AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702139677
282 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (07/01/2009)
3.55/5   91 notes
Résumé :
Diane Silver est une des meilleures profileuses au monde et exerce ses talents à Quantico, au FBI.

Traquer les tueurs en série est pour elle une affaire personnelle : sa fille, Leonor, a été torturée et tuée. Diane ne parvient toujours pas à comprendre. Comment Leonor, si méfiante, a-t-elle pu accepter de suivre son assassin ?

Yves, un flic français qu’elle a formé aux techniques du profilage, est peut-être l’unique ami de Diane, dont ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,55

sur 91 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
1 avis

emi13
  01 mars 2017
Mon Dieu quelle horreur. La petite Léonor 11 ans a été retrouvée torturée et tuée. Sa maman Diane Silver meilleure profileuse au monde travaille à Quantico, au FBI, elle traque les violeurs et les tueurs en série, elle est à la recherche du violeur de sa fille. Aidée d'un ami flic français Yves qu'elle a formé aux techniques du profilage, elle sait qu'elle peut compter sur lui malgré que ses subordonnés lui trouvent un caractère détestable. de son côté Yves la tient au courant des crimes odieux survenus en France. Entre le tueur de prostitués, les affaires internationales, l'assassinat de sa fille, le fil se resserre de plus en plus, aidée malgré elle d'un stagiaire du FBI qu'on lui a imposé. Sera-t-elle assez forte pour mener ces enquêtes jusqu'au bout. On peut l'espérer. Très bon roman assez dur à lire, mais qui malgré tout nous incite à le lire jusqu'à la fin.
Commenter  J’apprécie          200
Derfuchs
  04 avril 2020
Tarte !
C'est le premier mot qui me vient à l'esprit pour ce bouquin.
Vide !
C'est le second.
Notice pharmaceutique ou de montage IKEA pour l'écriture, c'est le troisième.
Bref, c'est nul et non avenu.
Au départ un homicide moche dans le sud de la France. Par qui, pourquoi, mobile, raison, motivation, police, suite, arrestation ? Rien ne sera dit de plus dans le roman. Alors, c'est sûr frustration! Qu'est-ce, rendez l'argent, sauf que tu l'as emprunté à la bib, c'est vrai, j'oubliais, où avais-je la tête ? Même, haro sur la mère Japp quand même, pour qui elle nous prend des fois.
On l'aura compris j'ai pas aimé et si je suis allé jusqu'au bout c'est parce que j'attendais page après page quelque chose, un semblant d'intrigue, de l'émotion, un intérêt mais nada, nichts, que dalle, juste du remplissage, écrire pour écrire ou écrire très mal pour écrire très mal.
Ancienne psy puis profileuse au FBI après l'assassinat de sa fille, précédé d'une descente grave aux enfers, dope, prostitution, etc., Diane hait les hommes et surtout ses supérieurs en qui elle voit un ramassis de crétins - ils sont dépeints comme tels - machos et vicieux. Elle vit son boulot à sa guise et ne répond à personne de ses actes. Son but retrouver l'assassin de sa fille.
Elle rencontre un aussi fêlé qu'elle, richissime, une sorte de vengeur masqué qui traque les tueurs en série et les tue puis écorche leur visage. Doué en tout, il passe au travers des mailles des filets policiers sauf, bien entendu, celui de la profileuse et ils passent un deal, tu trouves l'assassin de ma fille et je te balance les tueurs en série, enrichissant s'pas ?
Et c'est la fin du livre, sauf que pour en arriver là il y a plein de remplissage : joli piscine, mets raffinés, bla-bla, j'en passe et des meilleures.
Au fait Andrea H Japp est traductrice officielle, depuis l'affaire Benton des oeuvres de P. Cornwell, je ne veut pas accuser avec légèreté mais il me semble que les bouquins de cette dernière sont quelque peu en décrépitude. Juste comme ça en passant.
On peut passer son chemin sans perdre sa dignité.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
carre
  23 janvier 2012
Ne connaissant pas l'oeuvre André H. Japp, j'ai eu le plaisir de la rencontrer et elle m'a conseillé de commencer son oeuvre par "dans la tête, ce venin".
Et bien je dois avouer que j'ai été énormément déçu par ce premier opus. Certe le personnage Diane Silver est interessant mais j'ai trouvé l'ensemble nauséeux, malsain, j'ai eu le sentiment que Japp aimait appuyer ou ça fait mal et celà n'apporte rien au récit. Certains personnages (les deux flics du FBI, le flic français entre autre) apparaissent et semble étoffer l'histoire mais ils sont relégués aux oubliettes. Pourquoi ? Une déception donc.
P.S : pour les fans, Andréa Japp est très sympathique.
Commenter  J’apprécie          90
MarianneRichard
  06 décembre 2016
Ce roman est ma porte d'entrée avec Andrea Japp. Et je dois dire que j'en suis très heureuse. Il faut aussi dire que je sors d'une série de roman terne et sans intérêt, Dans la tête, le venin m'apparait donc comme une bouffée d'air frais depuis un moment.
C'est donc l'histoire de Diane Silver, profiler au FBI et alcoolique notoire depuis la mort tragique de sa fille par un tueur en série que la mère n'a pas su arrêter à temps. Elle est donc lancer sur les traces d'une série de meurtre qui lui rappelle un peu trop son histoire personnel.
Bien sur l'ami/apprenti/amant, le parent démuni et implorant, le patron narcissique et acariâtre et le bon policier font tous parti de ce roman comme dans la majorité des romans policier mais tous ça fonctionne plutôt bien. le rythme est soutenu et les intrigues tiennent la route. Un rapide coup d'oeil au prochain tome (il s'agit d'une trilogie) m'a confirmé qu'il n'y a aucune perte de temps entre ce tome et sa suite, Une ombre plus pale, ce qui permet d'entamer le second volume immédiatement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
XL
  13 janvier 2011
Nouvelle héroine d'Andrea Japp, Diane Silver est parmi les meilleures profileuses du FBI. Ancienne psychiatre installée à Manhattan, habituée des stars, elle a rejoint les troupes de Quantico à la suite d'un drame personnel qui l'a d'abord fait sombrer en enfer : quinze ans auparavant, un pervers multirécidiviste a violé, torturé puis tué sa fille Leonor âgée de onze ans. Mais Diane, devenue insensible à tout, s'est relevée ; avec hargne, elle s'est juré de traquer sans merci les pires serial killers dont elle a fait sa cible exclusive.
Son pendant masculin est Nathan Hunter, qui lui aussi s'intéresse de près aux tueurs en série. Beau, plus que riche et très intelligent, ce personnage ambigû et plutôt inquiétant intrigue afin d'amener Diane à une alliance a priori contre nature. Ses desseins sont obscurs mais Diane ne semble pas en avoir cure.
Face à ces deux sombres protagonistes taillés pour l'affrontement, le personnage solaire d'Yves Guéguen apporte une touche d'humanité à ce thriller. Colonel de la police française, il a été initié par Diane aux techniques du profilage et apparaît comme un pointillé dans l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
christinebrignonchristinebrignon   15 février 2021
C'est mon premier roman d'Andrea H. Japp que j'ai choisi au hasard pour me faire une idée de cette auteure.
Les polars sont mes livres-récréations. Je suis assez bon public avec eux et moins exigeante qu'avec les livres de littérature générale ou de science-fiction. Il me suffit que l'intrigue soit bien menée avec beaucoup de suspense. Contrairement à certains livres, parfois un peu difficiles, que je lis en alternance avec d'autres, les polars me reposent la tête. C'est curieux à dire puisqu'ils narrent parfois des histoires atroces de tueurs en série qui torturent leurs victimes comme c'est le cas ici.
Il faut prendre en compte le fait que de telles histoires ont été complétement banalisées par toutes les séries policières qu'on peut voir à la télé. Et aussi que c'est le suspense qui importe, pas les crimes. Bref, j'ai dévoré ce premier tome consacré à la profileuse Diane Silver et le livre refermé, me suis empressée d'ouvrir le deuxième tome.
Ce que j'ai aimé :
- la personnalité de Diane, femme ravagée par le meurtre de sa petite Leonor, alcoolique, dure, mais aussi douée d'une intuition hors-norme.
- le tournant que prend le roman à la fin où deux personnages clés n'en font plus qu'un.
- l'originalité du synopsis.
Ce que j'ai moins aimé :
- la présence en filigrane, limite ectoplasmes, des deux agents du FBI censés aider Diane, mais je suppose qu'ils vont prendre plus de consistance par la suite.
- le deuxième personnage principal, Nathan, dont les différentes actions apparaissent encore mal reliées entre elles à la fin du livre et qui me paraît toujours douteux bien que l'auteure ait cherché à nous le rendre sympathique. Mais là aussi, ce n'est que le premier tome sur les trois. La suite devrait nous affranchir à ce propos.
À suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lauravanelcoyttelauravanelcoytte   25 mai 2009
p.122: "Elle alluma une cogarette, souffla sa fumée sur l'écran parce qu'elle aimait la voir s'écraser sur la surface de verre et s'enfuir ensuite en ruisseaux le long des bords. Elle hésita. Yves était la seule personne à qui elle puisse dire la vérité. Cela étant, "dire la vérité" n'est parfois qu'un confort pour soi-même. Vider sa poubelle morale sur l'autre pour s'en décharger. Il faut de temps en temps aimer assez les gens pour leur mentir, se débrouiller avec sa culpabilité et ne pas s'en débarasser à mondre coût. Avoeur, c'est absoudre. C'est également parfois polluer l'autre avec des regrets, des souvenirs qui ne lui appartiennent pas et qu'il n'a aucune envie de suppoter."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
emi13emi13   28 février 2017
Un ange qui s'émerveillait , riait de tout , Un ange qui transformait la vie en miracle. Un moineau qui se posait sur un appui de fenêtre. Un pétale de fleur qui atterrissait à ces pieds? Une mouche qui envahissait leur cuisine et ses hurlements pour la faire ressortir avant que sa mère ne l'écrase. Un ange qui ne voyait que la vie , que la vie rendait folle de joie. Un ange dont Diane avait dû identifier les morceaux , a là morgue.(P49)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
carrecarre   12 janvier 2012
L'enfer Faust avait raison. L'enfer, c'est ici et maintenant.Le pire n'existe qu'en nous.Et pourtant...la terre est un Paradis. Nous n'en avons pas voulu.Nous avons avons détruit, avili tout ce que nous^pouvions; L'Homo Sapiens va disparaitre. Bon débarras !
Commenter  J’apprécie          70
lauravanelcoyttelauravanelcoytte   25 mai 2009
p.120:"Humain? Tout dépend de la définition, chéri. Humain, ça se mérite, ça se gagne. On n'est pas humain au simple prétexte que l'on marche sur 2 pattes au lieu de 4 et qu'on sait allumer un poste sde tv , décapsuler une cannette de bière ou répondre au téléphone. On est humain parce qu'on le choisit et qu'on tracvaille à le devenir et à le rester. C'est du moins MA définition."
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Andrea H. Japp (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea H. Japp
Andrea H. Japp P2
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2215 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre