AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2745955896
Éditeur : Milan (13/02/2013)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Et si Roméo et Juliette n’étaient pas morts par amour ? Et si l’un d’entre eux était un meurtrier ? A la fin du tome 1, Roméo est condamné à vivre éternellement dans un corps qui se décompose…

Mais il a montré des signes de rédemption. On lui donne alors une dernière chance : il doit voyager dans le temps et sauver la vie d’Ariel Dragland.
Roméo l’ignore, mais Ariel est un élément essentiel des deux camps ennemis (les Ambassadeurs de lumière ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Crunches
  02 septembre 2013
J'ai aimé replonger dans cet univers où Juliette et Roméo sont deux êtres qui se détestaient autant qu'ils avaient pu s'aimer par le passé.
Roméo est totalement anéanti : non seulement Juliette est tombée amoureuse d'un autre, alors que cela lui semblait tout simplement impossible, et comme il n'a pas réussi à faire mourir cette romance, le voilà renié par son propre clan. Il est vide, fini... lui qui pensait avoir souffert ces 7 derniers siècles, il découvre ce qu'est réellement la souffrance.
Jusqu'à ce que Nourrice, une ambadassatrice de la Lumière vienne lui faire une proposition. Dans une réalité autre que celle qui a conduit Juliette dans les bras de Ben, Arielle déteste Dylan, or il est impératif que cette jeune fille éprouve un véritable amour. Charge à Roméo qui habite désormais le corps de Dylan de le lui faire découvrir.
On découvre une Arielle bien différente que celle incarnée par Juliette, et j'avoue que de temps en temps celà m'a perturbée. Surtout qu'elle ne sait absolument pas ce qu'elle veut. J'avoue que j'ai eu énormément de mal à m'attacher à elle. Mais on retrouve quelques personnages déjà rencontrés (comme la mère d'Arielle) et on en découvre d'autres (le père de Dylan).
Dylan est totalement différent de ce qu'on pouvait imaginer... C'est ce qui est particulier à ce livre : ce sont les âmes qui forgent le caractère des personnages.
Il est intéressant de voir comment Roméo s'y prend pour conquérir Arielle, ce qu'il est prêt à accomplir, à accepter. Pour un peu on le confondrait avec Don Juan.
Ce qui est assez intéressant parce que dans le tome précédent, Juliette n'était pas dans la séduction, au contraire. Elle essayait de passer inaperçue et n'arrêtait pas de se demander pourquoi ce garçon semble tellement intéressé par sa petite personne. Ici, Roméo est plutôt sûr de lui. Il ne va traverser que quelques moments de doutes quand il se met à penser à l'avenir.
On est également moins axé sur la lutte entre les ambassadeurs de la Lumière et ceux des Ombres. Ce qui est un bon point à mon sens puisqu'on a déjà épuisé tout le sujet dans le premier tome.
En conclusion, j'ai aimé me plonger dans ce livre qui est intéressant du fait de son concept et qui nous permet de conclure cette histoire de Roméo et Juliette assez particulière !
Lien : http://plaisirsdelire.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Alyxiel
  24 mars 2014
Résumé : "Et si Roméo et Juliette n'étaient pas morts par amour ? Et si l'un d'entre eux était un meurtrier ? A la fin du tome 1, Roméo est condamné à vivre éternellement dans un corps qui se décompose…
Mais il a montré des signes de rédemption. On lui donne alors une dernière chance : il doit voyager dans le temps et sauver la vie d'Ariel Dragland.
Roméo l'ignore, mais Ariel est un élément essentiel des deux camps ennemis (les Ambassadeurs de lumière et les Mercenaires de l'Apocalypse). C'est elle qui détient le destin du monde entre ses mains."
Cette suite de Juliette Forever est assez déroutante dans sa forme. Les trois principaux personnages, Arielle, Roméo et Juliette sont narrateurs à tour de rôle. Pour cette raison, il est parfois difficile de suivre mais le changement de personnage est toutefois bien signifié.
Sur le fond, l'histoire est toujours aussi intéressante. L'histoire est bien menée et assez surprenante sur la longueur.
Roméo, personnage mauvais et pas agréable du tout dans le 1er tome devient plus humain, donc plus identifiable te attachant.
Juliette est reléguée au second plan malgré quelques narrations, et Arielle, bien que toujours douce et sensible prend du poil de la bête pour rendre son personnage plus crédible et réel.
Une belle réussite que je recommande, même aux fans de Shakespeare qui ne seront pas déçus de cette adaptation fantastique et décalée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
dreamworld
  08 mai 2016
Avant même d'ouvrir ce livre, la suite du roman Juliette Forever, je savais que je vais être déçue de ne pas retrouver Juliette et Ben, personnages auxquels je ne m'étais pourtant pas réellement attachée mais qui m'avaient tout de même plu. Je suis triste aussi de savoir que ce tome ne tournera pas autour de l'amour que pourraient se porter Juliette et Roméo, et j'ai encore la fin du tome précédent en travers de la gorge.
Le roman commence avec ce qui semble être un flash back sur Roméo où l'on peut constater une fois de plus l'amour qu'il porte à Juliette malgré tout ce qu'il a pu faire et lui faire, et où je regrette une nouvelle fois une fin différente où ils auraient été ensemble.
Au début, cela m'embêtait de revivre la même histoire, de me retrouver avec les mêmes personnes, au même moment, dans les mêmes lieux. Certes, le contexte serait un peu différent, mais sans changer grand-chose pour autant.
J'avais tort. Dès le début, je peux constater mon erreur. En effet, tout est différent car ce n'est plus Juliette qui est au coeur de l'histoire, mais Arielle, qui a une personnalité bien distincte de notre ancienne héroïne. de plus, Roméo a beaucoup changé maintenant qu'il peut ressentir les choses à nouveau, et j'ai appréciée qui il était devenu.
Néanmoins, il faut avouer qu'il y a, tout comme dans le premier tome, des passages un peu embrouillés où tout est tiré par les cheveux et où l'histoire prend des chemins qui ne sont pas très cohérent avec de véritables comportements qu'on pourrait avoir. En effet, j'aime les livres réalistes, non pas dans le sens où il n'y a pas de magie ni de choses farfelues, non, mais dans l'esprit où les réactions des personnages semblent possibles et réelles malgré la fantaisie qui rythme leurs vies. Et ce n'est pas le cas dans ce livre.
La fin est encore plus loufoque que le reste du roman. Tout s'embrouille et je n'ai pas compris où l'auteur est allée chercher tout ça. Ça ne m'a toutefois pas empêché d'apprécié l'histoire.
En outre, au fil du roman, nous trouvons de nombreux passages avec Juliette juste avant qu'elle ne devienne ambassadrice. Ces visions sont intrigantes surtout que je ne voie pas comment elles sont possibles, notamment vis-à-vis de la fin du premier tome. Je les ai appréciées car c'était sympa de revoir notre héroïne.
Enfin, ce livre, rythmé entre des chapitres du point de vue de Roméo et d'autres de celui d'Arielle, est une jolie histoire d'amour bien écrite où l'auteur nous emporte dans un univers bien à part à travers ses mots qui sonnent assez poétiques. L'histoire est, à l'instar du premier roman, farfelue mais intéressante. Les personnages sont attachants et j'ai vécu de bons moments en lisant cette histoire car, bien que j'ai eu assez de mal à reprendre la lecture à chaque fois, je ne pouvais plus m'arrêter et j'étais emportée dans l'histoire, tournant toujours plus vite les pages, une fois que je m'y étais mise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Andyflo
  09 mars 2013
Le tome 1 avait été un véritable coup de coeur, et celui-ci ne fera pas figure d'exception. Encore une fois, je ne vous raconterais pas l'histoire car elle a le mérite d'être totalement originale et complexe, et surtout je ne voudrais pas vous gâcher la surprise.
Sachez juste qu'après avoir suivi l'histoire tragique de Juliette dans le tome, on retrouve, ici, Roméo dans le corps de Dylan qui a pour mission de courtiser Arielle, la jeune fille qui était l'hôte de Juliette avant d'être tuée par Roméo d'une balle dans la tête. Roméo est donc aujourd'hui à l'oeuvre pour les forces du bien, enfin c'est ce qu'il croit…
J'ai été bouleversée par ma lecture, totalement chamboulée par cette histoire délirante et sombre. Tout au long du roman, je me suis demandée : « Mais où donc l'auteure est allée chercher tout ça ? ». Encore maintenant, je ne suis pas convaincue qu'elle soit saine d'esprit :). C'est une histoire vraiment unique qui a le mérite de sortir des sentiers battus. Si dans le tome 1 l'auteure travaillait à partir de la pièce de théâtre de Shakespeare, ici, elle innove radicalement, c'était un pari dangereux mais qui est relevé haut la main. Dans cet opus, il faut l'avouer, il n'y a plus de comparaison possible avec l'oeuvre originale, et c'est une véritable bouffée d'air frais, j'ai été bluffée.
Roméo a radicalement changé, il ressent à nouveau et est profondément meurtri par ses crimes passés. Il est doux, attentionné, mais aussi passionné et fougueux. Il est désormais prêt à tout pour ne pas commettre ses erreurs d'antan. Arielle, elle, est une jeune fille au mental instable, malmenée par les personnes de son âge à cause de ses différences. Elle souffre d'un profond mal-être, mais Roméo va très vite se rendre compte qu'Arielle a un rôle très important à jouer dans le futur de la Terre, il semblerait qu'elle ne soit pas si folle que cela. Juliette va énormément souffrir et après ce qu'elle a vécu dans Juliette Forever, c'est un véritable crève-coeur.
Lire la suite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeCoinLitteraire
  25 avril 2013
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Nathan-Macadam ainsi que le forum Livraddict pour m'avoir offert ce livre !


Après avoir lu et apprécié le premier tome, c'est avec enthousiasme que je me suis penchée sur Roméo Forever. Ce fut une lecture agréable dans l'ensemble mais un peu moins passionnante que je l'espérais au début. Je dis cela surtout par rapport à l'histoire car le style de l'auteur reste inchangé. Tant mieux d'ailleurs car c'est un point qui m'avait énormément plu dès le début : Stacey Jay utilise un vocabulaire simple, des phrases courtes et juste ce qu'il faut de détails pour rendre l'histoire parfaitement compréhensible sans être trop difficile à digérer ! Non, sur ce point, rien à dire j'ai toujours autant apprécié sa façon d'écrire.

Mais j'ai trouvé le récit peu entrainant. Ici, on se concentre sur l'histoire d'amour et beaucoup moins sur l'action. C'était bien sympathique au début mais j'ai trouvé cela très lassant à la longue. Il y a peu de péripéties, en tout cas moins que j'en espérais et tout est basé sur les sentiments. J'ai eu l'impression que tout l'intérêt du roman résidait en ce fait et que le reste était mis au second plan. de plus, l'histoire est parfois assez complexe. Je me suis perdue dans les retours en arrière, les scènes qu'on revit sous différents angles entre le passé et le futur, la réalité et une autre réalité … J'ai perdu souvent le fil et cela m'a empêchée de me plonger totalement dans cette lecture.


J'ai quand même prit plaisir à retrouver le personnage de Roméo qui est à nouveau envoyé dans le corps de Dylan, mais pour une toute autre raison que la première fois. Je l'ai aimé dans le tome 1 mais ici, sa personnalité déjà complexe est très intéressante à explorer. Rongé par ce qu'il était avant, il a du mal à se dire qu'il peut être quelqu'un de bien et quand enfin il y parvient, son passé le rattrape.


Quant à Arielle qu'on retrouve également entièrement ( sans Juliette qui possède son corps ), c'est une jeune fille attachante qu'on prend plaisir à suivre. Même si j'ai trouvé qu'elle était parfois un peu trop naïve et qu'il ne lui fallait pas grand chose pour accepter les phénomènes paranormaux comme un fait naturel, très simple à s'expliquer.


J'ai fait une pause en pleine lecture justement à cause du manque de péripéties et c'est pourtant avec plaisir que j'ai continué la lecture. Les quelques chapitres qui me restaient à lire ont été dévorés. Car j'ai trouvé la fin à la hauteur de mes attentes. C'est un final qui ne nous laisse pas sur notre faim, on apprend tout ce qu'on voulait savoir depuis le tome 1 et si beaucoup de zones d'ombre dans les deux romans rendaient parfois la lecture difficile, tout finit par devenir clair à la fin. L'auteur a réellement réécrit le mythe à sa sauce, il n'a absolument plus rien à voir avec la tragédie de Shakespeare. Et quelle imagination ! On ne peut qu'être admiratif du talent de Stacey Jay qui est parvenue, il faut le dire à nous faire totalement oublier l'histoire originale.


En définitive, c'est un roman agréable, avec une fin grandiose et si on y ajoute le premier tome, ce fut une saga bien sympathique qui réussit tout à fait à nous faire passer de bonnes heures de lecture :D
Lien : http://le-coin-litteraire.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   05 janvier 2014
Nous atteignons le sommet de la colline alors que le soleil
se couche sur Vérone. Une lumière dorée tachée de rouge se
répand à l’horizon et allonge nos ombres.
Le sang de Juliette s’est répandu lui aussi, jusqu’à la pierre
de la tombe où est enterré mon terrible secret.
Juliette est morte et j’ai son sang sur les mains.
J’ai beau les cacher sous ma cape, ça ne change rien. Mes
doigts poisseux parviennent à peine à tenir le poignard que
frère Lawrence a absolument voulu que je prenne. C’est tout
ce qui me reste de celle que j’aimais et que j’ai détruite. Mon
coeur se recroqueville dans ma poitrine mais je ne pleure pas.
Je ne mérite pas de verser une larme sur elle. La tristesse et
la douleur sont mon dû. Je ne mérite que de souffrir pour
l’éternité.
J’avance derrière le moine, sur la colline battue par le vent,
là où les pauvres et les sans-Dieu enterrent leurs morts. Je le
suis, même si je sais maintenant que cet homme à qui j’avais
confié la vie de mon amour est un menteur et un monstre.
Peut-être même pire que ça : Lucifer lui-même.
– Enlève les pierres, grogne le moine en se laissant tomber
dans l’herbe humide. Tu trouveras un corps qui te convient.


Nous sommes devant la tombe d’un paysan, marquée par
un empilement de cailloux, destiné à empêcher les animaux
de creuser à cet endroit.
– Pour commencer, c’est plus facile avec un cadavre frais,
ajoute frère Lawrence.
Je jette le poignard à ses pieds et j’obéis. Je ne peux m’empêcher
de fixer mes mains rougies. Le sang de Juliette, plus
sombre, craquelé maintenant qu’il a séché, se détache de
mes doigts par petits morceaux. Le vent souffle plus fort et
emporte un peu de mon amour. L’horreur de mon geste me
frappe une nouvelle fois de plein fouet.
Comment ai-je pu agir de la sorte ? Comment ai-je pu être
aussi stupide ?
Le moine m’avait juré que ma trahison serait une bénédiction.
Il m’avait promis que Juliette danserait avec les
anges, qu’elle verrait les portes du paradis s’ouvrir devant
elle et comprendrait que mon sacrifice n’avait d’autre but que
de lui offrir un éternel printemps. Elle serait triste de partir,
certes, mais ne m’en aimerait que plus encore.
Ma décision était noble. Juliette et moi étions sans le sou, sans
amis. La mort nous tendait les bras. Sur la route de Mantoue ou,
plus tard, dans les ruelles malfamées de la ville. Nés de familles
nobles, nous sommes incapables de gagner notre pain. Je n’ai
même jamais préparé mon propre bain ! Je n’ai aucun talent, pas
de maître, pas même une chèvre ou un bout de terrain à cultiver.
La mort était notre seul avenir. Nous serions morts de faim, ou
assassinés dans notre sommeil. Le moine m’a persuadé que la
plus grande faveur que je pouvais accorder à ma femme était de
mettre un terme à ses souffrances, avant qu’elles aient commencé.
Et lui permettre d’être enterrée près de sa famille.
J’aurais dû me défier de lui.

Pourtant, le doute ne m’a traversé qu’au dernier moment,
lorsque Juliette a rendu son dernier soupir dans mes bras.
Aucune joie dans son regard, seulement l’amertume d’avoir
été trahie et une étincelle de haine.
Juliette est morte en me détestant, et Dieu seul sait où elle
se trouve à présent. Depuis ma plus tendre enfance, on m’a
toujours répété que le suicide est un péché qui conduit à la
damnation. J’aurais dû respecter l’enseignement de l’Église,
au lieu d’écouter un moine fou, qui parle de magie noire et
de fin des temps. Comment ai-je pu prendre un tel risque
pour l’âme de ma bien-aimée ? Comment ai-je pu lui faire
croire que j’étais mort, pour la convaincre de se planter un
poignard dans le coeur et de me rejoindre dans l’au-delà ?
Une partie de moi espère que le fait que Juliette ait été
trompée fera la différence, au moment du Jugement. Mais
au fond, je sais bien qu’il est inutile de prier. J’appartiens
maintenant aux Mercenaires de l’Apocalypse, les magiciens
noirs qui ont juré de plonger le monde dans le chaos.
J’ai accepté le sacrifice du sang et pris la vie de celle que
j’aimais. À présent, plus rien d’autre n’a d’importance que
les voeux que je vais prononcer.
– Dépêche-toi, me presse le moine. Les gardes font une
ronde à la nuit tombée. Nous devons être partis avant.
Je soulève une pierre. Je suis prêt à devenir une abomination
immortelle, comme le frère a su m’en convaincre. Je suis prêt
à payer mes actes. C’est ce que Juliette voudrait : que je lutte
contre cette noirceur que le frère Lawrence a éveillée en moi
et que je retrouve une parcelle d’honneur.
Je vais bientôt mourir. Prononcer les voeux, procéder au
rituel et envoyer mon âme habiter un cadavre. Cela aussi, le
frère Lawrence me l’avait caché.

Et maintenant, impossible de faire marche arrière.
Une, deux, trois, quatre… les pierres s’élèvent à côté de
moi. Ma destinée est à la portée de mes mains tremblantes.
Une odeur immonde me monte aux narines. Un mélange
douceâtre de déliquescence, d’huile parfumée, de saleté, qui
me retourne l’estomac avant même que je soulève la pierre
plate qui recouvre le visage du mort.
J’étouffe un cri.
La pourriture l’a noirci et gonflé. Des insectes rampent sur
sa peau, sortent de ce qui reste de son nez. Je me redresse et
vacille, la bouche emplie de bile.
Le moine ricane.
– Allons, Roméo, ce n’est pas si terrible que ça. Dès que tu
auras prononcé tes voeux, tu auras le pouvoir de rendre à ce
corps son apparence originelle.
Il se penche sur l’homme et hoche la tête.
– Oui, c’est bien lui. Je t’assure que ce garçon était plutôt
beau quand il était en vie, affirme-t-il.
Je ne parviens pas à me rapprocher.
– Vous le connaissiez ? je demande.
– On peut dire ça, acquiesce le moine. C’est moi qui l’ai tué.
Il a dit ça d’un ton léger, comme si nous discutions de notre
dîner.
J’ouvre la bouche mais je ne parviens pas à parler. Je suis hébété.
Pourtant, je ne devrais pas. Je connais déjà sa véritable nature.
Car il a pris plaisir à la souffrance de Juliette, il a ri quand il m’a
éloigné de son corps agonisant. La vue de son sang lui était plus
délectable encore que le meilleur des vins. Je n’aurais pas été
surpris de le voir s’agenouiller et lécher à même la flaque.
– Je lui ai tranché la gorge il y a cinq jours, poursuit-il. Pour
être sûr que tu aies un hôte convenable.

– Cinq jours ? Mais comment saviez-vous que…
Que je trahirais la plus belle histoire que j’aie jamais vécue,
que je risquerais son âme éternelle pour une poignée de
promesses.
– Je l’ai su au moment même où tu es venu me voir, déjà
dévoré par ta nouvelle passion, m’assène-t-il en me fixant.
Je me vois à travers son regard : une proie facile, un garçon
égoïste, idiot et dévoré par le désir de la chair.
Il sourit encore, comme pour me confirmer que j’ai tout
compris cette fois.
– Ça fera l’affaire, reprend-il en désignant la tombe. Tu enlèveras
les dernières pierres quand tu auras pris possession du corps.
Il se lève et me donne une claque dans le dos, comme si
nous étions deux amis. Je me crispe.
– Une fois Mercenaire, me dit-il, tu seras plus puissant
qu’un humain. Tu auras le pouvoir de faire revenir à la vie les
cadavres que tu habiteras, et tu pourras réparer les dommages
éventuels que leurs corps subiront.
Je m’éclaircis la gorge, essayant de rester calme. Le moine
se penche et ramasse le poignard.
– Serai-je immortel ?
Il remonte la manche de sa robe de bure et découvre les
veines sombres de son bras.
– Tu seras immortel, oui, tant que tu serviras les devoirs
de la cause.
– Quels devoirs ?
Il m’a déjà expliqué que les Mercenaires distribuaient
douleur et souffrance aux hommes vils, afin de préparer la
fin de ce monde.
Ce monde qui me semblait cruel et vain. Mais Juliette
n’était pas vile.

Et s’il m’avait menti sur mon rôle à venir ? Et si je devais
m’en prendre à des innocents ?
Alors, j’aurais sacrifié mon âme pour rien.
– Tu auras une place particulière dans nos rangs, reprend
le moine.
Puis il appuie la pointe du couteau sur la peau fine de son
avant-bras, faisant couler un fluide plus brun que rouge. Mon
cerveau me hurle de prendre mes jambes à mon cou et de me
jeter aux pieds du prince pour implorer sa pitié. Même si je
suis condamné à mort, je sens que rien ne pourrait être pire
que ce qui m’attend.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CielvariableCielvariable   25 mars 2018
Nous atteignons le sommet de la colline alors que le soleil se couche sur Vérone. Une lumière dorée tachée de rouge se répand à l’horizon et allonge nos ombres.

Le sang de Juliette s’est répandu lui aussi, jusqu’à la pierre de la tombe où est enterré mon terrible secret.

Juliette est morte et j’ai son sang sur les mains.

J’ai beau les cacher sous ma cape, ça ne change rien. Mes doigts poisseux parviennent à peine à tenir le poignard que frère Lawrence a absolument voulu que je prenne. C’est tout ce qui me reste de celle que j’aimais et que j’ai détruite. Mon coeur se recroqueville dans ma poitrine mais je ne pleure pas.

Je ne mérite pas de verser une larme sur elle. La tristesse et la douleur sont mon dû. Je ne mérite que de souffrir pour l’éternité.

J’avance derrière le moine, sur la colline battue par le vent, là où les pauvres et les sans-Dieu enterrent leurs morts. Je le suis, même si je sais maintenant que cet homme à qui j’avais confié la vie de mon amour est un menteur et un monstre.

Peut-être même pire que ça : Lucifer lui-même.

– Enlève les pierres, grogne le moine en se laissant tomber dans l’herbe humide. Tu trouveras un corps qui te convient.

Nous sommes devant la tombe d’un paysan, marquée par un empilement de cailloux, destiné à empêcher les animaux de creuser à cet endroit.

– Pour commencer, c’est plus facile avec un cadavre frais, ajoute frère Lawrence.

Je jette le poignard à ses pieds et j’obéis. Je ne peux m’empêcher de fixer mes mains rougies. Le sang de Juliette, plus sombre, craquelé maintenant qu’il a séché, se détache de mes doigts par petits morceaux. Le vent souffle plus fort et emporte un peu de mon amour. L’horreur de mon geste me frappe une nouvelle fois de plein fouet.

Comment ai-je pu agir de la sorte ? Comment ai-je pu être aussi stupide ?

Le moine m’avait juré que ma trahison serait une bénédiction.

Il m’avait promis que Juliette danserait avec les anges, qu’elle verrait les portes du paradis s’ouvrir devant elle et comprendrait que mon sacrifice n’avait d’autre but que de lui offrir un éternel printemps. Elle serait triste de partir, certes, mais ne m’en aimerait que plus encore.

Ma décision était noble. Juliette et moi étions sans le sou, sans amis. La mort nous tendait les bras. Sur la route de Mantoue ou, plus tard, dans les ruelles malfamées de la ville. Nés de familles nobles, nous sommes incapables de gagner notre pain. Je n’ai même jamais préparé mon propre bain ! Je n’ai aucun talent, pas de maître, pas même une chèvre ou un bout de terrain à cultiver.

La mort était notre seul avenir. Nous serions morts de faim, ou assassinés dans notre sommeil. Le moine m’a persuadé que la plus grande faveur que je pouvais accorder à ma femme était de mettre un terme à ses souffrances, avant qu’elles aient commencé.

Et lui permettre d’être enterrée près de sa famille.

J’aurais dû me défier de lui.

Pourtant, le doute ne m’a traversé qu’au dernier moment, lorsque Juliette a rendu son dernier soupir dans mes bras.

Aucune joie dans son regard, seulement l’amertume d’avoir

été trahie et une étincelle de haine.

Juliette est morte en me détestant, et Dieu seul sait où elle se trouve à présent. Depuis ma plus tendre enfance, on m’a toujours répété que le suicide est un péché qui conduit à la damnation. J’aurais dû respecter l’enseignement de l’Église, au lieu d’écouter un moine fou, qui parle de magie noire et de fin des temps. Comment ai-je pu prendre un tel risque pour l’âme de ma bien-aimée ? Comment ai-je pu lui faire croire que j’étais mort, pour la convaincre de se planter un poignard dans le coeur et de me rejoindre dans l’au-delà ?

Une partie de moi espère que le fait que Juliette ait été

trompée fera la différence, au moment du Jugement. Mais au fond, je sais bien qu’il est inutile de prier. J’appartiens maintenant aux Mercenaires de l’Apocalypse, les magiciens noirs qui ont juré de plonger le monde dans le chaos.

J’ai accepté le sacrifice du sang et pris la vie de celle que j’aimais. À présent, plus rien d’autre n’a d’importance que les voeux que je vais prononcer.

– Dépêche-toi, me presse le moine. Les gardes font une ronde à la nuit tombée. Nous devons être partis avant.

Je soulève une pierre. Je suis prêt à devenir une abomination immortelle, comme le frère a su m’en convaincre. Je suis prêt

à payer mes actes. C’est ce que Juliette voudrait : que je lutte contre cette noirceur que le frère Lawrence a éveillée en moi et que je retrouve une parcelle d’honneur.

Je vais bientôt mourir. Prononcer les voeux, procéder au rituel et envoyer mon âme habiter un cadavre. Cela aussi, le frère Lawrence me l’avait caché.

Et maintenant, impossible de faire marche arrière.

Une, deux, trois, quatre… les pierres s’élèvent à côté de moi. Ma destinée est à la portée de mes mains tremblantes.

Une odeur immonde me monte aux narines. Un mélange douceâtre de déliquescence, d’huile parfumée, de saleté, qui me retourne l’estomac avant même que je soulève la pierre plate qui recouvre le visage du mort.

J’étouffe un cri.

La pourriture l’a noirci et gonflé. Des insectes rampent sur sa peau, sortent de ce qui reste de son nez. Je me redresse et vacille, la bouche emplie de bile.

Le moine ricane.

– Allons, Roméo, ce n’est pas si terrible que ça. Dès que tu auras prononcé tes voeux, tu auras le pouvoir de rendre à ce corps son apparence originelle.

Il se penche sur l’homme et hoche la tête.

– Oui, c’est bien lui. Je t’assure que ce garçon était plutôt beau quand il était en vie, affirme-t-il.

Je ne parviens pas à me rapprocher.

– Vous le connaissiez ? je demande.

– On peut dire ça, acquiesce le moine. C’est moi qui l’ai tué.

Il a dit ça d’un ton léger, comme si nous discutions de notre dîner.

J’ouvre la bouche mais je ne parviens pas à parler. Je suis hébété.

Pourtant, je ne devrais pas. Je connais déjà sa véritable nature.

Car il a pris plaisir à la souffrance de Juliette, il a ri quand il m’a

éloigné de son corps agonisant. La vue de son sang lui était plus délectable encore que le meilleur des vins. Je n’aurais pas été

surpris de le voir s’agenouiller et lécher à même la flaque.

– Je lui ai tranché la gorge il y a cinq jours, poursuit-il. Pour

être sûr que tu aies un hôte convenable.

– Cinq jours ? Mais comment saviez-vous que…

Que je trahirais la plus belle histoire que j’aie jamais vécue, que je risquerais son âme éternelle pour une poignée de promesses.

– Je l’ai su au moment même où tu es venu me voir, déjà

dévoré par ta nouvelle passion, m’assène-t-il en me fixant.

Je me vois à travers son regard : une proie facile, un garçon

égoïste, idiot et dévoré par le désir de la chair.

Il sourit encore, comme pour me confirmer que j’ai tout compris cette fois.

– Ça fera l’affaire, reprend-il en désignant la tombe. Tu enlèveras les dernières pierres quand tu auras pris possession du corps.

Il se lève et me donne une claque dans le dos, comme si nous étions deux amis. Je me crispe.

– Une fois Mercenaire, me dit-il, tu seras plus puissant qu’un humain. Tu auras le pouvoir de faire revenir à la vie les cadavres que tu habiteras, et tu pourras réparer les dommages

éventuels que leurs corps subiront.

Je m’éclaircis la gorge, essayant de rester calme. Le moine se penche et ramasse le poignard.

– Serai-je immortel ?

Il remonte la manche de sa robe de bure et découvre les veines sombres de son bras.

– Tu seras immortel, oui, tant que tu serviras les devoirs de la cause.

– Quels devoirs ?

Il m’a déjà expliqué que les Mercenaires distribuaient douleur et souffrance aux hommes vils, afin de préparer la fin de ce monde.

Ce monde qui me semblait cruel et vain. Mais Juliette n’était pas vile.

Et s’il m’avait menti sur mon rôle à venir ? Et si je devais m’en prendre à des innocents ?

Alors, j’aurais sacrifié mon âme pour rien.

– Tu auras une place particulière dans nos rangs, reprend le moine.

Puis il appuie la pointe du couteau sur la peau fine de son avant-bras, faisant couler un fluide plus brun que rouge. Mon cerveau me hurle de prendre mes jambes à mon cou et de me jeter aux pieds du prince pour implorer sa pitié. Même si je suis condamné à mort, je sens que rien ne pourrait être pire que ce qui m’attend.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ptitelily01ptitelily01   23 juin 2013
Je crie de joie en sortant du bâtiment. Dylan apparaît derrière moi et me prend dans ses bras, il me fait virevolter en m'embrassant sur la joue. Quand il me repose, j'ai toujours l'impression de voler.
Il m’entraîne vers la rue State.
- Viens, avant qu'il nous envoie quelqu'un en meilleure forme que lui.
Je m'accroche à sa main, son baiser me brûle la peau.
Pour la première fois de ma vie, je ne cours pas seule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
CielvariableCielvariable   05 janvier 2014
Tout s'écroule.

Je la prends dans mes bras et m'accroche à un lambeau de chemise de mon spectre, je m'agrippe à mon amour et à mon âme alors que la force du coup qui a frappé Arielle nous renverse au sol en un enchevêtrement de bras et de jambes.

Il n'est peut-être pas trop tard. Toucher mon spectre pourrait suffire pour que je récupère mon ancien corps afin de protéger Arielle. L'ambassadrice m'a dit que sa magie l'empêchait de tuer.

Il nous reste un espoir minuscule. Mais...

Soudain, contre moi, le corps d'Arielle perd toute consistance et en même temps je sens son âme s'échapper, m'échapper. Je hurle à l'ambassadrice de me la rendre mais ma gorge ne produit pas un son. Je ne suis plus rien, je ne veux plus rien. Mes yeux se ferment. Le monde devient malléable et transparent et je le vois enfin comme il est réellement : un mensonge. Un joli men songe fait de lumière et de foi alors que rien de ce en quoi l'on croit n'existe. Il n'y a ni commencement, ni fin, les forces qui séparent ici de là-bas, le passé et l'avenir sont aussi fragiles que des toiles d'araignées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   25 mars 2018
Je prends son visage entre mes mains et l'attire à moi.Je l'embrasse pour essayer de lui faire comprendre ce que je ressens autrement qu'avec des phrases. Sa bouche a d'abord le goût de la sauce des tacos, puis je retrouve son goût à elle, sucré et piquant en même tepms. Elle enroule ses bras autour de mon cou et nous nous oulions dans ce baiser. Nos âmes se frôlent, je le jurerais.J'oulie le corps de Dylan, je deviens les vagues qui roulent sur le sable, le soleil dans ses cheveux, le vent qui caresse sa peau.Je suis tout et rien.Je n'existe que parce que son coeur et le mien ne font plus qu'un.

Ma poitrine est sur le point d'exploser.Arielle glisse sur mes genoux et j'ai la sensation que je pourrais mourir de sentir ses doigts dans mes cheveux, la pression de son corps, ses lèvres sur ma gorge.

-Mon Dieu, comme je t'aime.

Voilà ce que je murmure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : romeo et julietteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Juliette Forever

En quelle année est paru ce roman ?

2010
2011
2012
2013

26 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Juliette forever, tome 1 de Stacey JayCréer un quiz sur ce livre
.. ..