AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723491579
Éditeur : Glénat (30/11/-1)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 46 notes)
Résumé :
L’homme n’est qu’un jouet aux mains du diable… Après avoir pillé le trésor de l’empereur aztèque Moctezuma, le groupe d’aventuriers missionné par Cortés a pris la fuite et connaît l’enfer dans la jungle… Ce ne sont pas tant les attaques incessantes des indiens otomis qui les inquiètent, mais surtout l’apparition d’une créature végétale et infernale : Txlaka, fils des racines de l'Oqtal. Heureusement pour eux, la violence Txlaka est aveugle, et frappe aussi les Otomi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  17 mars 2013
J'étais sorti mitigé de la première partie de ce diptyque signé Jean Dufaux et Philippe Xavier, je le suis d'autant plus avec ce deuxième tome.
Pas de temps mort en début de tome ici : illico, nous sommes replongés la tête la première au fin fond de la jungle amazonienne dans une fuite effrénée devant les hordes d'Aztèques dont le trésor a été pillé par un petit groupe de conquistadors espagnols détaillé dans le premier tome de ce diptyque. Nous retrouvons de plus de très beaux dessins de Philippe Xavier pour illustrer cette fuite en avant. Les grandes planches laissent un bon souvenir, contrairement certes aux petits détails de certaines cases plus anecdotiques dont les détails laissent à désirer. Bref, on est sur la lancée du premier tome !
C'est peut-être d'ailleurs là que le bât blesse alors pour moi. Non seulement il est difficile de se remettre dedans sans avoir relu le début, mais en plus le choix du diptyque n'est pas spécialement cohérent quand on finit par découvrir la fin… Au fur et à mesure que l'histoire suit son cours, j'ai surtout eu l'impression que Jean Dufaux s'était fait plaisir en prenant un récit caravelle, enfin bateau (les Conquistadors, l'or des Incas et tout le toutim), en distillant par-ci par-là quelques notes de fantastique qu'on n'avait pas vues venir du tout, mais sans jamais considérer l'intérêt général de l'ensemble pour le lecteur avide d'intrigues palpables, captivantes et surtout sensées.
Voilà donc un diptyque dont j'attendais sûrement trop (magnifiques couvertures en miroir, pitch de départ intéressant) qui m'a laissé sur ma fin avec une intrigue chancelante, du fantastique tiré par les cheveux et une fin en eau-de-boudin. Dommage car Jean Dufaux nous avait habitués à mieux (Murena évidemment) et Philippe Xavier aurait mérité une meilleure histoire pour aller avec ses dessins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Alfaric
  21 mai 2019
Si la lecture du premier volet de ce diptyque né de la collaboration de Dufaux et Xavier m'avait plutôt enthousiasmé, je dois avouer avec joie que ce second album se révèle au dessus du précédent (ben oui quand tu aimes les genres de l'imaginaire, plus il y a d'imaginaire et mieux sait). Ce tome 2 est un survival très bien fait avec une bonne dynamique de groupe, des bonnes thématiques survivalistes et un bon décompte vers l'inéluctable fin : les Sept Conquistadors ont volé et planqué les meilleurs morceaux du trésor des dieux aztèques* quelque part dans la jungle, et sont pris en chasse par les traqueurs Otomis. Tant qu'ils n'ont affaire qu'à de hommes ils avaient leurs chances, mais quand Oqtal l'avatar du Dieu Txlaka prend le relais (une espèce de xénomorphe végétal : une Predator au temps de la Conquista, mais quelle idée géniale !), ce n'est plus qu'un compte à rebours vers la mort… Pendant ce temps d'Hernán Cortés embrasse Panfilo de Narvaez pour mieux le poignarder : GRR Martin n'a rien inventé du tout avec ces Noces Pourpres car la réalité a toujours dépassé la fiction !

* pour les populations amérindiennes l'or n'avait d'autre valeur de religieuse : il appartient aux corps des dieux, donc quand on en trouve on le leur rend immédiatement à travers les prêtres qui le stockent dans les temples qui leurs sont dédiés...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
boudicca
  14 mars 2013
Si la lecture du premier volet de ce diptyque né de la collaboration de Dufaux et Xavier m'avait plutôt enthousiasmée, je dois malheureusement avouer que ce second album se révèle très en dessous du précédent. On y retrouve nos héros exactement là où on les avait laissé, à savoir perdus en pleine jungle après qu'ils se soient emparés des trésors du souverain aztèque Moktezuma, et notamment d'un puissant et mystérieux talisman à ne pas mettre entre n'importe quelles mains. Autant dire que la reprise est assez brutale, aussi si votre lecture du premier volume remonte à quelques mois, je vous conseille de vous y replonger avant d'entreprendre celle du second tome au risque de vous retrouver, comme ce fut mon cas, parfois légèrement perdu. Car s'il y a bien une chose que l'on ne peut pas reprocher à cet album, c'est bien son manque d'action, les rebondissements s'enchainant à une vitesse incroyable, souvent beaucoup trop pour qu'on ait le temps de tout assimiler ou de se sentir concerné.
Malheureusement l'implication du lecteur dans l'histoire n'est pas la seule à pâtir de cette poussée d'accélération du rythme. Les personnages, que j'avais pris beaucoup de plaisir à découvrir dans le premier album, paraissent ainsi bien plus fades et c'est presque avec indifférence que l'on prend connaissance du sort qui leur est réservé. Étrangement, le seul qui ait parvenu à véritablement réveiller mon intérêt a été Cortès dont l'auteur est parvenu en quelques scènes seulement à retranscrire l'ambivalence, l'ingéniosité et la soif de pouvoir et de richesses. Les graphismes sont pour leur part toujours aussi réussis, certains paysages frappant par leur beauté, et parviennent sans mal à nous plonger dans l'ambiance inquiétante de cet empire aztèque bouleversé par l'arrivée des Espagnols. On retrouve donc dans ce second album « Conquistador » la plupart des qualités qui avaient déjà fait le charme du premier volume, même si les points négatifs sont hélas beaucoup plus nombreux ici. Une petite déception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
basileusa
  10 octobre 2014
J'ai trouvé ce second tome bien plus intéressant que le premier ! le groupe ,mené par Catalina ,fuit à travers la jungle ,poursuivi à la fois par les aztèques et par un esprit destructeur.
Les graphismes sont splendides et le scénario est bien mené . A la fin du tome ,on a qu'une hâte c'est de lire le tome 3 ! J'aime beaucoup l'ambiance sombre et cette "voix off" qui raconte l'histoire...Vraiment une réussite pour moi !
Commenter  J’apprécie          170
ibon
  30 janvier 2013
Royo, un conquistador survivant , raconte l'horreur de son expédition harcelée par les Aztèques et une malédiction, un esprit de la jungle.
Le graphisme et la mise en scène sont très efficaces, cela fait penser au film "Apocalypto". Mais les commentaires très grandiloquents gâchent l'ensemble.
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   11 mars 2013
Certes, l'Espagne les avait armés pour vaincre ! Martyrs et héros, ils étaient nés pour conquérir des terres, des richesses fabuleuses... Pour parcourir les mers, enjamber des frontières, mettre à genoux des rois et des empereurs. Mais ce que l'Espagne avait oublié, c'est que même de foi et de fer, personne ne peut vaincre les légendes qui font un peuple, un continent, un mythe. Personne. Si ce n'est la nature qui donne, et qui reprend.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Dionysos89Dionysos89   13 mars 2013
Tu verras que Txlaka sourit. Il sourit car il connaît le chant de la chair à vif, de la peau qui s’arrache, des plaies offertes au soleil…

Commenter  J’apprécie          320
AlfaricAlfaric   08 juin 2019
- Cette expédition est source de malheurs car elle repose sur un sacrilège.
- Lequel ? Celui d’avoir pillé ces sauvages ?
- Fait de guerre ! Nous avons des batailles à gagner, des terres à conquérir !
- De quel droit ?… Pour la plus grande gloire de l’Espagne ou celle de Dieu ?
- Dieu est bien inutile dans cette quête inutile qui sert de paravent à la vanité humaine et à la folie destructrice des hommes….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
AlfaricAlfaric   04 juin 2019
La chance peut tourner vite avant de s’effacer… Ne subsiste plus alors que l’aide providentielle d’un compagnon de route pour que continuent à rouler les dés de la fortune...
Commenter  J’apprécie          100
AlfaricAlfaric   05 juin 2019
- Mon nom est Hernando Royo. Je n’ai pas succombé. J’avais des compagnons. De vaillants compagnons. Il se sont bien battus. Nous avions emporté avec nous quelques pièces précieuses appartenant au trésor des Aztèques. Notre fuit avait été bien préparée mais à un coude du fleuve, alors que nous prenions quelque repos, des Otomis sont sortis de la jungle l’arme au poing… Oui, c’étaient de vaillant compagnons. De vrais soldats. Qui résistent et qui savent se replier si nécessaire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Jean Dufaux (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Jean Dufaux
Pour la rentrée 2019, Futuro prolonge le voyage ! Dans le temps avec Nez-de-Cuir, sublime adaptation graphique du roman de Jean de la Varende par Jean Dufaux et Jacques Terpant. Vers une inquiétante Argentine dans l'album signé Andreas et Isa Cochet. Ou vers le Japon, dans le Premier Rêve en japonais de Camille Royer. Bonne rentrée !
autres livres classés : aztèquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Murena, Premier Cycle : Le Cycle de la Mère

Les auteurs, Jean Dufaux et Philippe Delaby, sont...

Belges
Français
Suisses
Italiens

12 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Murena, Premier Cycle : Le Cycle de la Mère de Jean DufauxCréer un quiz sur ce livre