AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
4,19

sur 561 notes
5
79 avis
4
63 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis
La Malinche est une figure assez controversée de l'histoire du Mexique car elle a collaboré avec l'ennemi conquistador contre son peuple. Voici une oeuvre qui nous livre une autre version un peu plus poussée sur les raisons qui l'ont motivé à faire ces choix parfois lourd de conséquences. A noter qu'elle assuma parfaitement son rôle.

En effet, Doña Marina, est une Indienne qui a aidé le conquistador espagnol Hernán Cortès à défaire l'Empire aztèque en conquérant le Mexique et sa capitale Tenochtitlan. Elle lui a servi de traductrice, mais également de conseillère en diplomatie locale. D'autres disent qu'elle a également servi de maîtresse à Cortès qui fut séduit par son charme et par son caractère. Elle lui a fait un fils.

On se rend compte que les indiens étaient très divisés et souvent assez sanguinaires avec d'énormes sacrifices pour satisfaire leurs dieux. On est loin de l'image pieuse qu'on peut se faire des indiens. La civilisation aztèque n'a pas fait dans la dentelle. Cependant, cela n'excuse en rien la colonisation espagnole. le rôle de la Malinche aurait donc été primordial dans le succès de la conquête du Mexique. On y croise une mosaïque de peuples en conflit et un conquistador qui a mis à profit ces différents pour conquérir cet empire au nom de la couronne espagnole.

J'ai bien aimé cette démarche de l'auteure qui nous offre un autre éclairage tout à fait pertinent par rapport à ce personnage controversé qui fut accusé de traîtrise. J'avoue que je l'ai bien aimé cette belle et intelligente Malinche qui a su dire non et s'imposer dans un monde très dur. Il faut savoir qu'elle était qu'une esclave qui fut offerte aux espagnols par le peuple Maya à leur arrivée. En dépit d'être une esclave, elle a été traitée mieux que les autres filles esclaves en raison de sa beauté et de son intellect supérieur à la moyenne.

La Malinche s'est vite révélée très utile à Cortés, car elle a pu l'aider à interpréter le nahuatl, la langue du puissant Empire aztèque. Cette oeuvre est justement basée sur les mécanismes du langage. Il y a manifestement un fort accent que l'auteure a mis sur cet aspect assez intéressant. Cela m'a fait penser au film « Premier contact » de Denis Villeneuve où il s'agit de contacter une linguiste recrutée par l'armée pour établir le contact et connaître leurs objectifs.

J'avais lu par le passé son histoire un peu romancée dans la série de Jean-Yves Mitton à savoir « Quetzalcóatl ». A travers le destin exceptionnel de cette jeune Aztèque, c'est toute la période de la colonisation du Mexique qui est dépeinte. Elle a également été source de respect et d'admiration, et des mouvements féministes des années 1960 au Mexique se sont inspirés de cette figure historique.

Un mot sur le dessin pour dire qu'il est excellent ! C'est un dessin avec de magnifiques couleurs, de belles planches chaudes et pleines de vie et personnalité, où le soin est apporté tant à l'expressivité des personnages qu'au soucis du détail et des décors. Rien que pour son aspect visuel, cette BD est un coup de coeur et donne véritablement envie de se plonger dedans.

J'ai aimé la densité de ce récit où il se passe beaucoup de choses. L'histoire est d'ailleurs racontée avec une grande maîtrise. J'ai grandement apprécié également l'originalité de la démarche de l'auteure. Cette BD est une manière motivante de découvrir le parcours d'une femme exceptionnelle. C'est réellement un très bel ouvrage biographique qui rend un superbe hommage à cette figure de l'histoire du Nouveau Monde.

Enfin, je voudrais remercier les éditions Bamboo et sa collection « grand angle » ainsi que « Babélio » de m'avoir adressé cet ouvrage dans le cadre d'une opération masse critique. C'est un beau cadeau qu'ils m'ont faient là.
Commenter  J’apprécie          1006
Cette histoire plutôt rocambolesque, est inspirée d'un personnage réel, celui de « La Malinche » cette jeune indigène mexicaine devenue interprète et amante du conquistador Cortez. D'elle, on ne sait pas grand-chose, même pas son nom d'origine. Longtemps, les mexicains l'ont considérée comme traitre car elle aurait trahi les siens. Mais sans doute, si elle a aidé les espagnols à se battre contre les mexicas, c'est probablement que ces derniers avaient conquis son village et son peuple, les guerres fratricides étant monnaie courante à l'époque.
Alicia Jaraba s'est emparée avec finesse de ce personnage controversé pour en faire une femme pleine de sagesse et d'humanité, mais aussi en proie aux doutes. Elle prend le parti des femmes en faisant de son héroïne une féministe avant l'heure, à une époque où elles étaient soumises aux hommes, subissaient les contraintes de la maternité et n'avaient aucune voix au chapitre.
Grâce à sa connaissance des langues – elle parle nahuatl, popoluca, maya et espagnol - la Malinche qu'on surnomme « celle qui parle » va jouer un rôle important le jour où les navires de guerriers blancs accostent sur les rives du Mexique. le barrage de la langue freine les pourparlers et c'est là que la jeune fille prendra toute son importance par le truchement de la langue. Elle sera non seulement la traductrice, mais aussi la conseillère et l'amante du conquistador Cortez.
Au-delà de la conquête du Mexique par les conquistadors espagnols, au-delà des rivalités de tribus, on découvre le quotidien de ces femmes vendues comme esclaves, l'entraide, et le savoir qu'elles se transmettent. le rôle de la grand-mère de la Malinche illustre bien la transmission de la connaissance avec l'enseignement des plantes médicinales et les rites religieux. Bien sûr, on ignore comment les femmes indiennes de cette époque vivaient, elles comptaient moins que les hommes et leur témoignage n'est pas arrivé jusqu'à nous. Alicia Jaraba a su recréer cet univers avec un certain réalisme teinté d'humanisme et d'humour aussi dans la confrontation des cultures.
Les dessins, très colorés avec des nuances de bruns et de sépia, accompagnent magnifiquement l'histoire et j'ai lu avec un réel plaisir ces 200 pages d'un récit qui mêle avec brio faits historiques et fiction.
Je remercie les éditions Grand Angle et Babelio pour la découverte de ce passionnant roman graphique.
Commenter  J’apprécie          750
Fille du chef déchu d'une tribu indienne d'Amérique centrale, Malinalli est devenue une esclave. Un jour des vaisseaux espagnols envahissent la baie près du village où elle vit.
Douée pour les langues, aidées par de rares ami(e)s, la jeune femme devient l'interprète du chef conquistador, Hernan Cortez.

Cette bande dessinée est inspirée par l'histoire controversées de la Malinche : une jeune indienne qui aida les conquistadors espagnols et devint, selon la légende, la mère du peuple mexicain actuel. le hasard a voulu que je lise cette BD en même temps que Les grandes oubliées : pourquoi l'histoire a effacé les femmes de Titio Lecoq. Je trouve qu'il y a là une belle illustration de ce que sont capables de faire les femmes.
Le dessin est beau, avec du caractère. Les couleurs peuvent paraître sombres, mais sont à l'unisson de l'époque et de ce que vécurent les tribus indiennes.
Le scénario ne cherche pas à édulcorer ce que fut la vie des jeunes esclaves (au féminin), sans tomber dans le voyeurisme.
Les textes sont courts et plus suggestifs que narratifs. Tout juste regretterais-je la taille des caractères, pas toujours compatible avec ma presbytie...
J'attends avec impatience la suite !

Je remercie Babelio et les éditions Grand Angle de m'avoir fait découvrir cette bande dessinée et sa scénariste-illustratrice.
Lien : http://michelgiraud.fr/2022/..
Commenter  J’apprécie          740
Celui-là, je me l'étais noté dès sa parution. J'attendais de moins le croiser sur mon fil pour le découvrir à mon tour, pour me laisser le temps d'oublier les jolis retours que j'ai pu en lire, nombreux. La vague étant passée, voilà que je m'autorise à m'y mettre.

La biographie de la Malinche, interprète amérindienne au début du XVIe siècle faisant le lien entre les peuples autochtones et les conquistadors espagnols, est relativement peu fournie. Alicia Jaraba, à travers ce roman graphique, se propose d'en combler les blancs. Et si elle fait travailler son imagination, elle le fait avec réalisme.

Malinalli est sûrement née noble, elle a sûrement été vendue ou offerte en tant qu'esclave aux Mayas, puis aux Espagnols en 1519 (ça c'est une certitude). Parce qu'elle parlait plusieurs langues, elle est devenue l'interprète de Hernán Cortés, conquistador de l'empire aztèque. de là, il ne lui fallut pas longtemps pour être considérée comme une traîtresse par les siens, et encore de nos jours, elle est une figure mexicaine controversée.

J'ai beaucoup aimé ce joli roman graphique, fiction inspirée d'un personnage réel, d'autant que La Malinche m'était inconnue avant que je n'entende parler de ce livre. Instructif donc mais aussi intéressant que séduisant, ce récit nous embarque pendant la période de la colonisation espagnole, celle du Mexique. C'est un bond de plusieurs siècles en arrière que nous faisons, où nous rencontrons des moeurs et des croyances de civilisations sur lesquelles j'ai très peu lu (Aztèques et Mayas) et dont j'ai maintenant très envie d'en savoir un peu plus.

Le personnage de la Malinche, bien que controversé, est suffisamment travaillé pour qu'on s'y attache, ou du moins pour qu'on la comprenne. Son histoire est prenante et les pages se tournent d'elles-mêmes.

Les dessins sont très plaisants, pas trop détaillés mais tout en finesse et expressifs, joliment colorés mais pas trop. Mon seul reproche vient des yeux rouges que l'autrice donne à ses personnages quand ils traversent une émotion forte, quelle qu'elle soit : ce n'est pas toujours très beau, ni très utile d'ailleurs (on n'en a franchement pas besoin pour détecter l'état d'esprit des différents protagonistes, le reste suffit à le comprendre).

Mais ce petit bémol n'est pas grand chose face au reste. le scénario bien construit et les personnages accomplis me l'ont vite fait oublier. Je viens de passer un bon moment de lecture et je suis bien contente de l'avoir enfin lu.
Commenter  J’apprécie          6914
Comment ne pas être à l'écoute de Celle qui parle ? Être attentif à son histoire, à sa quête, à sa résilience, à sa parole qui rebondit avec des mots multiples... Ces mots appris d'une langue qu'elle ne connaissait pas, de plusieurs langues au gré des mots apprivoisés qui l'ont fait tenir debout malgré la violence, malgré les guerres et les invasions, malgré les visages différents qui vont chercher à l'étreindre de gré ou de force et qu'elle devra affronter...
En 1519, le territoire mexicain est un ensemble de villes et de villages habités par une mosaïque de peuples, de langues et de cultures différentes. Ce territoire est en proie à des luttes intestines entre ces différents peuples... Deux cultures ancestrales cohabitent et dominent les autres ethnies, elles s'affrontent violemment : les Mexicas plus connus sous le nom d'Aztèques, en pleine expansion avec une volonté de domination et les Mayas dont la culture est millénaire.
Ces ethnies pratiquent des langues ou des dialectes différents, qui renforcent leur division...
Elle s'appelle Malinalli. Elle est la fille d'un cacique déchu, originaire d'une ethnie nahua du golfe du Mexique et devenue esclave d'un cacique maya.
Elle deviendra plus tard l'une des plus grandes figures féminines de l'Histoire qui a façonné sa terre natale et qui deviendra le Mexique que l'on connaît aujourd'hui.
Elle s'appelle Malinalli, mais elle est plus connue sous le nom de la Malinche. C'est en quelque sorte son histoire que nous conte ici Alicia Jaraba dans cet ample roman graphique de plus de deux cents pages, où l'autrice apporte à la fois le récit, le dessin et les mots, justement la force des mots qui vont façonner le destin exceptionnel de son personnage.
Dès les premières pages, nous découvrons Malinalli, toute jeune enfant et son histoire est déjà un récit douloureux, mêlé aux luttes tribales qui vont traverser les premières pages du récit.
Ce roman dit les humiliations que peut connaître une jeune fille esclave en 1519 en terre mexicaine et à travers ses blessures celles des peuples opprimés, envahis, où malheureusement la tragique et sanglante Histoire universelle nous montre que les femmes paient un lourd tribut, aujourd'hui encore...
La peur, la traque, la menace des sacrifices humains, les sévices sexuels qu'elle va connaître dès son plus jeune âge, sont dits ici, dessinés, avec suffisamment de force mais aussi avec la pudeur nécessaire, pour dire, juste dire, convaincre.
Malinalli va se relever fragile, blessée et tenir debout, continuer son chemin en tant qu'esclave, chercher à s'affranchir. Déjà par les mots...
Apprendre la langue de la domination, de l'invasion et de la conquête des autres sur sa terre natale.
Chaque fois qu'elle est enlevée, Malinalli apprend la langue de l'envahisseur... À la fin du récit, elle est encore une toute jeune femme qui sait parler quatre langues, dont l'espagnol, c'est dire son parcours rocambolesque.
Oui elle parle désormais l'espagnol, la langue d'un certain Hernán Cortès, qui va profiter de la division des différentes ethnies en place pour servir le dessein de la couronne espagnole. Et Malinalli va lui servir de traductrice...
Il y a aussi une poésie onirique que nous enseignent les personnages attachants de ce récit et qui mêle ce que nous sommes avec ce que nous pouvons devenir un jour : l'eau, la pluie, la mer, un ruisseau, des nuages, des larmes...
Il y a aussi des situations croquignolesques où les conquistadors sont représentés comme des êtres grotesques, ridicules, nauséabonds, qui se grattent à cause de leurs puces ou de leurs poux, qui vont apporter des maladies...
Ce qui a poussé Alicia Jaraba à aller vers ce personnage, c'est sa dimension controversée. Pendant des siècles, La Malinche fut perçue comme une traîtresse qui tourne le dos aux siens pour collaborer avec les conquistadors étrangers. Pourquoi a-t-elle agi de cette façon ? A-t-elle seulement eu le choix ? Alicia Jaraba nous rappelle simplement ici que Malinalli devint esclave dès l'enfance et que son destin de femme en fut irrémédiablement forgé.
Je n'aime pas les personnages lisses, j'adore les personnages controversés.
J'ai aimé cette manière de traiter ce personnage, non pas de le construire car il existait déjà, mais à partir de son histoire dans laquelle sans doute il y avait des vides à combler, elle façonne la matière d'un récit touchant, donnant vie, humanité à ce magnifique personnage féminin dont le destin, rappelons-le, s'est forgé malgré elle en subissant en tant qu'esclave des outrages barbares innommables.
Apprendre la langue de l'autre, celui qui n'est pas un ami, celui qui vous veut du mal, cherche à vous dominer, vous posséder, qui cherche à anéantir votre liberté, votre dignité.
Il y a une intelligence qui se glisse avec délice dans les pages de ce livre, disant qu'apprendre, c'est aussi une forme d'émancipation, un pouvoir quelque part à prendre...
Le dessin d'Alicia Jaraba sert à merveille le propos du récit. Les couleurs sous le ciel du Mexique de 1519 sont flamboyantes. J'ai senti dans ce magnifique dessin le poids du soleil, l'attente de la pluie, l'attente parfois terrifiée de Malinalli sur une paillasse sous une tente partagée avec les gestes et l'odeur qu'elle n'aime pas...
Malinalli a brusquement incarné à mes yeux ces femmes martyrisées par les guerres anciennes et celles d'aujourd'hui, la brutalité animale de ces soldats qui éventrent des portes, entrent sur des territoires intimes, et puis les violent, parfois devant leurs enfants muets, mutiques... J'ai mal pour cela...
Celle qui parle m'a touché avec ses mots et sa manière si belle aussi qu'elle a de se taire lorsqu'elle aime enfin.
Le livre est à lui seul un très bel objet.
Je remercie Babelio et les éditions Grand Angle de m'avoir fait découvrir ce roman graphique dans le cadre d'une Masse Critique privilégiée.

SOS amor
SOS amor
SOS amor
Tu m'as conquis j't'adore
Tu m'as conquis j't'adore
Commenter  J’apprécie          6614
Village d'Oluta, 1511. Malinalli, la fille de l'ancien cacique d'Oluta, ainsi que sa grand-mère et d'autres femmes se cachent, une fois encore, dans les arbres pour échapper aux mexicas de l'empereur Moctezuma qui, cette fois encore, viennent capturer des hommes et des femmes pour leurs sacrifices. Une fois partis, la jeune femme ne peut s'empêcher de montrer sa colère face à l'inaction du vieux Mixtle, le nouveau cacique, certaine que son père n'aurait pas permis de faire autant de prisonniers et se serait sûrement battu. Avant qu'il ne meure, il a appris à sa fille la langue de ces hommes, le náhuatl, afin qu'elle soit capable, plus tard, de défendre son peuple. Heureusement, elle peut compter aujourd'hui sur la bienveillance et l'amour de sa grand-mère qui lui a appris la médecine des plantes. Mais lorsque celle-ci décède et que, peu après, Malinalli est kidnappée à son tour et vendue par de simples marchands d'esclaves oeuvrant pour les Mayas, elle n'a malheureusement d'autre choix que de travailler au champ parmi d'autres femmes, malgré son statut de fille du cacique. le pire est qu'elle apprend qu'elle a été vendue par sa propre famille...

Celle qui parle n'est autre que le personnage de la Malinche dont Alicia Jaraba s'est inspirée pour nous dépeindre, sur plus de 210 pages, sa vie passionnante mais ô combien controversée de l'histoire du Mexique. Fille du cacique, puis esclave, elle deviendra l'interprète de Hernan Cortès (dont elle aurait eu un fils illégitime) et sera considérée comme une traîtresse, parfois reniée par les siens. Tout cela n'est à prendre qu'au conditionnel tant moult incertitudes planent autour de cette héroïne si mystérieuse. Aussi, ce roman graphique se veut à la fois historique et fictionnel mais n'en demeure pas moins passionnant. L'auteure a su également dépeindre une femme au destin singulier qui, dans un monde essentiellement peuplé d'hommes, aura su trouver sa place et faire entendre sa voix. D'ailleurs, la voix, la parole est l'un des thèmes centraux de cet album, avec aussi la condition de la femme, la cohabitation ou encore la religion. Graphiquement, le trait est doux, la palette de couleurs judicieusement variée pour transmette les émotions.
Commenter  J’apprécie          645
Ce roman graphique fait partie de la sélection du Prix des Lecteurs du Val de Sully - section Bandes Dessinées.

C'est l'histoire vraie de Malinalli, une petite Amérindienne d'origine nahua, qui fut offerte avec d'autres jeunes filles comme esclave à Hernan Cortez et à ses troupes. Douée pour les langues, celui-ci la remarqua et en fit son interprète lors de sa conquête de l'empire aztèque en 1521.
On l'a surnommée la Malinche (Malintzin en nahualt ou Doña Marina en espagnol).

Respectée et libérée de son statut d'esclave par Cortez,elle fut la première femme à oser lui dire « non ».

Pas de suspens dans ce livre donc pas de risque de spoiler, c'est une biographie.
Les dessins sont fins et agréables, les couleurs sont douces.

L'histoire est découpée en chapitre, comme un roman, commençant tous par une carte permettant de situer l'épisode qui va suivre.

La superposition des phylactères pour matérialiser les échanges avec les interprètes, les divers gribouillis pour concrétiser les langues différentes sont autant de belles trouvailles pour nous faire plonger dans l'atmosphère des rencontres entre personnes qui ne se comprennent pas.

Une belle histoire aussi agréable à lire qu'à regarder.
Commenter  J’apprécie          580
Madame je jalouse
Ce vent qui vous caresse
Prestement la joue…
Native des contrées
Où Cortés est venu,
Trouver haine et fortune…
Ivres de gloire ont-ils pensé que ton coeur
Serait conquis percé de flèches et de rancoeur
Comme tes côtes mexicaines. *


Tu es celle qui parle, celle qui traduit, tu es Malinalli, Malintzin, La Malinche…
Ton histoire est rocambolesque, racontée et dessinée par Alicia Jaraba avec les couleurs chaudes du temps qui passe où mes souvenirs de la touffeur du Yucatan ressurgissent par bouffées rougeoyantes dans les ombres de Palenque, site Maya majeur.

Mexique 1519,
Cortés et son armée, avec la complicité de certaines tribus Aztèque engluées dans des guerres intestines cherchent à s'emparer d'infinies quantités d'or qu'ils convoitent.
Malinalli, candide jeune femme deviendra par son talent à apprendre aisément les nombreux dialectes son seul moyen à se faire comprendre dans ces contrées peuplées d'innombrables ethnies.

Les péripéties seront nombreuses et la détermination de cette fille de cacique feront d'elle un personnage attachant aux grands yeux attendrissants.

La taille, c'est je crois ce qui différencie le roman graphique de la bande dessinée ?
Avec ses plus de 200 pages magnifiquement colorés qui constituent une histoire complète, j'ai apprécié cet ouvrage bien que je déplore souvent que les intrigues soient trop légères dans ce genre de parution.
Je ne situe pas à quelle tranche d'âge ce roman graphique s'adresse mais je trouve dommage que quelques pages soient pollués par des « han,han » déchirants d'ânes braillés par des hommes fichés dans le corps des femmes ce qui peut priver les plus jeunes de la découverte des troupes de conquistadors massacrant les indigènes ou les transformant en esclaves. (Hihihi)

Alicia Jaraba a su rendre à mes yeux son héroïne crédible et attrayante.
L'époque et la situation géographique emporte également mon enthousiasme.
J'ai vécu un agréable moment de dépaysement dans une bulle d'éducation et de récréation.

* Extrait d'une chanson « La Malinche » de « Feu ! Chatterton »


Merci infiniment aux éditions « Grand Angle » pour l'envoi de cet album classieux et soyeux et bien entendu à Babelio pour l'attribution de cette lecture.
Commenter  J’apprécie          560
Merci aux éditions Grand Angle et à Babelio pour ce magnifique roman graphique.
« Celle qui parle » est une fiction historique . Alicia Jaraba Abellan ayant été séduite par le récit controversé de la Malinche.
L'Amérique Centrale au XVIème siècle connait une histoire très complexe : esclavage, guerre de clans, sacrifices humains, conquistadors, conversion. Une période riche en bouleversements .
Malinalli, fille de chef, verra son avenir suivre une autre voie quand elle deviendra esclave.
Sa plus grande chance est d'avoir reçu une éducation qui lui a permis d'apprendre le Nahuatl qui lui a offert une ouverture d'esprit ainsi qu'une capacité à comprendre et demander
Si elle est dépassée par sa condition, son intelligence l'aidera à a devenir une esclave privilégiée, plus de travaux des champs. Elle va participer à la conquête de l'Amérique aux côtés de Cortez.
Si par sa crainte de certains clans et la peur qu'ils lui inspirent, elle va aider les Conquistadors, elle n'a jamais imaginé leur manque de parole et leur cruauté.
Était-elle une traîtresse ou voulait-elle survivre ?
Ce que j'ai énormément apprécié est ce rapport particulier entre les différentes langues : celle de l'enfance, celle des chefs mais aussi celle de l'esclavage et celle de la conquête. A chaque fois, un nouveau champ lexical. Pour en venir au silence quand les mots ne servent à rien ou quand le coeur parle.
Pour mon premier roman graphique je suis très enthousiasmée autant par la vision que nous offre l'auteure de cette jeune fille que par les graphismes.
J'émets juste une réserve vis-à-vis de l'esclavage sexuel que les femmes subissaient, j'ai du mal à imaginer une attitude aussi complaisante mais ce n'est que mon avis.
La Malinche est une légende à découvrir .
Commenter  J’apprécie          540
Si le capitaine est celui qui commande, la Malinche est celle qui parle.
Voilà un bon moment que ce roman graphique me murmurait à l'oreille de l'ouvrir afin de découvrir l'histoire de Malinalli.
J'ai fini par me décider par une soirée d'hiver avant d'entamer la nouvelle année, bien loin de la chaleur mexicaine.
Alicia Jaraba a très librement reconstitué la vie de ce personnage historique mexicain controversé, tantôt considéré comme traitre à son pays, tantôt comme mère fondatrice du Mexique moderne.
Il ne faut donc pas rechercher ici une quelconque vérité historique, puisqu'elle reste de toute façon peu connue.
Cette jeune femme née dans une famille noble, a vu son père, cacique du village, se faire enlever pour être sacrifié par une tribu ennemie, les mexicas. Peu de temps après, elle est enlevée ou vendue comme esclave aux Mayas dont elle apprend la langue. Elle va ensuite servir d'interprète avec les peuples mexicains au conquistador Cortés avec lequel elle aura un fils.
Les dessins sont beaux, les couleurs harmonieuses, il est facile de se laisser guider dans le récit, qui laisse affleurer de belles émotions, en particulier le lien touchant entre l'héroïne et sa grand-mère.
Je n'ai pas été convaincue par le mantra de l'autrice qui espère que maîtriser la langue de l'autre soit une ouverture sur les autres cultures et promeuve la paix. Cela me semble naïf et l'Histoire se charge de nous le rappeler tous les jours…
Cette réserve mise à part, c'est une lecture très agréable et dépaysante qui m'a permis de découvrir cette figure féminine historique.
Commenter  J’apprécie          533




Autres livres de Alicia Jaraba Abellán (1) Voir plus

Lecteurs (974) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5295 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..