AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226207546
Éditeur : Albin Michel (02/06/2010)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Qu'est-ce que la religion pour les Chinois ? Le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme sont-ils des croyances, des philosophies, des sagesses ? À partir de sa connaissance intime de la Chine, Cyrille Javary, auteur d'une monumentale traduction du Yi Jing, nous introduit à la perception qu'ont les Chinois de leur univers spirituel et nous donne les clefs pour l'appréhender, non plus à partir de catégories occidentales inad... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bernacho
  02 février 2017
Il n'est pas question de « religion » ici, l'auteur voulant éviter les écueils d'une comparaison avec nos catégories « occidentales » : culte, dieu, temple, monastère, tous ces termes utilisés pour traduire des concepts qui ont un sens différent dans un pays où prolifèrent des amulettes à l'effigie de Mao. Il fait ainsi abondamment recours à l'étymologie graphique des idéogrammes, pour chacun des mots chinois qu'il cite, pour mieux cerner leur sens.
Les trois « sagesses » sont abordées l'une après l'autre, dans leur perspective fondatrice d'abord, puis dans la perspective historique de leur développement en Chine. C'est donc par trois fois que l'histoire de la Chine est retracée, un choix peut-être discutable. Une connaissance préalable des repères historiques de la Chine (dynasties, inter périodes) n'est pas inutile.
Les liens, les rivalités, les emprunts mutuels et les métamorphoses l'une par rapport à l'autre de ces trois enseignements sont décrits, et à la lumière de la mentalité proprement chinoise qui leur sert de terreau. La condition féminine n'est pas oubliée. L'auteur remet ainsi au centre de la culture chinoise commune des choses comme le yi jing que je croyais propres au taoïsme. On croit savoir des choses, mais toute nouvelle lumière apporte toujours de nouvelles zones d'ombre avec elle.
C'est la complémentarité des trois sagesses qui est mise en avant, avec une bienveillante neutralité, même si j'ai cru sentir une tendresse particulière pour le personnage historique de Confucius. Un livre que j'ai trouvé abordable et enrichissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
awei
  28 septembre 2013
Très intéressant pour comprendre un peu plus les fondements et les "différences" des trois "piliers" chinois; taoïsme, confusianisme et bouddhisme. L'attention portée à la traduction des termes chinois pour mieux nous faire comprendre la philosophie qui l'accompagne m'a beaucoup intéressée. Enrichissant et facile à lire, je regrette juste un peu le côté "éclaté" des différentes périodes historiques, évoquées, une synthèse des événements évoqués en fonction des trois "sagesses" aurait été bienvenue en fin de lecture.
Commenter  J’apprécie          40
majero
  06 décembre 2016
Livre ardu exposant au travers des siècles les trois sagesse chinoises, le taoïsme, ensemble de règles morales pour vivre bien et longtemps, le confucianisme prônant l'étude pour sans cesse se perfectionner et le bouddhisme favorisant la compassion envers les êtres vivants.
Commenter  J’apprécie          60
toto
  15 septembre 2011
Ouvrage assez aride où il est beaucoup, trop, question des idéogrammes chinois et de leur interprétation.
Les 3 sagesses sont montrées dans leur contexte historique, mais leurs différences et leurs philosophies peu mises en valeur.
En fait les 2 tableaux en fin d'ouvrage ont parfaitement résumé ce que je recherchais.
Ouvrage plus pour érudit que pour profane.
Commenter  J’apprécie          50
Danieljean
  11 mars 2016
Un livre très clair, instructif, écrit dans un style agréable et que j'ai trouvé passionnant dès l'introduction dans laquelle l'auteur lève d'amblée des malentendus de longue date liés à la difficulté de traduire certains concepts chinois en langues occidentales (et vice et versa!).
Mr Javary donne aussi dans ces premières pages quelques précisions bienvenues sur le "culte des ancêtres" et la "piété filiale", apparus il y a 3000 en Chine et qui révèlent déjà un mouvement de balancier qui sera encore souligné ailleurs dans le livre
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
BernachoBernacho   31 janvier 2017
Etonnant exemple de pérennité chinoise : aucune dynastie impériale, aucune lignée royale ne peut revendiquer une telle continuité par-delà tant de siècles et de soubresauts de l'histoire. Le soixante-dix septième descendant en ligne directe de Confucius, M. Kong Decheng, vit actuellement à Taïwan.
Commenter  J’apprécie          72
rkhettaouirkhettaoui   30 novembre 2016
La différence entre les religions occidentales et ce que nous prenons comme telles en Chine se lit aussi dans les édifices qui y sont associés et la manière dont ils sont fréquentés. En Occident, églises, synagogues, mosquées sont des endroits par nature séparés du monde profane et où l’on doit se rendre à des moments spécifiques de la journée ou de la semaine. Les temples chinois, Henri Michaux l’a bien remarqué, ne sont pas des endroits sacrés, mais des lieux spécifiques. À l’exception des grandes fêtes annuelles, plus particulièrement bouddhistes, les Chinois ne s’y rendent pas à une date précise ; ils n’y vont pas pour honorer collectivement une déité, ils y viennent occasionnellement pour y négocier une affaire personnelle, une demande précise déposée auprès d’entités spécialisées dans la résolution de telle ou telle difficulté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   11 mars 2016
La différence entre les religions occidentales et ce que nous prenons comme telles en Chine se lit aussi dans les édifices qui y sont associés et la manière dont ils sont fréquentés. En Occident, églises, synagogues, mosquées sont des endroits par nature séparés du monde profane et où l’on doit se rendre à des moments spécifiques de la journée ou de la semaine. Les temples chinois, Henri Michaux l’a bien remarqué, ne sont pas des endroits sacrés, mais des lieux spécifiques. À l’exception des grandes fêtes annuelles, plus particulièrement bouddhistes, les Chinois ne s’y rendent pas à une date précise ; ils n’y vont pas pour honorer collectivement une déité, ils y viennent occasionnellement pour y négocier une affaire personnelle, une demande précise déposée auprès d’entités spécialisées dans la résolution de telle ou telle difficulté. Ce ne sont pas des lieux constitutivement habités par une présence sacrée, mais plutôt des espaces spécialisés où les déités condescendent momentanément à se rendre pour recevoir les doléances des solliciteurs, bref des salles d’audience, comme le résume parfaitement Vincent Goossaert.
Or en Chine, plus encore que partout ailleurs dans le monde, une supplique adressée à un puissant doit, pour être entendue, être présentée dans les formes. Il faut donc commencer par attirer l’attention de la déité avec des encens appropriés (leur spécificité est clairement mentionnée sur les paquets qui les enveloppe : tel bâtonnet est propice à la réussite aux examens, tel autre à l’enrichissement de la famille, celui-là à la protection contre les maladies, etc.).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   30 novembre 2016
Le confucianisme n’est pas une religion, le taoïsme est un ensemble de pratiques de longue vie avec des aspects religieux, et le bouddhisme, philosophie de l’existence importée des Indes, est ce qui ressemble le plus à une religion organisée à dominante monastique. (…) Ce sont des enseignements, parce qu’ils professent, avec autorité, ce qui intéresse en Chine : la signification ultime de la vie de l’être humain, des modèles d’existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   30 novembre 2016
 Le fétichisme est un trait caractéristique des peuples primitifs. Ordinairement, à mesure qu’un peuple développe sa civilisation, il remplace le fétichisme par des dogmes plus relevés. Les Chinois sont les seuls qui aient progressé dans les arts, l’industrie, la littérature, sans abandonner leurs idées fétichiques et même en les développant de plus en plus.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Cyrille Javary (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cyrille Javary
Cyrille Javary - La souplesse du dragon, les fondamentaux de la culture chinoise .Cyrille Javary vous présente son ouvrage "La souplesse du dragon, les fondamentaux de la culture chinoise" aux éditions Albin Michel. Préface d'Ivan P. Kamenarovic. http://www.mollat.com/livres/javary-cyrille-souplesse-dragon-les-fondamentaux-culture-chinoise-9782226253897.html Notes de Musique : ?China Bow? (by Innig). Free Music Archive.
autres livres classés : confucianismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1195 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre