AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2367469083
Éditeur : La Geste (06/09/2017)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Comment « partir à l’heure » lorsque les souvenirs d’une vie de cheminot vous hantent ?

Qui est cette jeune femme, blottie contre une statue du parvis de la gare ?

Alice parviendra-t-elle à prendre son train et à fuir cet homme qui la poursuit ?

En mai 1945, qu’est-il arrivé à Jeanne pour que celle-ci défile tondue sur la place Maison-Dieu ?

Qu’attend le chien Argos, les yeux rivés sur l’escalier descendant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Epictete
  31 octobre 2017
Le projet était un peu fou. Heureusement, il en existe encore, même dans le domaine littéraire, surtout quand ils sont soutenus par un éditeur de qualité.
Il s'agissait de réaliser un ouvrage autour d'un monument remarquable au niveau architectural, mais à portée relativement locale, en associant cinq auteurs de nouvelles, un photographe et un dessinateur.
Le monument visé était la gare des Bénédictins à Limoges.
Le résultat nous donne cinq nouvelles qui sont résumées en quatrième de couverture ; je ne les reprendrai donc pas en détail ici. Elles sont en tout cas toutes bien noires, de styles et d'époques très différents, mais restent très modernes par le niveau de réflexion qu'elles inspirent au lecteur.
Les photos en noir et blanc sont remarquables d'intensité et donnent une ambiance toute particulière à ce volume, imposant dans de nombreuses pages la présence parfois lourde de la gare. Ces photos n'illustrent pas seulement le texte, elles font partie du texte, à tel point qu'elles peuvent servir de fond de page, derrière le texte.
Je dois avouer que les dessins m'ont laissé moins d'impression, moins de souvenir.
C'est vraiment un très bel ouvrage, tant au niveau du texte, que de la mise en page et de la qualité du papier employé.
Il mérite une dose de curiosité de la part de tous les amateurs de nouvelles, de beaux projets, de gares, de photos, qu'ils soient à Limoges ou ailleurs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Miss_Huakinthos
  27 octobre 2017
Dans le cadre de ma participation à la masse critique de Babelio, j'ai reçu ce sublime recueil de nouvelles noires. La couverture représente bien le thème du livre "La gare en noir". On peut y voir une photo en noir et blanc de la gare de Limoges, une représentation de Jean Gabin, cigarette à la bouche, prêt à mener l'enquête, et la couleur rouge qui flotte derrière le campanile. En feuilletant le livre, les pages sont épaisses, illustrées et varient entre noir, rouge et blanc. Ca nous plonge dans l'atmosphère attendu d'un polar noir.
1."Argos" de Laurence Jardy
Il s'agit de l'histoire d'un galgo espagnol, Argos, recueilli par un jeune garçon de 14 ans, fils de cheminot. On partage le point de vue de chacun :  le lévrier maltraité en Espagne, laissé pour mort et expatrié en France à ses deux ans pour rejoindre Ben, adolescent devenu orphelin. A travers des répétitions de phrases, l'auteur insiste sur le vieillissement du chien comparé à la jeunesse et fougue de Ben, âgé alors de 22 ans. On a peu de dialogues, beaucoup d'introspection. Finalement, cette histoire est à la fois touchante et troublante.
2. "Incendie" de Laurine Lavieille
On va d'abord suivre Alice, en pleine séparation. Son mari apparaît comme une personne possessive, voire violente, mais rien de concret. La jeune femme s'en va à la gare de Limoges pour fuir loin de lui.
Puis on va à la rencontre de Nathalie, peintre et pompier volontaire. Elle est appelée dès la prise de son service, sur un grave incendie à la Gare de Limoges.
Le changement entre les personnages est radical et imprévisible, mais est très bien mis en page dans le recueil. Cet incendie a réellement existé et on va être plongé, à travers le point de vue de ces deux femmes, dans le chaos de cette tragédie.
3. "Un éclair d'or" de Franck Linol
L'histoire se déroule en 1944. On va suivre plusieurs personnages qui vont tous être liés au final. D'abord Jeanne, tombée amoureuse de Siegfried, un "boche", puis un trio opportuniste et un résistant.
C'est un texte très historique (faits corroborés à la fin de la nouvelle par l'auteur) avec des scènes fictives. Les phrases sont relativement longues ce qui donne un rythme assez lent malgré de nombreux rebondissements.
4. "Partir à l'heure" de Joël Nivard
Un homme, dont on ne connaîtra le nom qu'à la fin, vit son avant-dernière journée de travail, la retraite au bout des doigts. Il nous décrit dans les détails sa manière de voir la gare, le trajet jusqu'à son travail, sa vie... Il est musulman, et particulièrement extrémiste puisqu'il est parti pour finir kamikaze... ou pas.
Ce texte est très long à cause des descriptions, ce qui n'est vraiment pas ma tasse de thé, mais ça ne change rien au style poétique de l'auteur. La fin est très inattendue et j'ai apprécié de me faire secouer ainsi.
5. "Loin de Chibok" de Franck Villemaud
L'histoire d'une jeune nigérienne arrivée à Limoges. C'est basé sur des faits réels précisés dans les notes de l'auteur, à la fin. Les thèmes abordés sont lourds : l'enlèvement de 276 lycéennes à Chibok, au Nigéria, la traite des êtres humains, les demandes d'asile en France.
Le récit est écrit selon le point de vue de cette adolescente de 17 ans, en utilisant des métaphores sur la naissance ou la maternité. le langage est donc celui d'une jeune nigérienne, ne maîtrisant pas tout le vocabulaire français, et qui reste tout de même dans un style très poétique. Autant ce langage m'a été difficile, autant l'histoire est satirique de notre société face aux étrangers cherchant l'asile, ce qui l'a rendue très intéressante.
Conclusion : 
Je dois dire que les nouvelles se suivent merveilleusement bien. On commence avec un chien qui arrive à la gare de Limoges, recueilli par un fils de cheminot, puis des personnages qui vivent à Limoges et sont au coeur de l'action (à différentes époques et de différents milieux), et on termine avec une jeune femme qui nous ramène à la gare, directement sur le sommet du campanile.
J'ai adoré le tenir en main, me laisser porter dans ce voyage et sentir les rails de la vie traverser mon esprit. Les histoires sont variées, les styles tout autant. Les illustrations et photos sont bien choisies, plantent le décor et nous plongent dans cette ambiance sombre. Ces nouvelles noires devraient vraiment plaire aux amoureux du genre et la version papier est particulièrement magnifique, je vous la conseille vivement.
Lien : https://abaciaetacu.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalie02
  11 novembre 2017
Pas sûr que ce recueil vous donne envie de visiter Limoges ou de prendre le train ! Quand on demande à des auteurs de ciseler une nouvelle sur le thème «terminus, la gare en noir », on n'obtient pas une brochure touristique !
Deux de ces nouvelles regorgent de clichés et laissent une impression d'invraisemblance. Les trois autres apportent des éléments originaux et une chute inattendue.
Les photos en noir et blanc et les dessins noirs, blancs et rouges ajoutent beaucoup à l'ambiance du recueil.
1- Un adolescent, éprouvé par les deuils, trouve du réconfort en adoptant un lévrier maltraité par des chasseurs en Espagne. Tout le monde l'apprécie. Mais après quelques années aux Langues Orientales à Paris et de trop longues heures sur Internet, il n'est plus le même…
2- Nathalie est pompier volontaire. Alice est une femme battue qui va quitter Paul avec Pierre par le train. Mais un incendie éclate dans la gare et Alice voit son mari entrer. Elle grimpe dans les étages, mettant en danger l'équipe de pompiers. Parviendra-t-elle à rejoindre son amant et à fuir ?
3- Des « résistants de la 11e heure » tentent de mettre la main sur des caisses d'or nazi. Pendant ce temps, une Française amoureuse d'un simple soldat allemand subit l'humiliation réservée aux « collaboratrices horizontales ». Quant au jeune Allemand…
4- Un cheminot à la veille de la retraite remarque le manège de deux hommes qui pourraient bien sortir des kalachs de leurs grands sacs de sport…
5- Une Africaine de 17 ans, qui a échappé à des ravisseurs extrémistes, se comporte comme si elle avait tout oublié avant son arrivée en gare de Limoges. Sa véritable histoire pourrait lui valoir un statut de réfugiée, mais celle que les passeurs lui ont soufflée ne convainc personne. le lecteur sait qu'elle ne simule pas et se désole de l'issue probable…
Le style de cette dernière nouvelle est particulièrement émouvant, le lecteur suit l'étonnement de la jeune migrante devant les sigles de la Justice, sa prise de conscience que son cerveau a étouffé des renseignements et la construction d'un monde intérieur que ses interlocuteurs ne peuvent saisir…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
nathalie02nathalie02   11 novembre 2017
Je venais donc de naître et je devais tout apprendre. Je na savais encore que babiller ce langage imposé à moi par mes 17 ans et quelques semaines d'attente dans le ventre de mon passé, seulement nourrie alors du cordon de quelques milliers de kilomètres que j'aurai finalement déroulé jusqu'en son bout, et qu'une porte de gare aura finalement sectionné pour me permettre de respirer enfin.
Commenter  J’apprécie          00
nathalie02nathalie02   11 novembre 2017
Pourquoi, au milieu de cette foule, son regard s'accroche-t-il à cet autre dont le bonnet rabattu sur le front ne laisse apercvoir que le visage blême ? Les yeux vides. Sur le sol, le sac Nike? Le corps mong et mince dont la taille est disproportionnellement enflée C'est le visage entrevu à l'entrée du parking.
Commenter  J’apprécie          00
nathalie02nathalie02   11 novembre 2017
Pierre avait déclipsé les deux parties du pendentif et avait fait passer la moitié noire, en forme de goutte, sur la chaïne en or d'Alice. Il avait gardé la partie blanche au point noir et l'avait accrochée à son bracelet en cuir tressé.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : troublantVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les femmes et la littérature

Quel est le nom du roman de Marie NDiaye qui lui a valu le prix Goncourt en 2009 ?

Alabama song
Trois femmes puissantes
Les Heures souterraines
Trois jours chez ma mère

10 questions
3844 lecteurs ont répondu
Thèmes : Femmes écrivains , femmes , HéroïnesCréer un quiz sur ce livre