AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253126926
Éditeur : Le Livre de Poche (28/01/2009)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 102 notes)
Résumé :
1306. Agnès de Souarcy a épousé le comte Arthus d'Authon et a donné le jour à un fils. Mais depuis deux ans que la jeune Clémence a disparu, elle ne pense qu'à la retrouver... Et ses tourments ne sont pas achevés. Le camerlingue Honorius Benedetti et Aude de Neyrat poursuivent leur complot pour mettre un terme à la lignée d'Agnès. Et, si elle a pu échapper aux griffes de l'Inquisition, c'est désormais Arthus, son époux, qui tombe entre les mains de ses bourreaux. Le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
nekomusume
  06 juin 2012
Comment ça ? Un quatrième tome pour une trilogie ? En même temps vu la façon dont cela se terminait, c'était quasiment inévitable.
Une suite bien menée, qui s'accroche bien à la première série, malgré une inexactitude, ou plutôt à mon sens une mauvaise explication : à la fin du 3ème tome, Mathilde était annoncée comme s'étant échappée du couvent où son oncle s'en était débarrassé, emportant avec elles des reliques et les soeurs ne s'étaient pas inquiétées d'elle vu la mauvaise volonté évidente qu'elle mettait à rejoindre leurs rangs.
Au début du 4ème tome, Aude de Neyrat vient rendre visite à la jeune fille et organise son évasion. Mais temporellement j'ai trouvé que ce n'était pas très bien coordonné avec la fin du précédent tome.
Malgré tout cet ultime opus était nécessaire et se glisse à merveille dans la lignée de la trilogie. Enfin les ennemis d'Agnès et Clément/Clémence/Adèle (je ne sais plus comment l'appeler…) auront la fin qu'ils méritent.
Le comte sera d'abord inquiété par l'inquisition mais cette épreuve lui permettra enfin d'accéder à tous les secrets qu'Agnès lui a cachés.
En même temps la quête du chevalier hospitalier de grâce et de Justice Francesco de Leone n'a pas encore abouti puisqu'il n'a pas retrouvé Clément, ni le moine de Vallambrosa et que pour lui aucun enfant femelle n'est né de sa Belle Dame… y aurait-il un 5ème tome de prévu ?
Un gros souci toutefois : ce tome est truffé de rappels constant des 3 premiers afin de compenser une éventuelle perte de mémoire, ce qui le rend longuet par moment, voire répétitif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ladesiderienne
  10 juin 2018
Cette série "La dame sans terre" devait être une trilogie. Finalement, l'auteure a choisi d'écrire un quatrième tome sans doute sous la pression des lecteurs qui, comme moi (c'est peut-être un peu prétentieux !), trouvaient la destinée des différents personnages trop évasive.
"Le combat des ombres" apporte ainsi quelques précisions mais ne révolutionne en rien l'histoire. Andrea H. Japp a mis un point final à la vie de certains protagonistes. Esquive d'Estouville a, quant à elle, disparu comme elle était apparue, à l'image d'un fantôme bienveillant. La légère déception ressentie, une fois la dernière page tournée, vient du fait que je m'étais tant passionnée pour les mystères qui entouraient Agnès de Souarcy, que j'ai sans doute du mal à la quitter. Bravo à l'imagination de l'auteure car il fallait trouver cette histoire de second avènement par une femme au sang différent. Pour ceux que ces termes intriguent, une solution : lisez la série, vous y découvrirez également toutes les tentatives de l'Église pour empêcher la divulgation des découvertes scientifiques et maintenir ainsi le règne de l'obscurantisme.
Pour faire un ressenti global sur cette quadrilogie mi-historique, mi-policière, j'ai adoré l'incursion au Moyen-Age avec ses traditions et particulièrement son culte pour "l'enherbement", qu'elle propose. Andrea H. Japp a eu le talent d'adapter son style à l'époque afin que l'immersion soit totale. Même si j'ai ressenti une baisse de régime sur ce tome (la finesse d'esprit de Clément m'a manqué), je lui accorde un 16/20 et j'ai hâte de découvrir d'autres œuvres de l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Marple
  10 juin 2012
Une seule critique pour les 4 tomes, parce que cette saga constitue bien un ensemble complet et cohérent. Je copie donc la même critique à chaque fois.
Dans cette grande fresque historique, Andrea H Japp fait revivre pour nous la France du XIVe siècle, avec ses luttes de pouvoir entre le roi, le pape et les ordres de moines combattants, ses injustices fondamentales liées à la naissance, au sexe ou à l'argent, et ses particularités : l'inquisition, les sorcières, les 'enherbements'... Au centre de ce canevas, Agnès de Souarcy, une jeune veuve, intelligente, courageuse, honnête et belle, qui fait naître autour d'elle de grandes passions, sans qu'on comprenne bien pourquoi (du moins au début).
Rien de très original, donc, mais pourtant un excellent roman àmes yeux. En effet, on pénètre vraiment dans l'univers de l'héroïne, on vit avec elle dans son manoir du Perche, avec sa fille Mathilde, son mystérieux serviteur Clément, Gilbert le Simple et la 'mefaisante' Mabile... On suit Clément à l'abbaye des Clairets, on y découvre la vie des moniales, les différentes fonctions qu'elles occupent, la routine des offices... de même pour la vue quotidienne des templiers, des hospitaliers, des banquiers, des serviteurs ou du camerlingue... C'est comme un livre d'histoire, mais avec une intrigue en plus, pour maintenir notre intérêt éveillé et lier le tout !
Et l'intrigue est bonne, avec un poil de mysticisme, des méchants prêts à tout et rusés, beaucoup d'amour, des crimes en pagaille dans l'abbaye et autour, un peu de féminisme, une multitude de personnages secondaires drôles, attachants ou étonnants... J'ai souri aux premiers moments entre Agnès et Artus d'Authon - l'histoire des abeilles ou les trois mots, par exemple. J'ai frémi lors de l'enquête aux Clairets, menée avec intelligence et audace par Annelette Beaupré, la religieuse râleuse au bon coeur. J'ai été émue par Eleusie de Beaufort, Clémence de Larnay ou le chevalier de Leone, si pur et dévoué à sa quête qu'il risque de la faire échouer.
J'ai bien aimé le style aussi, fait de belles phrases fluides semées de vocabulaire médiéval : 'manants', 'esconces', 'enherbement' et autres 'palsambleu'... Ces mots un peu mystérieux ajoutent à la poésie de l'histoire et nous transportent au temps d'Agnes de Souarcy (nous faisant oublier les notes de bas de page trop répétitives !)
Enfin, peut-être est-ce naïf de ma part, mais j'aime la morale de l'histoire : on arrive à ses objectifs en se battant pour eux; la justice finit toujours pas triompher; la bonté et la générosité mènent à l'amour, à l'amitié et au bonheur... Ce n'est pas toujours vrai dans le monde réel. Raison de plus pour moi pour apprécier ces livres optimistes et 'moraux'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Elamia
  03 mars 2018
Et voila, l'ultime volet des aventures de la dame sans terre. C'est avec un petit pincement au coeur que j'ai tourné la dernière page. C'est la première fois que je termine une série littéraire avec une telle hâte. Enchaînant les quatre tomes sans aucune lassitude.
Je me suis vraiment attachée aux protagonistes : Agnès, Artus, Clément, Francesco, Esquive (que l'on a trop peu vue). L'affection qui lie Agnès et Clément est touchante et communicative. Quant à Nicolas Florin, Aude de Neyrat, le camerlingue.. ceux sont des antagonistes très réussis et réalistes dans leurs agissements.
Andréa H. Japp nous gratifie de portraits toujours très détaillés, très nets et vivaces. Elle prend le temps de nous parler de chaque personnage croisé, même si l'apparition est fugace. De même, pendant les dialogues, chaque expression du visage est décortiquée, chaque pensée décrite. A chaque tome, elle revient sur des éléments, des souvenirs importants, permettant au lecteur de tout comprendre. On pourrait presque lire chaque tome indépendemment tant elle s'applique à tout remettre dans son contexte. Bien sûr, je ne vous conseille que très fortement de lire l'intégralité de la quadrilogie. Même si le troisième tome nous offre beaucoup de réponses, et que ce quatrième semble être du bonus un peu superflu pour plaire aux lecteurs, sa lecture est pourtant bien nécessaire. Chaque personnage y trouve sa conclusion plus ou moins heureuse, plus ou moins spectaculaire. En revanche, j'ai des petites interrogations : on ne sait pas si Agnès finit par apprendre pour Mathilde et que va devenir Angélique ? La fin est volontairement laissée ouverte, à nous d'imaginer ce qui va suivre.
En conclusion, c'est une série coup de coeur. Peut-être bien la seule que j'ai lue qui soit aussi réussie sur le Moyen-Âge. Je vais m'empresser de la conseiller et la recommander à mon entourage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
etohyuta
  28 mai 2018
J'avais été extrêmement frustrée en referment le tome précédent , pensant avoir à faire à une trilogie, et avait été agréablement surprise de découvrir qu'il existait un quatrième tome. Aujourd'hui, je tourne la dernière page de ce dernier et me voilà dans la même frustration qu'il y a quelques mois : " quoi !! Ça se fini comme ça? !!".
Mise à part cela, nous somme toujours autant pris dans cette histoire qui nous plonge véritablement en plein moyen âge au coeur de cette quête mystique.
Lisant ce quatrième tome plusieurs mois après les trois premières J'ai pu être un peu perdu par le nombre de personnages toujours croissant.
C'est une saga que je pourrais recommander, quoi que pour ma part, un cinquième tome qui répondrai à toutes mes questions ne serait pas de trop
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
emi13emi13   27 février 2017
Un jour nous apprendrons ce qu'est l'orage, ce que sont au juste les éclipses. Un jour nous saurons lutter contre les maladies. Un jour, tant des impossibilités qui nous briment voleront en éclats grâce aux progrès de la science.
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   10 juin 2018
Il est d'exceptionnels moments dans nos vies de détails que l'on néglige à tort. La grotesque hâte humaine à vouloir conclure et notre présomptueux désir de nous penser étalon du temps en sont la cause. Ces moments-là sont les serrures de nos existences. Une fois poussées derrière nous, les portes sont définitivement closes. Sans espoir, sans volonté de retour.
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   09 juin 2018
Les chiens possèdent une dignité que nous pourrions leur envier. Au lieu de cela, nous l'utilisons afin de les martyriser. (...)
Les chiens, à l'instar des autres animaux, sont créatures de Dieu et partagent certaines de nos caractéristiques. En revanche, ils sont indemnes de nombre de nos vices.
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   07 juin 2018
La connaissance est le pouvoir. Le pouvoir, en lui-même, n'est ni bon, ni mauvais, pas plus que la science. C'est ce qu'en font les hommes qui hurle et qui saigne.
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   11 juin 2018
L'amour rend pleutre envers l'aimé, parce qu'on craint de le perdre.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Andrea H. Japp (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea H. Japp
Interview de Andréa H. Japp pour "Le fléau de Dieu".
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre