AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266118729
381 pages
Éditeur : Pocket (15/03/2003)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Pays de Cornouaille, Finistère. Restée veuve après tout juste trois années de mariage, Anna reprend à son nom la ferme de Menez Glaz avec l'aide de son beau-père, Tad Kermorvan, figure emblématique du village, dont le travail de la terre perpétue respectueusement celui de ses ancêtres. Anna doit se battre au quotidien contre la jalousie perfide d'une belle-soeur aigrie et vénale, contre un passé nébuleux qui la taraude et contre la solitude. Mais elle doit également... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
sld09
  27 juin 2017
J'ai adoré ce roman.Tout d'abord parce qu'il touche mon côté nostalgique, réveillant un tas de souvenirs d'enfance. Par exemple, le menu du déjeuner du dimanche décrit dans le roman est le même que celui que nous servait ma grand-mère lors des réunions de famille lorsque j'étais petite fille. Et c'est la même chose chose pour tout un tas d'éléments du récit. de la même façon, les expressions en breton le texte dont est truffé (mais rien d'insurmontable pour un néophyte) me sont très familières, car même si je ne parle pas breton, je l'ai entendu parler par mes grands-mères, arrière grand-mère et, dans une moindre mesure, mes parents.C'est donc un roman qui me touche en plein coeur, mais au-delà de l'agréable nostalgie que suscite cette histoire, Hervé Jaouen nous livre une profonde réflexion sur le monde agricole breton en mutation et sur la société de façon plus générale. L'auteur ne mentionne aucune date précise dans le roman et j'ai eu l'impression qu'il avait "condensé" les années pour mieux illustrer son propos. En effet, Hervé Jaouen dresse ici un sévère réquisitoire contre l'agriculture intensive qui défigure, détruit la Bretagne, ses paysages, sa faune, sa flore... Mais l'auteur s'en prend encore plus violemment aux lobbies, industriels et politiques qui "exploitent" les agriculteurs, les manipulant à coup de belles promesses, de législations, d'indemnisations, de subventions...Que ma terre demeure a été publié en 2001, mais le sujet est toujours d'actualité : mercredi dernier, j'ai passé une bonne partie de l'après-midi à surveiller depuis mon bureau les fumées des pneus incendiés à Brézillet par des agriculteurs en colère qui n'en peuvent plus de la "sur-administration", d'un travail qui leur permet à peine de subsister...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sblly
  12 août 2019
Une très belle découverte pour ce roman écrit en 2001, avec un thème toujours d'actualité ...
Mon premier roman d'Hervé Jaouen, à mon grand étonnement, je suis rentrée dans l'histoire très vite, la plume poétique et acérée m'ont happé comme un tourbillon. Je ne connais rien du monde agricole, toutefois, cela n'a dérangé en rien, car l'écriture et les termes sont très accessibles.

J'ai suivi avec curiosité et intérêt le parcours d'Anna , fille de la Ddass, son fuguasse mariage, son arrivée dans le monde paysan, que je l'ai découvert avec elle, au fil des pages.
Des personnages attachants, notamment Tad Kermorvan, le beau père d'Anna, un cultivateur Breton à l'ancienne, d'ailleurs, j'ai apprécié les quelques mots dans la langue Breizh , qui parsèment le roman, j'ai trouvé ce clin d'oeil très chouette. Quant à Anna, jeune femme partie de rien, elle a su évoluer au fil des années, écouter, ressentir, son amour de la terre lui a permis de ne pas se perdre dans la cupidité, même si par moment les choix ne s'avèrent pas aussi simples, surtout lorsque des charognards sont vraiment prêts à tout pour servir leur ambition .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  23 juillet 2019
Un roman qui se passe dans la région natale de mes grands parents est toujours pour moi un immense bonheur. Et ce roman, avec ses personnages attachants. Ce livre est vraiment aisé à lire même si, parfois, il y a des expressions en breton.
Commenter  J’apprécie          00
LesChroniquesdEmilie
  11 mai 2013
Fidèle à ma Bretagne. J'aime beaucoup cet auteur pour son univers qui nous plonge au coeur de la Bretagne. Les personnages y sont très attachants. Il y a une petite part de mystère dès le début et on veut découvrir ce mystère. On voit grandir les personnages. Une très belle histoire
Lien : http://leschroniquesdemilie...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
tamara29tamara29   04 décembre 2012
Il y a des combats qu'on perd avec plaisir parce que la défaite vous libère de l'obsession du défi.
Commenter  J’apprécie          150
LounatLounat   10 avril 2017
Oh, le bonheur est quelque chose de grave, savez-vous. Le bonheur est un souci de tous les jours. Il faut y penser sans arrêt, sinon il risquerait de se sentir abandonné et de s'en aller ailleurs.
Commenter  J’apprécie          30
meknes56meknes56   23 juillet 2019
Rasé de frais, Tad Kermorvan apparut à son tour sur le seuil. Il enfonça ses mains dans les poches de sa veste en velours côtelé et, comme chaque matin, le dos droit, le menton levé, considéra son domaine. D’abord, hors sa vue au-delà du mur d’enceinte mais emplissant son esprit, ces champs qui avaient un nom, baptisés en des temps immémoriaux – le champ triangle, le champ au hêtre, la pâture aux châtaigniers, lez mein, le champ aux cailloux – et, bien plus loin encore, par-delà la plaine de l’Aulne, les landes rases et les bruyères mauves du pays d’Arrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sld09sld09   29 septembre 2017
Monsieur Herrou avait fréquenté le séminaire mais en fin de parcours avait refusé la soutane, pour se rapprocher de Dieu. Cet homme-là avait l'âme panthéiste et pratiquait sa religion dans les champs plutôt qu'à l'église...
Commenter  J’apprécie          10
SbllySblly   12 août 2019
Le printemps ne me fait plus ni chaud ni froid. Quand je regarde une rivière, je ne peux m'empêcher de la comparer à une belle fille, avec des cheveux magnifiques, des courbes, des reflets, une grâce de chatte câline et des coups de sang de lionne en chaleur, mais plombée, vérolée au dernier degré. A présent, je m'écarte des rivières, elles me dépriment.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Hervé Jaouen (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Jaouen

Dialogues, 5 questions à Hervé Jaouen
www.librairiedialogues.fr 5 questions posées à Hervé Jaouen, à l'occasion de la parution du livre Ceux de Menglazeg (Éditions Presses de la cité).
autres livres classés : bretagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
277 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre