c’est l’Association des asthmatiques qui vous cite à comparaître au motif de poussières allergisantes répandues dans l’atmosphère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 mars 2018
L’Amérique est la terre des faux-semblants. Les flics ont l’air de truands, les truands de notables, les notables de mafiosi, les mafiosi d’industriels, les industriels de professeurs, les professeurs d’étudiants attardés, les étudiants de joueurs de base-ball, les joueurs de base-ball d’écrivains ratés, les écrivains de pasteurs alcooliques, les pasteurs de commis-bouchers, et il n’y a guère que les épiciers chinois à avoir l’air de blanchisseurs vietnamiens et les horlogers suisses à ressembler à des fromagers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 mars 2018
C’est au septième art que je dois d’être venu au monde.
Habilleuse de cinéma, maman avait été embauchée pour coudre, retoucher et mettre à sécher les vêtements de la vedette féminine d’une nouvelle version d’Un homme et une femme, grand film d’amour des années soixante tourné à Deauville, par temps de pluie. Le scénario, extrêmement dépouillé, ne pouvait que plaire aux Américains acheteurs des droits du re-tournage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 mars 2018
J’ai eu un rire de chèvre… Ah, ce chatouillis ! Le foret frôlait les bords de la cavité de mon ombilic ! Et, avec la régularité d’une faux fauchant le froment, la lame de débroussailleuse brassait l’air dans le creux de mon ventre rentré.
Qu’ils devaient se régaler, les abonnés de l’Albagore !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 mars 2018
Ma fleur de Bahia, hier au soir, était aussi en maillot de bain… Mais il y avait tant d’ingénuité en elle… Ah, ses cheveux de jais, ses yeux noisette, ses hanches à charmer tous les serpents du monde, et sa peau, cette peau de métisse, soyeuse, si douce, enfin, supposai-je.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Hervé Jaouen (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Jaouen

Dialogues, 5 questions à Hervé Jaouen
www.librairiedialogues.fr 5 questions posées à Hervé Jaouen, à l'occasion de la parution du livre Ceux de Menglazeg (Éditions Presses de la cité).
autres livres classés : littérature pour adolescentsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15762 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre