AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253122955
Éditeur : Le Livre de Poche (04/03/2009)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 151 notes)
Résumé :
1288.
Al Iskandarïyah, Egypte. Un marchand récupère la lourde besace d'un voyageur agonisant, ignorant qu'il vient de signer son arrêt de mort.
Il est égorgé alors qu'il tente de vendre le sac à l'intermédiaire du comte Aimery de Mortagne.

1307, abbaye de femmes des Clairets, France. Une moniale, Angélique, est découverte étranglée.
Sans doute parce qu'elle ressemblait beaucoup à l'une de ses sœurs, Marie-Gillette d'Andremont,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
cmpf
  19 novembre 2017

Quel lien entre un sac porté par un homme noir mort de malaria et qui est récupéré pour son malheur par un marchand arménien et une abbaye de Normandie ?
La traque d'une jeune femme à laquelle son amant Alonso qui vient d'être blessé mortellement enjoint de fuir en emportant un diptyque représentant d'un côté une vierge à l'enfant et de l'autre un soldat à l'allure particulièrement bestiale portant une lance terminée par un triangle rouge.
Qu'y a-t-il dans ce sac que deux partis différents voudraient récupérer ? Des ossements et d'étranges triangles rouges. A priori rien qui justifie tous les meurtres qui auront lieu dans cette abbaye dans laquelle s'est réfugiée la jeune femme en fuite.
Il faut dire que cette abbaye connaît aussi d'autres sources de troubles. A la mort de la précédente abbesse c'est une toute jeune fille de quinze ans qui a pris sa place, alors que la grande prieure Hucdeline de Valezan estime que la place lui revenait de droit, d'ailleurs son frère le redoutable archevêque le pense aussi. Les moniales sont divisées. D'autant que l'abbesse Plaisance de Champois a accepté qu'une partie de la clôture qui est déjà le refuge des fillettes publiques repenties, accueille les lépreux surnuméraires de la maladrerie voisine.

Beaucoup de double jeu, une intrigue assez enchevêtrée qui mène à une explication inattendue, en tout cas par moi.
Une question demeure sans réponse, Alonso apparemment si futile a peint ce diptyque en donnant à la vierge les traits de son amante. Comment a t-il compris le sens de la découverte qu'implique ces ossements ? Sinon pourquoi avoir voulu le protéger des hommes qui l'ont assassiné ?
Autre question une abbaye était-elle souvent le lieu de tant de secrets personnels ?
J'ai bien aimé cette histoire et si l'occasion se présente je pense que je lirai à nouveau Andréa Japp. D'autant qu'il n'est pas facile de donner au vocabulaire la couleur moyenâgeuse sans devenir lourd et incompréhensible et j'ai trouvé que c'était réussi aussi de ce point de vue. Et puis il y a les connaissances de l'auteur qui sont un plus.

Challenge ABC 2017-2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Ode
  28 novembre 2012
Monestarium, ou comment faire du neuf avec du vieux...
Conquise par la saga de la Dame sans terre, j'avais décidé de poursuivre ma lecture avec cet autre roman médiéval d'Andrea H. Japp, la reine du polar à la française. Et pris séparément, Monestarium - écrit un an après La Dame sans terre - propose une intrigue religieuse bien construite et captivante ; l'enquête est empreinte de mystère, la vie quotidienne et les remèdes de l'époque y sont décrits avec précision.
Le hic, c'est que les protagonistes et la série de meurtres décimant les moniales de l'abbaye de femmes des Clairets, dans le Perche, semblent tout droit sortis de la Dame sans terre. Comment appelle-t-on cela ? du recyclage, de l'auto-plagiat ? Une redoutable exploitation, en tout cas, du filon médiéval.
Il vaudra donc mieux lire l'un ou l'autre ouvrage, mais certainement pas les deux, pour garder une bonne estime de l'auteur et éviter de perdre son temps.
Un Indien... euh ! un lecteur averti en vaut deux !
Commenter  J’apprécie          210
Ys
  08 juin 2012
Egypte, fin du XIIIe siècle. le royaume de Jérusalem vit ses dernières heures, et un sac au contenu mystérieux est récupéré, au terme d'une transaction sanglante, par l'émissaire d'un noble chrétien.
Vingt ans plus tard, les protagonistes volontaires ou non de cette vieille histoire, bien plus complexe qu'elle n'y parait, se retrouvent en France, autour du monastère de femmes des Clairets. Plaisance de Champlois, toute jeune et lumineuse abbesse luttant pour affirmer son autorité, voit une série de meurtres endeuiller sa communauté... parmi laquelle les suspects ne manquent pas. La grande prieure, ambitieuse et manipulatrice, mène un jeu trouble avec son frère, ombre noire du Vatican. Deux prostituées repenties explorent le monastère à la recherche d'un souterrain légendaire, où serait dissimulé un trésor. La soeur apothicaire broie d'étranges mixtures dans ses mortiers. Une horde de lépreux est accueillie, bon gré mal gré, dans un coin des bâtiments. Un assassin défiguré approvisionne désormais les lieux en gibier, et le comte de Mortagne manigance pour pouvoir venir enquêter sur place.
L'auteur manie les faux-semblants avec un art consommé, et crée une belle galerie de personnages. Certains limpides : Plaisance, que l'aventure initiatique confronte à ses propres doutes, mais qui n'y perd jamais sa pureté de coeur. Les autres bien plus troubles, confrontés à leurs démons, leurs ambitions et leurs faiblesses. L'ambiance et le scénario même font assez penser au Nom de la Rose - un Nom de la Rose au féminin, bien moins ambitieux, bien moins érudit, mais non moins trouble et, au final, très réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
marysedepe81
  26 mai 2012
1288, al Iskandarïyah, Egypte. Un marchand récupère la lourde besace d'un voyageur agonisant. Il n'en percera jamais le secret et ignore qu'il vient de signer son arrêt de mort. Il est égorgé alors qu'il tente de vendre le sac à un intermédiaire, celui du comte Aimery de Mortagne.
1307, abbaye de femmes des Clairets, France. La très jeune mère abbesse des Clairets, Plaisance de Champlois, doit faire face à la fronde de son chapitre. A la tête de celle-ci, la grande prieure, Hucdeline de Valézan, protégée par son frère, monseigneur Jean, ombre trouble de Rome. Une jeune moniale, Angélique, est découverte étranglée. Sans doute parce qu'elle ressemble beaucoup à l'une de ses soeurs, Marie-Gillette d'Andremont, qui a fui l'Espagne après l'assassinat de son amant. D'autres meurtres surviennent. Se peut-il que le - ou les - meurtrier soit le même que celui de l'amant de Marie-Gillette ? Ou bien faut-il se tourner vers l'une des anciennes prostituées recueillies par l'abbaye ? Ou encore vers l'un des lépreux du comte de Mortagne que l'abbaye a été contrainte d'accueillir ? Mais quel est donc le rôle exact du comte de Mortagne, qui survient très à propos en l'abbaye ? Qu'y cherche-t-il au juste ? La mystérieuse besace que convoitent tant de personnes, dont monseigneur Jean ?
Construit sur le modèle du huis clos, Monestarium est un " thriller historique " haletant.
A lire absolument
Biographie de l'auteur
Née en 1957, toxicologue de formation, Andrea H. Japp se lance dans l'écriture de romans policiers en 1990 avec La Bostonienne, qui remporte le prix du festival de Cognac en 1991. Aujourd'hui auteur d'une vingtaine de romans, elle est considérée comme l'une des "reines du crime" françaises. Elle est également auteur de nombreux recueils de nouvelles, de scénarios pour la télévision et de bandes dessinées. Elle a notamment écrit la trilogie de la Dame sans terre, publiée chez Calmann-Lévy.
Après avoir été l'une des reines du crime contemporain, Andrea H. Japp a trouvé, dans le Moyen Age, son époque de prédilection avec la trilogie de la Dame sans Terre. Les deux veines de son inspiration se rejoignent dans ce remarquable suspense, qui fait penser aux Dix petits nègres et au Nom de la rose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
emi13
  08 juin 2013
Abbaye des femmes Clairets en France. Une jeune abbesse doit faire face à la grande pieuse, Huedeline de Valézan protégée par son frère Jean. On découvre la jeune moniale Angélique étranglée sans doute parce qu'elle ressemble très fort à une des soeurs du couvent. L'Abbaye recueille des prostituées mais aussi des lépreux du comté de Montagne. Beaucoup d'autres meurtres surviendront dans cette abbaye qui vu au regard des autres est un lieu où l'on devrait avoir confiance.

Commenter  J’apprécie          82
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
WictorianeWictoriane   16 octobre 2009
Elle tomba à genoux en se cramponnant au rebord de son étroit lit et pria longtemps pour le repos de la petite morte. Un terrifiant chagrin la submergea. Tout cela avait un sens. La mort, le meurtre avaient un sens, sombre et inacceptable, mais compréhensible. Elle devait le comprendre. Il le fallait car alors elle châtierait celui ou celle qui en était responsable, sans une hésitation, sans une arrière pensée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   09 juin 2015
Un gouffre sépare les amis des ennemis, je ne l’enseignerai pas au fin politique que vous êtes. Il est peuplé de toutes sortes de buts, de projets, d’intérêts, parfois bien fluctuants.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   09 juin 2015
Pourtant, à y réfléchir, compter les pains cuits, mangés, distribués, établir l’inventaire des farines de seigle, de méteil ou de froment qui servaient à leur fabrication n’était-il pas aussi essentiel que de s’intéresser à la politique du royaume ? Tant de royaumes ont été renversés, faute de pain.
Commenter  J’apprécie          20
cvd64cvd64   02 février 2018
Elle tomba à genoux en se cramponnant au rebord de son étroit lit et pria longtemps pour le repos de la petite morte. Un terrifiant chagrin la submergea. Tout cela avait un sens. La mort, le meurtre avaient un sens, sombre et inacceptable, mais compréhensible. Elle devait le comprendre. Il le fallait car alors elle châtierait celui ou celle qui en était responsable, sans une hésitation, sans une arrière pensée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   09 juin 2015
Les plus grands empereurs, les plus intrépides combattants ont toujours été trahis par des ambitieux sans envergure qui voulaient récupérer, à peu de frais et de risques, ce que leurs prédécesseurs avaient bâti. Ainsi va le pouvoir.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Andrea H. Japp (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea H. Japp
Interview de Andréa H. Japp pour "Le fléau de Dieu".
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1679 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..