AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246863786
216 pages
Éditeur : Grasset (11/10/2017)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Ce roman vrai est la pierre d’angle de la grande saga des Jardin. Après le portrait du père merveilleux (Le Zubial), du sombre grand-père (Des gens très bien), du clan bizarre et fantasque (Le roman des Jardin), voici l’histoire de la mère d’Alexandre. On y découvre une femme hors
norme, qui ose tout, et qui s’impose comme l’antidote absolu de notre siècle timoré.
Elle est dans les yeux de son fils l’héroïne-née, la tisseuse d’aventures, l’inspiratric... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  23 novembre 2018
Étonnante biographie des Jardin, exclusivement, consacrée à la mère Jardin! C'est le portrait d'une femme étonnamment libre! Véritable contraste entre le titre du livre ''Ma mère avait raison'' et la maman elle-même, celle qui conseille à son fils de ne pas avoir peur d'aimer, d'aimer passionnément, cependant, elle vit courageusement avec trois amants sous le même toit, on se demande quel sens donne-t-elle à l'amour! Le livre relate l'amour d'un fils pour sa mère qui a, en effet, l'art de tout enflammer sur son passage. Obstinée, altière, tenace, elle obtient ce qu'elle veut. Même s'il lui faudrait fuguer du toit parental avec sa valise rose, elle osera le faire cinq fois s'il le faut. Des amants, elle ne s'en prive pas...marcher dans le feu pour prouver sa ténacité, elle ne s'en prive pas non plus...les hommes, elle les façonne...les enfants, elle les veut héroïques. Face à cette femme énergique, une femme qui ose des choses impensables à son époque, mais, je n'ai pas pu accrocher à ce personnage que je trouve un peu trop dominatrice, et quelque peu ambivalente dans ses manières, malgré que le fils veuille convaincre le lecteur de ses valeurs, des valeurs de celle-là qui risque tout! N'empêche que ça a été un petit moment agréable!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Tezelsup
  26 novembre 2019
Alexandre Jardin fait le portrait de sa mère, une femme libre et exigeante. Il dit tout l'amour qu'il a pour elle. Il ne veut pas qu'elle meurt. C'est beau. Je recommande ce récit.
Commenter  J’apprécie          303
coquinnette1974
  22 octobre 2017
Pour clore mes vacances en lecture je viens de lire d'une traite "Ma mère avait raison" de Alexandre Jardin, au format e-book, grâce à Net Galley et aux éditions Grasset.
Je les remercie, même si je n'ai pas réellement accroché avec ce livre très personnel.
Je l'ai demandé car le résumé me tentait bien, sans faire vraiment attention à qui l'avait écrit. Or j'ai tenté il y a bien longtemps de lire Fanfan, sans réussir à dépasser les premiers chapitres ! j'avais donc un peu peur de ne pas apprécier plus que ça ce livre ci, et malheureusement mes craintes ont rapidement été fondées.
Je ne sais pas pourquoi mais j'ai du mal avec l'écriture de ce romancier. Il n'écrit pas mal mais il a le don de.. m'ennuyer, et j'ai du mal à accrocher.
J'ai aimé ce livre sur sa maman, il nous parle de son enfance, de sa maman, de la façon dont elle l'a élevé...
C'est intéressant mais en fait il faut avouer que dans l'ensemble j'ai trouvé ça assez plat, je n'ai pas du tout été touché par ce livre.
Je l'ai lu d'une traite, avec parfois l'impression de passer à coté.
C'est pour ça que je mets seulement trois étoiles, pas plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
saomalgar
  21 octobre 2017
Alexandre Jardin se livre totalement dans ce texte en nous dévoilant la vie libre et libérée de sa mère mais aussi de son père et des autres hommes de sa mère.
Parfois j'y ai vu du "En attendant Bojangles" dans la folie de cette mère qui se veut libre à tout prix. Elle veut vivre pleinement chaque minute de sa vie de façon flamboyante.
On sent que l'auteur a parfois souffert pendant son enfance de ce comportement même s'il s'en défend en disant qu'elle avait raison.
Et c'est ces moments là qui m'ont mise mal à l'aise et me conduisent à ne mettre que 3 étoiles. Certes c'est une belle vie remplie généreuse sans sentiment négatif mais même si elle dit ne jamais juger les autres, elle condamne tout de même son fils à faire comme elle, en brûlant un livre qui ne lui ressemble pas par exemple ou en l'envoyant seul à 15 ans en Irlande à la mort de son père. Alexandre se doit donc de vivre comme elle et c'est là que pour moi le jugement intervient quand même, et c'est ce qui m'a gênée.
J'ai ressenti beaucoup de tristesse pour Alexander enfant, privé de sa mère. Mais sans doute que c'est moi qui ne suis pas à la hauteur de cette vie ;)
En tout cas, pour comprendre le zèbre, c'est un roman à lire absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mllemalenia
  10 novembre 2017
D'Alexandre Jardin, je ne connaissais que "Le zèbre" ou "Fanfan" : des comédies romantiques et humoristiques adaptées au cinéma, faisant de l'auteur tout autant un auteur à succès qu'une personnalité très largement médiatique. Lorsque j'ai aperçu ce titre "Ma mère avait raison" sur NetGalley, j'ai été tentée de passer mon chemin. Pourtant la lecture de ce résumé m'a donné envie d'en savoir plus. J'ai été bien inspirée.

Comme le dit si bien le titre, l''auteur nous parle ici de sa mère. Mais plus que d'une mère, il nous raconte le parcours d'une femme libre, très / trop libre peut-être pour son temps, qui collectionnait les amants et les petits bonheurs de façon égoïste et effrénée. Alexandre Jardin dit aujourd'hui qu'elle avait raison, et nous explique pourquoi. Pourquoi il faut choisir de vivre beaucoup, d'aimer trop ou intensément, de ne pas se compromettre. La théorie, c'est toujours beau.

Pourtant, à la lecture de ces anecdotes, je n'ai pas réussi à éprouver la moindre sympathie pour cette femme que j'ai trouvé cassante, seule, égocentrique et névrosée. On sent dans cette lecture tout l'amour de l'homme pour une destinée, mais aussi toute la tristesse du petit garçon qui n'a pas eu de mère. C'est à la fois troublant et drôle, saisissant et triste. Une lecture qui m'a transportée et que j'ai terminée en quelques heures. Seul bémol pour moi : l'obsession qu'a eu l'auteur de glisser, ça et là, une phrase sur son engagement politique qui souvent n'avait pas lieu d'être. Au delà de ce petit désagrément, je recommande vivement ce livre, véritable cri d'amour et de respect.

Un dernier mot pourtant : au vu de ce qu'elle y a gagné. Au vu de ce qu'elle a brisé. Je ne saurais dire, pour ma part, si sa mère avait raison.
Lien : http://mademoisellemalenia.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec   11 décembre 2017
Alexandre Jardin signe un roman jubilatoire, criant l’urgence de vivre et d’être vrai, dans lequel il rend hommage à une maman extraordinairement libre, hors normes, Ma mère avait raison.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeDevoir   20 novembre 2017
De manière positive ou négative, Alexandre Jardin dérange. Depuis la publication en France de Ma mère avait raison, il provoque pour ainsi dire une petite révolution sexuelle.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LaPresse   07 septembre 2017
Le romancier et ex-candidat à la présidence française continue l'exploration de son arbre généalogique hors norme avec cette fois un récit consacré à sa mère.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
enzo92320enzo92320   18 février 2021
(p.21 à 26) Les accords tacites de Verdelot

Peu de femmes osent être des livres ouverts.

La plupart ont le cœur chargé d'interrogations secrètes. En douce, elles barbotent des liaisons réelles ou imaginaires, esquissent ou s'interdisent des espoirs sentimentaux. Leur roman intime reste au fond de leur âme, dissimulé par peur de blesser et de saboter leur couple officiel. Toi, tu vécus ta complexité sentimentale avec une extraordinaire impudeur qui fut une élégance. Et un défi lancé à tous les peureux de la terre.

Disons-le sans fard, le tumulte des sens et les élans provisoires ne t'abusaient pas. Tu n'as jamais confondu connaissance de soi-même et abandon à soi-même. En vérité, tu es étrangère à la sottise qui consiste à mésuser de son cœur ou à le gaspiller.

Désossons ton système de vie en le peignant un peu. Il y a du fabuleux dans les arabesques de son architecture. Verdelot, district de ta haute liberté, en fut bien l'épicentre. Verdelot fut pendant vingt ans, plus qu'un lieu, la capitale de la liberté féminine. C'est cette maison qui, en te libérant, te grandit.

J'ai neuf ans, je reviens de La Ferté-Gaucher où nous avons fait des courses généreuses (cinq poulets fermiers pour le déjeuner, huit kilos de cerises) avec ton amant Pierre. Magnifique de prestance et de cœur, il gare sa vieille traction avant Berliet jaune qui vient de tourner dans un film d'époque (qu'il a produit) dans la cour de notre maison de campagne à Verdelot. Pierre était le conquérant de Bardot ; tu le lui as emprunté puis volé.

Je bondis de la voiture avec un copain de classe – Hector - pour embrasser mon père qui, dans la cour, peste pour que ton deuxième amant, Claude, qui pioche au fond d'un grand trou, creuse avec plus de vigueur:
– Allez hop ! crie papa. On va le trouver, ce trésor ! Dans la fosse, Claude sue sang et eau. Il traîne déjà derrière lui quarante ans de mauvaise humeur.

Mais papa en est certain : là où nous vivons, il ne peut y avoir que des trésors. N'y voyez pas une pitrerie. Dans sa sagesse, le Zubial ne croyait qu'au merveilleux.

Rassemblant les courses surabondantes pour les porter jusqu'à la cuisine, j'aperçois par une fenêtre qui s'ouvre ton troisième amant, Jacques, qui m'envoie un baiser. L'un des plus beaux hommes du monde qui sort d'une liaison polynésienne. Il vient de chaparder l'amante tahitienne de Marlon Brando, celle qui le séduit à l'écran dans Les Révoltés du Bounty. Jacques est encore l'acteur starifié d'une série télévisée de l'époque qui faisait frémir les foules en un temps où le nombre réduit de chaînes propulsait vite les notoriétés.

Dans la vaste cuisine, je tombe avec Pierre sur Nicolas, ton quatrième et jeune amant, un prince géorgien, ami des pinceaux, qui achève le dessin intitulé «Les accords tacites de Verdelot». Il montre ouvertement tes hommes du moment, ceux qui t'appellent Fanou, en vous représentant tous sur une scène de théâtre filmée. Attestant leur participation active à cette comédie brillante, ils ont signé dans les marges.

Normal que quarante ans plus tard je me sois marié sur une scène de comédie de boulevard, dans un décor de Feydeau, au théâtre Saint-Georges.

Mais revenons à ces « accords tacites ». Quels sont-ils ?

Ces « accords » que je mis des années à faire comprendre à Hector, issu d'une famille janséniste qui mange du poulet rôti avec belle-maman tous les dimanches.

Que tous tes hommes ont le droit d'avoir leur chambre dans ta maison. C'est comme ça. Ta licence a pignon sur rue, n'en déplaise aux peine-à-jouir et aux peu joyeux. Pour toi, l'amour a pour fonction de rendre réel, non de masquer notre être profond. C'est le tremplin délicieux qui donne accès à son authenticité, au pays merveilleux de sa complexité. Il n'est pas question pour toi de se vautrer dans l'érotisme facile, sans envergure, où les sales rêveurs se dissolvent. La lutte pour la liberté des femmes qu’ont entreprise tes semblables à Paris, c'est toi qui l'incarneras en Seine-et-Marne en y apportant de l'esprit, de la fantaisie, de la littérature et beaucoup de cinéma. À Verdelot, tu n'es plus la « voleuse de mari » qui effraie ; tu es une bénédictine de la liberté, l'inspiratrice d'artistes qui fascine les femmes. Tu aimes embellir les hommes et les combler au-delà de toute raison ? Eh bien, ta vérité sera logée dans ta maison. Il t'a toujours appartenu d'unir tes hommes. Les chambres d'hôtel et les amours furtives, pas ton style. Toi, tu aimes en grand et de manière oblative, en te plaçant au centre de la scène comme l'indique le dessin, entre papa debout et l'un de tes hommes.

Tous ont donc leur chambre à Verdelot, sauf Claude qui, le soir, rejoint en douce son épouse, une femme formidable et trop sage. Merveilleux contrepoids.

Tous ont, je le disais, signé à côté de ton nom – Stéphane Jardin - cet incroyable dessin (y compris le chien Marcel).

Il est également entendu, tacitement, que chez toi, Fanou, on a le droit de tout. À Verdelot, il est bien juste qu'aucune limite n’existe, que la vie puisse sans cesse être réagencée, étendue. On peut fabriquer des montgolfières en papier de soie léger, s'amuser à écrire un film bondissant pour de Funès ou commettre du cinéma d'auteur ennuyeux, empailler un crocodile du Nil, usiner avec les enfants des machines à applaudir (pour les soirs de générales, au théâtre), marier les maîtresses de papa afin de les établir convenablement, tenir en haute estime les prostituées qui ne laissent en repos aucune âme, bricoler une chaudière faite main avec un artisan du coin à demi fou ou faire livrer un bison en peluche. On y raisonne et déraisonne mais on ne politique pas ; on y crée.

De cette entente tacite, qui confine au sublime, naîtra un grand classique du cinéma français qui émut les cervelles des années soixante-dix : Le Vieux Fusil. Tes hommes ont enfanté ce long métrage qui rafla tous les Césars de la première session. Papa en a écrit le scénario, Claude Sautet fut consultant sur le script (c'est lui qui eut la très belle idée des flash-backs avec Romy Schneider), Jacques fut le premier assistant à la mise en scène et Pierre en fut le producteur !

Quant à Romy, à l'écran elle te ressemble, en face d'un faux papa à la voix barytonnante : Philippe Noiret.

L'actrice irradie, porte sur elle l'estampille de Paris, comme dans les films de Claude où elle incarne invariablement la même femme : toi, en vingt-quatre images-seconde. Au point que dans César et Rosalie, Claude fait même lire à Romy l'une de tes lettres en voix off.

Tes hommes produiront aussi quelque chose de tangible : la table gigantesque de notre cuisine où, durant des années, ils ont tous pris ensemble leurs repas du week-end. Superbe meuble fabriqué par les mains qui te caressaient et te célébraient. Une table pour tes hommes, une table à la taille démesurée de tes amours.
— Tu comprends, Hector ? - Heu... nnnn... nnon. - Qu'est-ce que tu ne comprends pas ?
- Ils ont-ont-ont vrrrraiment con-on-onstruit cette table tous ensemble sans se bbattre avec les-les-les outils ?
- Oui. - Ah... - Maman aime l'homme. Je me reprends et précise : - Elle a le sens de l'homme. - Mmmmais, ils fffont comment pour accepter ?

Comment expliquer à Hector l'alchimie euphorisante que tu sus créer entre eux ? Jamais tu ne lésas l'un de ce que tu offrais à l'autre. Avec joie, tu les mettais bien avec eux-mêmes quand tant d'autres femmes incommodent leur moitié. Comment lui faire saisir que ta seule apparition dans la cuisine pour rejoindre tes hommes attablés donnait à vos relations l'apparence d'être fluidifiées ?
Sans doute l'étaient-elles, en effet, dès lors qu'elles en avaient l'air.

Leur liberté intérieure fut ton œuvre.

Chez nous, les routines et l'ennui n'existaient pas. Tu n'établissais que des changements, déconstruisant sans cesse les bases de l'inertie, les convictions qui enterrent. Avec toi, j'ai appris à me défier de toute fixité.

Oh, que tu vas me manquer, ma libre maman.

Ne t’absente pas dans la mort ; la vie en serait décharmée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kielosakielosa   23 novembre 2017
"Un gamin qui jubile avec un livre est un gosse vacciné contre l'échec scolaire."

Alexandre Jardin comme co-fondateur de "Lire et faire lire".
Commenter  J’apprécie          301
rkhettaouirkhettaoui   15 octobre 2017
Tu as vécu au milieu de gens parfois célèbres, mais tu n’as jamais été des leurs. Avec ton étrange regard, tourné vers le dedans et secrètement irrité par les petites libertés, celles qui n’engagent pas, tu as traversé les sixties et les seventies sans leur appartenir. Toute livrée à cette atmosphère confuse, à cette musique dont les rythmes divisent l’être et dissolvent le caractère, aux alcools qui tuent la conscience, tu t’es gardée intacte avec une sorte d’impatience moins faite du dégoût de la frivolité que de ce qui s’y cache d’imposture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   15 octobre 2017
Dans le mouvement de la vie, chacun évite le mur de ses peurs. Toi, tu l’as toujours défoncé avec joie, indiscipline et délicatesse.
Ton goût immodéré de la liberté, ton acharnement à aimer, à ne jamais tricher sur tes désirs, recouvrent une sorte d’austérité morale.
Les arrangements de l’existence, jouir avec parcimonie ou s’attarder dans des liaisons sinistrées, tu ne connais pas. En amour, tu déménages avant que l’usure ait eu sa part. Tu ne sais pas laisser battre ton cœur au ralenti. Avec toi, et dans tous les domaines, l’improbable rafle tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   15 octobre 2017
Comme s’il était évident qu’un être humain n’a pas le droit moral de commettre un acte auquel il ne croit pas, de signer des mots qui ne le révèlent pas. Aucun contrat au monde ne devrait être supérieur à cet axiome.
Les gens pensent parfois ces choses-là, en songe ou dans les livres, tu les vis.
De toi, j’ai appris que s’élancer dans les gouffres permet à nos ailes de pousser. Sans cette absolue confiance dans la vie, tout nous retient. Et l’existence n’est plus qu’un rendez-vous raté avec soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Alexandre Jardin (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Jardin
Retrouvez notre émission "Studio Huyghens" ! Mélissa Da Costa, Anne-Gaëlle Huon, Sophie Tal Men, Gavin's Ruiz, François Roux, Eric Fouassier et Alexandre Jardin vous présentent leur roman paru ou à paraître au mois de mai. Vous découvrirez aussi la bande-annonce des "Lions de Sicile", premier tome de la saga des Florio de Stefania Auci .
autres livres classés : roman biographiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Alexandre Jardin

Né à Neuilly-sur-Seine en ...

1955
1965
1975
1985

12 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre JardinCréer un quiz sur ce livre

.. ..