AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ingrid Monchy (Illustrateur)
ISBN : 2070559629
Éditeur : Gallimard Jeunesse (18/03/2004)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 59 notes)
Résumé :
Est-il possible de vivre sans adultes ?
De dire non à l'univers raisonnable et sérieux des grandes personnes ?
Au fond, les parents sont-ils vraiment nécessaires ?

Ce récit fabuleux est une vraie histoire.

En 1980, des garçons et des filles se retrouvent seuls avec leur instituteur sur une île du Pacifique Sud. Humiliés par leur maître, ils se révoltent, déchirent leurs habits et se colorient le corps ; puis ils se débarra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ileauxtresors
  04 décembre 2017
Les enfants ont exhumé ce petit roman de la bibliothèque familiale, attirés par sa couverture bariolée et un titre accrocheur. J'ai été loin d'être convaincue.
Les enfants de l'île de la Délivrance mènent une vie morose jusqu'au jour où l'ensemble des adultes de l'île embarque pour venir en aide aux habitants d'une île voisine. Ne reste sur place qu'un seul adulte, leur affreux instituteur qui fait régner une véritable terreur à l'école. Constatant que les parents ne rentrent pas, les gamins décident de s'émanciper radicalement de la domination des adultes et se débarrassent de ce dernier spécimen. Sous l'égide du charismatique Ari Chance, ils entreprennent alors de construire une société d'enfants à vie qui se peignent des vêtements fantaisistes sur le corps, jouent perpétuellement, vivent dans une liberté complète, abolissent le temps et l'écriture (remplacée par des rébus) et tournent en dérision toutes les institutions adultes, comme l'école ou le mariage.
L'intrigue de base est intéressante et pourrait être celle d'un roman de Roald Dahl. Imaginons qu'un groupe d'enfants soumis à des adultes antipathiques parvienne à s'extraire définitivement de leur tyrannie : que feraient-ils et que deviendraient-ils ? le livre est, en revanche, extrêmement décevant au regard de ce qui aurait pu être tissé à partir de cette expérience pleine de potentialités. L'histoire aurait été plus riche si les adultes (et leurs tenants) n'avaient pas été aussi caricaturaux : les enfants de nos sociétés pourraient aspirer à s'émanciper de l'ordre adulte sans qu'il soit nécessaire pour cela qu'ils aient affaire à des tyrans psychopathes ! L'intrigue aurait alors été plus complexe et les décisions des enfants de la Délivrance moins faciles à prendre. La grande déception vient véritablement de leur échec à faire volet en état l'ordre adulte : à sans cesse vouloir prendre le contre-pied de leurs aînés, les enfants du roman semblent obsédés par les adultes et conservent finalement l'essentiel : ils se débarrassent du joug de leurs parents pour se soumettre aveuglément à un leader charismatique assorti de « rapporteurs » qui traquent les comportements raisonnables ; leurs rapports sociaux sont genrés à l'extrême, avec des filles cantonnées aux cimes des arbres attendant que les garçons finissent de guerroyer et entreprennent de les séduire ; les jeux tournent autour des métiers, du maintien de l'ordre enfant et du mariage (à l'Eglise !) ; la cohésion du groupe émerge de la contrainte, du mépris des outsiders et de symboles patriotiques comme la Marseillaise à peine réécrite.
Au final, on ne parvient pas à croire à cette société d'enfants faussement naïfs qui ne semblent pas authentiques et dont on sent à chaque page que les idées sont en fait celles d'un adulte. de véritables enfants jouiraient de leur liberté de façon innocente et intuitive et… ne passeraient pas autant de temps à se préoccuper des adultes. Par exemple, les bambins qui jouent au Papa et à la Maman n'auraient jamais l'idée de mimer le patriarche qui ignore sa compagne et ses attentions, ce n'est tout simplement pas du ressort de leurs préoccupations – et c'est très bien comme cela.
Si l'intrigue vous dit, lisez plutôt Sa Majesté des Mouches ou même Peter Pan ; les potentialités de l'île déserte pour une bande d'enfants en quête d'aventures ne sont pas du tout exploitées, autant se rabattre sur Robinson Crusoé ; et si vous aimez les néologismes, privilégiez le Bon Gros Géant de Roald Dahl, ceux des enfants de la Délivrance, combinés de façon peu crédible à l'usage de termes soutenus, sont lourds et agaçants.
Je ne conseillerais donc vraiment pas la lecture des Coloriés, dont je n'ai vraiment apprécié que les illustrations chatoyantes. En revanche, nos garçons se sont laissés prendre par l'histoire que nous avons donc lue jusqu'à la fin. le livre leur a clairement plus plu qu'à nous.
Lien : https://elireblog.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cocotte21
  01 septembre 2014
Pourquoi n'ai-je pas entendu parler de ce bouquin avant? Une véritable découverte en soi. Enfin un livre qui propose une idée nouvelle!
Le livre est écrit avec un langage enfantin, dans une simplicité mixant peur et envie de nouveauté.
Je vous le recommande vraiment, même si les premières pages peuvent être déstabilisantes, c'est ce qui fait le charme du roman.
Voyez la vision innocente de la vie des adultes par des enfants et je suis convaincue que cela va vous faire réfléchir sur vos motivations et sur la façon dont vous vivez.
J'adore, tout simplement.
Commenter  J’apprécie          50
Cielvariable
  17 mai 2014
C'est tellement ennuyeux que je ne peux même pas imaginer que des jeunes aient envie de le lire.
Commenter  J’apprécie          50
clodynette
  05 août 2010
j'ai aimé
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   20 mai 2014
Pour repérer l'infâme Casimir, Dafna avait conçu une "Machine à flairer les méchants", sorte de radar à crapules que l'on fixa sur la tête de Milady, la girafe la plus haute du cheptel. L'appareil était composé d'une boussole branchée sur une cervelle fraîche de coyote (bestiole réputée inhumaine). En présence d'un être vivant abject et cruel, le détecteur était censé allumer une ampoule rouge (grillée), alimentée par une pile (usagée).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   20 mai 2014
- Dorénavant, dans le journal Arc-en-Ciel, on mélangera les nouvelles exactes et celles imaginées, vu qu'elles peuvent avoir le même effet! On s'en fout qu'elles soient vraies ou fausses. Le seul truc important, c'est que les nouvelles soient captivantes!
Commenter  J’apprécie          20
IleauxtresorsIleauxtresors   04 décembre 2017
Exalté et persuasif, Ari ne cessait de sermonner ses partisans. Il leur rappelait avec foi la nécessité de rompre avec les valeurs malsaines auxquelles les adultes ont l’air de tenir : le travail, le respect maniaque des habitudes et la manie de taire ce que l’on éprouve vraiment. Pourquoi les grands avaient-ils l’obsession d’être conséquents, alors que c’est si drôle de ne pas l’être ? Et le souci de ne pas trop gigoter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CielvariableCielvariable   20 mai 2014
- Tous aux théâtre! On n'a qu'à laisser les vêtements des parents au vestiaire! Ça nous fera des costumes pour les spectacles comiques!
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   20 mai 2014
- Tu lui as donné un rendez-vous?
- Non, il patiente encore... Moins tu donnes, plus il te veut!
- Putain de pétroleuse! T'es pas un peu garce? demanda Dafna.
- Non, pas garce, efficace!
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alexandre Jardin (64) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Jardin
Interview Raphael Mezrahi - Alexandre Jardin
autres livres classés : amusementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Alexandre Jardin

Né à Neuilly-sur-Seine en ...

1955
1965
1975
1985

12 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre JardinCréer un quiz sur ce livre