AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782302077706
56 pages
Soleil (21/08/2019)
3.63/5   23 notes
Résumé :
Braagam a servi dans la compagnie du croc de fer pendant des années. Sur les champs de bataille il se faisait appeler Bourreau et sa lame était redoutée sur toutes les Terres d'Arran. Aujourd'hui, c'est un vieil orc amer qui attend la mort en picolant avec ses anciens compagnons d'armes. Braagam cherche à se convaincre qu'il ne reste rien du mercenaire respecté et impitoyable qu'il a été, qu'ils n'ont partagé qu'une armure, rien de plus. Mais ce qu'il ignore, c'est ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  21 mars 2020
Qu'est-ce qui est vieux, vert et vermoulu jusqu'à l'os ?
Non, point ce bon vieux géant vert, ho, ho, ho, (quelqu'un aurait des nouvelles ?) mais bien Braagam, Orc qui, en son jeune temps, écrivit sa légende à grands coups de tranchoir pour aujourd'hui se retrouver à deux doigts de lâcher la rampe.
Ça, c'est ce qu'il voudrait bien nous faire croire, le p'tit filou, car entre deux séances de nostalgie guerrière et de bougonnage intensif, l'arthritique en a encore sous la paluche !
On ne peut être et avoir été.
Certes, mais on a vu souvent rejaillir le feu d'un ancien volcan qu'on croyait trop vieux .
Tiens, idée de chanson à proposer à VGE, le Folamour des volcans d'Auvergne.
J'ai aimé ce vieil Orc.
Ce mythe ambulant, plus vraiment de première fraîcheur, transcendé par un remord tardif fait à un compagnon d'arme mourant.
Partir, oui, mais avec panache.
En paix avec soi-même.
En accord avec ses principes, fussent-ils au détriment d'êtres autrefois chéris.
Un presque huis-clos dans ce village pas vraiment à la fête.
Une histoire de repentance et de transmission qui fait mouche.
Quelques épisodes de bastons qui donnent une idée assez précise de la bête que l'on surnommait alors le Bourreau.
Le tout s'amalgame parfaitement pour laisser un sentiment des plus positifs au sortir de ce nouvel épisode.
Braagam, finalement l'antithèse du vague à l'âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Alfaric
  31 août 2019
Dans ce tome 7 consacré au personnage de Braagam, le scénariste Nicolas Jarry continue d'explorer et d'exploiter les univers de David Gemmell le maître anglais de l'heroic fantasy, et c'est encore une fois le pied (quel dommage qu'il ne renoue pas avec le roman au lieu de se consacrer à la BD).
Naguère le Bourreau et Tranche-Jarret étaient les champions et les fers de lance de la Compagnie du Croc de Fer (héritages de Glen Cook et de la "Compagnie Noire)". Sauf que de défis en défis l'un d'entre eux est allé trop loin : Tranche-Jarret triomphant mais mourant a demandé au Bourreau de veiller sur sa famille, mais celui-ci n'a jamais juré rien que ce soit…
15 ans plus tard, le Bourreau est redevenu Braagam à savoir un Orc sénile pour ne pas dire en fin de vie couvé par son esclave gobelin Z'ox, et qui passe sont temps à radoter à propos du bon vieux temps avec ses anciens compagnons d'armes Borug et Urok. Il n'a pas juré mais chaque jour que les dieux font, il est tourmenté par le sort réservé aux jumeaux mâle et femelle Azag et Sharog enfants de son âme-soeur morte sur un champ de bataille auquel il a survécu. Tarp fils d'Urok veut absolument mettre Sharog dans sa couche, et Azag a toutes les peines du monde à empêcher l'inévitable quand les frère et soeur ne se sont pas battre par leur oncle thénardier Gubork. La mort approchant, Braagam n'a plus rien à perdre et après une éternité décide d'honorer la promesse que jusqu'à présent il n'a pas tenue… Cela déclenche une shitstorm sans précédent dans la communauté peau-verte, et selon la loi du plus fort il ne doit en rester qu'un ! (et « l'un » n'est finalement pas du tout celui sur lequel on aurait parié de prime abord !!!)
Au-delà du bon travail du Nicolas Jarry, on peut signaler les dessins de Stéphane Créty qui continue de chercher le bon équilibre entre bandes dessinées à l'européenne et comics à l'américaine. Je gage que les efforts d'Élodie Jacquemoire sur les couleurs ne sont pas anodins concernant la qualité de l'ensemble !
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
tchouk-tchouk-nougat
  10 novembre 2019
Braagam est un vieil orc qui essaie d'oublier son passé de mercenaire de la compagnie du croc de fer. Un temps où on l'appelait le bourreau et où il pouvait manier sa faucheuse sans souffrir de rhumatismes. Mais le passé ne peut pas s'enterrer si facilement.
Encore un bon épisode de cette série qui n'en finit pas de faire des petits. Ici nous faisons connaissance avec un vieil orc qui a vécu de grands combats et pour qui la vieillesse est un combat bien plus difficile. En mémoire de son passé, le vieux guerrier va finir par prendre sous son aile arthrosique deux jeunes orcs.
Entre récit sur son passé et relais des connaissances nous suivons avec plaisir le parcours de ce personnage qui ne mâche ni ses mots ni ses coups malgré son âge. J'aurais préféré que les auteurs ne perdent jamais de vue l'âge et l'usure du vieil orc. Là, il y a quelques incohérences entre l'épisode où Braagam tombe à la renverse en essayant de soulever son ancienne hache et l'épisode ou il se bat avec plusieurs orcs dont un beaucoup plus jeune et plus fort que lui.
Niveau dessin Crety n'a pas ma préférence mais je trouve que son trait s'améliore surtout que la colorisation rehausse bien le graphisme. Mais dès qu'on s'éloigne, sur plan plus large c'est la qu'on manque de précision et de finesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
belette2911
  28 juillet 2020
Qu'est-ce qui est vert et qui pue au fond d'une cabane ? Non, ce n'est pas un chasseur mort, lui, il pue au fond d'un bois…
Alors ? Non ? Ben c'est un vieil Orc à la retraite ! Ça ronchonne, ça craque de partout, tout est coincé chez lui, ou à des fuites… Bref, les misères de l'âge.
Pourtant, lorsque Braagam était jeune, il était le Bourreau et il tranchait de l'Elfe ou du Nain sans soucis, dans la glorieuse légion du Croc de Fer.
Là, il est en guerre contre l'arthrose, l'arthrite, sa vessie, ses intestins et ce n'est plus lui qui gagne. Qu'est-ce qui pourrait allumer le feu qu'il avait avant dans sa grande carcasse de guerrier ? Entraîner une blue bite, le fils de son ancien pote de rang ?
Le scénario est conventionnel au possible et jusqu'au bout, il le fut ! Je n'ai rien contre une telle soupe, mais on me l'a déjà servie souvent et j'aurais aimé que l'auteur, pourtant pas le lapereau de l'année, ajoute quelques ingrédients pour me donner des émotions, de la révolte, pour m'amener là où je ne l'attendais pas.
Je ne pesterai pas sur Braagam, je l'ai adoré, ce vieil Orc bourru qui passe ses journées à se lamenter sur son sort. Il est bourré de défauts et à une âme assez noire car le coup de pute qu'il a fait à la veuve de son pote Coupe-Jarret, ça, il ne doit pas en être fier.
Mais rien dans ce récit ne vient foutre un coup d'adrénaline et j'ai même eu la désagréable sensation qu'on avait foiré un pan de l'histoire ou pris un raccourci un peu trop rapide.
Que Tarp, fils de chef et guerrier costaud veuille mettre la belle Sharog dans son pieu, on peut le comprendre, même s'il le fait à la manière d'un gros bourrin et qu'il méritait bien son pied dans le cul.
Que Azag, le frangin défende sa soeur, c'était dans l'ordre du normal, mais nom de Zeus, en arriver à ce stade là, alors qu'avant ils étaient potes, on se demande bien quel épisode on a raté pour qu'ils en arrivent ensuite à se taper dessus ??
Les Orcs ne sont pas réputés pour être des cerveaux, mais là, on dépasse tout les niveaux d'imbécillité juste pour le plaisir que tout se finisse dans un bain de sang et que chacun règle ses comptes puisqu'il ne doit en rester qu'un.
Comparé aux autres albums de la série Orcs & Gobelins, celui-ci est, pour moi, le moins bon, le plus conventionnel, sans surprise(s) et avec peu d'émotions.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Meygisan
  21 décembre 2019
Ce tome 7 ne m'a pas marqué plus que cela même si j'adore les écrits de Nicolas Jarry. j'y ai bien perçu son hommage à Glen Cook dont il s'inspire fortement pour donner vie à sa compagnie du croc de fer mais je n'ai pas retrouver la patte de Jarry. Pas totalement.
On suit agréablement les pas de ce Bourreau et on adhère totalement à sa vie, à ses choix et au destin que lui réserve l'auteur. Pour autant il manque quelque chose sans que je sache identifier ce quelque chose avec précision. Je ne sais dire si c'est dans le personnage, dans le récit ou autre...
Je dois signaler que la lecture de ce tome 7 intervient après la lecture de quelques Nains du même auteur, série qu'il s'est approprié et dont il maîtrise tous les aspects, et qu'après avoir goûté à l'excellence de sa part, il est difficile de ne pas en redemander...
Contrairement à la plupart des accouchements de l'auteur pour lesquels je prend véritablement mon pied, celui ci ne m'a pas enthousiasmé et n'a pas provoqué ce même élan de "révolte" à travers son personnage principal.
Reste que ce récit se lit bien jusqu'à un final inattendu et bien pensé, et qui confirme bien que Nicolas Jarry prépare quelque chose de plus vaste à travers ces séries des Terres d'Arran.
Je ne bouderais pas mon plaisir pour autant. Si j'ai moins apprécié ce tome, c'est certainement que je ne n'ai pas su en apprécié toutes les dimensions et tous les aspects...
Sans doute me faudra t'il une seconde lecture pour me rattraper...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   02 septembre 2019
- Dans un combat, il n’y pas de recette toute faite, on n’étripe pas un nain comme un gobelin… Mais le premier assaut est toujours déterminant pour la suite. C’est là… Hn…. C’est là que tu prends l’ascendant, tu lui montres qu’il n’a aucune chance de s’en sortir. Quand le type d’en face perd le premier assaut… Il perd confiance en lui, c’est terminé…
Commenter  J’apprécie          100
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   09 novembre 2019
-Tu veux aller où ?
-Ailleurs! Parce que, ailleurs, c'est forcément mieux qu'ici...
- S'il y a bien une chose que j'ai apprise de la vie, ma petite sharog, c'est qu'ailleurs c'est toujours le même merdier. Le monde est un vaste marécage et si tu cesses de marcher, tu t'enfonces jusqu'à en avoir plein les naseaux.
Commenter  J’apprécie          50
ImaginoireImaginoire   18 février 2022
Le monde est un vaste marécage et si tu cesses de marcher, tu t’enfonces jusqu’à en avoir plein les naseaux…
Commenter  J’apprécie          70
lechristophelechristophe   07 septembre 2021
- Z'ox : Vous sortez ? Si c'est pour encore aller picoler avec les deux autres, vous feriez mieux de rester là ! Il a gelé blanc ce matin ! Prenez au moins votre fourrure ! Si vous préférez attraper une bonne crève et tourner au jus de verveine pendant tout l'hiver, c'est à vous de voir !
- Braagam : Pendant les campagnes d'hiver, je pouvais me promener les roustons à l'air en pleine montagne sans prendre froid !
- Z'ox : Faites ce que vous voulez avec vos roustons, mais protégez bien votre cou !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lechristophelechristophe   08 septembre 2021
C’est pas parce qu’on est vieux qu’on est devenu sage. Un vieux a la rage comme un jeune. Il n’a juste plus assez de jus dans les veines pour l’assumer. Alors, il serre ses derniers chicots et joue les sages. Ça sauve les apparences, mais pas son amour-propre.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Nicolas Jarry (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Jarry
Nains 21  Orcs et gobelins 15  Mages 6
autres livres classés : orcsVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2021 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre