AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081375222
Éditeur : Flammarion (02/11/2016)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 17 notes)
Résumé :
1348. La peste fait rage dans Paris et l'épidémie a changé la face du royaume. Aurait-elle aussi changé Gabrielle ? Déterminée à être maîtresse de son propre destin, plus rien n'arrête cette femme bafouée par son mari, joueur acharné qui dépensait leurs quelques sous dans les pires tripots et les plus sombres bordels. Elle quitte la capitale avec sa fidèle Adeline, emportant avec elle une peinture mystérieuse que les puissants veulent posséder coûte que coûte. Dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  03 juin 2018
Deuxième tome de "La malédiction de Gabrielle" qui répond au doux titre "A l'ombre du diable".
Dès les premières pages, Andrea H. Japp nous résume le premier tome "Le Fléau de Dieu". Délicate attention car je ne l'avais pas lu.
Ensuite, elle nous dresse la liste des personnages de fiction ainsi que la liste des personnages historiques : très utile.
Je peux ainsi commencer la lecture.
Gabrielle d'Aurillay, jeune noble fuit Paris avec sa dévouée servante Adeline.
Gabrielle fuit son mari, un débauché, joueur et j'en passe.
La jeune femme fuit aussi la peste qu'elle a dû cependant affronter quelques temps et vivre une épreuve qui l'aura fait basculer définitivement dans l'âge mûr.
Elle emporte un tableau, en réalité, un diptyque représentant un christ chauve avec des inscriptions en hébreu. Ce tableau est très convoité et semble semer la mort.
Tout cela raconté dans un style jamais rencontré avec des expressions de l'époque et des descriptions qui laissent à penser que l'auteure accorde beaucoup d'importance à la vérité historique. Certaines scènes ne manquent d'ailleurs pas d'intérêt.
Les actions n'avancent pas assez et je me suis retrouvée en bout de course avec une fin ouverte.
J'attendais un dénouement ou du moins d'autres éclaircissements.
Je laisse mon appréciation à trois étoiles pour la qualité du récit mais deux pour l'action.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Salome20s
  10 mars 2017
N'ayant pas lu le premier tome, je me suis tout de même laissé tenter par le roman d'Andrea H. Japp. Malgré un lien étroit avec le livre précédent, l'histoire est accessible dès ce deuxième volume puisqu'un petit résumé et une liste des personnages permettent de planter le décor.
Nous voilà donc projeté quelques siècles auparavant, en 1348, pendant que l'épidémie de peste noire ravage les ruelles du vieux Paris.
Dès le début du roman, l'auteure nous plonge dans cet univers trouble et instable qu'était le Moyen-Âge, et ce par plusieurs moyens.
Le plus remarquable d'abord, le point que j'ai préféré, a sûrement été l'écriture en elle-même. D'un style extrêmement riche, l'auteure a su me remémorer mes cours d'ancien français !
En effet, usant d'une langue ancienne, de nombreuses notes occupent le bas des pages. Ces enrichissement linguistiques, étymologiques et historiques imprègnent chaque ligne du roman d'un réalisme passionnant. Historienne et romancière, Andrea H. Japp porte une double veste et le résultat est très convaincant.
J'ai également aimé les personnages qui sont très éloignés des clichés que nous pouvons rencontrer dans des romans empruntant la même époque. Effectivement, les caractères des protagonistes sont aussi sombres que leur époque. Ici, les femmes se servent de leurs statuts pour arriver à leurs fins et la puissance ne rime pas avec bonne naissance. J'ai particulièrement apprécié le personnage de d'Adeline, la matrone de Gabrielle. Forte et franche, elle ne se limite pas à son propre rang social et s'émancipe de toute autorité.
Dans ce roman, la part des femmes est supérieure de celle des hommes. Les veuves ne se cachent pas sous leur voilage de deuil, ou seulement pour dissimuler un sourire en coin, tandis que les religieuses cachent de vils désirs entre les perles de leurs chapelets.
La trame, découpées en plusieurs évolutions de plusieurs personnages est très bien construite. Les protagonistes font preuve d'un réalisme psychologique et nous percevons leurs changements. le personnage de Gabrielle est selon moi l'un des plus intéressants. Bafouée par un mari, elle s'émancipe alors des hommes et fait preuve d'une grande puissance. Doté d'une grande sensualité littéraire, ce personnage porte autant bien la robe de dame que le pantalon d'homme ! Cette ambiguïté donne un trait ambivalent au personnage presque insondable de Gabrielle.
Ayant déjà lu quelques romans dont l'histoire se passe au Moyen-Age, j'ai souvent été confrontée à un style très chevaleresque avec des trames composées de belles dames en détresse, de preux chevaliers bravant moult dangers, un peu cliché. Or, dans ce roman, pas du tout. le style est loin d'être lyrique, bien au contraire. Brutal et sans ménagement, le déroulement de l'histoire reste très proche de la réalité historique. Il ne s'agit pas d'une intrigue amoureuse ni d'un sauvetage, mais plutôt de la quête sournoise d'un objet d'art et surtout d'une vengeance féminine.
Ce livre est un divertissement mêlé d'un voyage dans le temps. Passionnée d'Histoire, j'ai appris une quantité de choses sur les coutumes au Moyen-Age, l'Ancien Français (que j'avais déjà étudié) et même sur certaines figures historiques emblématiques. le mystère de cette sombre époque donne du suspense à la trame générale. Des oeuvres d'art interdites... des livres cachés au Vatican uniquement lus par des illustres papes, des complots alliant des personnes d'ordres des plus éloignés... ce roman fait preuve d'une richesse extraordinaire.
Le vocabulaire est si précis qu'il est presque possible de sentir les effluves d'alcools mauvais et de chou sortir des fameux tripots ! Quel plaisir de lire un roman qui offre de véritables images, le lecteur se mute presque en un spectateur et le schéma cinématographique anime chaque scène. Peut-être d'un jour, les romans d'Andrea H. Japp seront adaptés au cinéma ?
J'ai également beaucoup apprécié les annexes à la fin de l'ouvrage. Il y a notamment une petite explication au sujet des origines de l'épidémie de Peste Noire en Europe. Cet approfondissement nous aide à mieux comprendre ce mal qui a traversé de nombreuses périodes historiques. Les explications scientifiques de l'auteure sont très claires et les références aux sciences d'autres civilisations sont passionnantes.
Un mot sur l'esthétisme du livre. Édité chez Flammarion, le roman est très beau. La couverture sombre et inquiétante, ça nous plonge directement dans l'univers de l'histoire. J'ai également beaucoup aimé la deuxième et troisième de couverture colorées en rouge vif. Peut-être une mise en garde sur le caractère sanguinolent de certaines scènes ?
Pour finir, j'ai passé un très bon moment pendant cette lecture. Peut-être que je conseillerais tout de même de lire le premier tome avant le second. Plusieurs personnages ont déjà un passé intéressant rattaché au premier volet de la saga, il est donc parfois difficile de cerner le caractère de ces derniers.
Pour les amateurs d'Histoire, la série La Malédiction de Gabrielle sera un véritable voyage dans le temps avec Andrea H. Japp en tant que guide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Samenfaittouteunehistoire
  11 mars 2019
Le second tome de la Malédiction de Gabrielle : À l'ombre du diable 👹
Sans surprise, comme le premier tome, c'est une réussite !
J'ai adoré retrouver l'atmosphère médiévale meurtrie par la peste et les nombreux rebondissements dans ce tome... vivement la suite !
Ici, Gabrielle, parente de la reine Jeanne de France, prend la fuite accompagnée de son amie Adeline ; fuite causée parce qu'elle détient une mystérieuse peinture du Christ. Toutes deux, sont donc menacées par plusieurs personnes voulant récupérer cet objet d'art religieux et précieux. Dans ce second tome, Gabrielle et Adeline parviennent à la Cour de Jeanne de France alors même que cette dernière est méprisée par le peuple français et se sent seule depuis que sa confidente a succombé à la peste. Ce tome s'arrête à ce moment où ces femmes sont encore en danger à cause de cette maladie, de la peinture mais aussi à cause de la Cour présentant une menace pour la reine (...). J'ai donc hâte de poursuivre cette série !
En bonus : l'imagerie médiévale magnifique du Tarot Noir s'accordant à merveille avec les couvertures et l'ambiance de ces livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Miguel33
  05 décembre 2016
J'ai retrouvé dans ce tome le même souffle que dans le précédent. En début d'ouvrage, il y a un résumé succinct du précédent, pour ceux qui ne l'ont pas lu, ou tout simplement, pour se remettre l'histoire en mémoire. La peste est toujours présente en arrière plan. le lecteur suit donc l'évolution de la maladie, mais aussi les aventures de Gabrielle et d'Adeline. Cette dernière prend davantage d'importance dans ce deuxième tome. Il faut reconnaître que la part belle est faite aux femmes : Adeline, Gabrielle, Marthe de Rolittret, Jeanne de France. Les hommes sont au second plan, et certains tirent les ficelles dans l'ombre.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : http://www.aupresdeslivres.f..
Commenter  J’apprécie          33
Profburp
  02 juillet 2019
Formidable reconstitution de l'époque, époque qui me fascine, avec une langue et des tournures de phrases que j'adore. L'époque étant aux complots, bassesses et médisances, l'histoire s'en trouve réjouissante !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   03 juin 2018
- Quoi me voulez-vous? Que faites-vous céans?
- J'espérais un peu de charité. Qu'on m'offrirait un bout de pain, un peu de lard ou de fromage. je voulais aussi te souhaiter le bonjour et une longue vie, jeune donzelle. Ne crois pas ce que tu espères. Contente-toi d'ajouter foi à ce que tu vois. Ne redoute pas ce que tu ignores.
La vieillarde disparut.
Commenter  J’apprécie          200
jeunejanejeunejane   03 juin 2018
- Un comment on appelle ça...deux p'tites peintures réunies.
- Un diptyque? feignit de s'étonner l'ancien dominicain.
...
- Décris.
- Ben, not'Seigneur en croix, avec un parchemin doré derrière. J'm'en souviens parce que c'est ben l'premier Christ glabre et à cheveux courts que j'voyais.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Andrea H. Japp (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea H. Japp
Interview de Andréa H. Japp pour "Le fléau de Dieu".
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre