AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782302080485
56 pages
Éditeur : Soleil (29/01/2020)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Athé'non, fils du roi d'Elsémur est un elfe brisé. Hanté par la mort de son âme-soeur, il vagabonde, volant pour se payer ses feuilles de Kicha, une drogue puissante qui l'apaise. Après un larcin de trop, il doit combattre dans une arène pour le bon plaisir d'un roi humain. Il lui faudra trouver la force de surmonter son addiction et dompter sa souffrance comme autrefois il a dompté le Raïten-Kahlaal...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Alfaric
  02 février 2020
Dans le calendrier de la saga des Terres d'Arran, les Elfes Bleus sont généralement mis en scène par Jean-Luc Istin au scénario et l'espagnol Kyko Duarte aux dessins, mais pour des raisons qu'on finira bien par savoir un le premier laisse son histoire à Nicolas Jarry et le deuxième laisse son story board à l'italien Giovanni Lorusso. D'habitude ce genre ce truc n'aboutit pas à de bons résultats, mais ici l'honneur est sauf (sauf que me demande qui va s'attaquer au tome 27 dédié aux Elfes Sylvains puisque les auteurs qui y étaient préposés ont dû suppléer ceux ceux de ce tome 26)...
Dans ce tome 26 intitulé "Raïken-Kahlaal", nous retrouvons Athé'non prince elfe bleu en exil qui ne plus d'être au bout du rouleau n'est plus que l'ombre de lui… le héros du Siège de Kastennroc et de la dernière bataille contre les goules n'a plus la haine pour le faire tenir debout et le faire avancer. Un expédient peut en chasser un autre, et il tombe sous l'influence de la drogue dénommé kicha pour oublier son chagrin d'avoir perdu Valamen l'unique amour de sa très longue vie qu'il a du tuer de ses propres mains pour lui épargner une horrible agonie. Il sombre de plus en plus bas, jusqu'au jour où il est condamné pour vol avant d'être vendu comme esclave aux arènes la très prospère et très racistes Cité-Etat de Kasatell dirigé par un roi suprématiste et sadique qui veut joindre l'utile à l'agréable en transformant son programme de nettoyage ethnique en jeux du cirque. Au gagnant des jeux cruels et pervers qu'il a organisé la promesse illusoire de la liberté…
En prison il retrouve les Orcs Killrock et Rank en deuil de leur compagnon d'armes Tarrec (voir "Elfes" tome 16), ainsi qu'Akaryon un compatriote elfe bleu et ensemble ils jurent d'aller le plus loin possible dans les délires d'un crevard qui n'est pas sans rappeler le Baron Sukumvit de sinistre mémoire pour ceux qui ont connu la grande aventure des "Défis Fantastiques". Ils vont devoir affronté la perversité de leurs goelizers, les monstres capturés spécialement à leur intention pour les lâcher sur eux, mais aussi un maître nain adepte du « chacun pour soi et Dieu pour tous ! », un Elfe Blanc aussi arrogant et aussi raciste que le vilain of the week, et des gangsters peaux-vertes revanchards. Tomber 7 fois, se relever 8 ! Nicolas Jarry reprend sa narration à la première personne et sa structure en flashbacks : Athé'non se souvient d'avoir échoué au rituel du Raïken-Kahlaal, d'être tombé plus bas que terre au point de vouloir tout abandonner, et comment il a su se relever pour réussir là où il avait échoué et là où son père avait lui aussi échoué. L'injustice provoque la colère : Athé'non trouve la force de redevenir ce qu'il a été, mais il se demande s'il pourra sauver quelqu'un, y compris lui-même, de ce « Hunger Game » génocidaire. Oh oui il ne doit en rester qu'un, mais si jamais celui-ci s'avère être un Spartacus elfique en colère, les crevards ploutocratiques vont devoir se chier et se pisser dessus !!! Que les élites autoproclamées qui éliminent les contestataires par l'épée périssent elles aussi par l'épée…
Mais qu'est-ce qu'ils ont tous ces auteurs à devenir pessimistes et dépressifs les uns après les autres ? Est-ce qu'ils anticipent déjà qu'avec toutes ses conneries l'extrême-droite économique de Macron va réussir à amener au pouvoir l'extrême-droite nationaliste de le Pen ??? Tous les tomes de l'apocalypse zombie étaient moins sombres, moins violents et moins nihilistes que ce tome-ci, gore et glauque où le sang, les tripes et la cervelle giclent de tous les côtés. Ah ça, on sent que les auteurs se sont faits ou se sont refaits le "Spartacus" de Steven S. DeKnight : on reconnaît les situations, les dialogues est les poses de la série qui a envoyé la lutte des classes dans la gueule des téléspectateurs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
tchouk-tchouk-nougat
  13 avril 2020
Athé'non, fils du roi d'Elsémur, n'est plus rien depuis qu'il a perdu sa chère et tendre Valamen au cours de la guerre des goules. Il vagabonde, s'adonne à la drogue et finit par se faire prendre pour servir de gladiateurs dans les jeux du roi de Kasatell. Il va devoir affronter trolls, monstres marins, fauves et surtout ses compagnons de cellule car à la fin il n'y aura qu'un seul vainqueur.
Les elfes si beau et si doué, si fier et si arrogant, peuvent aussi connaitre la pire des déchéances. Brisé par la perte de son âme-soeur, Athé'non n'a plus le courage d'affronter la réalité et pour cela la drogue est un remède efficace. Mais pour se procurer ses doses quotidiennes le voilà qui doit s'abaisser à voler. Oui la drogue s'est vraiment de la merde...
Cela détruit l'esprit et le corps pour ne laisser qu'une loque. Terrible leçon le jeune prince qui va devoir se battre malgré tout pour sa vie.
J'ai trouvé son personnage intéressant. On sent ses blessures psychiques et son combat de chaque instant pour reprendre pied. Bon d'accord son rétablissement et la récupération de ses talent de combattant hors pairs est un poil spectaculaire et rapide mais l'ensemble tient la route et offre un bon divertissement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MarquePage
  02 juillet 2020
Un très bon tome d'Elfes. Bien au dessus que la plupart des tomes de la série.
On retrouve un personnage déjà croisé. Et on le suit dans sa chute aux enfers mais surtout dans sa remontée. La psychologie est au coeur de l'histoire car il s'agit ici de lutter pour sa vie, ses peurs, sa peine, la drogue. Apprendre à revivre. C'est très prenant et touchant.
J'aurai tout de même aimé un petit résumé du tome 16 où on le voit, notamment avec les orcs. Ça ne gêne pas du tout la lecture ni la compréhension mais c'est toujours un peu frustrant de ne pas se rappeler de petits détails. Ca devient compliqué dans Elfes ou Nains de savoir si un tome précédent est en rapport avec celui qu'on va lire. Et lequel.
Athé'non est attachant et touchant. Dans ce tome on le connait d'abord dans la déchéance, tous ses côtés sombres, ses blessures. Avant d'entrepercevoir tout ce qu'il a perdu.
Les dessins sont très jolis et lumineux, nous offrant de beaux paysages, de belles scènes de combats et sont très expressifs.
Une belle réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
croix59
  07 avril 2020
Suite des aventures d'Athe'non qui a finalement survécu aux goules mais souffre d'un syndrome post traumatique suite à la mort de Valumen et se drogue à la kisha. Sans force, il se fait enlever et recruter pour des jeux du cirques où s'affrontent différents survivants de la guerre, surtout des non humains puisque le responsable humain de la ville cherche à erradiquer les autres races.
Evidemment notre héros va se relever, mais le fond de pessimisme de cette saga tranche avec les happy ending de rigueur dans la fantasy...
Changement de dessin sur ce tome des elfes bleus, repris par les responsables des elfes sylvains, belle reprise d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MarquePageMarquePage   01 juillet 2020
Ici, on est à Kasatell, la capitale des putains de malades qui pensent qu'y que les hommes qui ont le droit d'exister... Pour eux, tout ce qui ne leur ressemble pas est juste bon à crever la gueule ouverte dans leurs jeux à la con...
Commenter  J’apprécie          30
AlfaricAlfaric   04 février 2020
- T’as pas mal changé, Athé’non.
- La souffrance, ça t’oblige à bouger.
- Nous, les Orcs, on n’en fait pas tout un plat de la souffrance, des sentiments… Même l’honneur, c’est important, mais pas tant que ça au final. Tu veux que je te donne notre secret ?… On a assez d’humour pour pas prendre tout cela au sérieux.
- De l’humour ? Les Orcs ?
- Ouais, on a de l’humour. Pas par choix, entends bien. C’est juste qu’on est foutus comme ça. On s’en branle un peu de tout parce qu’on sait qu’on va crever et que d’autres seront là pour refaire les mêmes conneries...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
AlfaricAlfaric   02 février 2020
- Je savais qu’il en était de l’amour comme des Elfes… aucun des deux n’était éternel. Rien de l’était… mais on faisait tout pour en préserver l’illusion.
Commenter  J’apprécie          170
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   12 avril 2020
-Non. Jamais plus je ne le ferai...
-La vie d'un elfe est longue, très longue. Quand on a l'éternité devant soi, cd genre de promesse n'a pas de sens.
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   04 février 2020
- Tu sais ce qu’est que d’être en manque ?
- Ouais, je sais, mais t’auras que dalle ! On te veut en état de combattre, et là, t’es même pas une loque ! T’es juste un cadavre ambulant qui veut sa dose pour continuer à délirer...
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Nicolas Jarry (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Jarry
NAINS : REDWIN DE LA FORGE - LECTURE DU CHEF
autres livres classés : elfesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1529 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre