AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782258073838
360 pages
Presses de la Cité (15/10/2007)
3.84/5   50 notes
Résumé :
Dur à la tâche, entreprenant et autoritaire, Fanch Goasdoué s'affirme dès sa jeunesse comme une figure de fermier exemplaire. Avec sa mère, maîtresse femme sortie de la misère à force de courage et de travail, il s'acharne à transformer la petite métairie de Roz-Kelenn en un domaine prospère, à Briec-de-l'Odet, près de Quimper. Cette réussite cache une vie familiale moins glorieuse. Père de trois filles qu'il ne sait pas aimer, il feint de ne pas voir l'état de sant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
RChris
  18 septembre 2020
Pauvre Fanch, il vit cerné par les femmes : sa mère d'abord, Jabel Gosh veuve, sa femme Adelice avec laquelle il n'aura que des filles, Soizig qui lui tiendra toujours tête, Nicole et Gwenaëlle et comme si cela ne suffisait pas, près de chez lui vit Jeannette sa soeur ! C'est dur de son point de vue, alors ”il a envie de se tailler d'ici”.
Hervé Jaouen nous fait parcourir le vingtième siècle avec le prisme des regards des terriens ancrés dans leur Bretagne. le progrès est en marche : le téléphone, la télévision, la machine à laver mais les mentalités n'évoluent pas au même rythme.
Le tout est narré avec la sensibilité d'un auteur qui ne juge pas et met en scène des caractères “bruts de décoffrage”.
C'est l'histoire d'une famille comme il y en eut beaucoup mais racontée avec le charme d'un style agréable et avec le rendu sensible des liens familiaux faits de silence, de rancoeur et d'amour non exprimés.
Commenter  J’apprécie          220
Aela
  29 juillet 2014
Une très belle chronique familiale en 4 tomes qui relate l'ascension d'une femme au début du 20 ème siècle.
Jabel gozh (= la vieille Isabelle) est l'héroïne de ce livre. Elle est née dans la misère et doit mendier avec sa jeune soeur pour survivre.
Elle quitte jeune sa région natale (près de Quimper) et va lancer une entreprise de nettoyage à Tours. Revenue au pays plusieurs années après, elle va acquérir un domaine agricole, Roz-Kelenn (= la butte aux houx en breton). A force de travail acharné, le domaine va connaître une grande prospérité. Oui mais tout ne va pas aller très bien entre Fanch, le fils de Jabel, et ses filles, toutes trois éprises d'indépendance et qui remettent en cause le modèle quelque peu rigide de la société rurale.
Un livre intéressant, qui montre bien l'évolution de la société rurale tout au long du 20ème siècle. Les techniques agricoles, les enjeux sont très bien décrits.
Livre dur souvent quand il est question des affrontements entre Fanch, le patriarche, et Soizig, sa fille aînée.
Beaucoup d'acuité psychologique et une grande tendresse se dégagent de ce livre.
Je vais commencer bientôt le deuxième tome ("Ceux de Ker-Askol)..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
raton-liseur
  22 décembre 2021
Les Filles de Roz-Kelenn, ce sont bien sûr les trois filles de Fanch, toutes différentes les unes des autres : Soizig, l'aînée qui ne pardonne rien à son père ; Nicole la timide qui sait profiter des bonheurs simples de la vie et Gwenaëlle, celle qui est tombée de la lune. Mais les filles de Roz-Kelenn, ce sont toutes les autres figures féminines qui sont passées sur cette terre, qui l'ont arrosée de la sueur de leur travail pour en faire une des propriétés les plus prospères de la région. Nous sommes en Bretagne, sur les bords de l'Odet, et ce livre nous fait traverser tout le XXème siècle, d'abord avec Isabelle qui deviendra Jabel gozh, la petite mendiante qui s'élève par son travail acharné et sa détermination qui abat des montagnes ; puis Jeannette qui restera comme un ange gardien planant au-dessus de la ferme et arrondissant toujours les angles ; et Adelice, l'effacée femme de Fanch qui met tout son amour et son dévouement dans son travail insaissant. Que des femmes autour de ce Fanch l'irascible patron qui mène ce petit monde à la baguette, quand il ne se fait pas mener lui-même à la baguette.
Cette histoire de famille est le prétexte pour retracer l'histoire de l'agriculture en Bretagne pendant une bonne partie du XXème siècle, en particulier les vicissitudes de l'Occupation puis les grandes mutations des années 60 et des décennies suivantes. Dommage que le propos historique soit un peu trop noyé par la description des relations familiales, dans les aigreurs, les non-dits mais aussi les façons compliquées de s'aimer dans une famille de bretons à la tête dure du siècle dernier. le remembrement, les quotas laitiers, l'élevage intensif… tout cela est dit en passant, il faut déjà savoir ce dont il est question pour comprendre ce qui se joue dans l'arrière-plan de ce roman.
Ce livre est le premier d'une série qui s'intéresse à diverses branches de la famille. Je ne savais pas cela lorsque j'ai découvert Hervé Jaouen, j'en ai donc lu d'autres avant. Et heureusement, car je trouve que celui-là n'est pas le meilleur (et c'est mon quatrième sur les six que compte la saga des Scouarnec-Gwenan – sachant qu'ici on est chez les Goasdoué…). C'est même le moins bon que j'ai lu. Trop de gros mots, pas assez de contexte historique, pas assez d'évolution dans les personnages… Je suppose qu'il vaut mieux commencer par ce tome si l'on aborde cette saga, mais s'il n'est pas à la hauteur il faut donner la chance aux suivants. Une petite déception avec ce livre, donc, même si je l'ai lu en quelques heures entre hier et aujourd'hui, mais je sais que je lirai les deux tomes qu'il me reste encore, car j'aime habituellement la plume d'Hervé Jaouen et sa façon de croquer ses paysans, ses petits ouvriers et tous ces anonymes qui ont fait la Bretagne d'hier et celle d'aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
myriampele
  07 juillet 2013
Cette Jabel Gohz réussit , en quatre vingt dix ans, à vivre les évolutions du siècle avec beaucoup de bon sens et de joie de vivre. Les progrès, les conflits familiaux et nationaux, les secrets, les déceptions, tout est dit avec une belle écriture et surtout parsemé de mots bretons et de tournures de phrases pittoresques. Un bon livre.
Commenter  J’apprécie          100
zabeth55
  06 septembre 2012
La condition paysanne en général, et bretonne en particulier, est parfaitement dépeinte, dans un style très agréable.
Jabel, née dans la misère à la fin du XIXème siècle, réussit avec courage et ténacité à acquérir une métairie qu'elle rend prospère et que reprend son fils.
L'évolution des méthodes agricoles en un siècle
L'évolution des mentalités
L'évolution des caractères dans une famille
Tout cela est parfaitement rendu par Hervé Jaouen, avec en toile de fond, l'amour de la Bretagne
Un roman qui fait passer un bon moment.
Commenter  J’apprécie          81

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
zabeth55zabeth55   06 septembre 2012
Dans son grand âge, Jabel, devenue Jabel gozh, aimerait répéter : « Napoléon et moi on a été battus à Waterloo, lui par les autrichiens, moi par les curés », ce qui la faisait rire en claquant du dentier.
Commenter  J’apprécie          130
myriampelemyriampele   07 juillet 2013
- Alors tu comptes laisser ta femme comme ça?
- Occupe-toi de tes fesses, compris?
- Oh, j'ai compris! Tu n'auras pas besoin de me le répéter deux fois!
Le frère et la soeur se fâchèrent pour de bon, en éprouvant l'un et l'autre les délices morbides du mal qu'on fait et qu'on se fait en déclarant la guerre, qui donne du piment à l'ordinaire des jours.
Commenter  J’apprécie          20
raton-liseurraton-liseur   22 décembre 2021
Fanch avait l’intuition que les paysans comme lui allaient s’appauvrir et le monde entier s’enrichir à leurs dépens. Il aurait voulu que le temps se fût suspendu quelques années après son mariage, à l’époque où l’on n’avait des comptes à rendre qu’à soi-même. La terre n’avait pas bougé, mais autour d’elle un manège s’était mis en route, impossible à arrêter. Il aurait voulu fermer les yeux, il devait les garder ouverts sur tout ce qui lui démontrait que les temps changeaient.
(p. 136-137, Chapitre 10).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sld09sld09   01 octobre 2017
À l'origine de la ferme des Goasdoué de Roz-Kelenn, il y eut une maîtresse femme, restée dans les mémoires sous le nom de Jabel gozh - la vieille Isabelle -, comme si elle n'avait jamais eu de jeunesse. Il faut dire que de son enfance les gens connaissaient seulement ce qu'elle avait pu raconter : une rescapée de la misère ne parle pas à tort et à travers, même à l'âge où les anciens arrangent les histoires à leur façon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Hervé Jaouen (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Jaouen

Dialogues, 5 questions à Hervé Jaouen
www.librairiedialogues.fr 5 questions posées à Hervé Jaouen, à l'occasion de la parution du livre Ceux de Menglazeg (Éditions Presses de la cité).
autres livres classés : bretagneVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre