AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234051522
228 pages
Stock (30/11/-1)
4/5   18 notes
Résumé :
Construire un havre de paix au milieu des combats, quelle étrange entreprise. Surtout de la part d'un Français, et pour le compte d'un général japonais en pleine Seconde Guerre mondiale ! Agathe, une jeune Française, ne sait pas grand chose de cet épisode de la vie de son grand-père quand elle décide de partir pour le Japon. Elle ne connaît pas le pays et sait seulement que sa mère y est née. Elle ne va pas simplement découvrir une belle et tragique histoire d'amour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
cascasimir
  18 août 2019
"Hanami" : c'est l'éphémère , la durée limitée des fleurs et l'instant magique qu'on passe avec les amis!
Pas seulement un pique nique sous les voûtes que forment les fleurs des "cerisiers Sakura" du Japon...

Ainsi le "miegakure" utilise la végétation, comme des lanternes, pour cacher et montrer des parties du jardin japonais, aux visiteurs qui se donnent la peine de regarder...

Jules, le grand père d'Agathe a créé un jardin japonais, "le jardin Yamaha" pour le général Yamata.
Agathe est perplexe, elle ne comprend rien à ce jardin. Assise, en compagnie de Miyazawa, le vieux jardiner qui a connu Jules, elle ne voit qu'une banale cascade, à travers les buissons denses.
-Qu'avait créé son grand père, ici, de spécial?

La mère d'Agathe prétendait ne se souvenir de rien, elle n'a laissé qu'une photo jaunie de Jules...
Ce n'est que grâce à Miyazawa, que la jeune femme comprend le "fusei".

Le " fusei": une image négative, ce dragon bleu qui plongeait dans les flots, " l'arête de son épine dorsale, les jointures de ses pattes attirés et sa queue puissante. Le dos, recouvert de mousses vertes et rousses, donnait le mouvement à son plongeon."

Seules, quelques pierres suggéraient le Dragon, avec justesse et force. Miyazawa n'avait rien montré et attendait patiemment que la jeune femme ouvre, enfin, ses yeux. Et Agathe ne lassait pas d'admirer le Dragon..

Mais, Miyazawa se taisait, à propos de la photo du grand père et d'Echizen, la ville portuaire notifiée derrière.
Il cachait quelque chose, visiblement...
-Savez vous ce qu'on dit du dragon bleu, mademoiselle Agathe?
-Non!
-Qu'il ne faut pas approcher son domaine de trop près !

Agathe vit enfin les " glycine, iris, azalées, nénuphars qui disaient la longévité, la purification et l'épanouissement personnel".
Les arbres, pruniers ou cerisiers, fleurissaient à l'équinoxe de Mars, mais ces floraisons ne duraient que quelques jours.
"Le vent emportait les fleurs, avant même qu'elles ne soient fanées..."

Miyazawa parle alors d'un Haïku:
Hatsu akari: c'est la lumière naissante, le renouveau qui va venir!
Agathe a trouvé comment aller à Echizen.
Que va-t-elle y trouver ?
Le " testament" de son grand père ou bien c'est elle-même qu'elle trouvera?
Une photo où Jules dévorait des yeux, une jeune japonaise en kimono traditionnel : Midori Naruse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          616
Franka13
  02 mars 2021
Fidèle à la mémoire de son grand-père, Agathe s'envole pour Kyoto afin de découvrir le mystère qui entoure ce fameux jardin Yamata dont il est le créateur, pour le compte du Général du même nom.
Que s'est-il passé pour que, dans les années 40, Jules s'affranchisse du monde et des événements dramatiques qui secouent le Japon et le monde en guerre et l'incite à concevoir cet extraordinaire jardin ?
Pour élucider cette énigme Agathe ne dispose que d'une photo et de quelques mots écrits au verso.
Miyazaki, le vieux jardinier gardien des traditions, Ayumi, symbole d'une jeunesse trépidante éprise de modernité et avec laquelle elle noue des liens d'amitié et Yoshio, le jeune amant de circonstance, tous trois l'accompagneront dans cette quête identitaire.
Mais c'est à travers les allées et les vallons, dans l'ombre des grands arbres, autour des massifs d'azalées en fleurs et des pièces d'eau qu'enjambe un pont, dans le secret d'un temple où le mutisme des statues lui parle d'autrefois, c'est encore à Echizen, le long des côtes de l'ouest où les îles s'égrènent comme des perles éparses, qu'Agathe va mettre son pas dans celui de son grand-père pour découvrir la passion qui a façonné le jardin.
Ce roman, c'est l'histoire d'un amour tragique sublimé par une écriture qui s'inspire de ce que la terre recèle de richesses, minérales, végétales, spirituelles. Un roman aux multiples splendeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Lorraine47
  29 janvier 2012
Voyage initiatique au Japon, à la rencontre d'un aïeul aimé et secret, une écriture délicate et parfumée, une belle ode au jardin!
Commenter  J’apprécie          70
agoura62
  25 mars 2010
une jeune femme part sur les traces de son grand-père qui bien qu'occidental, a vécu au Japon durant la seconde guerre mondiale et a créé pour un de ses amis général, un jardin zen magnifique
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
cascasimircascasimir   18 août 2019
Mr Jules, et moi, avons séjourné chez les Naruse. Le père possédait une petite fabrique de laque et la mère venait d'une famille de peintres sur soie, celles dont on fait les kimonos et les ceintures.
Ces gens, bien qu'assez modestes, vivaient dans un raffinement qui a immédiatement séduit votre grand père. Tout était beau chez eux, les objets les plus quotidiens, les cloisons peintes, les paravents, les coussins...
Leurs deux filles jouaient de la musique, Midori du "koto" et Mitsuko du "shamisen". Le soir, elles chantaient après dîner, je crois que c'est comme ça que Mr Jules est tombé amoureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
LemnaLemna   26 septembre 2020
Une paix régnait sur ces lieux, une paix indicible et grave, presque inquiétante à force d'intensité. Il y avait dans ce paysage à demi sauvage, habité sans l'être, un mystère puissant qui me dépassait, une sorte d'esprit flottant qui à la fois calmait et gardait en éveil. Plus encore que dans la ville je restais impressionnée par l'étrangeté dégagée. Je me sentais transportée d'enthousiasme et en même temps j'étais stupéfaite, interdite et comme repoussée aux marges d'un monde impraticable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Franka13Franka13   01 mars 2021
Sous mes yeux le jardin donnait sa réponse, celle de la vie dans sa forme la plus primitive, la plus obstinée, les arbres qui grandissent, muets, immobiles, les fleurs qui reviennent, chaque printemps, éternelles, ce grand mouvement qui pousse à avancer toujours, à poursuivre, tels les nuages courant vers l’inévitable dilution , telle l’eau contournant les obstacles , suivant la pente, allant à l’évidence. La nature du jardin Yamata, concentrée à l’extrême, exaltée ici dans une réduction sublime, montrait la voie à suivre, d’humilité et de simplicité, de détachement des vanités humaines et des richesses éphémères, de patiente sagesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Franka13Franka13   01 mars 2021
Brutalement le Japon tout entier m’exaspéra. L’hermétisme de ce pays, la frilosité des regards, l’excessive politesse, le charme mignard des minuscules assiettées, l’attention scrupuleuse portée au détail, la propreté méticuleuse, l’exquise finesse des jeunes filles de porcelaine, tout cela souleva en moi une vague de colère incompressible, une envie de faire du bruit, de crier,de briser cet ordonnancement trop rangé, trop contraint, de mettre à nu ce que cachaient les précautions prises par tout un peuple pour avancer masqué. A quelles folies se livraient-ils dans l’ombre, à quels sinistres jeux de pouvoir s’exerçaient-ils sous leurs mines tranquilles, à quelles perversions s’adonnaient-ils en de secrets repaires, eux que l’on disait si habiles, si prompts aux supercheries subtiles ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Franka13Franka13   01 mars 2021
On sentait qu’il se passait là quelque chose d’extraordinaire, le jardin s’était transformé en lieu de toutes les transpositions, il était devenu l’appendice resplendissant d’un homme en pleine parade amoureuse et se déployait tel un ornement sublime destiné à être reconnu et apprécié par celle qui allait bientôt le contempler.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Isabelle Jarry (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Jarry
Vidéo de Isabelle Jarry
autres livres classés : recherche de ses racinesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2901 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre