AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Benoît Rayski (Préfacier, etc.)
ISBN : 2866454979
Éditeur : Le Félin (25/04/2003)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Ce livre vient de l'abîme. D'une Atlantide qu'on aurait pu croire à jamais disparue. Pour le retrouver, il a fallu descendre dans une fosse commune où l'on avait jeté des corps de suppliciés avec, pour certains, des pages imprimées en guise de linceul. Là, dans cette fosse, jouxtant la prison des Boutyrki à Moscou, gisait le corps d'un jeune écrivain communiste polonais fusillé le 17 septembre 1938 sur ord... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   31 janvier 2018
Accoudé au parapet, P’an Tsiang-koueï parlait d’une voix calme et froide :

– La solution du problème de l’antagonisme européo-asiatique, au sujet duquel vos savants écrivent volume sur volume, recherchant les causes premières, religieuses et historiques, se trouve tout simplement dans les mots croisés journaliers de la lutte économique des classes. Votre science, dont vous êtes si fiers, et que nous venons vous emprunter, ne sert pas à dominer la nature, mais elle est devenue l’arme des classes dirigeantes pour asservir les peuples plus faibles. Voilà pourquoi tout en haïssant votre société, nous vous étudions avec tant d’application. Ce n’est qu’en vous comprenant à fond, que nous pourrons nous délivrer de votre joug. Votre Europe capitaliste, qui parle tant de l’originalité de sa culture, n’est, en réalité, qu’un petit parasite accroché aux flancs occidentaux de l’énorme Asie et suçant son sang. C’est nous, les semeurs de riz, les planteurs de thé et de coton, qui sommes les vrais, bien qu’indirects, créateurs de votre civilisation. A l’odeur de votre culture, qui pue dans le monde entier la sueur de vos ouvriers et de vos paysans, se mêle celle du coolie chinois.

« Aujourd’hui les rôles sont changés. L’Europe, l’Europe rapace, crève avant d’avoir pu tout avaler de sa gueule paralysée par une voracité démesurée. Et ce qui la tue, c’est la peste, cette bonne et vielle peste asiatique. L’Asie n’a pas pu être digérée par l’estomac du capitalisme européen.

« J’ai vu un de vos bourgeois en proie à la peste. Des infirmiers l’emportaient. Quand on a voulu le mettre dans la charrette commune, il résista en hurlant : ‘’Ne me mettez pas là, ce sont des pestiférés !’’ On l’y mit de force. Il se débattait, mordait et quand on l’eut enfin jeté à l’intérieur, il se raidit et devint instantanément noir. La peur de la mort avait hâté sa venue.

« Je regardais ses yeux écarquillés de terreur mortelle et j’ai compris que c’était lui qui était le moteur et le levier de votre complexe culture. Cette peur du néant, cet instinct de l’affirmation de soi-même à l’encontre de la fatalité inéluctable de la mort, vous a poussé à faire des efforts surhumains pour affirmer votre personnalité, pour l’ériger à une telle hauteur que même le fleuve du temps ne puisse l’effacer. J’ai pensé alors que la seule possibilité d’arracher notre Asie à son sommeil millénaire sous le figuier du bouddhisme était de lui inoculer le vaccin de cette culture européenne. Jusqu’à ce jour, l’Europe ne nous envoyait que ses mercantis et ses missionnaires. Le christianisme est le poison asiatique qui tua la riche culture romaine et jeta l’Europe dans la barbarie des longs siècles du Moyen Âge. Mais l’Europe a su digérer même ce poison, le rende inoffensif pour elle, et tirer une force et l’utiliser à ses fins de conquêtes. Aujourd’hui, revanche tardive, elle l’exporte chez nous. Ne pouvant nous transformer en sa propre concession, elle voudrait nous rendre celle du Vatican. Jésus n’est qu’un commis voyageur, un agent à la solde des exploiteurs.

« Aujourd’hui, l’Europe ne peut plus nous faire de mal. Elle meurt et se tord en dernières convulsions. De Paris la peste gagnera tout le continent. (pp. 138-140)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : Littérature arménienneVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature arménienne (38)
autres livres classés : roman futuristeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1664 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre