AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Elfes - BD tome 12 sur 35
EAN : 9782302048560
56 pages
Soleil (02/12/2015)
4.05/5   109 notes
Résumé :
Ora, une jeune elfe élevée par des orcs est devenue une guerrière et veut prouver à tous qu'elle est digne du clan. Elle décide alors de se venger de celle qui a tué ses parents et l'a chassée de sa forêt : Eliseii, la reine des elfes. Mais la tuer condamnerait les Sylvains à une mort certaine, car partout autour d'eux, les hommes meurent sous les crocs de monstres venus du Nord... avant de revenir à la vie, affamés et malveillants !
Que lire après Elfes, tome 12 : La Reine des SylvainsVoir plus
Elfes, tome 1 : Le crystal des Elfes bleus par Corbeyran

Elfes - BD

Éric Corbeyran

3.66★ (10291)

35 tomes

Orcs et Gobelins, tome 1 : Turuk par Sentenac

Orcs & Gobelins

Alexis Sentenac

4.10★ (2634)

25 tomes

Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
4,05

sur 109 notes
5
5 avis
4
10 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
Face aux dessinateurs de mangas qui sortent 48 pages en 2 semaines et face aux dessinateurs de comics qui sortent 48 pages en 2 mois, il est difficile de fidéliser un public avec des dessinateurs de bandes dessinées qui font 48 pages en 2 ans… Donc de plus en plus d’éditeurs ont opté pour la formule gagnante de la collection thématique où interviennent plusieurs auteurs (les puristes crient à l’hérésie, mais il fallait bien trouver une solution pour ne pas dépérir encore davantage face à la concurrence). C’est dans cette optique que les éditions Soleil ont sortie les séries "Elfes" puis "Nains"…


Dans ce tome 12, après avoir détruit Aspen (voir "Elfes" tome 6), Cadania (voir "Elfes" tome 9) et Kastennroc (voir "Elfes" tome 11), la mago psycho Lah’saa continue sa conquête du monde… L’Hiver vient ! (d’ailleurs soit dit en passant, vachement plus vite que dans la saga de G.R.R. Martin)

Au cœur des gorges volcaniques du Margh, loin au Sud de la Forêt de Duhann, la petite elfe Sybil voit son père blessé mourir d’épuisement sous ses yeux… avant de tomber sur un commando ork qui se dispute au sujet du sort à lui réserver. Mais le chef ork a une petite idée la concernant ! Les dés en sont jetés et elle devient Ora, fille de Roo et ’Ma, sœur d’Ekba et Braa… (merci à David C. pour le pitch ^^)
Chez les orks on respecte le courage, et c’est tout naturellement qu’est respectée la « brindille » qui malgré son manque de muscle et de corpulence est devenue une des meilleurs chasseuses du clan. Mais après la cérémonie qui fait d’elle une guerrière à part entière, elle fait le serment de mettre fin aux jours des assassins de son père biologique… Sauf que la peste mort-vivante s’est abattue sur les Cités-Etats de Tarascon et que les jours de tout le monde sont désormais comptés !
Pour les réfugiés de la Forteresse de Lierre, le dernier espoir est que l’elfe rebelle renoue avec la magie des siens et maîtrise le pouvoir du crystal vert, car sinon pour chacun il n’y aura plus de lendemain… Ora pourra-t-elle vaincre Eliseii la reine des elfes sylvains qui en devenant un monstre est passée à l’ennemi ?
Depuis plusieurs tomes les morts-vivants balaient tout sur leur passage, mais ici c’est peut-être enfin le début de la fin pour la pétasse nécromancienne qui les dirige… Car Ora l’elfe au cœur d’ork qui est devenu Reine au lieu de devenir Khan passe en mode search and destroy ! Il ne manque plus que Fall l’elfe blanc au cœur noir, Gaw’yn l’efle noir au cœur blanc et Redwin la Légende pour que la fête soit complète et que cela chie des bulles pour les bad guys… Humains, nains, elfes, orks : la Grande Alliance contre-attaque !!!

Graphiquement je ne sais pas trop comment juger le travail de l’italien Gianluca Maconi assisté aux couleurs d’Olivier Héban. On est dans les nouveaux standards SFFF de chez Soleil, mais j’ai trouvé celui-ci moins soigné que la plupart des autres tomes de la saga, surtout quand je vois les cicatrices d’Ora qui vont et viennent en fonction des cases et des planches. En fait, je crois que c’est plutôt inégal car toute la partie combat des chefs est bien fichue et m’a rappelé au bon souvenir de la BD Dark Fantasy "Arawn" et par là à celui de l’héritage Métal Hurlant.
Le vrai problème vient qu’on veut dans le même tome nous faire un "Danse avec les loups" à la sauce J.R.R. Tolkien et un "Seigneur des anneaux" à la sauce George Romero. C’est beaucoup trop pour un seul tome de 54 pages, donc fatalement les rebondissements pour faire avancer l’intrigue sont peu ou prou artificiels (la reine sylvestre connectée à la Terre Mère qui ne détecte pas l’invasion de goules c’est abuser de notre suspension d’incrédulité). Déjà que la place manque, alors je n’ai pas compris pourquoi on s’échinait à rependre tous les codes du zombie virologique (l’épidémie, la quarantaine, « OMG j’ai été mordu(e) », « il faut viser la tête ! » et tutti quanti).

Sinon sympa le théâtre de marionnettes de la page 22, qui nous résume les tomes 2 et 7, mais j’ai presque été frustré de voir aussi peu Garm le guerrier ork au cœur d’or qui pète à la fois la classe et la badassité et de ne pas voir ce grand frère parti guerroyer sur le continent… Qui sait, ce n’est peut-être que partie remise ? blink
Commenter  J’apprécie          290
" C'est peut être une idée à la con, mais j'aimerais trop voir une jeune elfe élevée par des guerriers orks." a-t-on dit un jour à Jarry, le scénariste spécialisé dans les Elfes sylvains.

Une idée plutôt sympathique en effet !
J'ai beaucoup aimé cette première partie où l'on voit la frêle et toute jeune elfe Ora devenir une super guerrière au contact de sa famille "adoptive" 'Pa et 'Ma, un couple d' Orks affreux mais combien attachants et drôles !
Le scénario, néanmoins, s'enlise quelque peu dans une bataille convenue entre Ora et la reine des Sylvains. Cette dernière s'est faite croquée par un des morts-vivants venus du Nord et transformée à son tour en un monstre impitoyable. Bon, on commence à en prendre l'habitude ...et cela devient un peu moins palpitant d'autant plus que la fin me semble un peu brouillonne.
Commenter  J’apprécie          230
Ah la CATA, je viens de subir ma première déconvenue dans l'univers des Terres d'Arran : je n'ai pas aimé ce tome.

Pourtant, je dois bien admettre que tout partait très bien. Nous découvrons la petite Sybil, rebaptisée Ora par les Orks qui la reccueille. Elle sera élevée comme une des leurs et quand on connait l'animosité que se vouent Elfes et Orks depuis toujours, le scénario a de quoi être plaisant.

Je vais dès à présent évoquer pas mal de points qui risquent d'être sensibles pour toute personne qui n'aura pas lu la BD alors si c'est le cas : faites demi-tour ! :)

Je n'ai pas du tout adhéré au personnage d'Ora. J'ai eu du mal à comprendre la façon dont sa volonté de venger la mort de son père est amenée. J'aurais tellement préféré que ça soit l'inverse : que ce soit plutôt les Elfes qui viennent la chercher, ELLE, plutôt qu'elle n'aille à eux, parce qu'ils ont grand besoin d'elle au fond. Puisqu'elle est amenée à prendre la relève d'Eliseii, c'est donc la Reine qui aurait pu aller à sa rencontre. (Une Elfe élevée par des Orks, ça ne passe pas inaperçu aussi longtemps, je pense). La Reine aurait alors évoqué avec elle les circonstances de la mort de son père mais aussi le rôle qu'elle aura à jouer dans le conflit à venir. Se refusant à la laisser partir, son clan Ork l'aurait suivie, créant une alliance temporaire entre Elfes et Orks. (à circonstance exceptionnelle, décision exceptionnelle). Ce scénario aurait permis :
-d'éviter de faire passer Ora pour une belle égoïste en tournant le dos à sa famille adoptive aussi aisément ;
-d'éviter de faire réapparaître les Orks au cours du récit de manière hasardeuse et qui arrange franchement tout le monde, évidemment au bon moment hein ? ;)

J'ai également trouvé le personnage d'Ora un peu puéril. Notamment quand elle veut se couper le bras et se barrer loin du piège des Goules. Là, ça ne la dérange plus du tout de retourner auprès des Orks, qui jouent un peu le rôle de bouche trou sur le moment.
Son absence totale d'émotion à l'évocation de la mort de sa mère adoptive est également un peu dommage. Je sais bien qu'elle a été élevée comme une Ork et que c'est une dure à cuire mais quand même, on sent une volonté dans ce tome de rendre les Orks sympa, et au final la seule à ne pas l'être, c'est elle. Même son père adoptif s'est montré bien plus touchant à son égard, en se comportant comme un vrai daron.

J'ai l'impression que cela fait beaucoup de méchantes choses mais je n'en ai même pas terminé ... Les dessins sont vraiment brouillons, les visages sont parfois de vraies bouillies sans émotions, certains n'ont jamais la même tête à chaque apparition, c'est assez troublant. C'était déjà un point négatif que j'avais noté dans les précédents tomes de l'axe concernant les Sylvains, mais là, j'ai eu l'impression que c'était encore pire.

Vu la note globale qu'a recueilli ce tome, mon avis détonne un peu et je serais curieux d'échanger avec d'autres lecteurs. Pour ma part, je ne suis pas vraiment certain de lire le prochain tome des Sylvains (le 17 si je ne m'abuse). Il me tardait déjà d'en finir avec celui-ci.
Commenter  J’apprécie          63
Il faut s'attendre à tout avec un Nicolas Jarry aux commandes. Ici il nous propose de suivre la vie d'une jeune elfe, orpheline, recueillie et élevée par des Orcs, et qui ne rêve que de venger la mort de son père. Déjà il fallait oser toucher à la sacro sainte image de l'elfe, pure et noble, et en faire un rejeton de cette race infecte qu'est l'Orc, que les elfes abhorrent par dessus tout. Cela est une chose mais Jarry pousse le bouchon encore plus loin en faisant adopter à son héroïne, non seulement le langage mais les moeurs des Orcs. D'un côté cela finit de rendre cohérent jusqu'au bout cette histoire, mais également donne lieu à des situations et des dialogues plus que fantaisistes. La touche d'humour est ici présente autant sur le fond que sur la forme. Mais Nicolas Jarry ne s'arrête pas là car il finit d'enfoncer le clou en faisant de son elfe, l'héritière du pouvoir des elfes sylvains, ce fameux cristal détenue par l'actuelle reine, Eliseii, rencontrée dans un précédent volume. Et qui dit héritière, dit rebondissement scénaristique que je vous laisse découvrir. Cela frise le cynisme ou la caricature volontaire, à seule fin de bouleverser définitivement les codes.
Mais au delà de ça, Jarry nous parle avant tout de filiation et de lien parental. Cette Elfe orpheline, Ora ( ou Sybil), partagée entre ses racines elfiques et sa famille d'adoption Orc se retrouve bien malgré elle sur le devant de la scène de cet immense théâtre alors qu'elle n'était jusque là que motivée par son désir de vengeance. L'objet de sa vengeance étant au passage l'un des personnages clé de ce tome, et même de la série. Partagée car plus elle grandit, plus sa nature revient et s'impose à elle mais les liens affectifs sont forts au point que c'est sa famille adoptive qui lui permettra d'accomplir ce pourquoi elle est née, au moment où elle souhaitait repousser complètement son destin et lâcher prise. J'ai apprécié la scène qui entretient un sentiment de doute quant aux réelles motivations de Sybil, quelques mots qui font penser qu'elle ne s'est pas laissé enlever si facilement...
Une page se tourne définitivement dans ce tome ( et même depuis le tome précédent je dirais) puisque des personnages importants disparaissent pour laisser la place aux nouveaux venus.
Commenter  J’apprécie          50
Ora est une petite elfe sylvain qui a été élevé parmi les orks. Son courage et ses talents de chasseuse sont respectées dans son clan malgré son appartenance à une autre race. Néanmoins elle ne peut renier ses origines et décide d'aller faire payer la mort de son père biologique à la reine de elfes sylvains. C'est oublier la terrible menace qui se répand sur la terre. Celle des Goules.

Un tome en dessous des précédents de cette excellente série Elfes.
La classique histoire d'une petite elfe éduquée par une autre race ne rend pas le scénario très originale. Néanmoins Ora est un personnage très charismatique dont l'évolution, bien qu'un peu rapide mais que voulez-vous format du one-shot oblige, est bien amenée.
Je déplore surtout une fin un peu rapide qui manque de développement. On est un peu frustré que tout aille si vite.
Bien évidemment l'on sent que l'on reverra Ora, dans cette guerre contre les goules où tous nos héros vont se réunir. Ah cela fera surement une rudement chouette de bataille finale!
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
Elbakin.net
28 janvier 2016
Ce tome confirme que, depuis le début de la troisième saison, le rythme s’est nettement accéléré, ce qui promet du très bon pour la suite.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
- Pourquoi Pao a jamais l’air content de moi ? Il dit toujours du mal de moi ? C’est parce qu’il voudrait être à la place de ‘pa ou parce que je ne suis pas pareille que les autres ?
- Non, ma loupiotte… C’est parce que tout ses fils sont morts et que sa femelle l’a quitté pour un mâle d’un autre clan.
- Ils ont morts comment ?
- Tu n’as pas à le savoir !
- ‘ma ! S’il te plaît !
- C’était quelques années avant que t’arrives… Ton grand-père était encore le chef du clan et Pao devait lui succéder. Et puis il u eu la guerre…
- Pourquoi ?
- Pour une raison stupide. Les mâles font toujours la guerre pour des raisons stupides.
Commenter  J’apprécie          180
- Si tu avais été un ork, tu aurais été un grand khan, mais puisque tu es une elfe tu seras une reine. Et je sais que si tu refuses d’utiliser ce truc de sorcier, on seras tous morts avant longtemps !
- De jolis mots sortis de la gueule d’une brute épaisse ! Ce n’est pas une nuit qu’elle apprendra à manipuler le crystal. Elle n’a même pas appris à entendre le chant de la Terre Mère !
- Tu peux penser jouer les petits chefs, mais tu crois que je vois pas qu’elle t’a emberlificotée toi aussi, l’avorton. Mais fais gaffe, si tu essaies de la culbuter dans les fougères, je t’arrache ton minuscule robinet à pisse parfumée et je te le fais bouffer.
- !
Commenter  J’apprécie          122
Les voix de ses frères ne lui parvenaient pas. Elle écoutait le cœur de la Terre Mère. Ce battement profond qui parfois semblait se dissoudre dans un chant cristallin et harmonieux avant de se mettre à gronder comme un torrent furieux… Elle comprit qu’il importait peu qu’elle fût une elfe ou une ork. Elle était fille de la terre, comme tout être qui naissait. Et retournerait à la terre comme tout être qui mourait… Ce qui ne suivant pas ce principe, ce qui refusait de retourner à la terre, était corrompu, et la corruption devait être combattue.
Commenter  J’apprécie          120
Après un long voyage, Ora parvient à la lisière de la forêt de Duhann. Plongeant son corps nu dans l’eau glacée d’une source, l’elfe prit conscience que plus jamais elle ne pourrait revenir au village. Même si elle survivait à son rekma, une part de son innocence serait réduite à néant. Les odeurs de la forêt tout proche éveillaient en elle des souvenirs qu’elle pensait à jamais perdus… La porte qu’elle s’apprêtait à ouvrir, plus jamais elle ne pourrait la refermer.
Commenter  J’apprécie          120
- Tu m’as promis que si j’arrivais à te tendre une embuscade et à te saigner, alors tu m’apprendrais à être un guerrier ! […]
- J’ai vraiment dit ça, Braa ?
- Ouaip ‘pa… Le soir où t’as becté les champignons à rêves avec l’oncle Hunk et l’oncle Pao…
- … Très bien, je vais t’entraîner en même temps que tes frères… Mais tu devras quand même aider ta ‘ma quand elle aura besoin de toi.
- Promis !
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Nicolas Jarry (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Jarry
Guerres d'Arran 3
autres livres classés : elfesVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (313) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5280 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}