AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alexandre Jardin (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070405916
200 pages
Éditeur : Gallimard (26/08/1999)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 126 notes)
Résumé :
"C'était il y a deux ans. Ma fenêtre d'alors donnait sur les toits. Au-dessus d'eux, sur fond d'été, la tôle usagée du ciel toute boulonnée d'étoiles. Mon père venait de mourir. J'essayais de tuer le temps en attendant le jour, je ne faisais que l'agacer.Je pris alors la décision d'écrire un livre sur lui. Et je me souvins qu'autrefois, bien des années plus tôt, par un mélange d'admiration, de dérision et de jalousie, certains de ses amis l'appelaient le Nain Jaune.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
cascasimir
  04 décembre 2020
Pascal Jardin se livre et délivre un véritable hommage à son père : Jean Jardin surnommé le Nain Jaune.
"Et si je garde en moi, toutes les blessures du passé
C'est pour me rappeler tout ce que tu as fait pour moi
Dans mon jardin secret les mauvaises fleurs ont toutes fané
Le temps va, tout s'en va, pas l'amour que j'ai pour toi." Papa, La Fouine.

Un portrait édulcoré et cocasse, car quel enfant va raconter les défauts et les faiblesses de son père?
"Il (le père) me détestait de vouloir prendre sa place. Il m'aimait follement d'être un autre lui-même."

L'auteur va revisiter sa propre histoire, à travers les yeux de l'enfant, du jeune homme et de l'homme qu'il est devenu (grâce à son père ?)
"L'enfance sait que tout est possible, ne l'oublions pas...
Mais le charme est rompu. Les fées ont déserté...
Nous étions toujours ensemble ou toujours fâchés, mais jamais en eau calme."

"Je te regarde d'en haut, tu me regardes d'en bas
Je suis trop souvent absent, me le pardonneras-tu?"
Ce n'est plus du silence, c'est une sorte d'absence. Il m'a tellement rêvé, j'en rêve encore. Pascal Jardin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1009
mfrance
  09 avril 2018
Mais qui diable est donc ce nain jaune ? Tout simplement le père de l'auteur, qui jeune homme fut affublé de ce sobriquet.
Ce livre évoque donc la figure paternelle en papillonnant d'anecdotes en anecdotes, plus ou moins enlevées, parfois vraiment drôles .... ou moins, le tout émaillé d'aphorismes amusants, ironiques et souvent faciles ! Jean jardin y apparaît comme un homme brillant et entier, jaloux, souvent envahissant, doté d'une personnalité volontiers étouffante .... mais magnifié par l'amour et l'admiration que lui voue son fils.
L'auteur, suite au récent décès du père, a voulu restituer, sous forme de puzzle dont il manque beaucoup de pièces, la personnalité de cet homme, en se gardant bien d'évoquer le sujet qui fâche, en l'occurrence, le rôle qu'il a pu jouer auprès de Laval, de sinistre mémoire, en tant que directeur de cabinet, de 1942 à octobre 1943 !
Il reste donc un portrait-hommage au père, alerte, tendre et anecdotique, Grand Prix du roman De l'Académie Française - 1978 - que l'on peut lire (ou pas) mais qui, en tout état de cause, ne mérite pas l'éloge appuyé de Jean d'Ormesson : "Il y a tant de choses derrière ce mélange de tendresse et de drôlerie. C'est un livre admirable. Un des meilleurs que j'aie lus depuis des années". !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
FritzLangueur
  14 avril 2014
Il est difficile d'appréhender ce roman sans se poser au préalable une question… peut-on décemment glorifier, voire déifier, un homme en lui attribuant autant de charmes et des qualités alors que l'on connait le rôle qu'il a tenu sous le régime de Pétain ? Je ne fais ici aucun procès (le petit-fils et beaucoup d'autres plus habilités à le faire s'en sont chargés). Toutefois, si Jean Jardin n'était qu'un personnage fictif, dit de roman, se poserait-on vraiment cette question ? C'est là toute l'ambigüité de cette pseudo biographie composée par son fils Pascal Jardin. Ce dernier, a pourtant vécu et avance vers la maturité au moment où il écrit. Il accorde une dernière fois au passé et à ce père plus qu'ambigu, un regard d'enfant émerveillé et attendri. L'âge et le deuil aidant, il n'apparaît plus que comme petit homme fantasque, tantôt “ va t'en guerre ”, tantôt vulnérable, véritable trublion de la vie tant au niveau public que privé. On s'amuse souvent, tant le portrait dressé est plaisant et vivant et l'on ne peut être également que sensible à cet amour démesuré d'un fils qui ne voit, même aux travers des pires défauts, que le côté extraordinaire de ce géniteur hors du commun. Toutefois, bien s'il est très bien conçu, ce roman qui repose sur un lieu commun (la douleur que provoque la perte d'un être cher conduit à l'aveuglement à son sujet) et sur le mensonge (par omission) ne se hisse qu'au simple rang de la simple curiosité littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
vahine34
  21 juin 2015
J'ai beaucoup apprécié ce portrait même si Pascal Jardin a fait le choix de ne pas parler des zones d'ombre...L'écriture est légère et virevoltante et elle n'est pas sans rappeler celle d'Alexandre son fils qui ,lui a choisi de mettre les pieds dans le plat(voir Des Gens très bien).
Le portrait est un vrai parti pris,le fils admire son père qui était un grand original et par certains côtés une sorte de tyran domestique.
Commenter  J’apprécie          90
FLAORI
  26 août 2016
Ce livre est un témoignage d'amour et d'admiration d'un fils pour son père.
Malgré une très belle écriture l'auteur n'a pas réussi à m'embarquer avec lui.
J'avoue que je me suis ennuyée, je n'ai pas réussi à ressentir les moments de joies et de peines de l'écrivain durant sa vie partagée avec son papa.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
KristeenKristeen   16 juin 2014
Marcel, pour moi, est la part d’innocence que les autres n’ont plus, et sa malignité sournoise n’entame jamais sa pureté. Bien qu’il soit borgne, il est de mes miroirs, le seul vraiment intègre.

Pour conjurer le mauvais sort, qu’il ne s’en aille jamais, qu’il ne me quitte pas, qu’il ne meure jamais, je l’avais assassiné à la fin de mon dernier roman. Je m’étais dit : tuons ce que nous aimons avec des mots faits d’encre qui ne sont que des mots.

Et voilà, qu’aujourd’hui il est vraiment parti. Cinq jours et cinq nuits. Autour de moi, des milliers d’hectares de champs, de bois, de villages et de fermes à fermiers horriblement hostiles sous le ciel gelé et pour un vieux chien borgne.

Depuis que j’ai cru m’apercevoir que la femme n’était peut-être pas tout l’avenir de l’homme, mon amour pour Marcel n’a cessé de grandir.

Marcel, écho parfait de ma conscience, qui m’a toujours parlé en silence, mais sans jamais se taire. Il jappe sans malentendu, et renifle l’époque d’une truffe luisante comme Paris sous la pluie. Jamais il ne me ment. Jamais il ne me mord.

Pourquoi est-il parti pour une chienne traversière ?
Le feu au cul qui tue le cœur.

Je ne crois plus guère à l’innocence du sexe, même chez mon chien. Les ventres à ventres que l’amour m’avait fait prendre pour l’antichambre du paradis prennent avec le temps des allures de poubelles.

L’âge n’a pas fait de moi un pudibond, mais un épouvanté.

Souvent répétant la phrase de mon père, je lui disais à mi-voix, les dents serrées de tendresse :
- Le chien Marcel n’aime que son père !

Et lui, il disait toujours oui d’une sorte de mouvement de la tête où se mêlaient tendresse et baillement digestif : le menteur.

Le chien Marcel, quand il se frottait à moi, je ne ressentais pas cette singulière défiance que m’inspirent les femmes depuis déjà longtemps. Il est mon synonyme.

Mon père aimait ses chiens comme je les aime déjà, contre les femmes infidèles, le temps passé et la jeunesse enfuie. Il les aimait de passion folle déviée de son but primitif.
[……..]

J’ai parcouru avec une amie qui lisait une carte d’état-major, plus de mille kilomètres de routes de campagne. A la fin du onzième jour, j’ai retrouvé Marcel, à quarante kilomètres de notre maison, au bout d’un chemin creux, enlisé dans la boue, figé par la pluie, le froid, le vent, hérissé, la bouche toute sanglante d’une méchante querelle avec un autre chien ou du coup d’un fermier, indifférent, squelettique, à demi-mort.

Il m’a fallu cinq jours et cinq nuits de bains chauds, de bouillon, de petits pâtées, de vitamines, de tendresse, de promesses, de prières et d’amour, pour lui rendre sa nature, sa démarche et son poil.

Depuis, à la campagne, il ne franchit plus guère la porte du jardin. Même pour une belle chienne fortement disposée.
Lassitude, prudence, fidélité ??

On ne sait que rarement ce que nous pensons nous-mêmes. On ne sait pas grand-chose sur ce que pensent les autres, rien du tout de concret sur ce que pensent les femmes.
Alors qui donc déchiffrera les idées d’un vieux chien borgne avec un odorat avoisinant zéro ?

Personne, sauf moi, peut-être ….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AmbagesAmbages   20 janvier 2020
Je touche là le fondement du conflit passionnel, tragi-comique, qui nous opposa toute notre vie. Pour mon père, il n'y avait qu'un Jardin : lui.
Très vite, dès l'âge de dix ans, pour tenter d'exister, je décidai qu'il y en aurait au moins un second : moi.
Il me détestait de vouloir prendre sa place. Il m'aimait follement d'être un autre lui-même.
Commenter  J’apprécie          90
SymphonieSymphonie   18 février 2019
On écrit avec la plume que l'on a, tantôt celle de l'automne, tantôt celle du printemps, Montaigne avec celle du doute raisonnable, Bossuet comme un aigle brandebourgeois, Molière comme " L'honnête Homme ", Stendhal comme l'orfèvre, Balzac comme un paysan plus gourmand que gourmet, Barrès comme un condottière, Céline comme un possédé, Pagnol comme une Provence qui aurait fait l'amour avec le petit Mozart.
On écrit comme on peut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AmbagesAmbages   19 janvier 2020
Mais le charme est rompu. Les fées ont déserté. Nous nous acheminons vers un monde sans ensemble. Tu verras, l'esprit piétine, et puis s'y perd.
Commenter  J’apprécie          120
HindyHindy   27 décembre 2010
Retranché du monde, tout au fond de son lit, calé sur plusieurs oreillers, environné de journaux et de téléphones qu'il regardait sonner sans plus les décrocher, il me tint ce langage la veille de sa mort...
Commenter  J’apprécie          70

Video de Pascal Jardin (3) Voir plusAjouter une vidéo

Pascal Jardin : Guerre après guerre
Olivier BARROT évoque le souvenir de Pascal JARDIN ( "mort trop tôt": 46 ans), dont "Guerre après guerre" reparait chez GRASSET.
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1071 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..