AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B009R3LVCM
Éditeur : Ulan Press (31/08/2012)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
5Arabella
  30 décembre 2018
La devineresse ou Les faux enchantements a été écrite à quatre mains : il s'agit d'une collaboration entre Thomas Corneille et Jean Donneau de Visé. Les deux hommes se connaissent bien, et Thomas Corneille va tout de suite après la création de la pièce, commencer sa collaboration au Mercure Galant, la revue créée par Donneau de Visé.
La pièce est créée en 1679, en pleine affaire des poisons : Catherine Desyayes, la fameuse Voisin, a été arrêtée quelques mois auparavant, elle sera exécutée au début de l'année 1680. le public fait forcément le rapprochement avec la Madame Jobin de la pièce, et elle a un grand succès. Les deux auteurs auraient d'ailleurs touché une somme record pour leur oeuvre de la part des comédiens qui l'ont jouée.
Il s'agit en réalité d'une comédie bon enfant, dans laquelle toute une série de dupes se précipitent chez Mme Jobin pour se faire plumer. Cette dernière se sert de quelques domestiques ou espions pour connaître suffisamment de la vie de ses clients pour leur laisser penser qu'elle est omnisciente et leur extorquer de l'argent pour des prédictions qui vont dans le sens de ce qu'ils attendent, ou pour leur vendre des enchantements ou charmes totalement inoffensifs. Elle a une sorte d'intelligence qui lui permet de comprendre ce que les gens attendent d'elle et comment elle peut répondre à cette attente, sans trop prendre de risques. Elle fait bien croire à ses victimes qu'elle entretient un commerce avec les esprits ou le diable, mais la pièce ne laisse planer aucun doute sur le côté mensonger de cet aspect des choses. Mme Jobin n'y croit pas du tout, ses diables sont des manipulations, et il ne s'agit pas non plus de poison, ni de sombres machinations. Juste des petites escroqueries, sur des gens trop crédules, ce qui doit servir de leçon aux spectateurs. Les victimes sont nombreuses, issues de toutes les classes sociales, Mme Jobin arrive à jouer sur les envies, les peurs, les mesquineries de tout un chacun, et sert à tout le monde le discours gratifiant que ses pratiques attendent. A la limite, ils n'ont à s'en prendre qu'à eux-mêmes, à leur sottise, avidité, crédulité.
C'est un discours rassurant, dans un contexte de peur provoqué par l'affaire en cours, une façon de présenter les choses qui convient parfaitement au pouvoir, certains sont allé jusqu'à dire que la pièce aurait été initiée par le lieutenant général de police, mais il n'y a aucune preuve dans ce sens.
Malgré le succès de la pièce, on peut difficilement la considérer comme une oeuvre majeure. Elle est relativement longue, c'est un défilé de diverses victimes, la plupart du temps sans lien entre elles. Certaines scènes peuvent être drôles, mais l'accumulation finit par lasser.
Oeuvre de circonstances, elle ne semble avoir connue qu'une seule édition du vivant des auteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   29 décembre 2018
MADAME DE TROUFIGNAC.
C'est de mon plus grand sérieux, et je vous jure que de tout mon coeur je voudrais devenir homme.
MADAME JOBIN.
Je n'en doute pas. Il y en a bien d'autres qui le voudraient comme vous. Que je serais riche avec un pareil secret !
Commenter  J’apprécie          30
5Arabella5Arabella   29 décembre 2018
C'est un impertinent ; car quoiqu'il ne se trompe pas, la vérité n'est pas toujours bonne à dire. Si vous n'êtes pas sorcière, vous avez l'esprit de la paraître, et c'est plus que si vous l'étiez en effet.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : Escrocs et escroqueriesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15072 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre