AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782824700786
19 pages
Éditeur : Bibebook (14/03/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 7 notes)
Résumé :
L'ange de la mort est apparu à mon maître avec six visages, avec lesquels il recueille les âmes des habitants de l'Orient, de l'Occident, du ciel, de la terre, des pays de Jadjudi et Madjudi et du pays des croyants. Et il a tourné vers mon maître son sixième visage. Or, les djinns qui travaillent au temple en coupant les métaux sans bruit avec la pierre samur procurée par le corbeau, entendront la chute du corps du prophète sur le parquet de sa salle de cristal, et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Gwen21
  23 mai 2015
On peut s'attendre à tout de la part d'un homme capable d'exiger un cure-dent en dernière volonté. Et, en effet, le poète et dramaturge Alfred Jarry, principalement connu pour son cycle "Ubu", nous livre ici un récit ne ressemblant à aucun autre.
Troublant cantique onirique, ce long poème est constitué de cinq récits : ceux du roi Salomon, de sa femme Balkis, reine de Saba, de son fils Roboam, de son vizir et du mystérieux "Doublemain".
De ce que j'en ai compris - pour autant qu'on puisse comprendre un récit semblant tout droit sorti des vapeurs d'une fumerie d'opium - la reine de Saba offre son âme aux anges de la mort, Nakir et Mounkir, afin de permettre à son royal époux d'achever son fameux Temple de cristal devant ancrer son règne dans la Tradition. Un voyage assimilable à une lente descente aux Enfers commence donc pour la souveraine, conduite par Doublemain, un mystérieux passeur aux allures de coléoptère.
Inutile de vouloir aborder rationnellement ce poème dans lequel le récit biblique rencontre une fantasmagorie faite pour inspirer plus tard des auteurs de la trempe d'un Lovecraft. Mieux vaut se laisser sombrer dans l'absurde cher à l'auteur qui, c'est bien connu, consommait plus d'absinthe que d'eau.

Challenge PETITS PLAISIRS 2014 - 2015
Challenge XIXème siècle 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
MahaDee
  21 février 2019
Je ne sais pas pourquoi j'ai voulu lire ce texte. Je suis plutôt quelqu'un de rationnel : je n'avais donc aucune chance de m'y retrouver dans les cinq témoignages que propose Alfred Jarry pour faire avancer son récit mythologico-fantasmagorique. Même en jouant le jeu et en me laissant porter par la prose onirique, je ne suis allé nulle part, même pas en Absurdie.
Écris à la fin du 19ème siècle (1896), le texte a certainement bénéficié de l'action de la "fée verte" sur les neurones pataphysiciens du poète.
L'absinthe, un des piliers de la vie de l'auteur _avec la bicyclette_, fut interdite à la vente dans les années qui suivirent sa mort. Elle est certes de retour chez les cavistes, depuis le debut des années 2000, mais dans une version affadie et rendue inoffensive.
Aurait-on à jamais perdu la clé de lecture de L'Autre Alceste ?
Commenter  J’apprécie          130
Taraxacum
  05 mars 2020
Quel drôle de texte! En même temps, qu'attendre d'autre de cet auteur? Je suis certaine, enfin autant qu'on peut l'être dans ce cas, de n'avoir rien compris, mais tant pis, et je ne sais pas s'il y a vraiment quelque chose à prendre.
Reste une certaine beauté de la phrase qui vaut le coup de tenter la lecture de ce court ovni littéraire très poétique.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
moraviamoravia   12 décembre 2015
L'ange de la mort est apparu à mon maître avec six visages, avec lesquels il recueille les âmes des habitants de l'orient, de l'occident, du ciel, de la terre, des pays de Jadjudi et Madjudi et du pays des croyants.

(incipit)
Commenter  J’apprécie          110
Gwen21Gwen21   23 mai 2015
[...] si longue que soit la vie, elle n'est qu'un long retard de la mort.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Alfred Jarry (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alfred Jarry
Grâce à des archives sonores exceptionnelles, la série Entendre le théâtre explore en 7 épisodes l'évolution des sons et des voix qui ont marqué le théâtre français du 20e siècle.Quand Alfred Jarry écrit en 1888 une première ébauche d'Ubu roi pour un petit théâtre de marionnettes familial à Rennes, il explique que le Père Ubu, figure de tyran grotesque, devait avoir une « voix spéciale », une voix de marionnette, travestie, étrange. Marie-Madeleine Mervant-Roux, directrice de recherche au CNRS, revient sur ce que Jarry lui-même a décrit comme une « voix de phonographe » - en référence à l'appareil de reproduction sonore qui connaissait alors les débuts de son développement.La série Entendre le théâtre accompagne le lancement du site pédagogique http://classes.bnf.fr/echo/ fruit d'unpartenariat entre le CNRS, le département des Arts du spectacle et le service des Éditions Multimédias de la BnF.
+ Lire la suite
autres livres classés : absurdeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
889 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre