AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782302043848
56 pages
Éditeur : Soleil (20/08/2014)
3.77/5   24 notes
Résumé :
Il est le roi du plus petit royaume de Grèce. Sa parole compte peu au regard de celle d’Athènes ou celle de Sparte. On le lui fait sentir, pire, on le lui dit. Il n’est rien qu’un grain de poussière grecque. Les Dieux ne lui accordent pas même l’ombre d’un regard. Il ne peut rivaliser dans l’art de la guerre. Mais il est d’autres arts. Ce roi, jeune, était un grand sculpteur avant que son talent se soit étouffé par son devoir envers son peuple.
Zeus va le met... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 24 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Alfaric
  25 janvier 2020
Ce tome 3 intitulé "Le Petit Roi" est finalement très différent des autres puisque la confrontation entre l'humain et le divin y est très accessoire, mieux il met sur un pied d'égalité humain et divin…
Quelque part nous sommes dans un tome plus historique que mythologique. Nous sommes au Ve siècle avant Jésus Christ et Athènes grande puissance oblige par le soft power puis par le hard power les petites puissances à adhérer à la Ligue de Délos pour combattre la super-puissance perse (grosso modo on a les USA, l'Otan et le grand méchant du moment). Et nous suivons les heurs et malheurs de la cité de Sérifos :
- comme tant d'autres le Roi Agis combat à la place de l'hégémon athénien, mais l'hégémon athénien ne fait rien quand il est assassiné lui et son héritier par le grand méchant du moment...
- son fils Léandre qui voulait être artiste hérite du pouvoir mais il ne l'a jamais voulu et il n'y a jamais été préparé, mais au nom de ses convictions il a un coeur et une âme et il envoie chier les ordures reagano-thatchéro-macronistes athéniennes qui malgré tous les sacrifices antérieures de la cité de Sérifos l'abandonne à son triste sort…
Le scénariste Nicolas Jarry a toujours été anti-système et cela irritera les lèche-cul du pouvoir (on pourrait citer des nom mais on le fera pas) de le voir tirer à boulets rouges sur les forts qui exercent le pouvoir et qui exploitent les faibles qui subissent le pouvoir. C'est bien beau de se réclamer des grands philosophes anciens et modernes pour ensuite se comporter comme un animal (se reconnaîtront qui voudront, mais si vous êtes intéressés j'ai plein de noms)...
Zeus roi des dieux et dieu du pouvoir est piégé par les contradictions du pouvoir. Il est d'accord avec Léandre mais ne peut le reconnaître, sous peine de perdre le pouvoir car il nage en eaux infestées de pervers narcissiques en costards cravates et / ou en talons aiguilles. Il demande donc à Léandre qui a été artiste avant d'être roi d'être raccord avec ses propres discours : il sera la protecteur de sa cité s'il parvient à lui prouver que l'art est plus fort que la violence en produisant une oeuvre capable de l'émouvoir (mais comme chacun le sait le pouvoir ne cède qu'à la violence, d'ailleurs la macronie l'a prouvé elle-même par l'exemple : « manifestez, j'en ai rien à foutre » ; « mettez la France à feu et à sang, je me chie dessus et je lâche du lest pour sauver ma peau »)
Léandre le roi artiste n'arrive plus à retrouver la lumière qu'il a perdue, et parcourt le monde entier pour retrouver l'inspiration. Après avoir consulté la Pythie, c'est en désespoir de cause qu'il cherche à rejoindre Zeus qui lui permet d'assister à son éternel combat contre Typhon. Pour lui c'est une révélation !
On reprend toutes les thématiques de feu David Gemmell :
- il y a les crevards qui ne pensent qu'à manipuler et exploiter les autres à leur profit (comme les reagano-thatchéro-macronistes)
- il y a les véritables êtres humains qui eux pensent à vivre tranquillement leur vie avec leurs parents et leurs amis
Léandre redécouvre le sens de la vie, et Zeus aussi, mais personne ne doit savoir que lui aussi a un coeur et une âme donc il détruit l'oeuvre d'art qui lui a fait changer d'avis. Peu importe à Léandre qui de roi est redevenu homme et artiste, car il y a bien de choses plus importantes dans la vie que les games of thrones et la compétitivité à tout prix si chers aux reagano-thathéro-macronistes (qu'ils crèvent tous et qu'ils nous foutent ainsi enfin la paix).
Une belle fable. A 1ère lecture j'étais resté sur ma faim, mais à 2ème lecture après l'imposture et l'infamie macroniste j'ai été touché par la volonté de l'auteur d'essayer de prouver, pour résumer, que la plume était plus forte que l'épée… Les dialogues très bons sont des mines à citations, mais comme chacun le sait depuis que le monde est monde le pouvoir est incapable de se remettre en cause donc seule la violence peut le destituer et le remplacer. Pas entièrement fan des dessins de Gwendal Lemercier colorisés par Olivier Héban, mais c'est en forgeant qu'on devient forgeron et ici les forgeons du graphisme sont positivement en pleine évolution !
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
BazaR
  03 juillet 2015
Je suis plutôt déçu par ce tome.
Quelle histoire l'Oracle raconte-t-il à Homère ? Celle du roi-sculpteur d'un petit pays intégré plus ou moins de force dans la Ligue dominée par Athènes qui l'utilise pour ses propres intérêts (les intérêts des riches en fait). Ce petit roi se révolte contre le despotisme d'Athènes et se voit privé de la protection de la Ligue. Il recherche alors la protection directe de Zeus. le Dieu lui répond : il protègera les siens s'il arrive à l'émouvoir avec une oeuvre créée de sa main.
L'histoire est sympathique en soi. Elle a à son crédit de se focaliser sur la Grèce artistique plutôt que guerrière, même si les batailles ne sont pas exclues (le combat entre Zeus et Typhon est extraordinaire). Je lui reproche malgré tout de véhiculer des concepts de bien et de mal plutôt « bisounours » qui ne font pas très Grecs, du genre « pourquoi toutes ces guerres si ce n'est pour le bien du peuple ? » ou « la conviction que tout ce qui arrive de par le monde est bon ».
Ma véritable déception est liée au contexte historique. C'est du grand n'importe quoi ! On nous présente Homère donc je m'attends à être au VIIIème siècle environ, puis on nous dit que les Thermopyles sont passés, que les Perses sont vaincus et qu'Athènes domine la Ligue (de Délos je suppose) puis on nous dit que l'empire Hittite est florissant ou que les Grecs vont affronter les Assyriens. C'est le bordel. Tous les siècles se mélangent et il ne manque plus qu'Alexandre le Grand pour que ce soit complet.
Le manque de documentation que les auteurs manifestent me fait penser qu'ils ont réalisé une oeuvre alimentaire qui ne les intéressait pas plus que ça. Je trouve cela assez insupportable… et donc décevant.
Un bon point cependant pour le dessin de qualité de Gwendal Lemercier, même s'il est souvent trop étriqué dans de petites cases et aurait mérité plus d'ampleur. La superbe vision de l'Olympe sur une page échappe toutefois à cette description.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
lyoko
  02 mars 2015
Toujours au coeur de la grèce antique.... L'oracle raconte une histoire a Homère.
Agis jeune prince passionné de sculpture et très doué se trouve orphelin et devient donc roi. il abandonne son art pour se vouer a son royaume.. Il demande l'aide de Zeus....
Un tome beaucoup moins violent que les pécédents mais plus psychologique. On y voit Zeus sous un autre jour.
Les dessins sont toujours superbes et très colorisés.
Très certainement mon tome préféré sur les 3.. je conseille vivement
Commenter  J’apprécie          140
tchouk-tchouk-nougat
  21 septembre 2014
Homère rencontre de nouveau l'Oracle, ce vieil aveugle, qui entre quelques discussions sur l'art ou les dieux lui racontera une nouvelle histoire entre les hommes et les dieux. Pas vraiment une histoire de vengeance pour une fois, le ton y est beaucoup moins noire et la fin plus heureuse.
C'est celle d'un petit roi d'une petite ile. Un petit roi qui a abandonné ce qu'il avait de plus précieux, sa passion pour la sculpture, afin de se consacrer à la lourde tache de la royauté. Mais pour sauver les siens il devra demander l'aide de Zeus et surtout le convaincre.
Peu d'action et de coup d'éclat dans ce troisième tome. A défaut d'être trépidant cet album livre un beau message. Il faut savoir conserver notre lumière intérieure, celle qui nous permet de voir la beauté autour de nous. Cette capacité de s'émerveiller de choses simples, de les apprécier, de les chérir.
Commenter  J’apprécie          110
MarquePage
  19 novembre 2014
Un troisième tome tout aussi agréable que les deux premiers. Agréable mais qui ne casse pas trois pattes à un canard. Les dessins sont à cette image.
On traverse la Grece antique, on va jusqu'en Egypte et en haut du mont Olympe pour suivre un petit roi d'une petite ile mais qui veut le bien de son petit royaume. Grace à son don pour la sculpture il relève le défi de Zeus.
Que ce soit son père, lui, sa femme ou son fils, les personnages sont assez touchants par leur sincérité. Bien sur on retrouve l'Oracle et Homère qui servent de fil rouge pour tous ces tomes.
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (4)
Elbakin.net   24 septembre 2014
Ce nouveau tome est par plusieurs points plus intéressant que les deux premiers car nous ne nous retrouvons pas avec une confrontation armée entre hommes et dieux qui n’aurait de toute façon pas eu sa place dans l’histoire.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Auracan   22 septembre 2014
Une réflexion intelligente, sensible, toute en retenue loin de l’action et de la violence des deux premiers tomes mais qui se lit avec tout autant de plaisir, voire même un peu plus.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest   15 septembre 2014
Si, bien entendu, le one-shot impose des raccourcis, le scénariste livre une copie intéressante et vivante. Il est en cela parfaitement accompagné par le graphisme de Gwendal Lemercier et les couleurs d’Olivier Héban.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   29 août 2014
Une troisième vengeance admirablement contée, qui met en exergue un combat non pas par les armes mais par le feu de la passion et de l'humanité. Un tome qui prend toute sa place dans la saga !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
lyokolyoko   02 mars 2015
" - la guerre étouffe la lumière que les mortels portent en eux. Cette lumière qui insuffle la vie aux nouveaux-nés, que l'on nomme innocence chez un enfant et inspiration chez un artiste, s'étiole jusqu'à disparaître.... (l'oracle)
- Mais si on ne se défend pas... on meurt ! Ca revient au même ! (Homère)
- Préservez son intégrité physique aux dépends de son intégrité spirituelle mènera l'humanité a sa fin ! (l'oracle)
- Tes paroles sont pleines de sens, mais la guerre fait partie de l'humanité ! Sommes-nous condamnés ? (homère)
- Ce n'ets pas écrit... Peut-être les hommes apprendront-ils de leur passé, peut-être disparaitront-ils dans leur quête irraisonnée du pouvoir.... (l'oracle)"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AlfaricAlfaric   27 août 2014
- Pourtant il existe de forces créatrices qui sont présentes en nous ! Une beauté que même la cruauté ne peut anéantir.
- Qu'est-ce que la beauté face à une épée ?
- Une épée peut détruire un sculpteur et sa statue, mais elle ne peut atteindre le sentiment d'absolu qui naît chez celui qui l'a contemplée !
- Un sentiment d'absolu, dis-tu ?
- L'art véritable met l'homme face à lui-même, face à ses espoirs et à ses contradictions. Il le dépouille de tout ce qui est illusion...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
BazaRBazaR   30 juin 2015
-- Athènes est une cité riche, mais elle n'en a pas pour autant vaincu la misère.
-- Les puissants ne cherchent jamais à éradiquer la misère, mon roi.
Commenter  J’apprécie          190
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   21 septembre 2014
L'art est une chose imparfaite... Il ne fait que capturer une facette de la vérité. Il n'est pas la vérité...
La vie seule est vérité. La vie seule mérite qu'on y consacre toute son énergie et son amour.
Commenter  J’apprécie          130
MarquePageMarquePage   19 novembre 2014
Je ne suis pas plus vertueux qu'un autre. Seulement, pour moi le mensonge n'a pas plus de valeur que la poussière sur les chemins. La réalité est bien plus forte.
Commenter  J’apprécie          90

Lire un extrait
Videos de Nicolas Jarry (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Jarry
NAINS : REDWIN DE LA FORGE - LECTURE DU CHEF
autres livres classés : grèce antiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4124 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..