AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253183471
544 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (11/09/2019)
Résumé :
Alors que les chroniques médiévales de Joinville ou Commynes sont depuis longtemps connues des universitaires français et d’un public plus large, force est de constater que leurs cousines catalanes sont encore totalement ignorées en France. Le Moyen Âge catalan nous a pourtant légué, lui aussi, des œuvres fondamentales, considérées au-delà des Pyrénées comme les piliers d’une littérature encore naissante, élaborées en un siècle, entre le troisième quart du XIIIe siè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
emdicanna
  05 décembre 2019
INTRODUCTION par Robert Vinas
Le Moyen-Age catalan nous a légué (...), sous le titre générique des Quatre grandes Chroniques, quatre oeuvres fondamentales, considérées au-delà des Pyrénées comme les quatre piliers d'une littérature encore naissante, élaborées en un siècle, entre le troisième quart du XIIIe siècle et le troisième quart du XIVe : le Livre des Faits du roi Jaume 1er le Conquérant (avant 1276), les Chroniques de Bernart Desclot (1285-1290) et de Ramon Muntaner (1320-1325), et enfin la Chronique du roi Pere IV le Cérémonieux (vers 1350-vers 1385). Outre leur intérêt historique majeur, elles constituent un moment essentiel de l'évolution de la langue catalane.
De ces quatre monuments, le Livre des Faits du roi Jaume est le plus susceptible d'intéresser le public français, ne serait-ce que parce que son protagoniste est l'exact contemporain (et rival) de Louis IX, et qu'il a joué un rôle majeur dans l'histoire du Midi, souverain à Montpellier et à Perpignan autant qu'à Barcelone, Lleida et Saragosse, pendant un long règne couvrant les trois premiers quarts du XIIIe siècle. Mais c'est aussi le texte le plus original, dont le genre est le plus difficile à caractériser : son auteur, le roi Jaume lui-même, conduit son récit à la première personne, allant son chemin dans une langue archaïque fortement marquée par l'oralité, cauchemar du traducteur, mais avec un étonnant sens de la narration, de la mise en scène, de l'humour pince-sans-rire, entre naïveté et roublardise, toutes caractéristiques liées à la personnalité complexe d'un roi chevalier autant que fin politique, chrétien fervent mais pécheur invétéré, et surtout "illiteratus" terriblement doué...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
emdicannaemdicanna   14 octobre 2020
Quand nous retournâmes à la maison de ma mère, (...) elle fit faire douze chandelles , toutes de même poids et de même taille, et les fit allumer toutes en même temps ; à chacune d'elles elle donna le nom d'un apôtre, et elle promit à Notre Seigneur que celle qui durerait le plus longtemps me donnerait mon nom. Or celle qui dura le plus longtemps fut celle de saint Jaume : il en resta bien trois doigts de plus que les autres. C'est pour cela, et par la grâce de Dieu, que je porte le nom de Jaume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
emdicannaemdicanna   14 octobre 2020
Maintenant je vais raconter comment je fus engendré et comment se passa ma naissance ; et d'abord comment je fus engendré. Mon père le roi Pere ne voulait pas voir la reine ma mère. Or il advint qu'un jour le roi mon père se trouva à Lattes, et ma mère la reine à Mireval. Un grand baron, Guillem de Alcalá, alla prier le roi et le pria tant qu'il le fit venir à Mireval où se trouvait la reine ma mère. Et cette nuit-là où ils se trouvèrent tous deux à Mireval, Notre-Seigneur voulut que je fusse engendré. Quand la reine ma mère se sentit enceinte, elle se rendit à Montpellier. C'est ainsi que Notre Seigneur voulut que ma naissance eût lieu dans la maison des Tounemire, la veille de la fête de Sainte Marie de la Chandeleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature catalaneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1106 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre